AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Quête] Sous la Tempête

Aller en bas 
AuteurMessage
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 50
Force Force : 45
Agilité Agilité : 45
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd
RPs en cours :
- Des Flocons et une Rencontre : Dagmar

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: [Quête] Sous la Tempête   Sam 5 Jan - 16:54

TITRE DE LA QUETE :

Sous la tempête

AUTORISEE AUX :

Civilisation

LIEU :

Les Vallées

DESCRIPTION ET REGLES DE LA QUETE :

Alors que vous êtes au beau milieu de nul part, une puissante tempête éclate ! La météo devient dangereuse et vous devez tenir le coup jusqu'à ce que ça se calme. Le PNJ sera là pour ne pas vous faciliter la tâche.

PRIVEE ? :

Non

NOMBRE DE MEMBRES PARTICIPANTS :

2

OORDRE DE PASSAGE :

- P.N.J.
- Ermaëlle Fyrnam
- Dagmar Belströd

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.N.J.

avatar

 Argent Argent : 0
RPs en cours : - Attaque de loups : Quête
- Sous la Tempête : Quête


MessageSujet: Re: [Quête] Sous la Tempête   Dim 6 Jan - 19:05



SOUS LA TEMPETE





La journée avait pourtant bien commencé. Il faisait froid, mais beau. Un ciel bleu, un soleil pâle et presque inexistant, une herbe gelée qui crissait sous les pas, un air sec sous une brise légère. En soi, une belle journée d'hiver. La matinée s'était déroulée ainsi sans accroc, démarrant dans la blancheur du givre qui avait tout recouvert avant de disparaître au fur et à mesure que la journée avançait. Puis, dans les alentours de midi, les choses se gâtèrent avec une rapidité déconcertante. Le froid devint plus mordant, le ciel bleu se couvrit de nuages argentés faisant disparaître le soleil derrière eux, et la brise légère se changea en vent glacial qui émettait des bourrasques aléatoires, couchant l'herbe de la vallée et secouant les arbres des bosquets. Le temps calme virait à la tempête car le vent soufflait de plus en plus fort, de plus en plus froid et les nuages devenaient de plus en plus sombre. Qu'importait la raison pour laquelle vous vous trouviez ici, vous savez que les choses n'iront pas en s'améliorant. Pensez-vous continuer votre route en espérant rejoindre votre destination avant que le pire n'arrive ? Pour le moment, vous souffrez simplement du froid et du vent qui vous poussait avec force, mais rien ne dit que la météo se contentera de ça. Au contraire, au loin vous vous rendez compte que la couche de nuage s'étendait jusqu'à l'horizon et ne semblait pas apporter avec elle de bonnes choses.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 170
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: [Quête] Sous la Tempête   Mer 9 Jan - 18:09

L'hiver. Si la saison la plus froide de l'année portait le même nom sur les terres de l'Empire et en Hetenlaüd, elle était totalement différente en fonction du côté de la frontière où l'on se trouvait. A cette période de l'année, à Kartendark, le sol était couvert d'une épaisse couche de neige, qui étouffait tous les bruits. Il n'y avait rien de plus calme que les alentours de Karn, après une nuit entière pendant laquelle était tombée la neige. Durant son apprentissage, Ermaëlle passait parfois plusieurs heures non loin de la fenêtre de la bibliothèque de Maître Dyarm, observant le paysage enneigé. L'hiver d'Hetenlaüd était bien différent. Si le froid pouvait se révéler mordant, la neige était plus rare au début de la saison. Le givre était cependant très présent. C'était d'ailleurs pour cette raison que l'ancienne esclave était descendue du dos de sa monture, afin de la guider et éviter qu'elle ne se blesse à cause de la fine couche de glace qui couvrait le sol et l'herbe aux alentours. Ermaëlle procédait toujours ainsi, alors qu'elle se trouvait sur les terres de l'Empire. Si certains endroits permettaient à un cheval de se déplacer sans risque, la neige masquait parfois des creux ou de petites crevasses qui pouvaient rompre la patte d'un équidé sans mal. Si le givre semblait moins dangereux, il n'en était rien. Une chute était tout aussi possible, et l'enlumineuse voulait épargner un tel sort à Kyem.

La jument appartenait à l'un des marchands pour qui Ermaëlle avait travaillé plusieurs fois. En remerciement, l'homme lui laissait donc emprunter à moindre frais l'une des monture qu'il louait. Kyem avait toujours eu la préférence de l'ancienne esclave. Il s'agissait d'une jument robuste à la robe baie. Son caractère était doux et calme, et son pas sûr. L'équidé s'était laissé guider docilement, ce qui avait rendu le voyage bien plus facile à endurer, malgré le climat. Cela faisait cinq jours que la jeune femme et sa monture avaient quitté la capitale, accompagnant un groupe de marchands qui devait se rendre à Phékarön. Il ne s'agissait pas là de la destination de l'ancienne esclave, cependant. Après le mariage d'Ismelle et Farban, la vie avait reprit son cours habituel, et Ermaëlle avait accepté une commande toute particulière. Une connaissance d'Azam, la propriétaire de l'une des bibliothèques d'Hantonael, était venue à sa rencontre, alors qu'elle travaillait avec les autres écrivains publics. Il s'agissait d'un jeune homme, qui recherchait quelqu'un qui accepterait de dessiner les vallées environnantes, malgré le mauvais temps. Son père se faisait vieux, et ne pouvait plus voyager comme il le désirait. Aussi, le commanditaire souhaitait lui offrir quelques représentations de ces lieux qu'il avait si bien connu, dans sa jeunesse. Ermaëlle n'avait pas pu refuser une telle demande. Elle aussi aurait apprécié qu'on lui fasse un tel présent, afin de conserver un souvenir de son passé. Le prix et les différents détails convenus, l'ancienne esclave avait prévenu ses collègues de son absence, fait ses préparatifs, et avait rejoins des marchands dès que cela lui avait été possible.

En échange de quelques pièces, Ermaëlle avait pu profiter de la protection du groupe. Au gré de leur voyage et de leurs haltes, la jeune femme avait fait une multitude de croquis des vallées, ainsi que des quelques animaux qu'ils avaient eu l'occasion de croiser. Une fois revenue à la capitale, la jeune femme aurait tout le loisir d'améliorer ses esquisses, et d'y ajouter quelques couleurs. Bien sûr, les teintes les plus présentes seraient sans doute le blanc, le bleu et le gris. Mais il ne fallait pas se laisser tromper. L'hiver offrait bien d'autres couleurs. Il fallait juste savoir y prêter attention. L'enlumineuse était plutôt satisfaite du commencement de son travail. Elle espérait que ses œuvres seraient au goût de son commanditaire et du père de ce dernier. Tout le monde y gagnerait. Le vieil homme pourrait profiter de certains paysages sans quitter son logis, et on entendrait parler d'avantage du travail de l'ancienne esclave, ce qui lui apporterait sans doute quelques nouveaux clients.

Toujours est-il que la jeune femme avait fini par abandonner le groupe de marchands. Cela faisait déjà trois jours qu'ils avançaient, et Ermaëlle avait tout ce dont elle avait besoin. Il lui avait donc semblé préférable de rebrousser chemin. Bien sûr, l'idée de voyager seule lui était déplaisante. Mais l'enlumineuse n'avait pas le choix. Elle ne pouvait pas s'attarder plus que nécessaire loin de la capitale, que cela soit pour mener à bien la commande qu'on lui avait faite ou pour reprendre son autre métier. Voyager en plein hiver n'était pas un problème pour elle, certes. Cependant, Ermaëlle gardait bien à l'esprit que la mauvaise saison n'empêchait pas les attaques. Aussi, la jeune femme avait quitté Hantonael armée de sa dague. Mieux valait prendre toutes les précautions possibles...

Cela faisait donc deux jours qu'Ermaëlle marchait avec Kyem pour seule compagnie. Si tout se passait bien, elles atteindraient bientôt la capitale. Peut-être dans la soirée ou le lendemain. Le ciel était encore clair, et Ermaëlle devait avouer que la journée était plutôt belle, pour voyager. Avec sa longue et épaisse cape noire, dont la capuche masquait en partie son visage et le protégeait, l'enlumineuse ne craignait pas le froid. Son inquiétude était plutôt portée vers Kyem. Mais la jument n'avait pas encore montré de signes de faiblesse et avançait toujours d'un pas pour le moins cadencé. S'arrêtant quelques instants, appuyant son bâton de marche contre elle, la jeune femme caressa le chanfrein de la jument de l'une de ses mains gantées, la félicitant pour son calme. Ensuite, l'ancienne esclave se remit en marche, prenant toujours garde à ce qu'il se passait autour d'eux.

Au fil du temps, le climat sembla de moins en moins clément, aux yeux d'Ermaëlle. Les bourrasques glaciales se multipliaient, se faisant de plus en plus fortes. Les nuages gris, ayant viré au noirs, n'avaient pas échappé à la jeune femme. Les tempêtes étaient fréquentes, sur les terres de l'Empire. Il fallait savoir en reconnaître les signes avant-coureurs. L'ancienne esclave craignait le pire. La capitale était encore lointaine. Jamais elles ne pourraient l'atteindre avant que les éléments ne se déchaînent ! Il fallait trouver un abri, et vite ! L'enlumineuse ne connaissait que trop bien les conséquences d'un pareil événement ! Avisant un petit bois qui se trouvait non loin, Ermaëlle resserra sa main sur la bride de sa monture, l'intimant à la suivre dans une autre direction. Luttant de nombreuses et longues minutes contre les bourrasques glaciales et le froid, l'ancienne esclave et sa monture atteignirent finalement leur but. Protégeant à nouveau son visage à l'aide de sa capuche, qui avait été rabattue par une bourrasque, l'enlumineuse entreprit d'observer les alentours. Pour le moment, l'enlumineuse décida de rester en lisière du petit bois, afin de pouvoir suivre les changements de temps aussi distinctement que possible. La jeune femme savait que ce bois ne leur apporterait pas la plus grande des protections. Mais cela suffirait sans doute le temps qu'Ermaëlle repère un autre endroit plus adapté. Mieux valait ces quelques arbres plutôt que d'être des proies de choix pour le vent glacial, et la neige ou la pluie qui pourrait le rejoindre... Alors qu'elle scrutait toujours les alentours, l'enlumineuse crut discerner une ombre, un peu plus loin. Intriguée et quelque peu inquiète, la jeune femme poursuivit son observation. De quoi pouvait-il bien s'agir ? Ou... de qui ? L'ancienne esclave espérait qu'il ne s'agissait-là que d'un tour de son imagination, et que personne d'autre ne se trouvait en ces lieux... Le climat ne se montrerait clément pour personne...

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dagmar Belströd

avatar

 Argent Argent : 15
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Hantonael
Métier / rôle / rang : Serveuse
RPs en cours : -Marée Disparate
-[Quête] Sous la tempête
-Des flocons et une rencontre

MessageSujet: Re: [Quête] Sous la Tempête   Mer 16 Jan - 17:13

Le sac de Dagmar commençait à faire lourd sur son dos; se balader avec un sac plein de carottes n'était pas vraiment une bonne idée. Le sac en toile brune, effiloché, laissait sentir une odeur puissante de carottes fraiches, ces dernières se bousculant dans l’obscurité du sac que tenait la serveuse en faisant passer le bout au dessus de son épaule pour s'aider à supporter le poids, elle le faisait d'ailleurs souvent basculer d'une épaule à l'autre en marchant afin de ne pas trop user d'une seule épaule.
Dagmar marchait à côté de son cheval noir au museau blanchit par le temps et appartenant à son père. Elle le lui empruntait souvent, préférant ce dernier qu'à la vieille jument blanche et grise de sa mère qui avait un caractère à donner des coups de sabots. L'équidé noir portait lui aussi deux autres sacs de carottes que l'adolescente avait accrochés entre eux par une corde afin de les faire tenir sur l'animal. Ainsi, ils déambulaient lentement dans les plaines givrées, en direction de la capitale, au milieu des plaines qui séparaient Hantonaël et Kanëzak, le lieux de vie de l'agricultrice fournissant les carottes à la taverne.

En effet, cette fois ci, c'était Dagmar qui avait dû aller chercher les carottes chez l'agricultrice, la panique était à son comble à la taverne "Le Gâteau aux Carottes" lorsque Madame Kizine Caffr avait envoyé un corbeau à ses plus fidèles clients. La bête avait été un peu naïve en fonçant dans la fenêtre de la chambre du couple Belströd, tête baissée. Elle s'était donc retrouvée au sol après s'être cognée contre la vitre, à s'agiter en croassant sur l'herbe. La mère de Dagmar, qui s'était réveillée à cause du bruit, s'était empressée d'ouvrir la fenêtre pour recueillir le pauvre animal. Son mari s'était ensuite occupé à choyer la bête, madame Belströd s'était tant qu'à elle, plutôt occupée à lire la lettre de Madame Caffr. Cette dernière avait exposé clairement le problème, elle ne pourrait venir leur faire la livraison habituelle à la capitale, son cheval étant tombé malade par une nuit froide. Seulement, la taverne ne pouvait se passer des carottes, là, était l'ingrédient principal de leur plat, leur spécialité, leur nom, leur réputation, et il était hors de question de prendre d'autres carottes. Cela aurait été infidèle pour l'agricultrice Kizine, tandis que le goût changerait grandement, devenant incertain. Enfin, cela d'après la cuisinière de la spécialité. Alors, madame Belströd fit ce que toute bonne cuisinière devait faire afin de contenter ses clients avec sûreté : elle partie chercher sa fille dans sa chambre alors que cette dernière dormait paisiblement dans ses draps.
Elle la réveilla avec empressement, lui expliquant la situation que la jeune brune ne comprenait pas. Pourquoi sa mère n'allait tout simplement pas chercher ses carottes ailleurs pour une semaine ? Lorsque la serveuse posa la question, la cuisinière lui jeta un regard dur et froid, s'ensuivant d'un discours sur la qualité des carottes influençant le moindre ingrédient du gâteau pour enfin que cela se termine en une harmonie exquise sur le palais de la personne qui dégustera le met.
Sans contester plus, de peur de se retrouver avec une dissertation sur les carottes de dix-huit pages recto-verso, Dagmar dû préparer des sacs, un pour ses affaires et trois autres sacs en toile afin de ramener les carottes. Elle partit le matin même et arriva en fin d'après-midi du lendemain de son départ, à dos du vieux cheval de son père. Dagmar entra donc dans le village de Kanëzak, se plaignant du froid alors qu'elle était couverte de la tête au pied. Ses bottes brunes aux pieds, son manteau épais sur les épaules et son écharpe noire recouverte des cheveux bruns détachés de la serveuse. Kizine l'avait alors aidé à remplir ses sacs, baissant le prix de ses carottes pour ce désagrément occasionel. La femme remercia quand même Dagmar qui avait fait le chemin jusqu'à elle pour ses carottes, et lui proposa de dormir chez elle pour la nuit lorsque l'adolescente se préparait à partir en fin de soirée. Dagmar accepta, ne désirant pas passer sa nuit sur le dos de son cheval ou encore à chercher un lieu à dormir au beau milieu des plaines. De plus, elle connaissait Kizine depuis un moment et lui était confiante. Elle bu une soupe de carotte le soir avant d'aller dormir, se reposer pour le départ du lendemain.

Le lendemain matin, Dagmar prit le chemin du retour, frissonnant dans le froid sous le ciel bleu après avoir remercié l'agricultrice. Il était presque midi lorsqu'elle décida de prendre une pause, ses épaules et pieds n'en pouvant plus. Pourtant, ce sont aussi vers ces alentours qu'elle sentit l'air se refroidir rapidement et vit le ciel se couvrir. Cela l’inquiéta quelque peu mais sans plus, ce ne serait pas la première fois qu'elle finirait sous la pluie. Seulement, Dagmar avait à peine avancée depuis son départ, les sacs étant lourds, elle et le cheval trainaient à avancer avec leurs sacs de carottes sur le dos. Ce fut alors à ce moment qu'elle voulu reprendre le voyage sous une plainte de l'animal l'accompagnant.
Le vent se fit de plus en plus fort, poussant Dagmar et le cheval sur le côté, des bourrasques les ralentissant. La serveuse en lâchait parfois des grognements d'agacement, essayant de pousser sur ses jambes afin de contrer le vent qui devenait de plus en plus fort tout comme le ciel de plus en plus noir. Noir, comme son cheval qui commençait à stresser face à ce temps devenant assez gâteux. Il hénissait parfois comme pour implorer la brune d'aller se mettre à l'abri face à ce temps. Les sacs de carottes sur le dos de l'animal se levaient légèrement sous le vent, les claquant contre ses flancs par la suite.

Dagmar s'arrêta en plein milieu du chemin pour se tourner vers son cheval, prête à le réprimander pour faire autant de bruits qui l'agaçaient. Mais la vue des nuages s'étendant jusqu'à perte de vue la coupa dans son élan. Elle se contenta d'entrouvrir la bouche alors qu'elle sentait l'air froid se glisser dans son cou et sur ses doigts, lui gelant ces derniers. A ce moment, elle comprit les craintes de l'animal, liés au temps. Elle balaya alors du regard la plaine avant de voir ce qui semblait être l'orée d'un bois au loin. Si les arbres étaient vivement secoués par le vent, cela le coupait tout de même et abritait partiellement. Elle attrapa alors les rennes de son cheval, les serrant fermement avant de se diriger vers le bois. Au bout de quelques temps elle s'y retrouva, voyant les arbres danser selon le bon vouloir du vent glacial. Glacial, oh oui, la jeune femme avait glissé plus de la moitié de son visage dans son écharpe, ses cheveux détachés se bataillant dans les airs, devant son visage. Elle ne voulait les attacher pour le moment, il pouvaient certes être contraignants par la vue mais ils ne pouvaient qu'un peu plus la réchauffer, et ce un peu plus était le bienvenu avec ce froid.

Dagmar finit par percevoir quelqu'un au loin malgré ses mèches la gênant dans sa vision. Elle espéra alors trouver ici quelqu'un vivant prêt du bois et qui pourrait l'abriter ne serait-ce que le temps que cela passe, elle et son cheval qui marchait vainement à côté d'elle. Elle haussa alors le ton pour essayer de se faire entendre malgré le vent, s'approchant à grand pas en essayant d'y voir clair malgré ses cheveux. Elle se démenait toujours avec son sac de carotte qui lui faisait que plus mal au dos.

-Excusez moi ! Vous êtes du coin ? Savez vous où nous pouvons nous abriter ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.N.J.

avatar

 Argent Argent : 0
RPs en cours : - Attaque de loups : Quête
- Sous la Tempête : Quête


MessageSujet: Re: [Quête] Sous la Tempête   Jeu 17 Jan - 13:57



SOUS LA TEMPETE






A l’approche des nuages, à l’approche d’un vent toujours plus fort, vous vous sentez fébriles. Froids. Glacés. C’est soudain et brutal. Vos poils s’hérissent. Vos dents claquent presque. Puis vous avez ce mauvais pressentiments. Ce nœud à l’estomac qui sait. Ce nœud qui est au courant de ce que ce changement radical implique. Les rafales de vent se faisaient toujours plus fortes. Chaque nouvelle qui arrivait dans la vallée semblait plus puissante que la précédente. Le feuillage des arbres était fortement secoué par les bourrasques, déjà qu'il ne restait plus grand chose de leurs feuilles à cause de l'hiver...L'herbe de la vallée était plaqué au sol, écrasé par le souffle qui s'abattait dans la région. Le vent était froid, glacial même. Il s'engouffrait partout où il le pouvait, dans le moindre interstice des vêtements de ses victimes afin de leur geler la peau. Les oiseaux ne contrôlaient plus leur vol et très vite, il n'y en avait plus un seul dans le sombre ciel nuageux. A l'approche de cette tempête qui s'avérait colossale, les animaux se cachaient. Les rafales de vents bousculèrent tout malheureux individu égaré dans la vallée, le ballottant avec une force perturbante qu'il était difficile de marcher en ligne droite. C'est alors qu'une personne espère trouver refuge à l'orée d'un petit bois tout aussi malmené par l'arrivée de la tempête que tout autre. Plus loin, une autre victime des éléments se hâtait à rejoindre la première. Les vents se déchaînaient, mais très vite, vous sentez un picotement froid sur votre visage. Puis un autre, et un suivant, avant de vous rendre compte qu'il s'agissait de fines gouttelettes de pluie glaciale qui commençaient à tomber du ciel. Et ce, de plus en plus fort, frappant la peau des prisonnières de la vallée comme des perles de glace poussées par le vent dans la figure. Rien ne s'arrangeait. La pluie s'épaissit, cela devint voilé autour de vous. Votre vision fut gênée par un rideau de pluie. Presque un rideau de fer. C'était inquiétant. Les arbres quasiment nus souffraient autant que vous et peinaient à vous protéger.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 170
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: [Quête] Sous la Tempête   Ven 18 Jan - 23:36

Les éléments se montraient de moins en moins cléments... Un véritable rideau de pluie glacée s'était mêlé au vent, frappant de plein fouet le visage de la jeune femme, lui ôtant sa capuche et s'en prenant à sa chevelure déliée, et le poil de la pauvre jument qui l'accompagnait. Ermaëlle ne put s'empêcher de jeter un regard dans la direction de Kyem. Si la pauvre bête gardait son calme, la jeune femme se rendait bien compte qu'elle commençait à souffrir du vent et de cette pluie glacée ! Il leur fallait un abri, et vite ! Ces arbres décharnés ne pouvaient pas les protéger efficacement de ce courroux de la Nature ! Sur les terres de l'Empire, la majorité des forêts étaient composés de pins et de sapins. Ces derniers ne perdaient que rarement leurs aiguilles, ce qui pouvait rendre leur protection assez performante. Cependant, il ne fallait pas oublier pour autant que la neige qui s'amassait sur les branches pouvait devenir une source d'accident...

C'est alors qu'une voix perça le vent et la pluie. Au début, Ermaëlle cru avoir rêvé. Après tout, le souffle du vent, pour ne pas dire son hurlement, pouvait tout à fait s'apparenter à une voix humaine, dans certains cas. Aussi, la jeune femme tendit l'oreille, se demandant toujours si une autre personne était effectivement présente en ces lieux, ou s'il ne s'agissait que d'un mauvais tour des éléments qui se déchaînaient encore et toujours... Une voix... Une voix et une forme. Quelqu'un ! Quelqu'un qui s'adressait à elle ! L'ancienne esclave aurait préféré rester seule... L'enlumineuse ne souhaitait à personne de se retrouver dans une telle tempête ! Car c'était-là le mot juste ! Une véritable tempête, qui s'apparentait à celles qu'Ermaëlle avait pu affronter sur ses terres de naissance !

« Hélas, je crains ne pas pouvoir vous aider ! s'exclama la jeune femme, en espérant que sa voix ne serait pas étouffée par le souffle du vent. Je me suis abritée ici en attendant que les choses se calment ! Venez me rejoindre ! Ces arbres n'offrent peut-être qu'un maigre abri, mais je crains qu'il ne nous soit pas possible de trouver mieux pour le moment ! »

Si l'autre personne ne devait pas être très loin, dans le cas contraire Ermaëlle doutait qu'elle l'ait entendu, la jeune femme ne percevait pas sa présence. La seule chose que discernait l'ancienne esclave était une forme, ou plutôt deux, qui semblaient s'approcher de l'abri de fortune qu'elle partageait avec sa monture. D'après ce que l'enlumineuse avait entendu, il s'agissait sans doute d'une femme. Pour ce qui était de la créature l'accompagnant, il s'agissait très certainement d'un cheval, au vu de la taille de la seconde forme, et de la réaction de Kyem. Si la jument avait fait preuve d'un grand calme jusque-là, ses oreilles s'étaient dressées et son regard était tourné en direction des deux formes.

Au fil des secondes, la situation se clarifia quelque peu, malgré la présence de la pluie. Il s'agissait bien d'une femme et de sa monture. Ermaëlle n'hésita pas à lui faire un signe, lui indiquant ainsi sa position. Au vu du climat, mieux valait rester grouper ! Cela ne ferait qu'augmenter leurs chances de réchapper à cette tempête ! Voyant que l'autre duo se rapprochait de l'endroit où elle se trouvait avec Kyem, l'ancienne esclave cessa son geste, se renveloppant dans son épaisse cape sombre. L’enlumineuse ne put s'empêcher de jeter un regard dans la direction de sa jument. Plus le temps passait et plus le froid la faisait souffrir, Ermaëlle en avait la certitude... Il leur fallait un véritable abri. Un endroit qui ne laisserait pas passer la pluie et le vent. Mais était-ce possible de trouver cette perle rare en ces lieux ?

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Quête] Sous la Tempête   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Quête] Sous la Tempête
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une mer gelée sous une tempête déchainée
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» Un temple sous terre [PV Kusari]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Gardiens d'Hetenlaüd ::  :: -
Sauter vers: