AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Soustraction frauduleuse de bien d'autrui [ft Ermaëlle]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 20
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Soustraction frauduleuse de bien d'autrui [ft Ermaëlle]   Mar 3 Avr - 23:45

Les deux semaines étaient rapidement passées, Ermaëlle, sérieuse dans son travail avait avancé à une vitesse qui frisait l'admiration.
Tu avais, de ton côté, procédé à de nombreuses recherches pour trouver le malfrat qui comptait subtiliser le fameux ouvrage. Quand tu n'avais pas été de recherche, tu t'étais retrouvé de garde à la citadelle où tu avais pu parler à la jeune femme.
Il s'avérait qu'elle était sympathique, et vous aviez échangé quelques mots sur vos origines communes. Elle était bien du nord, une ancienne esclave qui avait fuit le pays pour une raison assez floue. Tu te doutais que ce n'était pas parce qu'elle avait remporté le prix de l'employé de l'année.
De ton côté, tu lui avais parlé de ton père, cet homme que tu ne connaissais qu'à travers des lettres et dont tu n'avais plus aucunes nouvelles depuis quelques années. Il était agréable d'entendre la jeune esclave parler de ce pays que tu ne connaîtrais peut-être jamais mais qui était une part entière de toi même.
Ces discussions t'avaient permis de mieux connaître la faussaire improvisée. On pouvait même dire qu'une amitié était presque née entre vous, surtout quand tu avais maladroitement invité une des servantes de la citadelle à venir assister à un duel d'entrainement. Ermaëlle t'avait alors souligné qu'une jeune femme aussi raffinée que cette employée n'aimerait surement pas assister à un duel entre deux hommes dégoulinants de sueurs. Elle t'avait proposé de plutôt l'inviter à une lecture publique, mais le manque de conviction que tu avais mis dans cette nouvelle demande avait à jamais écarté des chances de rencard avec la belle servante.
Aucun de vous deux n'avait gardé de véritable rancune à cette histoire et vous en aviez même rit de bon cœur.

-Hé bien, il est aussi pitoyable que l'original, beau travail ! Evidemment tu n'avais pas pu te retenir, durant ce laps de temps, de critiquer le fameux ouvrage. Ça n'avait été que quelques mots, lâchés de ci de là, mais tu n'avais pu tromper plus longtemps Ermaëlle. Démasqué, tu lui avais avoué le fond de ta pensé quand à cette antiquité. Elle était donc au courant du néant que représentait ta culture. Peut-être espérait-elle le combler ? Tu n'en étais pas sûr, et tu espérais que ce ne soit pas le cas: personnes ne comble un trou noir.

Le faux était toujours dans tes mains, et il ressemblait à s'y méprendre à l'original. Elle méritait bien ses pièces d'or. Aussi tu lui posas un bourse sur la table.

-Merci Ermaëlle. Je vais emmener celui-ci derrière la vitrine où le voleur pensera l'y trouver. Ton travail va beaucoup m'aider dans la capture de ce malfrat. Heureusement tu es plus douée dans la création que dans les conseils amoureux.
Lâchais tu avec un petit rire tandis que tu glissais l'exemplaire faussé sous ta cape. Je reviens tout de suite.

A ces mots, tu sortais du bureau dans lequel elle avait travaillé durant cette quinzaine. L'espace était un peu chargé et tu ne doutais pas que la jeune fille allait profiter du temps que tu lui laissais pour remettre ses affaires en ordre avant de partir. Tu pourrais lui dire au revoir à ton retour.





_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 120
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: Soustraction frauduleuse de bien d'autrui [ft Ermaëlle]   Mer 4 Avr - 19:21

Si Ermaëlle pensait suffisant le délai de deux semaines pour créer une copie convaincante du livre, elle ne s'attendait tout de même pas à une telle difficulté. Aussi, la jeune femme était bien contente d'avoir menée sa tâche à son terme. D'un autre côté, l'ancienne esclave devait avouer qu'elle n'avait pas fait que travailler. En effet, Ebao avait prit l'habitude de venir la voir de temps à autre, pendant ces deux dernières semaines. Dans ces moments-là, il n'était pas rare qu'Ermaëlle cesse son travail. Après tout, il lui fallait bien quelques pauses pour ne pas commettre d'erreurs qui pourraient être remarquées par le voleur.

Toujours est-il que la jeune femme et le chevalier avaient eu tout le loisir de discuter quelque peu. Ermaëlle avait d'ailleurs été étonnée d'apprendre qu'Ebao avait une ascendance nordique. D'un autre côté, cela expliquait à coup sûr certains de ses traits. La jeune femme s'était aussi sentie obligée de donner quelques informations sur elle, pendant certaines de leurs conversations. Bien sûr, elle n'avait pas pu dire toute la vérité, mais dès que cela lui était possible, Ermaëlle faisait en sorte de donner la véritable version de son passé. L'ancienne esclave avait aussi eu tout le loisir de raconter certaines choses sur l'Empire. Après tout, elle y avait vécu assez longtemps pour satisfaire la curiosité du chevalier. En effet, le père de ce dernier était un guerrier de son Empire de naissance, d'après ce qu'avait comprit la jeune femme. Sur le coup, l'ancienne esclave s'était même demandé si elle ne l'avait pas croisé un jour sans s'en rendre compte, que se soit pendant sa fuite ou alors que sa situation était bien plus stable. D'un autre côté, cela était fort peu probable étant donné l'étendue de l'Empire...

« Contente que le fruit de mon labeur soit à ta convenance. » se contenta de répondre Ermaëlle, avec un sourire en coin.

Ermaëlle était plutôt satisfaite de son travail. Comme quoi, ses quelques nuits blanches n'avaient pas été vaines. A cette pensée, la jeune femme réprima un bâillement. Il allait lui falloir un peu de temps pour se remettre totalement, c'était un fait.

Avec le temps, la jeune femme avait apprit à faire avec les remarques d'Ebao. Après tout, elle ne pouvait pas lui en vouloir de ne pas apprécier l'art ou les objets se faisant appeler ainsi. Ermaëlle avait même prit le parti de s'en amuser, tout en pensant qu'elle pourrait peut-être arranger la situation par la suite. Après tout, elle non plus n'était pas née avec un attrait pour les arts. C'était son maître enlumineur qui lui avait apprit à voir la beauté dans les créations d'autrui. Sans lui et ses préceptes, il y avait fort à parier que la jeune femme ne se serait jamais intéressée plus que cela à l'art et à sa pratique.

« C'est toi qui a insisté pour que je te donne des conseils. lui rappela l'ancienne esclave, tout sourire. Dois-je te rappeler que je n'ai aucune expérience dans ce domaine ? » termina-t-elle sur un ton amusé.

En disant cela, Ermaëlle avait levé sa main gauche, montrant ainsi qu'elle était dépourvue d'anneau. Étant esclave, la jeune femme avait toujours refusé de nouer un quelconque lien amoureux avec une autre personne. Être en couple n'était pas réellement envisageable quand on était esclave. Aussi, Ermaëlle n'avait jamais pris la peine de s'intéresser à ce type de sentiments. Cela expliquait son manque d'expérience. Du moins, jusqu'à dernièrement. C'était bien la première fois que quelqu'un lui avait demandé des conseils au sujet d'une femme... Et ce serait sûrement la dernière fois qu'Ebao l’interrogerait à ce propos, étant donné l'échec qui avait suivit leur discussion ! Il n'en restait pas moins qu'ils en riraient encore en y repassant d'ici quelques années ! Au moins, le chevalier avait essayé. Il aurait peut-être plus de chance la prochaine fois.

La jeune femme se contenta de hocher la tête quand Ebao lui annonça qu'il partait déposer le faux à sa place. Une fois le chevalier partit, Ermaëlle entreprit de rassembler ses affaires. En prenant sa sacoche, l'ancienne esclave jugea bon de s'assurer que l'autre livre qu'elle emportait toujours avec elle était à l'intérieur. Au grand soulagement de la jeune femme, le recueil était toujours là, précautionneusement emballé. Ermaëlle le déposa sur le bureau le temps de ranger son Ouvrage et une partie de son matériel à l'intérieur. Les possessions de la jeune femme se résumaient à cela. Son Ouvrage et un peu de matériel. Sans oublier un livre dont elle se serait bien passée. Livre qui retrouva bien vite le reste de ses affaires. A présent, il ne restait plus que les restes des matériaux que l'ancienne esclave avait utilisé pour fabriquer la copie. L'ancienne esclave eut quelques difficultés pour que le tout entre dans son sac.

Cette tâche achevée, Ermaëlle délaissa son sac quelques instants, attrapant la bourse qui se trouvait toujours sur le bureau. Encore un peu et elle l'aurait oubliée. Au moment de prendre connaissance de son paiement, la jeune femme stoppa net son geste. Elle tenait entre ses mains ce qui lui permettrait de commencer une nouvelle vie...  Cette réalité se faisait de plus en plus présente dans son esprit, et l'ancienne esclave n'était pas certaine d'être prête à l'accepter. Aussi, Ermaëlle préféra ranger la bourse dans sa sacoche sans même regarder son contenu. Elle s'y intéresserait plus tard. De plus, Ebao n'avait aucune raison de ne pas la payer comme convenu. L'argent était là et la jeune femme le savait. C'était amplement suffisant pour elle.

Alors qu'Ermaëlle continuait son rangement afin de rendre la pièce dans le même état qu'elle l'avait trouvé, elle remarqua que le livre dont elle avait fait une copie se trouvait toujours sur son bureau. Cela n'avait rien d'étonnant. Quand Ebao était venu chercher ce dont il avait besoin, l'ancienne esclave avait finit sa besogne depuis très peu de temps. Aussi, elle n'avait pas eu le temps de mettre l'original à l'abri, à savoir dans un coffre fermé d'un cadenas. Il s'agissait-là d'un dispositif de sécurité supplémentaire, au cas où quelqu'un essayerait de subtiliser le livre même en la présence de gardes.

Ermaëlle se permit d'observer à nouveau l'ouvrage. Elle voulait être certaine que son faux était assez convaincant pour que le voleur tombe dans le piège. A cause de la fatigue, il fallut plusieurs minutes à la jeune femme pour être totalement rassurée sur la qualité de sa copie par rapport à l'original. L'ancienne esclave referma l'ouvrage avec délicatesse. A présent, il ne restait plus qu'à attendre et espérer que le voleur ne se rendrait pas compte de la supercherie.

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 20
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: Soustraction frauduleuse de bien d'autrui [ft Ermaëlle]   Jeu 26 Avr - 12:15

Mais ce ne fut pas toi qui arriva le premier dans le petit bureau de la zone militaire.

Tu étais encore occupé à installer le faux derrière la vitrine où aurait du se placer l'original. Tu n'avais aucune raison de te douter qu'à l'instant même, une silhouette sombre et très haute venait d'assommer un des deux gardes poster à l'entrée de la pièce.

Comment elle était entrée ? C'était un mystère sur lequel tu n'aurais pas de réponse avant que l'évidence ne te saute aux yeux par son uniforme: le coupable était du milieu. Un garde, tellement sous tes yeux qu'il en était invisible et insoupçonnable. Ayant accès à tous les lieux, ayant accès à diverses informations... Le garde avait du finir par remarquer que plusieurs de ses collègues étaient régulièrement postés à ce bureau.

Cela aurait pu paraître anodin dans une zone militaire, et il avait surement pensé qu'il s'agissait d'un stock d'arme, mais le doute et la fierté du voleur l'avaient conduit à finalement se renseigner, il y a de ça quelques jours... Et plus que ses collègues, c'est toi Ebao, chevalier d'Hetenlaud faisant des allers et retours plutôt longs dans un stock d'arme qui avait achevé ses soupçons.
Il t'avait quelque fois accompagné pendant que tu faisais le tour de la ville, à sa propre recherche. Quelle ironie, il s'était tenu à côté de toi à plus d'un instant... Bien présent mais comme éludé par ton cerveau. On doute rarement des siens. Ou on doute trop tard. Quand le mal arrive.
Dans tous les cas, il savait que tu le cherchais... Qu'est-ce qu'un homme à la recherche d'un voleur aussi glorieux que lui pouvait faire dans un stock d'arme ?

Il avait finalement comprit plus vite que toi. Et tu reprenais le chemin du retour quand il faisait face à Ermaëlle.
La jeune femme était en train de feuilleté l'original quand l'homme tendit son épée vers elle, un léger sourire sur le visage:

-Tiens tiens... Et l'ultime protection de cette relique est donc... Une servante ?

Un rire méprisant se fit entendre... Il ne pouvait pas se douter qu'elle était faussaire.

-Quel homme inconscient ce Sir Kuza quand même... Et si vous coopériez et me donniez ce livre mademoiselle ?

Il fallait lui reconnaître qu'en effet, tu avais été quelque peu inconscient dans ce cas... Et ton instinct ne te dictait pas d'aller plus vites dans tes pas... Aussi regagnais tu tranquillement le bureau où se trouvait Ermaëlle.

HRP: Oh mon dieu, je m'excuse vraiment du temps que je met à répondre à chaque fois --'

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 120
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: Soustraction frauduleuse de bien d'autrui [ft Ermaëlle]   Ven 27 Avr - 21:33

Ermaëlle ne se rendit compte de la teneur de la situation qu'au moment où le voleur s'adressa à elle. Surprise, la jeune femme fit volte-face, serrant contre elle le précieux ouvrage. En voyant l'épée nue devant elle, l'ancienne esclave fit un pas en arrière. Elle se serait bien reculée d'avantage, mais l'ameublement de la pièce ne le lui permettait pas. L'espace d'un instant, la jeune femme chercha une échappatoire. Sans résultat cependant. La porte se trouvait derrière le voleur et s'enfuir par la fenêtre était impossible, non seulement à cause de la hauteur mais aussi parce qu'Ermaëlle n'aurait pas le temps de la rejoindre sans que l'homme ne puisse la rattraper entre-temps. Un frisson parcouru le dos de la jeune femme. Elle était prise au piège !

L'ancienne esclave pensa à un instant à appeler les gardes à l'aide. Cependant, Ermaëlle chassa rapidement cette idée de son esprit. Le voleur était entré par la porte. Il avait obligatoirement croisé les personnes qui s'occupaient de garder la pièce. Et s'il était tout de même ici, c'était que les gardes n'étaient plus en état de l'aider... Que faire, que faire ?! Se battre ? Avec quoi et avec quelle expérience ?! Les esclaves n'avaient pas droit à une éducation militaire, pour réduire les risques de soulèvement ou de révolte. Le corps-à-corps n'était pas envisageable pour les mêmes raisons. Ermaëlle se maudit pour cette ignorance. A croire que le fait qu'elle soit en vie ne tenait qu'à sa seule chance, chance toute relative ! Il n'y avait qu'une seule solution. Gagner du temps. C'était la seule chose à faire...

« … Ce livre ne vous revient en aucun cas. finit par dire Ermaëlle, après avoir rassemblé le peu de courage qu'elle avait. Ne commettez pas un acte que vous pourriez regretter. On ne laisse jamais une simple servante sans surveillance. » continua la jeune femme.

La jeune femme ne savait pas si ses mots avaient eu un quelconque effet. Elle n'était pas la plus grande oratrice de tous les temps, ni la plus rusée ou celle avec le plus de répartie... Après tout, si ce voleur semblait avoir une confiance presque aveugle en ses capacités, il ne lui semblait pas idiot pour autant. L'homme ne serait pas ici, dans le cas contraire. Ermaëlle resserra ses mains sur l'ouvrage. Une chose était sûre, l'ancienne esclave ne se risquerait pas à donner le livre au voleur. Il s'enfuirait et Ebao n'aurait plus qu'à tout reprendre à zéro, avec un voleur qui serait sûrement bien plus prudent qu'auparavant. Un voleur doit elle connaissait désormais certains des traits ainsi que la voix. Il n'avait aucune raison de la laisser en vie, si elle lui donnait l'ouvrage. Quelle douce ironie... Sa survie était une fois de plus liée à un livre...

( HRP : T'inquiètes pas. On a tout notre temps. ^^ )

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 20
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: Soustraction frauduleuse de bien d'autrui [ft Ermaëlle]   Sam 28 Avr - 13:52

Tu avançais tranquillement atteignant la zone militaire quand tu la vis. Elle était habillée de l'uniforme des servantes, ses longs cheveux bruns lui tombaient dans le creux du dos et sa peau tannée démontrait qu'elle était plutôt originaire du sud. Evidemment tu avais plus ou moins anéantie toutes tes chances à partir du moment où tu avais écouté les conseils d'Ermaëlle. Et si la jeune femme s'était révélée devenir une très bonne amie tu ne pouvais ignorer la teneur totalement dénuée d'intérêt de ses prescriptions amoureuses...

Mais peut-être pourrais-tu retenter ta chance ? Après tout tu n'étais pas du genre à abandonner, et cette femme était vraiment magnifique ! Comment pourrait-elle résister à un bel homme comme toi ? Chevalier qui plus est ! Une alliance plus qu'avantageuse si on s'en tenait aux recommandations sociales.

Décidant de faire attendre un peu plus Ermaëlle, mais conscient que tu reviendrais avec un nouveau sujet de conversation, tu t'avançais d'un pas léger vers la jolie servante. Cette dernière prit sur elle pour ne pas manifester son embêtement et rester poli... Oui Ebao, ça t'a peut-être échappé, mais tes intentions à son égards ne lui plaisaient vraiment pas.

C'est dans une énième tentative de séduction que tu t'engageais tandis que ta présence était requise ailleurs, là où l'ancienne esclave faisait face au voleur que tu traquais depuis plusieurs jours déjà !

Revenons à ce voleur, dons tu ignorais tout. Ce dernier s'avançait toujours vers Ermaelle avec un sourire amuse jusqu'à ce qu'une lueur de doute ne traverse son regard... Pas une simple servante ? Se pourrait-il que... Que...

Il avait entendu des rumeurs, des rumeurs de magie !

Plus ancienne que les Laüd eux-mêmes, on racontait que des magiciens se cachaient dans le grand nord et la jeune femme n'avait pas l'accent du pays... Et si... Et si c'était une sorcière ? Comme dans les légendes ? Celle racontées par les ménestrels devant les grands feux lors des soirs d'hiver ? Celles qui le passionnaient autant qu'elles l'effrayaient depuis sa plus tendre enfance ?

Après tout... Un chevalier n'aurait pas laissé une relique sous si peu de garde... Ou il aurait été particulièrement idiot !

Heureusement pour Ermaëlle, le voleur t'avait observé et te tenait en bonne estime. Il te considérait comme quelqu'un d'assez vif. Particulier mais pas idiot ! Il se dit donc qu'Ermaëlle avait surement raison... Qu'elle n'était surement pas qu'une simple servante, qu'il l'avait sous-estimé. Il s'arrêta dans sa progression mais n'abaissa pas son arme. La pointe plus fermement dirigé vers l'ancienne esclave.

-Qu'êtes vous ?

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 120
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: Soustraction frauduleuse de bien d'autrui [ft Ermaëlle]   Dim 29 Avr - 0:35

Ce qu'elle était ? Non, la question était tournée différemment. La question n'était pas '' Qui êtes-vous ? '' mais '' Qu'êtes-vous ? '' . A croire que le brigand la pensait être d'une autre espèce que de la sienne. A la connaissance de l'ancienne esclave, il n'y avait pas d'autres créatures qui ressemblaient à des humains en ce bas-monde. Bien sûr, Ermaëlle ne connaissait pas tout du monde qui l'entourait, mais si de pareilles peuplades existaient, elles auraient très certainement fait parler d'elles au cours du temps. Cela n'empêchait pas des légendes d'exister, bien sûr, et Ermaëlle avait même eu le loisir d'en lire certaines ou d'en faire la lecture à d'autres. Parmi elles, la jeune femme pouvait citer de tête les Changeurs de Peau ou les Dames des Neiges. Des premiers, on disait que ces puissants magiciens pouvaient changer de forme en se couvrant de la peau de l'animal, ou de la personne, qu'ils souhaitaient. Certaines mères effrayaient même leurs rejetons en leur disant que s'ils n'étaient pas sages, les Changeurs de Peaux viendraient les chercher et que plus personne ne les reverraient. Pour les seconds, il s'agissait de créatures bien plus vertueuses, qui dit-on, guident les malheureux perdus dans les tempêtes de neiges. Dans ce dernier cas, il y avait des chances que cela ne soit du qu'à des hallucinations provoquées par le froid et la neige. Pour ce qui était des Changeurs de Peaux, Ermaëlle s'était toujours dit que des conteurs avaient confondus des gens qui se protégeaient du froid à l'aide de peaux de bêtes avec des sorciers.

Toujours est-il que c'était bien la première fois qu'on demandait à Ermaëlle ce qu'elle était de cette façon. Le voleur sembla resserrer sa prise sur son arme. Cela ne fit que renforcer la crainte de l'ancienne esclave. A quoi pouvait bien penser le voleur ? Voyait-il en elle une quelconque menace ? Ses mots devaient lui avoir fait un sacré effet pour qu'il en arrive à cette conclusion !

… Devait-elle profiter de cet apparent doute ? Non ! Son épée était trop proche pour qu'elle puisse prendre un risque de cette envergure ! Ermaëlle tenta de calmer son cœur qui battait une folle cadence en essayant de se concentrer sur autre chose que la situation présente. Cela ne fonctionna qu'à moitié. Plus que personne, Ermaëlle savait quand un danger la guettait. Aussi, elle avait le plus grand mal à faire abstraction d'un danger lorsqu'il se trouvait devant elle pour réfléchir et trouver une solution adéquate.

« … Une femme venue du Nord. » se contenta de répondre Ermaëlle, sur un ton qu'elle voulait assuré.

L'ancienne esclave se demandait bien ce que cette réponse lui apporterait comme ennuis. Elle avait presque formulée cette réponse machinalement. Pourtant le voleur avait bien du remarquer qu'elle n'était pas d'ici, ne serais-ce que par son apparence et son accent ! Ermaëlle sentit une boule se former dans sa gorge. Elle ne tiendrait pas très longtemps ainsi ! Bien sûr, les habitants de l'Empire avaient une réputation toute faite dès qu'ils quittaient leur territoire. Mais de là à ce qu'elle, une ancienne esclave qui n'était même pas taillée pour le combat, inspire de la crainte à quelqu'un, il y avait un immense ravin... Le voleur allait bien finir par se rendre compte de quelque chose et là... Ermaëlle sentit un frisson lui parcourir le dos. Elle ne voulait même pas y penser...

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 20
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: Soustraction frauduleuse de bien d'autrui [ft Ermaëlle]   Dim 29 Avr - 22:44

La servante refusait tes avances. Encore une fois.
Tu devais te rendre à l'évidence, tu ne devais pas être son type... Ou peut-être étais-tu un peu trop lourd à son goût ? Cela devait être ça ? A t'approcher d'elle comme ça alors qu'elle ne demandait qu'à faire son travail... Et si... Et si elle était tout simplement déjà prise ? Après tout, tu n'avais jamais assez parlé avec elle pour le déterminer. ..
Quel idiot, et si tu avais débuté par le commencement avec cette fille au lieu de l'inviter à des événements les plus nuls les uns que les autres !

C'est agacé par toi même que tu regagnais la pièce où tu avais laissé Ermaëlle. Avant de partir, tu t'étais évidemment assuré de laisser des gardes... Aussi trouvais tu étrange qu'il n'y en ait qu'un, et qu'il soit actuellement inconscient un peu plus loin...
Oh bien sur on l'avait laissé dans une position qui pouvait prêter au sommeil, mais tu étais celui qui avait laissé deux gardes devant la porte, tu n'étais pas assez idiot pour penser que les deux étaient étrangement inaptes à garder la dite porte...

Quelqu'un avait du entrer et ton sang ne fit qu'un bon quand tu compris que c'était lui, le voleur. Une obsession quasi viscérale, celle qui te tenait depuis plusieurs jours, t'envahit: tu devais l'attraper et ce n'était pas autrement !
Dans ta fougue tu faillis entrer en trombe dans la pièce et trahir ta présence, mais tu devais user de maîtrise et procéder par étape. La porte était peut-être fermée, et signifier ta présence reviendrait à mettre la vie d'Ermaëlle en danger... En espérant qu'elle aille bien, ce dons tu devais t'assurer avant toute chose !

Aussi, d'un pas lent tu t'avançais vers la petite fenêtre et tu te penchais pour au moins entendre ce qui s'y disait.

-Du nord ! La voix du voleur était comme un acoup violent. Il ne semblait pas la contrôler, comme si une panique soudaine venait de l'envahir. Vous êtes une sorcière c'est ça ! AVOUEZ !

Un bruit lourd suivit de verre cassé. Il semblait avoir donné un coup dans le vase... Le seul vase de la pièce... Au moins tu parvenais à le situer... Mais tu ne pouvais pas rester sans rien faire ! Ermaëlle était très certainement en danger avec un simple d'esprit la prenant pour une sorcière ! (quelle idée)

Tu retournais donc vers la porte, et tentais de l'ouvrir discrètement. Mais celle ci se mit à grincer et l'homme sembla se retourner à vive allure:

-Qu'est-ce que c'est ?! L'un de tes SORTS ?! Tu mériterais que je t'égorge sorcière !! N'essaie pas de me piéger !


Mais de toute évidence, il avait trop peur des "pouvoirs" d'Ermaëlle pour s'en approcher. Par contre la porte.. Des pas se firent entendre, il venait, il s'approchait... C'était le moment !

Tu bondis à l'intérieur de la pièce mais tu te rendis compte, deux secondes trop tard que tu n'avais pas l'effet de surprise. Une parade et il se débarrassait de ton épée, l'envoyant un peu plus loin. Quel idiot tu faisais !

Satisfait de te voir désarmé aussi bêtement, le voleur eut un rire gras:

-J'ai faillis me laisser berner... Mais elle cherchait juste à gagner du temps pas vrai ? La prochaine fois soyez plus discret Sir.... Maintenant donnez moi ce livre !!

Il se tournait vers Ermaëlle et lui tendait la main, prêt à prendre la vieille relique... Tu te reprochais maintenant de ne pas avoir laissé le faux ici... Si ce livre avait été le faux, il n'y aurait eu absolument aucun problèmes...

HRP:
 

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 120
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: Soustraction frauduleuse de bien d'autrui [ft Ermaëlle]   Lun 30 Avr - 22:24

Une sorcière ?! Le mot claqua aux oreilles de la jeune femme comme la sangle d'un fouet. En voilà une idée étrange ! Cet homme était bien superstitieux pour penser une telle chose ! Cela ne rassura pour autant Ermaëlle. Dans des temps plus anciens, les femmes considérées comme des sorcières avaient la plus mauvaise des images. Autant dire que l'ancienne esclave ne tenait pas à passer au fil de l'épée à cause des craintes infondées de ce voleur ! Bien trop effrayée à cette idée, l'ancienne esclave n'osa pas répondre à l'injonction du voleur. S'il interprétait mal ses mots, il pourrait commettre un acte bien plus grave qu'un vol !

Ermaëlle sursauta quand le voleur brisa le vase. L'homme ne sembla pas remarquer les conséquences de son geste, car il persista à la menacer avec son arme sans même porter un regard sur les éclats qui jonchaient le sol. L'ancienne esclave ne put s'empêcher de sursauter à nouveau quand la porte grinça. Quand le voleur vociféra à nouveau, la jeune femme ne ferma instinctivement les yeux, serrant d'avantage le livre contre elle. L'un de ses sorts ? Et puis quoi encore ?! Ermaëlle sentit son cœur battre la chamade à nouveau. Elle n'avait rien fait ! La jeune femme ne pouvait même pas bouger sans risquer de finir embrochée ! Ce voleur était fou pour croire qu'elle était capable de fomenter quoique se soit contre lui !

En entendant le bruit que firent les deux épées en s'entrechoquant, Ermaëlle rouvrit les yeux. Ebao ! Sur l'instant, la jeune femme fut soulagée en voyant le chevalier ! Ce sentiment la quitta vite cependant. Le voleur le désarma avec une étonnant facilité. En voyant l'épée de son ami tomber sur le sol, l'ancienne esclave songea un instant à la récupérer. Mais pour en faire quoi ? Elle n'était qu'une idiote...

Quand le voleur lui ordonna de lui donner le livre, Ermaëlle se contenta de secouer la tête. Aucun mot n'arrivait à franchir ses lèvres. Ebao était désarmé et elle avait toujours le livre. C'était la seule chose qui retenait encore le voleur ici. La jeune femme regarda l'ouvrage puis l'épée. Et si... Elle n'aurait qu'une seule chance, si tenté que le voleur tienne réellement à ce livre. Il fallait que cela fonctionne.

« Ce livre ne vous appartient pas... » murmura la jeune femme, pour seule réponse.

D'un mouvement vif, Ermaëlle jeta le livre aussi loin qu'elle pouvait dans la pièce. Suite à cela, la jeune femme se précipita vers l'épée en espérant que le voleur ne se rendrait pas compte de ce qui était en train de se produire. L'ancienne esclave n'en crut pas ses yeux quand sa main droite se resserra sur la garde de l'épée. Il lui fallut bien quelques secondes pour comprendre qu'elle avait réussit. Resserrant d'avantage sa prise sur la garde de l'arme, Ermaëlle se redressa, priant pour que le voleur n'ait pas eu le temps de la rejoindre et qu'il se soit réellement plus préoccupé du livre que d'elle. Il lui fallait encore un peu de temps. Juste quelques secondes. Ebao devait récupérer son arme.
HRP:
 

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 20
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: Soustraction frauduleuse de bien d'autrui [ft Ermaëlle]   Sam 26 Mai - 14:20

(On admire officiellement ce mois entier d'attente --' désolée, je viens de finir mon mémoire (et accessoirement mon MASTER \o/) et ça me pompait toute mon inspiration j'ai du prioriser sur certains forum (celui dons je suis Fonda clairement XD) Ca devrait aller un peu mieux maintenant :3 )

Ce qui se produisit par la suite relevait du pur instinct, du moins de l'instinct d'Ermaelle. Elle prenait sur elle de jeter le livre à travers la pièce (ce qui devait être compliqué vu son attachement à la relique) et le voleur tournait la tête vers l'objet comme un chien à qui on viendrait de lancer un bâton.
Il allait pour le récupérer quand il sembla entendre un bruit d'acier et se retourna pour faire face à la jeune femme qui avait saisit ton épée. Elle semblait paniquée, et tu ne doutais pas une seconde qu'elle ne sache absolument pas comment l'utiliser... Le voleur non plus, il eut un rictus moqueur et se penchait pour prendre le livre sans la quitter des yeux.

- Et tu comptes faire quoi avec ça ma belle ? Est-ce que tu sais comment ça s'utilise au moins ?

Non. Tu en étais convaincu. Elle n'avait jamais été entraîné à se battre. Elle devait surtout chercher un moyen de rendre l'arme à son propriétaire de manière discrète, mais le voleur l'avait remarqué aussi... La panique agitait tes pensées et tu cherchais une solution, une solution à ce fichu problème... Si seulement ça avait été le faux dans ses mains....

Oh mais... Bien sûr...

- Tu la méprise, tu la prend pour une sorcière mais sais-tu qui elle est au moins ?

L'effet produit fut que le voleur se tournait de nouveau vers toi. Tu ne pourrais pas l'arrêter sans être armé, mais tu devais aussi trouver un moyen de protéger ce livre. La malfrat eu un rictus moqueur, comme s'il te prenait pour un idiot, ce qui était surement le cas. A raison ? C'est un débat que tu soulèverais plus tard.

- Éclaire moi dans ce cas petit Sir.

- C'est une  faussaire...

Ce simple mot eut un effet sur le voleur que tu te surpris à apprécier. Une lueur de doute traversait son regard, son rictus se figeait tandis qu'il prenait la mesure de ce mot et de toute sa fonction. Il jetait un coup d'oeil à Ermaelle, et le résultat était là. Même s'il refusait d'y croire, le doute était installé.

- Tu mens.

- Ah oui ? Pourquoi aurais-je fais surveiller cette pièce et laissé un si précieux livre avec une simple servante... C'est une faussaire, et le livre existe en deux exemplaires...

Les yeux du voleur observaient la pièce, et c'est alors qu'il remarquait les détails et les différents ustensiles. Il prenait la mesure de ce qu'il s'était passé ici pendant plusieurs semaines...

C'est alors, que dans une longueur mesurée, son regard finit par se poser sur le livre.

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 120
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: Soustraction frauduleuse de bien d'autrui [ft Ermaëlle]   Dim 27 Mai - 23:41

( Allons allons, c'est rien ! XD J'espère que tout s'est bien passé avec ton mémoire ! ^^ )

Non, Ermaëlle ne savait pas utiliser une épée. Cependant, elle s'abstint de répondre au voleur. La seule lame qu'elle savait utiliser, c'était un aiguiseur qu'elle utilisait pour ses stylets ou la pointe de ses plumes. Rien de bien dangereux, il fallait l'avouer. En règle générale, il n'y avait que très peu d'esclaves qui avaient le droit de manier des armes, et ils étaient toujours très surveillés. Il n'en restait pas moins qu'Ermaëlle avait déjà vu des personnes utiliser des épées ou d'autres lames. Rien de bien suffisant pour espérer se défendre, il fallait l'avouer. D'un autre côté, ce n'était pas dans les intentions d'Ermaëlle, surtout au vu du poids de l'arme. Pour une personne entraînée, ce poids était sûrement peu gênant, mais pour une enlumineuse qui n'avait connu que la plume, c'était une tout autre histoire.

Maintenant que le voleur était si proche du livre, l'ancienne esclave savait qu'elle n'avait plus le temps de rendre son épée à Ebao. Il allait falloir attendre une faille. Faille qui n'arriverait pas tout de suite, c'était plus ou moins une certitude pour la jeune femme. A présent, le voleur allait se méfier et les garder à l’œil, surtout maintenant qu'il avait le livre en sa possession. Quelle imbécile elle pouvait être ! Ermaëlle n'aurait pas du se séparer de l'ouvrage ! Surtout pour une épée qu'elle ne pouvait même plus remettre à son légitime propriétaire !

Le voleur finit par détourner son attention d'elle pour porter son regard sur Ebao. Ermaëlle ne put s'empêcher de faire de même, tâchant de comprendre la teneur de la situation. Le chevalier venait de révéler sa véritable nature, du moins, en partie. Toujours est-il que le voleur semblait fort surpris de cette révélation, au point qu'il reporta un instant son attention sur elle. La jeune femme tâcha de rester stoïque, bien qu'en réalité, elle n'en menait pas large.

Comme pour renforcer le doute du voleur, Ebao expliqua plus en détail ce qui s'était produit dernièrement. Toujours est-il que son stratagème semblait fonctionner. Le voleur ne semblait plus savoir quoi croire. Intérieurement, l'ancienne esclave jubila, même si cela ne dura que peu de temps, l'esclave sachant qu'ils étaient toujours en mauvaise posture. Il n'en restait pas moins que même si le voleur ouvrait le livre et l'observait sous toutes les coutures, il risquait d'avoir beaucoup de difficultés pour discerner le vrai du faux ou inversement. Ermaëlle n'avait pas passé plusieurs nuits blanches pour que le faux soit facilement reconnaissable.

« … Sir Ebao et moi-même sommes les seuls à pouvoir discerner avec certitude le faux du vrai. ajouta la jeune femme. A vous de voir si vous voulez prendre le risque de repartir avec une copie ressemblante mais sans aucune valeur si ce n'est celle du parchemin et de l'encre. »

Ermaëlle ne savait pas si entrer dans le jeu d'Ebao était réellement une bonne idée. D'un autre côté, au vu de la situation actuelle, le mensonge semblait être la seule échappatoire possible pour empêcher la fuite du voleur. L'arrestation viendrait ensuite. Aussi, accréditer le mensonge en demi-teinte d'Ebao pouvait sûrement leur donner plus de chance d'arrêter ce voleur d’œuvres d'art. Bien sûr, ce n'était pas sans danger, mais un risque de plus ou de moins, cela ne faisait que peu de différence étant donné la situation.

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 20
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: Soustraction frauduleuse de bien d'autrui [ft Ermaëlle]   Mer 6 Juin - 12:05

Le dilemme se discernait dans l'attitude du voleur. Ses regards étaient hésitants, ses épaules s'étaient affaissées. Il doutait.
Ermaëlle venait confirmer ce que tes dires, elle affirmait qu'elle était effectivement faussaire, et qu'hormis toi même, elle était la seule à pouvoir distinguer le véritable ouvrage du faux. D'un point de vue objectif, tu savais pertinemment que tu en serais incapable, tu savais juste lequel des deux était le vrai parce qu'Ermaëlle te l'avait indiqué, mais elle aurait très bien pu t'affirmer que le faux était le vrai, tu n'aurais pas su la contredire.

- Et vous voulez me faire croire que celui-ci est le faux ?

Demandait le voleur, désignant l'ouvrage qu'il tenait en ses mains. Il eut un rictus de mauvaise augure... Il allait tenter de trouver la vérité en vous cuisinant, c'était certain.

- Je ne tombe pas, le faux est surement celui de la vitrine, c'est toujours les faux qui sont exposés !

Fallait-il vraiment qu'en plus de tout ça il soit intelligent ? Tu gardais le visage impassible, sachant que la moindre réaction serait décortiquée et interprétée par ton opposant. La quête de vérité se joue parfois dans les détails.

- Oui je le sais moi aussi, je le sais que ce sont toujours les faux qui sont exposés,
répondais tu.

C'était un jeu d'échec. Une face à face stratégique. Lui faire croire que tu avais prévu cette réaction? que tu avais voulu faire connaître l'existence du faux, alors que ta réflexion n'était pour le coup pas allée aussi loin... Cela sembla cependant dérouter le voleur, qui se remit à douter. Il posait les yeux sur son livre tandis que tu en profitais pour doucement te rapprocher d'Ermaëlle, stoppant toute avancée quand il levait la tête vers toi.

- Je vois...

Son visage se tournait vers Ermaëlle

- Toi ou lui pas vrai ? Tu me sembles moins dangereuse malgré ton arme...

Un rictus il amorçait alors une seconde attaque vers toi, qui était désarmé. Il te frappait au niveau du bras, t'assennait un coup de crosse à la tête et n'était pas assez idiot pour te tuer. Le vol était un délie, le meurtre un crime. Tu avais tenté de riposter, lui donnant un coup de poing qui sonna comme un nez cassé, mais rapidement, tu sentis l'envie de vomir... Tu étais sonné, tu t'appuyais contre un meuble et te mis à tituber. Tu ne pouvais réagir à ce qu'il se passait ensuite. Il se massait d'abord le visage, te traitant d'idiot mais s'était rapidement tourné vers la faussaire toujours armée. Du sang coulait de son nez, mais hormis ses protestations et ses insultes, il n'oubliait pas qu'il devait quand même faire attention à elle, et avait rapidement remonté sa garde.

- Baisse cette arme tu vas finir par te blesser... Tu vas m'accompagner. Je vais récupérer le deuxième livre, et tu vas m'aider à déterminer quel est le vrai.

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 120
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: Soustraction frauduleuse de bien d'autrui [ft Ermaëlle]   Mer 6 Juin - 15:23

Le voleur avait entièrement raison. Certains livres étaient bien trop précieux, ou abîmés, pour être exposés à la lumière du jour. Ebao donna le change rapidement, cependant. Une personne qui avait connaissance du fait que les faux étaient toujours exposés contrairement aux originaux chercherait un endroit sûr où le véritable ouvrage pourrait se trouver. Aussi, inverser le processus pouvait protéger un ouvrage très précieux. L'ombre n'était pas la meilleure des cachettes. Il arrivait des cas où rester en pleine lumière était le meilleur moyen de passer inaperçu.

Ermaëlle ne tarda pas à remarquer qu'Ebao tentait de se rapprocher d'elle. S'il s'approchait encore un peu, la jeune femme pourrait peut-être lui rendre son épée. Ils avaient encore une chance de s'en sortir sans que le voleur ne puisse s'enfuir avec ou sans l'ouvrage. Du moins, c'est ce que la jeune femme pensait avant que le voleur ne s'en prenne à Ebao. A ce moment, la jeune femme voulu crier. Crier pour ameuter d'autres chevaliers, des soldats qui auraient peut-être pu retourner la situation. Mais aucun son ne sortit de sa bouche. Une boule d'angoisse s'était comme formée dans sa gorge. Ermaëlle s'écarta de plusieurs pas, au point de renverser la chaise qui se trouvait non loin du bureau, ce qui eut pour effet de la renverser, elle ainsi que la sacoche qui pendait sur le dossier. Pendant l'altercation, la jeune femme fut obligée de détourner le regard. Elle aurait voulu agir, mais ses muscles étaient comme tétanisés.

On disait les guerriers venus du Nord courageux et dangereux. A cet instant, Ermaëlle aurait sûrement tout donné pour avoir les capacités de l'un d'eux. Elle aurait voulu avoir le caractère de certaines femmes qu'elle avait connu pour répliquer aux remarques du voleur. Mais Ermaëlle n'avait rien de tout cela. Si elle avait survécu jusqu'aujourd'hui, c'était sûrement grâce à la chance. Elle ne devait pas sa survie à des capacités particulières, non. Juste à la chance. C'était pathétique. Cette épée était trop lourde pour elle et si devant quelqu'un qui ne savait pas se battre Ermaëlle aurait pu faire illusion, devant un chevalier... La situation était tout autre.

Ermaëlle ne connaissait pas l'ampleur des connaissances du voleur. D'un autre côté, s'il avait besoin de son expertise, c'est qu'il était incapable d'apercevoir les différences entre le vrai ouvrage et sa copie. Et si... Elle pouvait peut-être... Non. C'était trop dangereux. Le voleur ne s'encombrerait pas d'Ebao. Il trouverait sûrement un moyen de le neutraliser pour le laisser ici afin de n'avoir qu'elle a surveiller et non pas quelqu'un qui pourrait le gêner.

Il fallait gagner du temps. Suivre le voleur signifiait sûrement se jeter dans la gueule du loup mais Ermaëlle ne voyait pas d'autres possibilités. Le voleur semblait ne vouloir qu'elle avec lui. Il aurait inclus Ebao dans sa phrase, dans le cas contraire. La jeune femme exclut donc le chevalier de l'équation. Elle devrait se débrouiller sans lui. Mentir au voleur lui semblait dangereux, mais il ne le saurait pas avant d'avoir quitté les lieux. Dans tous les cas, le vrai livre resterait ici et Ebao et elle s'en sortiraient. Malheureusement, si son stratagème fonctionnait, le voleur s'enfuirait et il serait sûrement très difficile à capturer... C'était un risque à prendre et même s'il n'était pas forcément des plus calculés, Ermaëlle ne voyait pas d'autres issues.

« … Je viendrais avec vous, mais s'il vous plaît, ne lui faites pas de mal. » bredouilla la jeune femme, en indiquant Ebao.

Pour montrer sa bonne volonté feinte, Ermaëlle déposa l'arme au sol avant de se reculer d'un pas. Jetant un regard dans la direction d'Ebao, la jeune femme espérait sincèrement qu'il comprendrait qu'elle n'avait pas le choix. Mais comment lui faire comprendre ? Elle ne laisserait pas le voleur repartir avec le livre. Il n'en était pas question. Ebao le savait, même si elle ne l'avait jamais dit clairement. L'ancienne esclave accordait une grande importance à son Ouvrage. Il représentait son histoire, sa vie, ce qu'elle léguerait aux générations futures. Le livre qu'elle avait copié avait la même fonction, mais pour toute une famille, toute une lignée. Rien que pour cela, la jeune femme ne pouvait pas accepter d'offrir l'original sur un plateau d'argent à ce bandit.

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Soustraction frauduleuse de bien d'autrui [ft Ermaëlle]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soustraction frauduleuse de bien d'autrui [ft Ermaëlle]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Réfléchie bien !
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »
» [Réservé]Du mal pour faire du bien [Rang D]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Gardiens d'Hetenlaüd ::  ::  :: La Zone Militaire-
Sauter vers: