AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Naïa Mùenë
L'Enfant des Bois

L'Enfant des Bois
avatar

 Argent Argent : 30
Force Force : 10
Agilité Agilité : 10
Lieu de résidence : Lamü - Pays de Viteneül
Métier / rôle / rang : Eleveur de lièvres

MessageSujet: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Sam 17 Mar - 23:19

Le temps s'était un peu réchauffé, avec l'approche de la fin de l'hiver, même si le froid persistait encore certain jour et que la neige recouvrait encore les sommets des monts. Quand les nuages arrivaient en plaines, ils avaient tendance à déverser plus de pluie que de neige désormais, bien que tous les matins, la rosée se glace toujours autant en givre matinal qui craquait sous les semelles. Ce matin s'annonçait néanmoins ensoleillé. Un pâle soleil qui avait encore un peu de mal à chauffer la terre, mais donc les rayons bienveillants chauffait déjà le coeur des Hommes. En ce jour lumineux, alors que la brume du matin s'était levée, la place du marché s'avérait bien animée. Le marché de la grande place était ouvert. De nombreux commerçants, comme chaque jour, étendaient leur marchandises dehors, soit sur des stands de bois, soit sur les pavés après avoir préalablement protégé le lieu d'un tapis de soie. Les habitants d'Hàntonael attendaient toujours ce jour avec impatience. Ils faisaient leurs petites courses et la place était animée de divers brouhaha aux tons jovials. Désireux de faire des affaires, les marchants clamaient haut et fort leur produit des plus grandes qualités possibles. Il y avait des stands de toutes sortes, entre les cueilleurs qui éblouissaient la place de leurs plus belles fleurs de milles et une couleur, les bijoutiers qui faisaient rêvés toutes les femmes de la ville avec leurs bracelets et leur colliers scintillants d'argent et d'or, les tisseurs présentant leurs dernières étoffes toutes aussi magnifiquement brodées, ou encore les agriculteurs qui mettaient l'eau à la bouche de leurs dernières récoltes.

Naïa avait vu la capitale de loin. Elle ne passait pas inaperçu dans les vastes plaines d'Hetenlaüd. Ce pays semblait s'étendre sans fin et pourtant, Naïa n'était qu'au début de son voyage. Il fatiguait déjà, fatigué et affamé qu'il était. Il avait heureusement pu passer la frontière facilement, grâce à la neutralité qu'il y avait encore les deux pays et le fait que les gardes n'avaient pas vu en lui une menace particulière. Depuis, l'enfant n'avait cessé de chevaucher sur Karätõn, son cerf domestiqué. A l'approche des imposantes murailles de la grande ville, il avait cependant laisser sa monture en retrait, la faisant attendre bien sagement à l'abri d'un bosquet non loin de là. La ville n'était pas un endroit propice pour un animal farouche tel que lui. Il restait un peu sauvage aussi, il était bien mieux dans les bois et ça, Naïa le savait.

Naïa pénétra donc dans l'immense cité. Son regard en fut tout ébloui. Jamais encore il n'avait vu pareille ville ! Si grande, majestueuse et resplendissante. Rien à voir avec son petit village perdu dans la forêt. Déboussolé, Naïa resta un moment ébahi, le regard s'étirant sur les hautes façades des maisons et les rues qui zébraient le ciel. Jusqu'où la capitale montait-elle ainsi ? Et comment les gens faisaient pour s'y retrouver ? Il n'eut pas le temps de se poser plus de question que les habitants se dirigeant tous vers une même direction tilta sa curiosité. Il se décida à suivre la masse, se fondant en elle, jusqu'à arrivé finalement sur la place du marché. Sitôt arrivé, et même avant, mille et une odeur réveillèrent l'estomac vide du jeune garçon. C'était une occasion à ne pas louper. La foule abondante qui régnait dans ce quartier empêcherait ses larcins d’être découverts. Il décida d'essayer. Près d'un étalage de fruit, il glissa une main dans un panier de pomme pour en subtiliser l'une d'entre elle. Il croyait son coup réussit et s'apprêta à décamper lorsqu'un cri le surpris par derrière :

- Eh toi ! Un voleur !

La femme du stand venait de le voir et n'hésita pas à crier au scandale pour le faire remarquer de tous. Malheur ! Naïa sentit son cœur s’arrêter d’une traite avant de pomper comme un malade dans sa poitrine. Sans plus attendre, l'enfant prit la fuite, gardant le fruit au creux de sa main. Il se faufila avec aisance entre les passants, si vite que ces derniers, même alertés, n'eurent pas la réaction nécessaire pour réagir. Mais tout à coup, Naïa percuta violemment un corps et tomba à la renverse. Une main gantée le saisir aussitôt par un bout de sa tunique au niveau de l'épaule et le redressa d'une traite sur ses jambes. Le regard du garçon croisa le métal d'une armure.

- Je te tiens garnement ! rugit le garde avant de récupérer la pomme volée de sa main libre, tu n'espérais pas t'en sortir aussi facilement dis-moi ?

- Grâce ! gémit Naïa, je n'avais à coeur aucune mauvaise intention !

- Ce n'est qu'un mal de voler les honnêtes commerçants, petit vaurien ! Et tu vas l'apprendre comme il se doit, alors suis-nous sans faire d'histoire !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 145
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Dim 18 Mar - 0:28

Comme à l'accoutumée, Ermaëlle s'était levée tôt. Alors qu'elle vivait à Karn, la jeune femme commençait ses journées avec le soleil. Du moins, si elle ne passait pas trop de temps à travailler, auquel cas l'ancienne esclave était obligée de prendre plus de repos. Et cela faisait un moment qu'Ermaëlle n'avait pas travaillé au point de devoir se lever plus tard que dans ses habitudes. L'ancienne esclave s'était donc levée afin de vaquer à ses occupations et soulager quelque peu Ismelle. Son amie était atteinte d'une mauvaise toux et était obligée de tenir le lit jusqu'à temps que son état s'améliore. Ermaëlle s'occupait donc de la maison, tout en veillant à ce que sa collègue ait tout ce dont elle avait besoin pour se rétablir au plus vite.

Ainsi, une fois prête, Ermaëlle entreprit de faire un peu de ménage. Cela ne lui prit pas beaucoup de temps, étant donné qu'il ne s'agissait que de donner un petit coup de balai ici et là tout en rangeant certaines choses à la place qui leur revenait. Aussi, à la fin de cette tâche, la jeune femme s'installa à la table de la cuisine afin d'entamer la préparation du repas et du remède d'Ismelle. Le médecin avait été très clair. Si Ismelle prenait son traitement quotidiennement, tout irait pour le mieux et il ne lui faudrait pas énormément de temps pour se remettre. Dans le cas contraire, la toux pourrait lui rester un moment sur la gorge...

Le traitement nécessitant une infusion de plantes médicinales, Ermaëlle mit un peau d'eau à bouillir avant de se mettre en quête des ingrédients nécessaires au repas qui serait prit ce midi. En fouillant dans les différents placards, la jeune femme y retrouva une miche de pain à peine entamée, un peu de beurre, ainsi que quelques légumes. Rien de bien consistant, cela se voyait que ni elle ni Ismelle n'avait prit le temps d'aller faire quelques emplettes depuis le début de la maladie de la première. Mieux valait aller acheter un peu de nourriture, surtout que l'époux de son amie devait revenir dans les prochains jours. Il faudrait donc plus de nourriture qu'à l'accoutumée.

Une fois que l'eau assez chaude, Ermaëlle laissa les plantes infuser. Pendant ce temps, la jeune femme alla chercher sa cape ainsi que sa bourse à l'étage. Une fois cela fait, l'ancienne esclave s'en retourna au rez-de-chaussé et récupéra un panier qui se trouvait dans un buffet. Le panier dans une main, Ermaëlle revint à la cuisine. Déposant le panier sur la table, la jeune femme attrapa un chiffon afin de récupérer le récipient contenant l'infusion sans se brûler. Ceci étant fait, Ermaëlle versa le remède dans un gobelet. Avant de l'amener à son amie, l'ancienne esclave laissa le liquide refroidir quelque peu. Ce n'est qu'une fois ce dernier tiède qu'Ermaëlle alla l'amener à son amie. Cette dernière dormant profondément, la jeune femme déposa le gobelet sur la table de chevet. Mieux valait expliquer à Ismelle la raison de sa disparition temporaire. Aussi, l'ancienne esclave rédigea rapidement un mot, qu'elle déposa non loin du gobelet. Au moins, sa collègue ne s'inquiéterait pas et pourrait se reposer en sachant que son foyer était en ordre.

Retournant au rez-de-chaussé, Ermaëlle se saisit de sa cape avant de la mettre sur son dos. Ensuite, la jeune femme récupéra le panier avant de quitter la demeure de son amie. Si elle ne se trompait pas, c'était jour de marché aujourd'hui. Tant mieux, ses emplettes seraient plus simples à faire. L'ancienne esclave marcha donc d'un bon pas, bien décidée à mener sa mission à bien dans les plus brefs délais. La fin de l'hiver se faisait sentir, ce qui attristait Ermaëlle d'une certaine façon. Depuis sa fuite de Karn, il s'agit-là de sa saison préférée parmi toutes. Avec la neige, la jeune femme avait l'impression d'être chez elle. Une fois que le printemps serait là, Ermaëlle risquait d'avoir d'avantage le mal du pays, c'était une certitude...

Une fois arrivée auprès des différents étalages, Ermaëlle entreprit de faire ses emplettes. La jeune femme se rendit dans un premier temps auprès d'un apothicaire, afin de se procurer quelques plantes médicinales pour qu'Ismelle puisse prendre son traitement jusqu'à sa guérison. Ensuite, l'ancienne esclave se mit en quête de quelques fruits et légumes. Avec sa gorge douloureuse, Ismelle ne se nourrissait presque plus que de soupe et de viande bouillie. Autant dire que cela réduisait drastiquement les choix que pouvait faire Ermaëlle. Cela n'empêcha pas la jeune femme de faire une bonne affaire en achetant quelques fruits et même quelques poissons séchés. Cela les changerait quelque peu de la viande. Ces quelques aliments entreposés dans son panier, Ermaëlle décida d'aller se pourvoir de quelques légumes.

Alors qu'elle s'apprêtait à acheter quelques légumes pour compléter les repas à venir, Ermaëlle sursauta en entendant un un cri provenant d'un étal voisin. D'après ce que la jeune femme avait entendu, quelqu'un venait de subtiliser quelque chose. Cherchant du regard le voleur, l'ancienne esclave ne tarda pas à remarquer un enfant en train de fuir. Cependant, elle était bien trop éloignée de lui pour intervenir de quelque façon que se soit. C'est alors que le petit percuta une autre personne. Au vu de sa tenue, il n'était pas difficile de deviner qu'il s'agissait d'un garde. A cette idée, Ermaëlle frissonna. Elle se souvenait très bien de sa dernière rencontre avec des représentants de cette profession. Aussi, la jeune femme paya rapidement les légumes qu'elle avait choisit avant de se rapprocher de l'attroupement qui commençait à se forcer autour du garde et du jeune voleur.

Car oui, le voleur était fort jeune. Ermaëlle ne lui donnait pas plus de treize ans. Une chose était sûre, il n'était pas encore réellement entré dans l'adolescence. Pendant quelques instants, l'ancienne esclave chercha la famille du garçon du regard. Après tout, à son âge, il était peut-être accompagné. Mais il n'en était rien. Parmi les badauds, aucun ne s'était approché pour soustraire l'enfant à l'emprise du garde. Le garde n'allait tout de même brutaliser une si jeune personne ! Son larcin ne devait pas être bien important !

« … Excusez-moi. » commença Ermaëlle, d'un ton assez fort pour être facilement entendue par le garde.

A peine eut-elle prononcé ces mots que la jeune femme sentit les regards des quelques badauds sur elle. Dans un même temps, Ermaëlle sentit son cœur s'emballer. Qu'est-ce qui lui avait prit ?! Pourquoi avait-elle fait ça ?! Elle s'était déjà faite remarquée par d'autres gardes, et même si elle n'avait rien fait de mal, l'altercation l'avait on ne peut plus marquée ! A croire que cela ne lui avait pas servit de leçon !

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^



Dernière édition par Ermaëlle Fyrnam le Sam 24 Mar - 0:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Mùenë
L'Enfant des Bois

L'Enfant des Bois
avatar

 Argent Argent : 30
Force Force : 10
Agilité Agilité : 10
Lieu de résidence : Lamü - Pays de Viteneül
Métier / rôle / rang : Eleveur de lièvres

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Dim 18 Mar - 15:06

Un cercle s'était formé entre le garde et sa jeune victime. Cercle formé de nombreux petits curieux qui venaient parfois de l'autre bout du marché simplement pour voir ce qui se passait et faisait tout pour se frayer un chemin jusqu'à la scène d'action. D'autres personnes plus habitué aux vols à la tire ne s'occupaient pas de l'affaire et continuaient leur commission non sans évoquer néanmoins le délit avec les marchands. "Les gosses de nos jours" ou encore "La ville n'est plus ce qu'elle était" fusaient parmi ces mêmes personnes, le plus souvent âgées, qui comparaient les faits avec les temps anciens, rajoutant des "moi à son âge..." ou des "c'est juste une mauvaise éducation ça" de ci, de là. Mais Naïa, après une éventuelle tentative d'échappatoire en se débattant, ce qui ne servit pas à grand chose, cessa aussitôt toute résistance, ne pouvant rien faire pour se libérer de l'emprise d'un homme pareil. Comment avait-il pu penser une seule seconde qu'il avait eu une chance de se défaire d'un être entraîné à attraper des poissons plus coriaces que lui ?

- Ayez pitié Monseigneur ! lança alors l'enfant en désespoir de cause.

Mais tous savaient que la garde d'Hàntonael était sans doute la moins généreuse de toute et qu'il n'y avait pas un homme parmi elle capable de faire preuve de pitié. Elle n'était pas conçue pour ça. Elle était là pour maintenir l'ordre et la discipline et on ne pouvait le faire correctement si on se pliait aux moindres jérémiades. Très vite, la marchande de fruit se fit un passage dans l'attroupement, expliquant les faits au garde qui lui rendit bien gentiment la pomme avant qu'elle ne se sauve immédiatement la remettre à sa place.

- Je vais m'occuper personnellement de ce jeune homme, lança l'homme pour rassurer cette dernière, si les parents de cet enfant pouvaient bien se manifester ! A moins qu'ils ne préfèrent le récupérer à la justice !

Il l'avait clamé haut et fort pour se faire entendre de tous, bien conscient de la foule qui s'était réuni en ce lieu. Voilà qui n'aidera nullement Naïa. Ce n'était pas un père décédé et une mère malade dans un autre pays qui allait pouvoir le tirer d'affaire.

- A...Attendez ! Vous ne comprenez pas, je n'ai pas de parents ici ! s'empressa t-il de dire, supposant que ça pourrait peut-être clarifier les choses.

Grosse erreur. Le garde y voyait là plutôt une opportunité. Gardant sa prise bien ferme sur l'habit du jeune garçon, il répliqua :

- Ah vraiment ? Un gredin des rues ! Voilà qui facilitera la tâche à tout le monde !

Naïa craignait le pire, bien qu'il sache nullement quel sort était réservé à des voleurs de son âge qui n'avait nulle famille pour le soutenir. Ca n'avait pas l'air particulièrement florissant cela dit et le Viteneülor n'avait pas envie de le savoir en fin de compte. Mais c'est alors que le garde s'apprêtait à l'emmener qu'une voix s'éleva parmi la foule, stoppant son geste. Il ne fut pas difficile de savoir qui était à l'origine de cette interruption, car tous les regards la dévisagèrent à présent. Le garde y comprit. L'enfant y comprit. L'homme jugea un instant la femme qui avait parlé.

- Hm...Fyrnam, c'est ça ? fit-il, ce n'est guère votre affaire. Tournez les talons.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 145
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Dim 18 Mar - 23:53

Ermaëlle sentit un frisson lui parcourir le dos lorsque le garde s'adressa à elle par son patronyme. Comment pouvait-il le connaître ? Si son nom n'était pas des plus communs sur les terres d'Hetenlaüd, la jeune femme ne pensait pas qu'il serait si facile à retenir. Ni qu'elle serait si reconnaissable. L'ancienne esclave mit cette déconvenue sur le fait que ses activités étaient de plus en plus connues en ville. Si la situation n'avait pas été ce qu'elle était, la jeune femme aurait presque pu s'en sentir flattée.

Mais la situation n'avait rien d'agréable, surtout pour le jeune voleur. Le vol était commun, surtout dans les grandes villes et Karn et ses alentours ne faisaient pas attention à la règle. Ermaëlle avait déjà assisté à quelques menus larcins, mais n'avait rien dit la plupart du temps. Après tout, certaines personnes n'avaient pas mauvais fond et se contentaient de ces petits vols pour survivre ou faire vivre leurs familles. La jeune femme avait déjà vu certains gardes fermer les yeux sur les actes de certains voleurs. Après tout, que pouvaient-ils faire pour aider ces pauvres gens si même le pouvoir en place s'y refusait ? Il n'y avait pas assez de place dans les cachots pour y enfermer tous les petits voleurs. Le vol était parfois la seule solution, pour espérer passer l'hiver sans trop de heurts. Ce n'était pas pour autant qu'Ermaëlle acceptait ce genre de délit, mais elle le comprenait. L'ancienne esclave aussi aurait pu se retrouver dans ce genre de situation.

Rien que pour cela, la jeune femme se devait d'essayer d'apporter son aide à cet enfant. Après tout, il ne méritait pas la prison pour une pomme. Surtout s'il s'agissait de son premier délit en ces lieux et qu'il n'avait personne pour subvenir à ses besoins. Ermaëlle ne pouvait pas nier le fait que cette situation l'effrayait, mais ce n'était qu'un enfant. S'il n'avait personne pour le protéger ou l'aider, elle pouvait bien essayer. On l'avait aidé plusieurs fois. Il était temps pour elle de faire de même avec quelqu'un d'autre.

Tâchant de calmer les palpitations de son cœur, Ermaëlle entrelaça ses doigts afin d'éviter que quelqu'un ne puisse remarquer les tremblements qui animaient ses mains. La jeune femme se redressa sensiblement, sans pour autant regarder le garde dans les yeux. Elle détestait ce genre de regard. Peut-être était-ce à cause de son ancienne vie. Les esclaves n'avaient le droit de regarder leur maître dans les yeux ou sa famille. Cette interdiction pouvait même être étendue au reste des personnes libres, ce qui rendait plus aisé la différenciation entre les libres et les esclaves, bien que ce n'était pas là le seul moyen de différencier ces deux classes de population.

« … Si je puis me le permettre, ce petit n'a pas de famille. Est-ce vraiment une solution que de l'emmener ? Personne ne peut subvenir à ses besoins. L'emmener n'arrangera rien pour lui et aggravera peut-être même son cas. Il a besoin d'aide, pas de chaînes. »

Étonnée de sa propre audace, Ermaëlle se tut. Resserrant d'avantage ses doigts, la jeune femme se demandait si elle avait bien fait. Il fallait qu'elle réfléchisse... Une loi... Elle en avait lu des tas, dernièrement. Il devait bien en avoir une qui l'aiderait à sauver ce petit de ce mauvais pas, ou tout du moins de lui éviter une punition qui serait trop importante par rapport au méfait commit ! Mais laquelle ?! Il y avait des tas de textes !

« Cet enfant a des droits qu'il faut respecter. Il a le droit d'être défendu et de s'expliquer en ce qui concerne son acte comme n'importe qui. Ce n'est pas à un garde de décider du sort d'un enfant, qui n'a pas de famille ou de référent, mais aux autorités compétentes en la matière. Autant dire que cela prendra un temps fou, mais si un juge apprend que vous avez emmené un enfant sans que ces mesures aient été respectées, vous risquez des poursuites plus importantes que vous ne semblez l'imaginer. »

A la fin de sa tirade, Ermaëlle reprit discrètement son souffle, heureuse d'avoir pu réciter cette loi sans que sa voix n'en tremble. A présent, la jeune femme attendait la réaction du garde avec une certaine crainte. Elle venait de s'opposer à un représentant de l'ordre devant des tas de témoins... Autant dire que cela ne risquait pas de plaire à l'homme et Ermaëlle craignait sincèrement les conséquences de cet acte pour le moins irraisonné à ses yeux...

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^



Dernière édition par Ermaëlle Fyrnam le Sam 24 Mar - 0:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Mùenë
L'Enfant des Bois

L'Enfant des Bois
avatar

 Argent Argent : 30
Force Force : 10
Agilité Agilité : 10
Lieu de résidence : Lamü - Pays de Viteneül
Métier / rôle / rang : Eleveur de lièvres

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Lun 19 Mar - 16:17

Tous ces regards que Naïa avait senti en l'espace d'un instant sur lui lui donnèrent l'impression de lui soutirer d'un énorme poids lorsqu'ils dévièrent tous vers une femme qui avait prit la parole. Naïa aussi, avait pivoté ses prunelles vers la parfaite inconnue, seule âme parmi la foule a avoir osé bravé la justice. Enfin, si on pouvait dire ça comme ça. Disons plutôt qu'elle avait trouvé le courage d'interrompre un représentant de l'ordre, ce qui ne semblait guère courant par ici. Malgré l'éventuelle aide qui semblait s'offrir à lui, Naïa demeura paralysé d'effroi, ne serait-ce qu'à l'idée que l'aide apportée ne serve à rien et qu'il finisse ses jours...Il ne savait pas trop en fait. Prison ? Punition ? Forçat ? ...Mort ? Il ignorait tout des lois de ce pays et n'avait pas vraiment envie de connaître le moindre de leur châtiment. Tout ça pour une pomme franchement...Alors qu'il y en avait des paniers pleins juste à côté. La marchande n'aurait pas fait de différence si elle ne l'avait pas vu faire.

En effet, le soldat connaissait le nom de la jeune femme qui avait osé élever la voix. L'étrangère venue de Karn avait plutôt faire une forte impression la dernière fois envers la garnison, mais à présent, elle devenu civile de la ville et ne demeurait pas totalement inconnue. Il était important pour un garde de s'informer sur les habitants de la ville qu'il protégeait. Mais à l'évidence, il n'avait jamais vu cet enfant de sa vie. Et à l'accent de ce dernier, il n'était pas difficile de deviner qu'il était étranger lui aussi. Venait-il du même pays que Fyrnam ? Même le garde ne saurait le dire. Les accents étaient néanmoins différents, et ça, il pouvait l'entendre. L'homme se tourna complètement vers elle, son armure scintillante sous les rayons du soleil matinal qui parvenaient à passer à côté des rues suspendues au dessus de la tête de chacun, sa main gantée toujours agrippée à la tunique du garçon malchanceux. Le garde semblait peu faire attention au manque d'assurance de la jeune femme tant et si bien qu'il se savait de toute façon supérieur à sa condition. Le genre de poste qu'il occupait avait souvent tendance à se faire croire au dessus des lois. Il n'était pas rare que les gardes en profite pour mettre à profit une autorité qu'ils enviaient.

- Ces chaînes forgeront l'éducation qui manque à ce genre d'énergumène. Nous n'allons certainement pas laisser un petit voleur des rues gambader librement au risque d'une récidive !

Le peuple autour approuvaient les paroles de l'homme. Seules quelques femmes, elles-même mères de nombreux jeunes enfants voyaient l'horreur dans la scène qui se dressaient devant elles et ne désiraient pour rien au monde qu'il arrive la même chose à leurs chérubins. Les paroles suivantes de la jeune enlumineuse fit grimper d'avantage les conversations autour du garde. Ce dernier trouvait d'ailleurs la demoiselle bien impertinente et un peu trop audacieuse pour ce qu'elle était. Ceci dit, l'homme esquissa un sourire narquois sous son heaume avant de répliquer :

- Mais...C'est ce que j'allais faire, l'emmener voir la justice et répondre de son acte.

- N-non, s'il vous plaît ! fit Naïa, je ne veux pas y aller, je ne recommencerais plus !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 145
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Lun 19 Mar - 19:56

Les chaînes n'avaient rien de bon, n'importe quel ancien esclave pouvait en témoigner. Si celles en fer s'enfonçaient dans les chairs et pouvaient même déformer les os des plus jeunes, les chaînes mentales étaient tout aussi douloureuses. On brisait les esclaves dès leur plus jeune âge. Leur identité était liée à leur maître, ils n'en avaient pas une qui leur était propre.  Les chaînes ne donnaient jamais de bons résultats, surtout sur une personne née libre. Un emprisonnement pouvait conduire ce petit à rencontrer des criminels plus endurcis, des personnes qui pourraient le forcer à commettre des crimes bien plus graves. Il pourrait en sortir détruit mentalement. La violence n'amenait rien d'autre que de la violence. De plus, ce petit avait peut-être une famille ailleurs. Elle s'inquiéterait sûrement de ne pas le voir revenir ou de ne plus avoir de nouvelles.

« Les chaînes, toujours les chaînes... répéta Ermaëlle, comme une vieille ritournelle, sur un ton légèrement attristé. Elles sont peut-être utiles dans certains cas, certes, mais en abuser ne mène à rien. Ce petit me semble fort bien élevé. Il s'exprime avec clarté et si son accent s'entend aussi bien que le mien sonne à vos oreilles, il a été bien éduqué. On ne vole pas par plaisir en général, mais par nécessité. S'il avait pu se payer de quoi manger, je suis certaine qu'il l'aurait fait et n'aurait pas risqué d'attirer votre attention, messire. Qui ne serait pas effrayé par quelqu'un comme vous et par sa fonction ? Ce n'est pas un criminel que vous tenez là, mais quelqu'un qui a besoin d'aide. Voyez toute la nuance en ces termes. »

Si Ermaëlle savait sa condition inférieure à celle du garde, elle ne pouvait plus reculer à présent. Maintenant qu'elle était entrée dans l'arène, elle devait combattre. Avec ses mots. C'était bien une chose qui la connaissait, les mots. Encore fallait-il savoir les utiliser pour faire réagir les autres. Après tout, d'autres personnes allaient peut-être se joindre à elle... La jeune femme chassa cette idée de son esprit. Mieux valait partir du principe qu'elle devait se charger seule de cette situation. Cela lui éviterait de prendre trop de possibilités en compte. D'ailleurs... Était-ce un semblant d'hésitation qu'elle venait d'entendre ? A croire que le garde avait une tout autre idée en tête. Mieux valait pousser d'avantage la riposte, pour s'en assurer. Il n'était pas question de laisser cet enfant dans les griffes d'une pareille brute, surtout si la brute en question se permettait de passer au-dessus de certaines des lois les plus élémentaires.

« Si c'est le cas, vous ne verrez aucun inconvénient qu'une lettrée accompagne ce petit, n'est-ce pas ? On ne sait jamais après tout, il pourrait avoir besoin d'un peu d'aide. Ce garçon ne connaît pas les lois de cette cité. Ne pas lui offrir des connaissances adéquates passerait pour une entrave à la justice, si je ne m'abuse. Et nous ne voudrions pas en arriver là, n'est-ce pas ? »

La jeune femme s'étonnait elle-même. Bien sûr qu'elle était impertinente, et à Karn, ses premières paroles auraient été gratifié d'un coup de bâton ou de trique, ou de plusieurs le cas échéant. Ermaëlle  avait même déjà reçu des coups qui ne lui étaient pas réservés. C'était là un acte volontaire, aussi étrange que cela puisse paraître. Un humain ne pouvait pas survivre au-delà d'un certain nombre de coups, et elle s'était déjà dénoncée pour éviter à d'autres une punition qui aurait pu être fatale ou tout du moins très douloureuse. Si la jeune femme n'en était pas morte, elle en gardait quelques marques, dans le dos surtout. Heureusement, ces dernières étaient peu nombreuses, comparés à celles présentes sur ses jambes. Autant dire qu'Ermaëlle les oubliait plus facilement étant donné qu'elles n'étaient pas handicapantes ni très visibles. Toujours est-il que si cette impertinence lui permettait d'aider quelqu'un, l'ancienne esclave pouvait bien étouffer sa peur pour l'utiliser quelque peu. Néanmoins, cela ne l'empêchera pas de se faire discrète par la suite. Elle n'avait pas la carrure de son ancien mentor. Ermaëlle imaginait bien l'homme se diriger vers le soldat, attraper le garçon tout en faisant une quelconque leçon de morale dont il avait le secret. Ça, ou alors il serait directement allé en justice pour avoir gain de cause. Dans tous les cas, il ne serait pas resté les bras croisés et son impertinence, pour ne pas dire sa virulence, auraient été pire que celle de son ancienne apprentie, qui préférait éviter les problèmes là où le vieil homme ne s'en serait pas soucié le moins du monde.

« Personne n'est blanc ici. Tout le monde a déjà commit des actes répréhensibles, que leur importance soit faible ou bien plus importante. Est-ce une raison pour que ce petit subisse les conséquences des vols de d'autres personnes plus habiles pour ce genre de larcin ? Juste parce qu'il n'a pas les capacités de se défendre ? Parce qu'il n'a pas quelqu'un pour le protéger, pour s'occuper de lui comme l'on fait nos parents ? Faire un exemple avec lui n'empêchera pas les vols, bien au contraire. Si cela pouvait résoudre les problèmes de criminalité, Karn et les autres villes de l'Empire seraient les lieux les plus calmes et les plus sûrs de ce monde. »

C'était peu de le dire... Ermaëlle ne se souvenait plus du nombre de fois où elle avait eu la connaissance de pendaison pour des récidives ou des larcins divers. A cela, il fallait ajouter les sévices faites sur les esclaves. S'il fallait éviter d'abîmer de trop cette partie de la population, afin qu'elle puisse toujours être utilisée, les maîtres ne se gênaient pas pour infliger quelques sévices aux plus récalcitrants afin de faire un exemple. Exemple qui ne servait pas forcément, des révoltes d'esclaves ayant déjà eu lieu plusieurs fois par le passé. A croire que si la violence pouvait mettre en sommeil les envies de révoltes, elle ne les étouffait pas pour autant.

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^



Dernière édition par Ermaëlle Fyrnam le Sam 24 Mar - 0:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Mùenë
L'Enfant des Bois

L'Enfant des Bois
avatar

 Argent Argent : 30
Force Force : 10
Agilité Agilité : 10
Lieu de résidence : Lamü - Pays de Viteneül
Métier / rôle / rang : Eleveur de lièvres

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Lun 19 Mar - 20:54

Il semblerait que la jeune femme prenne de plus en plus d'aisance à la défense de l'enfant, ce que la population autour d'elle remarquait aisément. A vrai dire, le discours de la demoiselle ne faisait que renforcer le brouhaha derrière elle. Personne encore n'avait osé se mettre en travers le chemin d'un garde, même quand c'était nécessaire. Malheureusement, tout n'était pas toujours rose dans la capitale et les gardes n'étaient pas tous gentils et généreux, vaillants et uniquement partisan d'une justice sûre et saine. D'autres, comme celui-ci visiblement, étaient plus belliqueux et avide de pouvoir, cherchant sans cesse un moyen de se faire à la fois admirer et craint de la population qu'il était censé protéger.

- De quoi vous mêlez-vous ? gronda le soldat, vous voulez peut-être partagé une cellule avec lui pour entrave à la justice ?!

La voix de l'homme s'élevant, la population jugea étrangement bon de se reculer d'un ou deux pas, comme si elle était susceptible de servir de souffre-douleur au soldat corrompu. Par ailleurs, l'homme s'empara des mains de Naïa pour les lier non sans force dans son dos. Lorsqu'il eut fini, ce qui en était de même pour la suite de ce que la jeune femme avait encore à dire, le garde répliqua aussitôt :

- Sûrement pas, vous n'êtes pas autorisé à vous charger d'affaire de justice. Qui plus est, je crois pouvoir affirmer que les juges de la ville seront parfaitement à même de lui faire la lecture s'il n'y a que cela pour lui faire plaisir !

Mais Ermaëlle n'en démordait pas. Allez savoir si c'était l'air de la grande cité qui lui avait permis de se forger ainsi à prendre la parole face à une personne qui, autrefois plusieurs de ses collègues avaient brutalisé dans le Jardin Suspendu.Visiblement, ce garde là était d'une autre trempe, que l'alcool n'affectait nullement son jugement mais que ce dernier restait cruel en toute sobriété. Il était visiblement décidé à montrer qui était le chef dans ce duel verbal. Naïa, ainsi immobilisé, gardait cette fois-ci sa langue bien au fond de sa bouche, mais ne pouvait retenir les tremblements qui agitaient ses épaules.

- Humpf, vous les connaissez bien les règlements de Karn n'est-ce pas ? lança froidement le soldat, vous auriez dû y rester !

Il n'était pas impossible non plus que cet homme avait également un problème avec les étrangers. Il était sans doute de cette catégorie d'humain qui n'avait de respecter que pour son propre peuple sans se soucier des autres tant que ces derniers restaient chez eux. Malheureusement pour lui, cette jeune femme était intégrée désormais à la société d'Hetenlaüd et il n'avait plus que l'enfant pour se défouler. Il n'appréciait guère l'insolence de la jeune femme et serait bien tenté de l'arrêter elle aussi. Mais tout à coup, il y eut du grabuge non loin de là. Au coin d'une rue juste derrière la scène, un petit groupe de gardes passa rapidement sans prêter attention à la place du marché, disparaissant rapidement dans la rue suivante. Soudain, l'un d'eux aperçu son congénère qui dépassait de loin la majorité de la foule en taille, s'arrêtant au passage pour l'appeler.

- Grosse bagarre dans l'allée centrale, on a besoin d'hommes, dépêches-toi ! hurla t-il avant de disparaître à son tour.

Déconcerté, voilà le garde prit au dépourvu. Bien évidemment, il ne pouvait laisser un voleur en fuite, mais il ne pouvait pas non plus ignorer l'appel de la patrouille. Il semblerait qu'il n'avait pas tellement d'autre choix que d'abandonner le délit le moins grave. Puis qui sait, il aura peut-être l'occasion de recroiser son chemin plus tard. Il reporta alors son regard sur la jeune femme, puis, d'une violence sans borne, expédia le garçon sur elle avant de lancer :

- Vous aimez les lois ? Parfait ! Alors vous n'avez qu'à l'y conduire vous-même devant les juges, si vous en avez le cran ! Dame-à-la-langue-bien-pendue !

Il ne perdit pas de temps pour quitter la place du marché et se hâter à rejoindre le lieu de représailles qui se trouvait plusieurs rues au loin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 145
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Lun 19 Mar - 21:52

Rester à Karn ?! Ermaëlle n'aurait pas demandé mieux ! Malgré tous les problèmes de son empire de naissance, il restait son premier foyer ! Cependant, la jeune femme se garda bien de le dire pour éviter de donner des pistes d'arguments au garde. Retenant à grand peine le premier juron qui lui était venu à l'esprit pour qualifier le rustre présent devant elle, l'ancienne esclave se contenta de resserrer d'avantage ses doigts, au point que les jointures de ces derniers commencèrent à blanchir. N'y prêtant guère un regard, Ermaëlle porta plutôt son attention sur l'enfant. Le pauvre petit, il tremblait. Il fallait en finir avec cette histoire et vite.

Ermaëlle n'eut pas le loisir de poursuivre la joute verbale engagée. Un petit groupe de garde passa non loin d'eux et interpella le rustre qui n'eut pas d'autre choix que de les suivre. La jeune femme se sentit plus détendue, tout à coup. On pouvait dire que cette joute s'était terminée par forfait, d'une certaine façon, mais elle avait tenu bon. Pour une fois... L'ancienne esclave n'eut cependant pas le temps de savourer cette demi-réussite. D'un mouvement violent, le garde envoya le garçon sur elle. Ne s'y attendant pas le moins du monde, Ermaëlle eut du mal à rester campée sur ses deux jambes tout en rattrapant l'enfant dans ses bras. L'une de ses jambes la lâcha même au moment où elle rattrapa de justesse l'enfant, au point que la jeune femme fut obligée de poser genou à terre. Instinctivement, l'ancienne esclave glissa sa main derrière la tête du garçon, afin d'éviter qu'elle ne heurte en première le sol en cas de chute.

Heureusement, aucune chute ne se produisit. Au bout de quelques instants, Ermaëlle trouva la force de se redresser, non sans une grimace. Si sa jambe n'avait pas été heurtée de plein fouet, le choc ne l'avait pas épargné pour autant. Cependant, cela n'empêcherait pas la jeune femme de marcher. Elle devrait juste faire attention et s'asseoir dès qu'elle le pourrait pour éviter de trop se fatiguer. Une fois plus ou moins campée sur ses deux jambes, Ermaëlle relâcha délicatement le garçon. Gardant tout de même ses mains délicatement posées sur ses épaules, la jeune femme s'assura d'un bref regard que tout allait bien pour lui. Aux premiers abords, rien ne semblait être à signaler. Ermaëlle ne put retenir un soupir de soulagement. Le plus compliqué était passé. A présent, tout devrait bien se passer.

« Tout va bien, mon petit ? Ce rustre ne t'as pas fait mal ? » demanda la jeune femme, avec douceur.

Se souvenant des liens qui entravaient encore les mains de l'enfant, Ermaëlle le contourna afin de pouvoir le libérer. Pour éviter de blesser le garçon, l'ancienne esclave tira délicatement sur les liens pour les desserrer petit à petit. Sur le coup, la jeune femme se maudit de ne pas avoir emporté sa dague avec elle. Avec une lame, la situation aurait été réglée en quelques instants ! A croire que ce garde avait été marin dans une autre vie ! Au bout de plusieurs minutes, Ermaëlle réussit finalement à défaire les liens. Cette tâche achevée, la jeune femme se frotta les mains avant de dire :

« Te voilà libre. Tu ne devrais pas garder de marques, normalement. On a pas idée d'attacher quelqu'un ainsi... »

Rangeant les restes des liens dans son panier, Ermaëlle se replaça devant l'enfant. Affichant un sourire malgré sa jambe douloureuse, la jeune femme était on ne peut plus rassurée d'en avoir fini avec le rustre. Pour ce qui était du fait d'emmener cet enfant devant la justice, elle y réfléchirait plus tard. Il fallait qu'il se remette de ses émotions avant d'aller voir un représentant de la loi. Ermaëlle n'était même pas certaine qu'un délit aussi mineur mérite qu'on s'y attarde. La loi le souhaiterait, certes, mais l'ancienne esclave se demandait vraiment si c'était une bonne idée en ce qui concernait l'enfant. Après tout, il avait bien assez souffert pour aujourd'hui. Qu'importe ce que pouvait penser ce garde. Il fallait faire passer le bien-être de ce petit avant le reste.

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Mùenë
L'Enfant des Bois

L'Enfant des Bois
avatar

 Argent Argent : 30
Force Force : 10
Agilité Agilité : 10
Lieu de résidence : Lamü - Pays de Viteneül
Métier / rôle / rang : Eleveur de lièvres

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Lun 19 Mar - 22:19

Le remue-ménage qui faisait de l'esbroufe plus loin était pour ainsi dire salvateur, autant pour l'enfant que pour la jeune femme. De telles paroles n'allaient pas être oublier par cet homme, ça s'était certain. Ni le visage de l'enfant d'ailleurs. Heureusement qu'il avait encore le sens du devoir et des priorités, qui obligèrent le garde à laisser tomber tout ça pour s'occuper d'une affaire plus urgente. Pour ainsi dire, le spectacle était terminé et la population rassemblée en ce lieu se désintéressa bien rapidement de l'affaire, retournant à ses habitudes du marché, à croire qu'il n'y avait que le malheur des autres qui méritaient une toute attention.

Naïa ne s'était pas non plus attendu à être projeté de la sorte que la jeune femme, et même s'il aurait pu le deviner d'un moyen quelconque, il n'aurait pas eu la force d'y résister. Par chance, la jeune femme avait eu un bon réflexe en le récupérant de la sorte. Visiblement personne autour n'en n'aurait fait autant. Les sans-abri n'était pas forcément les meilleurs vues dans une cité aussi prestigieuse. La jeune femme de Karn en avait fait les frais à son arrivée ici. Elle ne pouvait que s'estimer chanceuse de s'être un minimum intégrée pour se préserver de ce genre de préjugés.

Etre ainsi rentré dans la jeune femme n'était pas non plus pour plaire à l'enfant, même s'il n'avait pas conscience à ce moment là que cette dernière s'était fait mal dans sa réception. Les deux se redressèrent alors sur leur jambe et Naïa pouvait néanmoins encore sentir une prise sur lui. Prise qui n'en était pas une en réalité, il ne s'agissait que des mains de l'enlumineuse sur ses épaules. Il déglutit en entendant parler la jeune femme mais nia d'un timide signe de tête lorsqu'elle lui demanda si le garde lui avait fait mal. Pour ainsi dire, le soldat l'avait brusqué, mais aucune douleur n'avait été à déploré à ce moment là. Encore heureux ! Cependant, si elle n'était pas intervenue, la donne aurait pu très vite changée.

Lorsque l'enlumineuse passa derrière lui, Naïa n'eut pas le moindre réflexe de fuite, visiblement encore sous le choc de ce qui venait de se passer. Ses jambes se refusaient à bouger mais son esprit lui hurlait pourtant de décamper tant qu'il le pouvait. Mais il restait planté là, immobile, figé même, comme s'il n'osait plus rien faire, jusqu'à ce qu'il sente les mains de la femme tenter de, visiblement, retirer ses liens. Une fois chose faite, Naïa ramena instinctivement ses mains vers lui, jetant un oeil à ses poignets rougit par l'enlacement de la corde. Il n'avait pas été lié suffisamment longtemps pour qu'une telle marque ne dure trop. D'ici quelques minutes, voire moins, ça serait comme si rien ne s'était passé. Loin d'être capable de rendre le sourire à cette femme, Naïa leva son regard vers elle.

- Merci...parvint-il à dire.

Il observa les alentours. Si plus grand monde ne faisait attention à lui désormais, il arrivait encore à croiser quelques regards suspicieux, surtout de la part des commerçants. Il y avait foule et une nouvelle échappatoire serait peut-être risquée. A nouveau, il s'adressa à la jeune femme d'une voix mal assurée :

- V-vous allez me conduire à la justice...?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 145
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Lun 19 Mar - 23:08

Jetant un rapide regard autour d'eux, Ermaëlle se rendit rapidement compte que les badauds avaient reprit leurs occupations. En tout cas, personne ne semblait les écouter. La jeune femme n'en attendait pas moins. Cependant, mieux valait parler plus bas et peut-être même s'éloigner quelque peu, juste par précaution. D'un petit signe de la main, la jeune femme fit signe à l'enfant de la suivre avant de s'en aller en boitant légèrement. Ce n'est qu'une fois éloignée du lieu du drame qu'Ermaëlle reprit la parole :

« Je ne pense pas t'amener devant la justice. finit par dire la jeune femme. Cela ne te seras bénéfique. La prison n'est pas un endroit pour les enfants de ton âge. De plus, l'altercation avec ce garde a du te servir de leçon, n'est-ce pas ? Ermaëlle marqua une pause, avant de reprendre. Je ne pense pas qu'un si petit délit intéresse un juge. Il nous reverra en disant qu'il y a bien mieux à faire, surtout si c'est ton premier méfait en ces lieux. En plus, tu dois avoir des circonstances atténuantes, je suppose. Depuis combien de temps n'as-tu pas mangé ? »

Sans attendre la réponse de l'enfant, Ermaëlle fouilla dans son panier pour en sortir une pomme. Elle pouvait bien en donner une à ce petit. Il en avait bien plus besoin qu'elle. Après avoir vérifié une dernière fois que le fruit n'était pas abîmé, la jeune femme le tendit au garçon avec un nouveau sourire.

« Prends celle-ci, je pense que cela te fera du bien de manger un peu. Ici, il faut s'entraider si on veut vivre décemment. Les habitants ne sont pas forcément bienveillants à l'égard des étrangers. Certains les supportent à peine et d'autres n'en ont que faire de notre présence. Heureusement, il y a aussi de très bonnes âmes. Sans certaines d'entre elles, je ne serais peut-être plus là pour en parler. »

Attrapant sa tresse qui pendait dans son dos, la jeune femme l'enroula à nouveau délicatement autour de son cou. Elle avait rencontré de très bonnes âmes et leur serait éternellement reconnaissante pour tout ce qu'elles avaient fait pour elle. Ermaëlle s'était promit de trouver un moyen de leur rendre la pareille un jour. Elle leur devait bien ça. Que se soit à Jäckon et à sa compagne qui avaient accepté de l'aider même à marcher quand elle ne le pouvait pas. L'ancienne esclave nota dans son esprit d'aller leur rendre visite dès qu'elle le pourrait. Il y avait aussi Ásmundr. Ermaëlle se demandait bien si elle recroiserait l'Arlaüd un jour. Il avait tant à faire, cela serait fort étonnant, mais la jeune femme se disait qu'il y avait tout de même quelques chances qu'elle revoit l'homme un jour. A ces quelques personnes, il fallait aussi ajouter ce garde qui avait accepté qu'elle passe la frontière. Un brave jeune homme qui avait été le premier à lui sauver la vie. De tous, c'était celui que l'ancienne esclave avait le moins de chance de revoir un jour...

La jeune femme se rendit alors compte qu'elle ne s'était même pas présentée. C'était tout de même la moindre des choses, après tout. Si l'enfant ne voulait pas se présenter, l'ancienne esclave le comprendrait tout à fait. Après tout, il est vrai que se confier à une personne inconnue n'était pas une chose aisée. Néanmoins, Ermaëlle tenait à ce que l'enfant sache qui elle était. Au moins, s'il avait un quelconque problème alors qu'il était à la capitale, elle pourrait peut-être l'aider. En refusant de le confier à la justice, Ermaëlle avait l'impression d'avoir une partie des actes que pourrait commettre l'enfant à sa charge. Mieux valait poser des bases saines de suite.

« Je ne me suis même pas présentée. Je suis Ermaëlle Fyrnam. Je viens de Karn. J'étais esclave là-bas. Si tu as besoin d'aide ici, n'hésite pas à me demander. finit par dire la jeune femme. Tu n'es pas obligé de me dire qui tu es, si tu ne le désires pas. Je ne te forcerai pas à me révéler quoique se soit sur ton compte. » ajouta-t-elle, peu de temps après s'être présentée.

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^



Dernière édition par Ermaëlle Fyrnam le Sam 24 Mar - 0:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Mùenë
L'Enfant des Bois

L'Enfant des Bois
avatar

 Argent Argent : 30
Force Force : 10
Agilité Agilité : 10
Lieu de résidence : Lamü - Pays de Viteneül
Métier / rôle / rang : Eleveur de lièvres

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Lun 19 Mar - 23:38

La jeune femme ne répondit pas tout de suite. A son tour, elle regarda autour d'elle comme s'ils étaient épiés. Puis finalement, elle s'éloigna en faisant signe à Naïa de la suivre. Mais à vrai dire, l'enfant ne s'exécuta pas tout de suite, considérant un instant la situation, et ayant peur de lui faire confiance. Il s'en trouvait hésitant. Cependant, la jeune femme avait jusque là tout fait pour l'aider et rien ne laissait supposer que tout ceci serait le but d'un piège en résultat. Il observa un temps la boiterie de la jeune femme, puis prit son courage à deux mains avant de se décider enfin à lui emboîter le pas, sans être rassuré pour autant de son avenir proche dans cette cité. Cité qui avait l'air si prestigieuse, mais ses habitants ne semblaient pas scintiller autant que les murs. Une fois éloignée, les deux protagonistes s'arrêtèrent à l'écart de la foule. Ce fut avec un réel soulagement que Naïa apprit que la jeune femme n'avait pas l'intention de le livrer aux juges. Il approuva rapidement les faits au sujet du garde. Sûr que ça lui avait servit de leçon, du moins sur l'instant. En effet, s'il ne voyait toujours pas d'autres moyens de survie, il allait devoir retenter sa chance. Tout comme elle, il était persuadé, ou du moins s'était convaincu, qu'un juge n'y verrait que peu d'intérêt à se pencher sur son cas. C'était là ce qui aurait été sa seule chance si jamais il avait tout de même été emmené. Cela dit, il n'aurait pas pu éviter l'enfermement quelque part, que ce soit la prison ou un pensionnat ou tout autre.

- Je...Je ne sais plus...répondit l'enfant, à part...quelques racines dans les bois...On ne trouve pas grand chose dehors en cette période de l'année...

Surtout pour le peu de forêt dont disposait ce pays. Naïa avait bien évidemment prit des vivres en quittant son foyer mais depuis le temps qu'il voyageait, même avec l'intelligence du rationnement, il n'avait pas pu tout conserver bien longtemps. C'est alors que la jeune femme sortit une pomme de son panier avant de la lui tendre. Surprit par ce geste après ce qu'il venait de voir de la majorité des habitants de la ville, Naïa resta un moment sans voix, bien que son estomac lui hurlait de l'engloutir immédiatement. Naïa regarda la pomme et la femme à tour de rôle avant de récupérer le fruit dans ses mains et de le mordre à belles dents avec une avidité sans borne. Il mangeait et gardait une oreille néanmoins sur les paroles de la jeune femme. Il avait bien comprit que les étrangers n'étaient pas les bienvenus en ces lieux. On pouvait quand même s'attendre à mieux venant de la plus grande ville du pays. Quand aux bonnes âmes, disons qu'elle-même en était la preuve aux yeux de l'enfant. Qui aurait réagit au garde sans elle ? Personne. Il en était certain.

La jeune femme se présenta ensuite. Karn ? N'était-ce pas la capitale de l'Empire de Kartendark ? Pour la peine, Naïa n'avait que peu quitter son village et ne savait pas grand chose du reste du monde. Cela dit, l'Empire du Nord avait su suffisamment se faire entendre parler de lui pour que même l'enfant connaisse le nom de sa grande ville.

- E-Esclave...? fit le jeune garçon entre deux bouchées de pomme, vous êtes en fuite...?

Un peu trop osée comme question peut-être. Il s'en rabattit à nouveau sur sa pomme pour s'en faire oublier. Néanmoins, grâce à la conversation avec le soldat, il avait bien deviner que la jeune femme était tout autant mal vu parce qu'elle était étrangère. Sur le coup, il avait été trop affolé pour relever le nom de la ville qui avait été cité à ce moment là. Il réfléchit un instant aux paroles de la jeune femme, puis finalement répondit sans lui adresser un regard :

- Je m'appelle Naïa.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 145
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Mar 20 Mar - 20:27

Ermaëlle se contenta d’opiner du chef quand l'enfant lui dit qu'il avait eu du mal à trouver de quoi se nourrir à l'extérieur de la cité. Pour avoir vécu à Karn, elle savait à quel point l'hiver et le froid pouvaient rendre difficile la quête de nourriture. Si la jeune femme n'avait jamais réellement connu la faim, elle avait déjà vu des gens être obligés de se nourrir de racines voire de fouiller dans les ordures des plus aisés pour trouver de quoi subsister. Plusieurs fois, elle leur avait même offert sa propre nourriture. Après tout, ces gens en avaient bien plus besoin qu'elle.

En voyant l'enfant manger avec une telle voracité, l'ancienne esclave sut qu'elle avait fait le bon choix en le défendant. Ce petit n'était pas un brigand. Il avait juste faim. Beaucoup d'autres étaient dans son cas, et parfois, le vol était leur seul moyen de subsistance. Ermaëlle se demandait bien comment endiguer ce fléau... Il devait bien avoir un moyen pour que tout le monde puisse manger à sa faim... Pour ce qui était des autres vols, Ermaëlle persistait à croire que l'emprisonnement n'était pas une bonne solution... Il fallait s'en prendre au mal à la racine. Mais une fois encore, la jeune femme n'avait aucune idée de la manière de faire...

Bien que perdue dans ses pensées,  la jeune femme sentit son sang se glacer dans ses veines quand le petit lui demanda si elle était en fuite. Non... Il n'avait pas pu deviner... Certes, le fait qu'une esclave se trouve dans cette ville était plus qu'étrange, surtout avec les frontières pour le moins hermétiques. D'un autre côté, Ermaëlle était certaine qu'elle n'était pas la seule à avoir réussit cet exploit. De plus, la jeune femme  se voyait mal trouver une autre version des faits. Mieux valait éviter de multiplier les mensonges, au risque de s'y perdre et de finir par révéler la réalité des choses...

Tâchant de garder son calme, Ermaëlle entreprit de rassembler ses souvenirs afin de ne pas commettre d'erreur. D'une certaine façon, ce mensonge était une façon pour elle de protéger les gens qu'elle rencontrait. Moins les autres en savaient sur elle et mieux s'était. Qui pourrait la croire si elle disait la vérité de toute façon ? Son récit était des plus étranges, la jeune femme ne pouvait pas le nier...

« … Enchantée de faire ta connaissance, Naïa. finit par dire Ermaëlle. Pour répondre à ta question, je suis une affranchie. Je suis venue ici pour me construire une nouvelle vie. Un nouveau départ, si tu préfères. Et toi, que viens-tu faire en ces lieux si ce n'est pas indiscret ? Au vu de ton accent, je suppose que tu ne viens pas d'ici, ni même de Kartendark. »

Si Ermaëlle n'avait pas énormément voyagé, si on excepte sa fuite et ses quelques escapades volontaires dans les villes et villages entourant la capitale, elle connaissait tout de même les autres contrées de ce monde. A Karn, elle avait eu le loisir de pouvoir lire certaines cartes voire des livres relatant les voyages de certains habitants de son Empire d'origine. Bien sûr, les sources n'étaient pas réellement à jour, surtout depuis la fermeture des frontières, mais c'était toujours mieux que de ne rien savoir. Surtout que depuis son arrivée ici, l'ancienne esclave avait eu le loisir de mettre à jour certaines de ses connaissances. Même si cela lui prendrait encore du temps, Ermaëlle avait bon espoir de rattraper son retard rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Mùenë
L'Enfant des Bois

L'Enfant des Bois
avatar

 Argent Argent : 30
Force Force : 10
Agilité Agilité : 10
Lieu de résidence : Lamü - Pays de Viteneül
Métier / rôle / rang : Eleveur de lièvres

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Mer 21 Mar - 0:17

Si seulement il pouvait avoir le même régime alimentaire que Karätõn et ne manger que de l'herbe et des feuilles, ça lui aurait grandement facilité la tâche ! D'un autre côté, à ronger des racines durant son voyage, il n'était plus très loin de ça. Le goût sucré de cette pomme juteuse lui fit un bien immense et accentuait son appétit. A vrai dire, il mangeait si vite la pomme qu'on pourrait presque penser qu'il allait s'étouffer de la sorte. Mais il faut dire qu'il la savourait également tellement qu'il était épargné de cela, tout en diminuant la taille du fruit à vitesse grand V.

Curieusement, en croisant le regard de la jeune femme, Naïa sentit qu'il avait dit quelque chose qu'il n'aurait peut-être pas dû. C'était plutôt indiscret de demander à une esclave si elle était en fuite, soit hors-la-loi. D'un autre côté, aurait-elle pu l'être vraiment dans cette ville où la loi semblait si forcée ? Mais bon, Naïa n'y connaissait absolument rien en esclavage, si ce n'est que la faible définition de ce mot. L'Empire du nord devait être si différent des autres pays, peut-être qu'en Hetenlaüd, le statut d'esclave de la demoiselle s'était effacé. Sur le coup, il se demandait alors si elle était recherché par les siens, de l'autre côté de la frontière. Si tel était le cas, elle était au moins à l'abri ici. Pour l'instant.

- Oh...? fit-il à la réponse de la jeune femme.

Il réfléchit un moment, ayant presque fini son fruit, avant de demander finalement :

- C'est quoi une affranchie ?

C'était déjà pas mal qu'il sache, depuis le fond de ses bois, ce qu'était une esclave -bien que ce savoir n'était guère prestigieux-, il ne fallait pas trop lui en demander et malheureusement, s'il connaissait le terme des chaînes qui liaient des gens à des maîtres, il ignorait le terme qui les rendait libre. Sans doute était-il moins répandu de voir des esclaves désormais libres que toujours sous emprise. Pouvait-on réellement être libre lorsqu'on vivait à Kartendark ? Quitte à parler de liberté, Naïa avait toujours vu son pays comme le plus prospère de ce côté là. Sûrement le fait de vivre d'une autre manière, sans roi, sans tyran, parmi les forêts, la nature. On paraissait couper du reste du monde à ne voir que des bois sans fin, protéger par la profondeur de ces derniers. Cette protection des arbres lui manquait d'ailleurs. Il ne sentait aucune protection ni sécurité venant des énormes murailles de la capitale. Ce pays était si différent de tout ce qu'il avait connu...Naïa nia d'un signe de tête.

- C'est vrai, et pour vous dire la vérité, je ne connais presque pas Kartendark...Mais j'ai toujours entendu dire qu'il s'agissait d'un mauvais pays, toujours prêt à faire la guerre...

Et en cela, il s'était étonné d'apprendre l'existence d'une fille aussi gentille telle que Ermaëlle qui venait de ce même pays dont on ne cessait de raconter mille et une épouvante. Une fois encore, vivant trop écarté du reste, on ne tenait ce genre de rumeur que de voyageurs que l'on croyait toujours mieux informés que tout le monde. Et des voyageurs, il y en avait pas mal dans le pays du jeune garçon.

- Je viens du Pays de Viteneül, ajouta l'enfant, et je cherche quelque chose de très important ! J'espérais pouvoir le trouver dans une ville aussi grande qu'ici...C'est où ici au fait ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 145
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Mer 21 Mar - 22:24

L'espace d'un instant, Ermaëlle cru que l'enfant allait s'étouffer. Cela faisait bien longtemps que la jeune femme n'avait pas vu quelqu'un manger avec un tel appétit. Toujours est-il qu'Ermaëlle n'eut pas besoin d'intervenir, Naïa ne semblant pas avoir de problème pour le moment. Cela n'empêcha pas l'ancienne esclave de surveiller l'enfant du coin de l’œil, au cas où le fruit lui causerait quelques désagréments.

« Quand un esclave est affranchi, cela signifie que celui ou celle qui l'a acheté lui offre la liberté. A ce moment-là, l'esclave obtient les mêmes droits qu'une personne libre. Elle pourra acheter des terres, avoir des enfants sans que ces derniers ne soient esclaves à leur tour et leur transmettre son patrimoine. déclara Ermaëlle, sur ton digne de celui d'un professeur. Ce n'est pas toujours une chose facile à vivre, mais en soit, on finit par se faire à cette liberté nouvelle. » termina la jeune femme, avec une moue pensive.

Du moins, Ermaëlle espérait qu'elle s'y ferait. Cette vie était si différente de celle qu'elle s'était imaginée... Si elle entrevoyait des chemins, rien ne disait qu'elle accepterait de les suivre ni qu'ils seraient les bons. Bien sûr, les erreurs faisaient partie de la vie, mais la jeune femme avait l'impression que si elle en faisait ici, elle aurait beaucoup de difficultés pour arranger la situation... Tout était si compliqué, loin de chez elle...

Car oui, Karn était toujours son foyer. Aussi, les mots de l'enfant l’affligèrent profondément quand il expliqua ce qu'il savait sur l'Empire qui l'avait vu naître. Bien sûr, l'ancienne esclave savait que Kartendark n'était pas un modèle de sagesse ou de pacifisme, que le Peuple y menait dans la plupart des cas une vie des plus miséreuses. Mais c'était chez elle. Le vent hurlant, la neige, cela ne l'effrayait pas. Pas plus que le froid. Elle ne s'était jamais sentit aussi en sécurité qu'entourée de d'autres esclaves, autour d'un feu allumé pour l'une de leurs veillées. Son foyer... Ermaëlle savait qu'elle ne pourrait plus jamais y retourner... Elle vivrait, si On ne la retrouvait pas, et mourrait sur une terre qui lui serait totalement étrangère...

« … Il est vrai, que l'Empire n'a jamais fait parler de lui en bien. Du moins, dernièrement. Certains livres racontent que mon pays de naissance a connu de braves seigneurs, des penseurs, des artistes ainsi que des chevaliers émérites. Hélas, cela fait partie du passé. Je me demande ce que penseront les générations futures en lisant les événements des années à venir ou de celles qui ont précédé celle-ci... »

Ermaëlle raffolait de ces récits historiques qui décrivait un autre Kartendark. Un Kartendark des temps anciens, beaucoup plus reluisant que celui où elle était née et avait vécu. Comment la situation avait-elle changé ? Comment était-on passé aux idéaux de la chevalerie à des guerriers dont certains étaient assoiffés de sang ? Où étaient passées les idées de ces penseurs qui imaginaient une société totalement différente avec une plus grande égalité ou encore la fin de l'esclavage ? Ces gens avaient tout simplement été oubliés, relégués au rang de légende pour les plus chanceux. A croire que l'Empire ne pourrait jamais donner une bonne image de lui, au grand dam de la jeune femme. Et pourtant, il existait des chandelles. De toutes petites flammèches, comme son ancien mentor, qui essayaient de montrer un autre passé. Un nouvel avenir. Mais personne ne s'en rendait compte. Dans la tourmente, même les plus vives flammes n'étaient pas visibles...

Ermaëlle du cacher sa surprise en se rendant compte que l'enfant ne savait même pas où il se trouvait exactement. Après tout, il ne devait pas avoir de carte avec lui et ce Royaume devait lui être en grande partie inconnu. En partant de cet état de fait, il n'y avait rien d'étrange au fait que cet enfant ne sache pas le nom de la ville où ils se trouvaient en ce moment. Certes, son nom était inscrit à certains endroits, mais tout le monde n'était pas lettré. Si Naïa ne savait pas lire, cela expliquait d'avantage le fait qu'il n'ait pas connaissance du nom de la capitale ni de son importance à l'échelle du Royaume.

« Nous sommes à Hantonael, mon petit. La capitale du Royaume d'Hetenlaüd. J'ignore ce que tu recherches exactement, mais cette ville est un vrai carrefour. On y trouve des gens de tous les coins de ce Royaume, et de d'autres contrées. Les savoirs, les personnes et les biens y passent comme les plus petits ruisseaux rejoignent les plus grandes rivières. »

Bien sûr, cela n'empêchait pas les villes d'avoir leurs domaines de prédilection, mais on trouvait de tout à la capitale. Après, si cela ne suffisait pas, il était possible de se rendre ailleurs pour approfondir certains sujets ou tout simplement chercher quelque chose de particulier qui serait introuvable à la capitale car bien trop ciblé. Il en allait de même dans d'autres contrées. Ce type de procédé permettait aux villes d'être équilibrées entre elles et d'avoir toute de l'importance, bien que cette dernière serait toujours moindre par rapport à Hantonael.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Mùenë
L'Enfant des Bois

L'Enfant des Bois
avatar

 Argent Argent : 30
Force Force : 10
Agilité Agilité : 10
Lieu de résidence : Lamü - Pays de Viteneül
Métier / rôle / rang : Eleveur de lièvres

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Ven 23 Mar - 10:43

La peur qui s’était emparée de lui lorsqu’il s’était retrouvé le centre d’attention, face à la foule, face au garde, face au jugement…Tout avait disparu alors qu’il dévorait goulûment le fruit gracieusement offert par celle qui lui avait sauvé la mise du soldat. Durant un temps, il s’était réellement cru perdu. Pour cela, il sera éternellement reconnaissant envers la jeune femme, même si elle avait plus essayé d’aider que véritablement réussit. Au final, c’était juste un incroyable coup de chance que le soldat eut mieux à faire que de s’occuper de lui. Cependant, le don de la pomme était bel et bien un présent grandement apprécié par l’enfant. En cela, Ermaëlle l’avait sauvé de la faim qui lui tiraillait les entrailles depuis bien longtemps maintenant. Aussi, Naïa continuait de s’en régaler tout en écoutant les explications de la jeune femme sur le terme d’affranchissement d’esclaves. En gros, c’était être libre pour quelqu’un qui ne l’était pas de base. Cela dit, les derniers mots de la femme intriguèrent le jeune garçon.

- Vous n’aimez pas être libre ? demanda-t-il avec innocence.

C’était en tout cas de cette façon-là qu’il avait interprété les paroles de cette dernière. Et l’idée lui paraissait bien saugrenue. Comment pouvait-on trouver difficile le retour à la liberté ? Même si c’était tout ce qu’on avait connu de la vie, l’esclavage, l’enfant ne parvenait pas à se faire à l’idée que l’on puisse regretter une telle existence. Bien entendu, comment pourrait-il connaître les ressentis d’Ermaëlle finalement, lui qui voyait de toute façon en Kartendark un ignoble empire dont il n’avait pas du tout l’air de faire bon vivre ? Lui qui avait toujours vécu dans la forêt et qui ne voyait la réelle liberté que dans son propre pays. Même ici, en Hetenlaüd, ça lui paraissait bien trop autoritaire pour être qualifié de pays libre. Mais de ce royaume, il n’en connaissait que la capitale depuis aujourd’hui, ce qui n’avait pas été sa meilleure expérience. Naïa regrettait beaucoup son pays, mais c’était avec force et détermination qu’il était prêt à tout subir pour trouver ce qu’il cherchait, à supposer que ça existait. Il ne pouvait que l’espérer, c’était là la seule chose qui lui offrait un objectif.

Ermaëlle tenta de rattraper le coup, sur les idées qu’avait Naïa sur l’Empire du Nord. L’enfant, qui avait fini sa pomme, avait bien du mal à la croire et même la jeune fille ne pouvait affirmer ses dires, puisqu’elle n’avait pas vécu à l’époque qu’elle décrivait. Et puis de toute façon, qu’est-ce que ça changeait maintenant ? L’Empire était ce qu’il était aujourd’hui. Il était plus facile d’oublier le bien plutôt que le mal qui a été commis. Même si Kartendark redevenait glorieux et pacifiste, le monde entier ne songera qu’à la marque noire qu’il a ancrée dans le cœur des Hommes. Naïa se contenta d’hocher la tête aux paroles de la jeune femme. Il ne pouvait pas ne pas la croire, car il ne savait de l’Empire que ce qu’on lui disait alors il ne pouvait qu’accroître ses connaissances grâce à ceux qui lui en parlaient. Autant effectivement se dire que jadis, le pays était plus ouvert que maintenant.

La jeune femme l’informa donc de sa position. La capitale d’Hetenlaüd ? Bien. C’était sûrement un bon début pour commencer les recherches. Une telle ville, d’une telle importance, devait bien avoir quelque chose pour lui. S’il ne trouvait pas ce qu’il cherchait ici, alors où aller ? A vrai dire, Naïa avait également déjà songé aux Gardiens. Ces combattants hors-pair qui chevauchaient les derniers Laüds du monde. Il paraît qu’ils étaient pourvus de grandes connaissances, provenant des temps anciens. Cela pourrait aider aussi bien que l’enfant se passerait volontiers de se risquer à cela. Jamais les Gardiens dont on lui avait tant parlé ne lui inspiraient confiance. Pour le moment, il devait se contenter de la capitale. Il était donc plutôt soulagé d’avoir débarqué ici.

- C’est sans doute ici que je trouverais ce que je cherche, répondit le jeune garçon, j’ai besoin de rencontrer de grands guérisseurs, les meilleurs si possible même. Dame Fyrnam, vous sauriez s’il y en a ici ?

C’était tout ce qu’il demandait pour le moment. Il devait impérativement trouvé quelqu’un qui pourrait définir la maladie qui pesait sur sa mère et avait emporté jadis son frère. Si les grands guérisseurs de Viteneül n’avaient pas réussi, Naïa avait l’espoir que, peut-être une autre médecine pourrait avoir plus de chance, ou ne serait-ce qu’une idée sur la question. Il voulait des réponses. Pourquoi ce mal doit-il s’abattre sur sa famille ? Pourquoi devait-il le revivre à nouveau ? Il ne savait pas de combien de temps il disposait avant qu’il ne soit trop tard et regrettait énormément de ne pas être auprès de sa mère en ce moment même. Mais c’était un risque qu’il avait décidé de prendre pour lui offrir une chance de survivre. Elle était tout ce qui lui restait dans ce monde…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 145
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Ven 23 Mar - 12:08

La question de Naïa était des plus légitimes, surtout pour une personne qui avait toujours connu la liberté. Pour la plupart, être libre était quelque chose de formidable, surtout quand l'esclave avait connu la liberté étant plus jeune. Mais Ermaëlle, comme beaucoup d'autres, n'avait connu que l'esclavage. Il leur était donc bien plus compliqué d'accepter la liberté et surtout de vivre comme des personnes libres.

« C'est plus complexe que cela. avoua Ermaëlle. Être esclave, c'est être un enfant toute sa vie. Tu n'as pas de droit sur les biens que tu pourrais amasser, tes enfants ne sont pas vraiment les tiens et tes droits sont réduits à peau de chagrin. Être affranchi du jour au lendemain nous laisse pantois devant une situation qui nous est inconnu. Il faut réapprendre à vivre. Tu deviens réellement adulte d'un coup d'un seul. C'est là toute la difficulté de l'affranchissement. Ce n'est pas que je n'aime pas être libre, c'est juste que j'ai encore du mal à m'y faire. Un jour, peut-être, tout ira mieux. Pour le moment, j'apprends encore ce que s'est d'être libre. »

Du moins, libre en ces lieux. Si elle remettait un pied sur les terres de son Empire de naissance, elle redeviendrait immédiatement une esclave aux yeux de tous et serait une proie pour tous les chasseurs de prime qui s'occupaient de ramener les esclaves en fuite à leurs propriétaires. Voilà l'existence qui l'attendait, une vie sur des terres inconnues ou une vie de fuite sur les terres qu'elle avait connu toute sa vie... Le choix n'était pas aisé, il fallait l'avouer...

Ermaëlle se rendit plus ou moins compte que l'enfant ne semblait pas la croire. Pourtant, de bonnes âmes existaient en Katendark. Qui pouvait croire que tous ses habitants et tous ses nobles étaient des créatures dont l'âme était aussi noire que de l'encre ? Bien sûr, des gens étaient affublés d'une pareille noirceur, mais ce n'était pas le cas de tous. Il en allait de même partout ailleurs. Tous les habitants d'Hetenlaüd n'étaient pas des personnes à l'âme pure. Le monde allait ainsi. Personne ne pouvait être tout blanc ou tout noir. D'un autre côté, l'ancienne esclave ne voyait pas comment faire changer les mentalités sur son Empire d'origine. Dans un premier lieu, il faudrait très certainement en changer la '' tête '', bien que cela semblait impossible. Qui oserait s'en prendre à l'Empereur ? Les révoltes ne l'avaient pas effrayé et tout portait à croire qu'un coup d’État aurait droit à la même réaction. Il était loin, le temps des seigneurs braves et sages... Trop loin sans doute, étant donné que la seule image qui restait de Katendark aux yeux de ses voisins était celle d'un pays assoiffé de sang et de batailles...

« Tu trouveras un certain nombre de Guérisseurs en ces lieux, en effet. On les appelle aussi médecins, tout dépend de leurs méthodes de travail. Un apothicaire devrait pouvoir te renseigner. Ils connaissent en général un grand nombre de personnes pratiquant la médecine. Ils pourront t'indiquer avec plus de précision que moi les personnes les plus émérites. »

Ermaëlle avait eu l'occasion de rencontrer quelques Guérisseurs et médecins depuis son arrivée ici. Certains faisaient même partie de sa modeste clientèle. Sa principale activité pour eux était d'enluminer des livres destiné à l'apprentissage. De ce fait, la représentation de certaines plantes ou de certains instruments médicaux n'avait plus de secret pour la jeune femme, même si elle se serait bien passée de lire certaines parties des ouvrages qu'on lui ramenait. Décidément, l'ancienne esclave n'aurait pas fait une bonne Guérisseuse. Son cœur n'était pas assez bien accroché pour cela.

« … Et si tu ne trouves pas ton bonheur ici, je connais une autre ville qui regorge de médecins, de Guérisseurs et de chercheurs en ce qui concerne la médecine. La ville de Sinòdine. Elle est connue pour la médecine en rapport avec l'eau, mais j'ai rencontré des gens qui s'intéressait à tout un tas d'autres maux et à leurs remèdes. La médecine par les plantes est très pratiquée là-bas. Si tu ne trouves pas ton bonheur en ces lieux, je te conseille cette ville. J'ai déjà entendu dire que certaines avancées médicinales se produisaient en son sein. »

Sinòdine était une ville magnifique. Ermaëlle l'avait visité quelques jours après sa rencontre avec Ásmundr et Dementör. Un endroit propice à la réflexion et au repos, pas de doute. La jeune femme s'était d'ailleurs promis de retourner y faire un tour, ne serais-ce que pour faire quelques esquisses de ses paysages. De plus, le lieu n'était pas des plus éloignés. Avec un peu de courage et une monture convenable, il était tout à fait possible de s'y rendre en une petite semaine. La jeune femme se demanda alors pourquoi l'enfant cherchait à rencontrer des Guérisseurs. Il ne lui semblait pas être malade ou souffrir d'un quelconque mal, pourtant. Malgré ce constat, Ermaëlle ne jugea pas bon d’interroger Naïa à ce propos. S'il souhaitait en parler, il le ferait sûrement de lui-même et devant quelqu'un qui aurait les connaissances nécessaires pour l'aider.

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Mùenë
L'Enfant des Bois

L'Enfant des Bois
avatar

 Argent Argent : 30
Force Force : 10
Agilité Agilité : 10
Lieu de résidence : Lamü - Pays de Viteneül
Métier / rôle / rang : Eleveur de lièvres

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Ven 23 Mar - 15:38

La patience de la jeune femme était bénéfique. Elle n’avait pas l’air dérangé par l’ignorance de l’enfant et ce n’était pas plus mal car Naïa n’aurait pas aimé être une gêne envers celle qui l’avait tiré des griffes de la justice. Elle expliqua alors au jeune garçon les conditions de sa situation, sa définition et également les conséquences qui en résultaient pour elle. Malgré ça, il fallait bien avouer que Naïa avait encore un peu de mal à imaginer la chose. Il était un peu trop difficile pour lui de se mettre à la place d’Ermaëlle et comme celle-ci s’en doutait, c’était bien parce que l’enfant avait toujours été un être humain libre. Ce n’était pourtant pas faute de donner des détails, ou d’expliquer son ressenti. Naïa avait juste du mal à voir les choses de la même façon qu’elle.

- Un peu comme un lièvre domestique si on venait à le remettre dans la nature…supposa alors le jeune garçon en réfléchissant à la question.

Ayant passé sa vie à élever les lièvres, c’était sûrement là le seul indice qu’il avait pour se faire une idée de ce dont parlait Ermaëlle. Il n’avait jamais tenté de relâcher les lièvres d’élevage –c’était tout de même son cheptel gagne-pain- mais ça devait être pareil pour tous les animaux qui, habitué à tout avoir par l’Homme, devaient se débrouiller une fois de retour à la nature. Pourtant, ça paraissait plus gentil de penser que les lièvres étaient mieux traités que les esclaves. Même s’ils finissaient la majorité du temps écorchés et cuisinés pour leur fourrure et leur viande. Esclaves, le terme en lui-même était agressif aux oreilles de Naïa. De ce fait, il ne savait pas trop quoi penser de la vision d’Ermaëlle. Disons que pour les lièvres, ce n’était pas forcément un choix. Il fallait bien manger et se vêtir. Si ce n’était pas eux, ça serait d’autres créatures. Mais les esclaves, est-ce qu’ils étaient vraiment nécessaires ? Les Kartendarkors ne savaient-ils pas se débrouiller sans avoir besoin de faire le commerce d’êtres humains ? Si d’autres pays s’en passaient, pourquoi pas eux ?

Certes, il devait y avoir beaucoup de… « médecins » dans cette ville. Naïa n’en doutait pas une seule seconde. Plus une ville était grande, plus elle avait de ressources. Mais il n’en cherchait pas plein, il en cherchait les plus utiles. Pour que cette maladie donne autant de mal aux guérisseurs de son pays, c’était pour une bonne raison. Il devait trouver la perle rare. Un être d’exception. Enfin, trouver l’homme était une chose. Trouver un remède en sera sans doute une autre. Mais Naïa était mal à l’aise que la jeune femme ne puisse l’aider d’avantage. En ce moment même, c’était en elle seule qu’il avait confiance. Ermaëlle lui parla alors d’une autre ville. Sinòdine. Jamais entendu parler non plus. En même temps, il ne connaissait rien de ce pays, et surtout pas le nom des villes qui l’habitaient. De ce qu’en disait la jeune femme en tout cas, ça avait l’air d’être un endroit où il avait de nouvelles chances de trouver ce qu’il cherchait. Une ville-médecine, en gros, ça semblait parfait.

- Hm…Je ne connais pas non plus cette ville…fit Naïa de plus en plus embarrassé.

Pas le choix. Il allait devoir passer la capitale au peigne fin et sinon, au moins grâce à Ermaëlle, il connaissait le nom de sa prochaine destination. C’était déjà une bonne piste. Ca lui redonnait un peu d’espoir. Après une courte réflexion, l’enfant redressa son regard vers la jeune femme et lui demanda :

- Dans ce cas, peut-être pourriez-vous m’indiquer où je pourrais trouver un apothicaire pour me renseigner… ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 145
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Ven 23 Mar - 23:16

La jeune femme devait avouer que la comparaison de Naïa était intéressante. Les esclaves étaient les équivalents humains des animaux domestiques, en quelque sorte. Une fois relâchés, s'ils n'avaient pas connue la liberté auparavant, ils étaient aussi démunis qu'un loup sans ses crocs. Ce n'était pas pour rien que certains demandaient à rester auprès de leur maître en devenant domestiques.

« En effet. Certains esclaves connaissent leur maître depuis leur plus jeune âge, comme un éleveur avec son cheptel. Un lièvre domestique ne survivrait pas longtemps loin des humains. Son instinct est trop diminué pour cela. Il en va de même pour les esclaves. Ce type de condition diminue énormément le caractère d'une personne, de même que certaines de ses capacités au point que la liberté peut-être vue comme un terrible sort pour certains... »

En effet, les affranchis n'étaient pas forcément des personnes jeunes. Si certains souverains avaient tentés de réguler les affranchissements, pour éviter la réduction du cheptel et donc la force de travail, ils avaient également tenté de fixer un âge pour que l'affranchissement ne puisse plus se faire au-delà d'un certain âge. Cela n'empêchait pas certaines familles d'affranchir des personnes âgées, qui étaient devenues '' inutiles '' à cause de leur grand âge. Autant dire qu'à partir d'un certain âge, l'affranchissement devenait un terrible coup du sort...

Ermaëlle se doutait bien que l'enfant ne connaissait pas Sinòdine. Elle-même ne connaissait la ville que de nom avant d'aller la visiter. La jeune femme se demanda comment l'enfant ferait pour se rendre jusque cette ville. Avec l'aide d'une carte, cela lui serait très certainement possible. Après tout, il partirait d'un lieu précis, à savoir la capitale. A partir de ce point, il était fort simple de rejoindre les autres parties du Royaume.

« Sinòdine se trouve à l'Est de la capitale, à environ une semaine à cheval. ajouta Ermaëlle. Si tu crains les bandits, il me semble que des caravanes partent de temps à autres de la capitale pour rejoindre cette ville. Certains marchands font aussi le chemin. Toujours est-il que faire le chemin à plusieurs est toujours plus sûr que de voyager seul. »

Si Ermaëlle avait fait une partie de son dernier voyage seule, elle avait tout de même rejoint des groupes quand la situation s'était présentée. C'était une manière beaucoup plus sûre de voyager, tout en étant plus agréable. La jeune femme avait passé de très bons moments en compagnie de ses camarades de circonstances. Les quelques veillées auxquelles elle avait participé lui avait plus ou moins rappelé celles qu'Ermaëlle faisait alors qu'elle était esclave.

Si la jeune femme ne connaissait pas encore la ville dans ses moindres recoins, elle savait tout de même s'y repérer et connaissait les lieux les plus importants. Elle savait aussi éviter les endroits les plus mal-famés, ce qui était toujours bon à prendre dans son cas. La jeune femme se promit de parler de ces endroits à Naïa. Un enfant était une proie facile dans les quartiers les moins sûrs. Il pouvait tout à fait tomber sur des personnes peu recommandables qui pourraient l'entraîner dans des combines pour le moins louches contre son gré. La jeune femme se sentait quelque peu responsable de Naïa. En refusant de le livrer à la justice, elle prenait l'enfant à charge, d'une certaine façon. Aussi, l'ancienne esclave se promit de faire en sorte que rien ne lui arrive pendant que le petit était à la capitale.

« Bien évidemment. A ma connaissance, il y en a une apothicairerie dans les environs. Cela ne nous prendra pas très longtemps pour nous y rendre. Suis-moi. » déclara l'ancienne esclave.

Ermaëlle aurait pu retourner voir l'apothicaire de sa connaissance, mais pour cela il fallait retourner au plus près du marché. Vu ce qui s'y était passé, mieux valait éviter d'y remettre les pieds pour le moment. De plus, elle s'était déjà rendu dans d'autres échoppes de ce type et elle savait celles des alentours étaient des plus sûres. Naïa y trouverait très certainement son bonheur.

Se mettant en marche, Ermaëlle du tout de même ménager sa jambe. En effet, si la douleur allait en diminuant, la jeune femme sentait qu'elle ne pouvait pas encore s'appuyer réellement sur sa jambe. Aussi, elle boitait toujours légèrement même si la jeune femme prit le parti de ne pas y prêter attention. En rentrant chez Ismelle, l'ancienne esclave aurait tout le temps de reposer sa jambe. D'ici une journée, peut-être deux, il n'y paraîtrait plus. C'est donc en boitillant qu'Ermaëlle guida l'enfant jusqu'à l'apothicaire le plus proche.

« Nous y voilà. » finit par dire Ermaëlle en indiquant une devanture parmi d'autres.

Sur la devanture toute peinte de vert, on pouvait lire en lettres noires la spécialité du lieu. Du moins, pour les personnes lettrées. En effet, pour celles qui ne l'étaient pas, une petite pancarte suspendue avait été installée. Sur cette dernière, on voyait plusieurs pots ainsi que quelques plantes. Cette pancarte était commune à toutes les apothicaireries de la capitale, du moins, d'après ce qu'avait vu Ermaëlle. Ainsi, les habitants n'étaient pas perdus et savaient toujours où se rendre s'il leur fallait quelques remèdes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Mùenë
L'Enfant des Bois

L'Enfant des Bois
avatar

 Argent Argent : 30
Force Force : 10
Agilité Agilité : 10
Lieu de résidence : Lamü - Pays de Viteneül
Métier / rôle / rang : Eleveur de lièvres

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Dim 8 Avr - 14:05

D'un certain côté, Naïa s'était depuis longtemps attendu à vivre le genre de problème que ce qu'il venait récemment de vivre. Non seulement parce qu'il ne venait pas d'ici, mais aussi parce qu'il avait toujours sur qu'il aurait un jour ou l'autre recourt au vol pour pouvoir survivre. Il s'y était préparé dès l'instant où il avait passé la frontière de ce royaume. Bien qu'il avait espéré pouvoir s'en sortir, réussir ses coups, il ne devait pas s'étonner qu'un moment donné, les choses se passent mal. Et il l'avait eu, la peur de sa vie, lorsqu'il s'était retrouvé face au garde. Quel était le pourcentage de chance pour que quelqu'un vienne à son secours ? Tous devaient avoir foi en la justice de cette ville, ou l'habitude des vols à la tire.

Mais Ermaëlle était intervenue. Elle n'avait rien pour elle et rien à y gagner, mais elle avait décidé d'intervenir. Une seule contre une foule. Main secourable, âme salvatrice, qui n'avait aucun pouvoir mais qui avait osé se dresser contre l'autorité. Seul être désormais dans cette cité que Naïa voulait bien croire. L'enfant, qui avait fini la pomme gracieusement offerte par la jeune femme, écouta cette dernière parler des esclaves de son pays. Elle lui expliqua également plus de détails sur la ville de Sinòdine qu'elle avait mentionné plus tôt. Une semaine de cheval ? C'était bien loin…Si Naïa décidait de s'y rendre, il ne devra pas traîner. Chaque heure comptait. Mais il était prêt à tout essayer de toute façon.

L'enfant hocha la tête à la réponse de la jeune femme. Sûrement qu'il serait en effet préférable de ne pas voyager seul. Ce sera un détail dont le garçon se préoccupera plus tard. Il n'hésita plus à suivre Ermaëlle quand celle-ci lui proposa de conduire vers une personne qui serait plus à même de l'aider dans sa quête. Il sourit, reconnaissait de cette aide supplémentaire que lui apportait la jeune femme.

Durant le trajet, Naïa profitait d'être guidé pour embellir son regard du décor de la ville, imprégnant son esprit de ces rues au –dessus de sa tête, des colonnes marbrées, des fontaines d'eau claire, de destriers noblement harnachés, de costumes traditionnels, d'étendard colorés… Très vite, tous deux s'arrêtèrent dans une allée, face à une devanture verdoyante où Naïa semblant voir dans le symbole de la pancarte le lieu dont Ermaëlle lui avait parlé.

- Je vous remercie grandement pour votre aide Dame Fyrnam, fit-il alors dans une légère courbette respectueuse.

Il fit un pas en avant vers la porte, mais s'arrêta au dernier moment et se tourna à nouveau vers l'ancienne esclave.

- Je ne voudrais pas déranger plus que ça mais...Vous pourriez encore me servir de guide si on me m'indique une nouvelle adresse à trouver dans cette ville ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 145
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Lun 9 Avr - 21:50

Avec le temps, Ermaëlle s'était faite à la ville, à ses décors, à ses bruits et à ses habitants. Cet endroit était bien différent de Karn et si au départ la jeune femme pensait ne jamais s'habituer, elle devait avouer qu'elle s'était bien trompée. Bien sûr, elle se sentait toujours étrangère en ces lieux et ne comprenait pas encore toutes les coutumes des habitants de la capitale, et de ce Royaume en réalité, mais la situation était bien moins catastrophique qu'il y a encore quelques temps. Aussi, la jeune femme comprenait tout à fait que Naïa s'intéresse à la ville. C'était sûrement la première fois qu'il voyait un endroit pareil.

« Tout le plaisir était pour moi. commença Ermaëlle, en inclinant légèrement la tête après que Naïa l'eut remerciée. Si je peux t'être utile pour la suite de tes recherches, je serais ravie de t'offrir à nouveau mon aide. Mais à une seule condition. »

Évidemment que l'ancienne esclave acceptait de guider le garçon. Elle ne comptait pas le laisser livré à lui-même dans une ville qu'il connaissait à peine. Cela ne lui rendrait pas service. De plus, Ismelle devait encore dormir à l'heure qu'il était. Elle ne se rendrait peut-être même pas compte de son absence. Au pire des cas, sa collègue comprendrait la situation, l'ancienne esclave en était certaine.

« Appelle-moi Ermaëlle. Il n'y a pas de Dame Fyrnam qui tienne. » termina l'ancienne esclave, avec un sourire.

Si la jeune femme ne l'avait pas montré, elle trouvait ce titre presque gênant. Dame... C'était un titre qu'on réservait en général aux femmes de la noblesse. Du moins, à sa connaissance. Aussi, être appelée ainsi semblait vraiment étrange à l'ancienne esclave. Cela, ajouté à la courbette de l'enfant, l'ancienne esclave se sentait d'autant plus mal. En effet, si Ermaëlle avait quelques manières dignes d'une femme de haut-rang, elle n'en était pas une pour autant. C'était même tout le contraire...

« … Souhaites-tu que je t'accompagne à l'intérieur ou préfères-tu y aller seul ? finit par demander Ermaëlle. Je t'attendrai ici, si tu n'as pas besoin de moi pour le moment. » termina l'ancienne esclave en indiquant le porche d'un bâtiment tout proche auquel elle pourrait s'adosser pour reposer sa jambe.

La jeune femme ne voulait pas s'imposer. Elle ne savait pas pourquoi Naïa recherchait expressément un Guérisseur ou une personne avec une profession proche mais elle se doutait que la situation était grave, voire peut-être vitale pour quelqu'un. Aussi, l'ancienne esclave préférait ne pas se mêler de quelque chose qui ne la regardait pas sans l'accord de l'enfant.

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Mùenë
L'Enfant des Bois

L'Enfant des Bois
avatar

 Argent Argent : 30
Force Force : 10
Agilité Agilité : 10
Lieu de résidence : Lamü - Pays de Viteneül
Métier / rôle / rang : Eleveur de lièvres

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Ven 13 Avr - 20:03

La capitale, cette cité, était aussi différente que les villes dont Naïa avait l'habitude que le pays en lui-même. Il ne pensait pas, en entrant à Hetenlaüd, voir pareille architecture, bien qu'il s'était toujours douté qu'Hetenlaüd n'était pas un royaume admiré pour rien. Il était riche, il était la "Terre de Lumière". En fait, c'était bien plus beau que ce que le jeune garçon avait essayé d'imaginer. Cette ville resplendissait comme milles joyaux sur une couronne. Il en oubliait les mauvais aspects d'une telle ville, car sûr qu'il y en avait. Rien n'était pur en ce monde. Il y avait tellement de choses à voir, dès qu'il passait d'une rue à une autre, qu'il ne savait plus où poser le regard. Chaque chose supplémentaire qu'il voyait portait en elle un éclat nouveau. Ermaëlle était visiblement prête à continuer d'aider le jeune homme à se repérer dans cette vaste cité, mais l'enfant retint son souffle lorsqu'elle imposa une condition à ce soutien. Il était prêt à accepter beaucoup de choses, mais n'était pas forcément certain que la condition de la jeune femme soit dans ses cordes.

Finalement, il pu respirer à nouveau quand la condition n'était qu'une question d'appellation. Bien qu'il s'agissait aussi pour lui d'une question de respect. Que Ermaëlle soit riche, ou noble rang ou non, cela ne changeait pas grand chose pour le garçon qui avait choisi d'offrir à la jeune femme une appellation gracieuse afin de lui montrer tout son respect. Et puis, c'était aussi une question d'âge, car elle était bien plus âgée que lui, en plus de l'aide qu'elle lui apportait depuis le début. En fait, bien que la condition soit facile d'accès, elle n'en restait pas moins perturbante. Mais bon, c'était probablement un mal pour un bien. Naïa allait essayer de s'y faire malgré tout, ce qui ne sera pas chose aisée que de changer les habitudes qu'il prenait. Il manqua même de peu de demander à Ermaëlle si elle était sûre de son choix, mais s'en abstint aussitôt. Peut-être que Naïa allait en travers des coutumes de ce pays après tout. Aussi, il hocha la tête pour donner son accord.

- Ne vous dérangez pas pour ça Dame...Euh non, Ermaëlle...Je vais y aller seul.

Il ne voulait rien cacher à la jeune femme, ce n'était pas là son intention. Mais il avait remarqué la boiterie de cette dernière et trouvait déjà qu'il abusait que de trop de sa gentillesse et de sa générosité. Aussi voulait-il marquer son indépendance et sa débrouillardise en réglant ce problème seul. Il sourit à la jeune femme puis pénétra à l'intérieur du bâtiment qu'elle lui avait indiqué un peu plus tôt. A l'intérieur, l'enfant se contenta de demander donc l'adresse de médecins compétents, si ce n'est plus. Evidemment, il voulait le meilleur. Après avoir reçu la réponse du teneur de l'établissement, Naïa quitta la boutique pour retrouver la jeune femme un peu plus loin.

- D'après cet homme, le meilleur médecin de la ville serait un certain Docteur Piërdyr Yllahorn. Il tiendrait apparemment un grand cabinet non loin du Palais Royal.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 145
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Lun 16 Avr - 19:00

Ermaëlle se contenta de hocher la tête quand Naïa lui fit part de son envie d'y aller seul. La jeune femme ne comptait pas s'imposer. Rendant son sourire à l'enfant, l'ancienne esclave attendit qu'il soit entré dans l'apothicairerie avant de s'en aller en claudiquant jusqu'au porche qu'elle avait repéré quelques instants plus tôt. Une fois au plus près du bâtiment, Ermaëlle s'y adossa, pliant légèrement sa jambe afin de poser la pointe de son pied sur le sol. Si la manœuvre fut des plus désagréables dans un premier temps, ce menu repos fut tout de même appréciable.

Afin de ne pas être déséquilibrée, l'ancienne esclave déposa son panier à provisions juste à côté d'elle. Tout en patientant, Ermaëlle ne put s'empêcher de porter son regard sur les personnes qui flânaient non loin d'elle. Si le marché était assez loin à présent, les badauds restaient nombreux. La plupart étaient intéressés par les quelques échoppes présentes. En effet, en plus de l'apothicairerie, on pouvait trouver quelques artisans dans les environs. Certains travaillaient le cuir, d'autres les tissus ou encore le bois. Quelques artisans s'étaient même installés à l'extérieur de leurs échoppes si leur activité leur permettait. Cela donnait lieux à quelques attroupements de passants qui s'intéressaient à l'Art déployé par certains de leurs contemporains. Le tout créait un ensemble des plus hétéroclites qui attirait forcément les personnes à la recherche de quelques objets pour simplifier leur quotidien.

Sortant quelques instants de sa contemplation, Ermaëlle ne put s'empêcher de penser que ces petites scènes pourraient avoir une certaine allure dans des enluminures. La jeune femme laissa cette idée dans un coin de son esprit, se promettant d'y repenser plus tard quand elle aurait l'occasion de travailler sur son Ouvrage. En effet, les scènes de la vie quotidienne étaient très appréciées par certaines personnes. Il était donc important pour une personne de la profession d'Ermaëlle de savoir refléter la réalité, même la plus banale.

Alors que la jeune femme s'intéressait à un groupe de passants qui s'étaient regroupés autour d'une tisserande des plus habiles, elle cru l'espace d'un instant que quelqu'un la dévisageait. Si cette découverte lui causa quelques frissons, Ermaëlle tenta de se rassurer en se disant que cette personne avait juste remarqué qu'elle observait le groupe. L'ancienne esclave n'eut pas le temps d'y réfléchir d'avantage, Naïa revenant de l'apothicairerie.

Reportant toute son attention sur l'enfant, Ermaëlle l'écouta attentivement alors qu'il lui expliquait la teneur des informations qu'il avait obtenu de l'apothicaire. Si le nom de ce docteur ne lui disait rien, la jeune femme avait déjà eu le loisir de se retrouver non loin du Palais Royal alors qu'elle s'était perdue en cherchant à retourner au bâtiment dans lequel elle travaillait avec d'autres écrivains publics. En effet, il avait fallut un certain moment à Ermaëlle pour se repérer dans la capitale sans passer parfois des heures à errer. Se rendre dans les environs du Palais Royal ne devrait pas être un problème. Du moins, Ermaëlle espérait que sa jambe accepterait de la porter jusque là-bas. Si la douleur commençait à se dissiper, la jeune femme savait qu'elle ferait mieux de se ménager et de réellement se reposer. Mais Naïa avait besoin d'aide, et ce n'était pas la première fois qu'Ermaëlle forçait un peu sur l'une de ses jambes. La douleur finirait bien par s'en aller d'elle-même.

« Le Palais Royal est assez éloigné de notre position. finit par dire la jeune femme, alors qu'elle réfléchissait à l'itinéraire exact pour s'y rendre plus facilement. Me laisserais-tu le temps de m'assurer de l'état d'une de mes amies ? Elle est souffrante et je voudrai m'assurer que tout va bien pour elle avant de m'éloigner de trop. Cela ne prendra pas très longtemps, ne t'en fais pas. »

Ermaëlle ne s'attendait pas à devoir monter aussi haut dans la ville. Aussi, elle pensait pouvoir revenir assez tôt auprès d'Ismelle. Autant dire que se rapprocher du Palais Royal risquait d'allonger d'avantage ce délai. D'un autre côté, l'ancienne esclave aurait du se douter que le meilleur des médecins ne se trouvait pas dans les bas-fonds mais plutôt au plus près des plus nobles.

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Mùenë
L'Enfant des Bois

L'Enfant des Bois
avatar

 Argent Argent : 30
Force Force : 10
Agilité Agilité : 10
Lieu de résidence : Lamü - Pays de Viteneül
Métier / rôle / rang : Eleveur de lièvres

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Dim 29 Avr - 0:20

Ermaëlle accepta volontiers de laisser Naïa se rendre seul à ses affaires. Si on pouvait appeler ça comme ça. L'enfant lui était reconnaissant d'ailleurs de ne pas insister sur ce fait. Il prit ensuite son courage à deux mains pour entrer à l'intérieur, laissant seule la jeune femme et appréhendant le fait qu'elle puisse, peut-être, ne plus être là quand il sortira. C'était toujours possible après tout. Des fois qu'elle perde patience ou ai autre chose à faire. Mais ce ne fut pas le cas. Naïa n'avait pas vérifier combien de temps il était resté dans l'établissement, mais quand il en sortit, la jeune femme était toujours là, à l'attendre. Pour ainsi dire, cela lui fit tout de même chaud au coeur. Cette femme était vraiment d'une serviabilité sans égal.

Le Palais Royal n'était pas le genre de bâtiment que l'on pouvait louper au tournant d'une rue, c'était évident. Cependant, s'il pouvait se voir de loin, une fois qu'on était à l'intérieur de la ville, ça devenait très vite beaucoup moins facile de se repérer, tant tout paraissait immense. Le Palais prenait de la place mais il fallait tout de même savoir comment s'y rendre. Quelle rue prendre pour accéder aux autres niveaux de la ville et une fois dans le bon quartier, il fallait encore trouver le cabinet même si d'après l'apothicaire, on pouvait difficilement le louper une fois sur la grande place du palais. Ermaëlle expliqua que le Palais, ce n'était pas la porte à côté. Naïa ne perdit pas sa motivation pour autant. Il était prêt à parcourir le monde pour trouver ce qu'il cherchait.

C'est alors que la jeune femme demanda à Naïa s'il acceptait de faire un petit détour pour qu'elle puisse voir une de ses amies malade. L'enfant était assez étonné par cette demande. Après tout ce que Ermaëlle avait fait pour lui, ce serait un comble qu'il refuse. En fait, elle n'avait même pas besoin de le demander. Le tenir informer suffisait. Naïa n'avait pas de compte à lui rendre, il était quand même dans sa ville et dépendait de son aide.

- Bien sûr ! répondit aussitôt l'enfant, pas besoin de me demander même. On peut y aller.

Il ne pourrait de toute façon pas refuser cela à quelqu'un qui était malade. Cette personne avait la chance de pouvoir compter sur d'autres et d'avoir de leur compagnie. Naïa se sentait coupable d'avoir abandonné sa mère, même si c'est dans l'espoir de la sauver. Il espérait pouvoir le faire avant qu'il ne soit trop tard et ne pas avoir gâcher les derniers instants de sa vie à se garder loin d'elle dans une quête inespérée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 145
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Lun 30 Avr - 22:27

Ermaëlle préférait demander son avis à l'enfant avant de faire quoique se soit. Elle se doutait bien que s'il était ici, aussi loin de chez lui et sans ses proches, c'est qu'il y avait une très bonne raison. Le fait qu'il cherche les meilleurs médecins possibles était aussi un signe qu'il avait sûrement des affaires très importantes à régler. Toujours est-il que le fait que Naïa accepte de faire un détour sans que cela ne soit dérangeant à ses yeux rassurait  la jeune femme. Elle ne voulait pas retarder l'enfant ou que ce dernier ait l'impression d'être retardé d'une quelconque manière.

« Cela ne nous prendra pas beaucoup de temps. assura à nouveau Ermaëlle. Il faudra juste que nous fassions un petit détour, pour éviter le marché. En route. » termina la jeune femme, avec un sourire.

La jeune femme risquait d'éviter le marché pendant un petit moment, le temps de se faire oublier pour éviter d'être questionnée au sujet de Naïa. Tout en se mettant en marche, Ermaëlle réfléchit un certain moment à l'itinéraire à emprunter pour rejoindre Ismelle. Si l'ancienne esclave commençait à se faire à la ville, elle devait toujours réfléchir pour se rendre quelque part. A Karn la situation aurait été tout autre. Ma jeune femme savait s'y repérer sans problème, étant donné qu'elle connaissait l'endroit depuis des années. Pour Hantonael, c'était bien sûr différent même si la jeune femme se disait qu'avec le temps elle emprunterait certains itinéraires sans même devoir y réfléchir.

Ayant déterminé l'itinéraire qui lui semblait être le plus rapide, Ermaëlle traversa un certain nombre de rues et de ruelles toujours en compagnie de Naïa. Sa jambe la gênant toujours, la jeune femme songea qu'il serait préférable pour elle de prendre le bâton de marche qu'elle avait laissé chez son amie. C'était bien la seule chose qui lui permettait de se déplacer sans trop de difficulté quand l'une de ses jambes faisaient des siennes. En effet, depuis qu'Ermaëlle devait subvenir à ses besoins par elle-même, elle ne pouvait plus se permettre de rester alitée en attendant que la douleur passe réellement. Aussi, l'ancienne esclave avait jugé judicieux de se procurer un bâton qui lui servirait de béquille quand elle devrait impérativement se déplacer. Et étant donné la marche qui s'annonçait, Ermaëlle préférait être parée à toutes les éventualités tout en évitant à sa jambe de se fatiguer de trop. Dans le cas contraire, la douleur risquait de la poursuivre pendant plusieurs jours.

« Nous y voilà. » finit par dire la jeune femme, en indiquant l'une des maisons.

D'après ce que savait Ermaëlle, son amie était issue d'une famille de banquier. Même si elle n'entretenait plus de réels liens avec sa parentèle, si ce n'est avec l'un de ses frères, Ismelle avait tout de même pu emporter un peu d'argent avec elle. D'après elle, il s'agissait de sa dot, ou de quelque chose y étant apparenté. Toujours est-il que cette dot n'avait pas servit pour le mariage de la jeune femme mais pour son installation à la capitale. Pour son mariage, Ismelle avait été obligée de reconstituer elle-même sa dot, afin de ne pas laisser son époux payer par lui-même les frais liés à leur installation dans une même demeure. Néanmoins, étant donné le métier exercé par son compagnon et son propre salaire, Ismelle avait pu s'installer dans les quartiers où vivait une partie de la classe moyenne. Autant dire qu'il s'agissait d'un endroit tranquille.

Une fois devant la porte, Ermaëlle fouilla dans son panier pour en sortir la clef qu'Ismelle lui avait confié. La clef retrouvée, la jeune femme put ouvrir la porte. Alors qu'elle s'apprêtait à entrer, l'ancienne esclave se tourna vers Naïa. Sans se départir de son sourire, Ermaëlle lança, à l'attention de Naïa.

« Tu peux entrer ou attendre ici. Fais comme bon te semble. »

Sans attendre la réponse de l'enfant, Ermaëlle entra chez son amie. Dans un premier temps, elle déposa son panier de provisions sur la table, ne gardant que la clef avec elle. Ensuite, la jeune femme gravit les quelques marches qui séparaient le rez-de-chaussée de l'étage sur la pointe des pieds, en faisant en sorte de ne pas claudiquer de trop. Mieux valait ne pas réveiller Ismelle si elle dormait toujours. Elle avait encore besoin de repos pour récupérer de ses forces. Aussi, Ermaëlle fut rassurée une fois dans la chambre de son amie. Si cette dernière dormait profondément, elle semblait s'être réveillée à un moment pour prendre le traitement qu'on lui avait prescrit. C'était une bonne chose. Pour ne pas déranger d'avantage son amie, Ermaëlle se contenta de récupérer le mot. Au dos de ce dernier, la jeune femme écrivit autre chose, afin d'expliquer à Ismelle la raison de son absence prolongée.

Une fois cela fait, l'ancienne esclave quitta la chambre à pas de velours et rejoignit la sienne afin de récupérer son bâton de marche. Cela ne faisait pas très longtemps qu'Ermaëlle l'avait. Elle se l'était procuré dans l'un des villages qu'elle avait traversé pendant son dernier voyage. Par la suite, alors qu'Ermaëlle avait rejoint un petit groupe de voyageurs, l'un d'eux avait trouvé amusante l'idée de le graver. L'ancienne esclave n'avait pas osé refusé, et elle devait avouer que le résultat était plutôt plaisant. Une discrète nuée de feuilles semblait entourer le bâton, et un peu plus haut, non loin du sommet du bâton, l'homme avait tracé un renard. Quand Ermaëlle lui avait demandé la raison de la présence de cet animal, son impromptu compagnon de route s'était contenté de dire, en riant de bon cœur, que sa couleur de cheveux lui faisait penser au pelage d'un goupil. A cela, il avait ajouté qu'il espérait qu'Ermaëlle prendrait soin de ce bâton. La jeune femme avait bien évidemment suivit son conseil et pour éviter que les gravures ne s'abîment avec le temps, avait demandé à un artisan de les recouvrir avec une sorte de glacis. Ainsi, l'ancienne esclave était certaine que sa béquille ne s'abîmerait pas trop rapidement.

Après avoir récupéré son bâton, Ermaëlle redescendit les escaliers sur la pointe des pieds. Arrivée en bas, la jeune femme prit la peine de vérifier que tout était encore en ordre. Ceci fait, la jeune femme jugea qu'il était grand temps de partir. Mieux valait ne pas perdre de temps. Aussi, l'ancienne esclave rejoignit Naïa.

« J'espère ne pas t'avoir fait trop attendre. commença la jeune femme. Il est grand temps de nous mettre en route. »

Ermaëlle tenait à ce que Naïa rencontre au plus vite la personne que l'apothicaire lui avait conseillé de voir. A ce propos, la jeune femme espérait que le médecin accepterait de recevoir l'enfant. Après tout, ce Piërdyr Yllahorn ne devait pas voir des personnes comme Naïa tous les jours. D'un autre côté, l'ancienne esclave se disait que l'homme accepterait très certainement de répondre aux questions de l'enfant. Dans le cas contraire, Naïa sera obligé de trouver quelqu'un d'autre qui pourrait l'aider.

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Mùenë
L'Enfant des Bois

L'Enfant des Bois
avatar

 Argent Argent : 30
Force Force : 10
Agilité Agilité : 10
Lieu de résidence : Lamü - Pays de Viteneül
Métier / rôle / rang : Eleveur de lièvres

MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   Sam 12 Mai - 18:43

Apparemment Ermaëlle voulait éviter le marché. Naïa se demandait si c'était de sa faute ? Si c'était parce que la jeune fille avait dû se donner en spectacle pour lui venir en aide. D'un autre côté, l'idée de faire un détour pour éviter cette zone de la ville convenait parfaitement à l'enfant qui n'avait pas très envie également de se retrouver parmi cette foule qui le prenait désormais pour un voleur des rues, même si c'était un peu ce qu'il était finalement. Naïa hocha la tête aux paroles de la jeune femme et la suivit sitôt qu'elle se mit en route. Il la suivait désormais en toute confiance, se résignant à faire se détour pour elle, même si au fond de lui, il était très pressé. Il ne pouvait se permettre d'exiger quoi que ce soit ici. Ce n'était pas chez lui et Ermaëlle était déjà bien gentille de lui servir de guide.

Naïa suivait toujours Ermaëlle sans dire un mot alors que cette dernière avançait à pas plus ou moins déterminés à travers la grande capitale. Bien qu'il gardait le silence, il profitait toujours autant de la chance d'être accompagné pour occuper sa marche à la contemplation de la ville et de la routine de ses habitants si excentriques à ses yeux. Bien qu'il n'était pas là en touriste, son côté enfant l'empêchait parfois de rester concentré vingt quatre heures sur vingt quatre à sa mission première.

Puis, au bout d'un moment, la jeune femme annonça qu'ils étaient arrivés à destination. Naïa posa son regard sur la maison qui se trouvait parmi tant d'autres. Il y avait un peu moins de monde dans ce quartier apparemment. Mais c'était peut-être à cause du marché qui se trouvait un peu plus loin et qui attirait les foules. Naïa suivit Ermaëlle jusqu'à la porte d'entrée alors que celle-ci lui disait qu'il pouvait attendre où il voulait.

- J'attendrais ici, répondit l'enfant.

Entrer chez les gens comme ça, qu'ils ne connaissaient pas, il faut dire que ça le mettait un peu mal à l'aise. Il préféra de loin laisser Ermaëlle à ses occupations pendant qu'il admirerait le quartier alentour. Il esquissa un léger sourire pour conclure sa réponse avant que la jeune fille ne pénètre dans la demeure. Patient malgré tout, le Viteneülor attendit ainsi le retour de sa bienfaitrice, s'adossant au mur de la maison non loin de la porte d'entrée. Il regardait les passants de ça, de là, qui passaient dans la rue, en provenances d'autres rues tout aussi inconnue aux yeux de Naïa que le reste de la ville. Il s'écoula pas mal de temps, alors que l'enfant en était venu à observer le pavé, jusqu'à ce que Ermaëlle ne ressorte de la maison. Au bruit de la porte qui s'ouvrit, Naïa se redressa aussitôt. Munie d'un bâton de marche, elle était prête à reprendre la route.

- Merci encore de votre aide, fit Naïa pour toute réponse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[TERMINE] Un tour au marché [Ermaëlle]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir
» Tour du monde virtuel
» Tour Down Under
» Le verdict. Le deuxième tour à quand?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Gardiens d'Hetenlaüd :: Hors-RPG :: Les Recueils d'Hetenlaüd :: RPs Terminés-
Sauter vers: