AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dagmar Belströd

Aller en bas 
AuteurMessage
Dagmar Belströd

avatar

 Argent Argent : 10
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Hantonael
Métier / rôle / rang : Serveuse
RPs en cours : Rencontre sous la pluie

MessageSujet: Dagmar Belströd   Mer 10 Oct - 19:12

●¸.•*¨Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ¨*•.¸● ●¸.•*¨Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ¨*•.¸● ●¸.•*¨Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ¨*•.¸●
   

   
   

   
   
"Venez boire à ma taverne. Mais ne vous attendez pas à ce que je sourisse."
Dagmar Belstöd
Qui suis-je ?

   


   Avatar : Random angry sketch de Loish
   Nom : Belströd
   Prénom :Dagmar
   Age :17ans
   Sexe : Féminin
   Lieu de naissance :A Aldonael Village
   Famille : Delmhass Belströd (sa mère) et Pöhvin Belströd (son père)
   Lieu de résidence : Hantonael
   Groupe : Civilisation
   Métier / Rôle / Rang :Elle est serveuse dans la taverne de ses parents.
   

   


   Description Psychologique et physique

   


     Dagmar n’est pas vraiment la plus raffinée des femmes, ni en caractère ni en physique. Elle ne fait pas vraiment attention à son apparence, un simple chignon pour ses cheveux épaix et bruns font l’affaire, les premiers vêtement aussi, sa tenue souvent constitué d’un pantalon et d’un t-shirt taché. Ses ongles sont rongés par impatience de les couper. Généralement, la première chose que l’on remarque sur le visage est son énorme nez, certains le qualifieraient de disgracieux mais d’autres pensent que cela à de son charme.
Son nez et ses sourcils ont tendance à contraster avec la finesse de son visage, au contraire de ses lèvres qui passent parfaitement sur son visage. Ses yeux verts passent souvent inaperçus en temps normal mais lorsqu’elle commence à fusiller du regard une personne, ils deviennent soudain plus intenses et brillants.
Même si Dagmar est un peu ronde, possédant quelques bourrelets, Dagmar ne complexe pas du tout, ses épaules carrées et ses grandes mains lui donne une allure imposante et forte. On en aurait presque du mal à croire qu’elle est peureuse.
En réalité, ce trait de caractère se présente plutôt sous la forme de rejet que de fuite. Mais ! A part si c’est pour la taverne de ses parents, Dagmar ne restera pas devant un grand danger se battre et cherchera à se protéger. Mais face à un inconnu, elle se tend, et essai de calmer son stress qui monte. Avant de se lancer dans n’importe quelle forme de communication, elle examinera cet inconnu et essaiera de se faire une opinion de lui. Elle fait cela aussi pour les décisions à prendre, pour tout ce qui lui exige un risque ; c’est son côté prudent. Une fois qu’elle osera enfin parler, ou que l’on lui parle, elle sera sèche et froide, inhospitalière à ceux qu’elle ne connaît pas.
Bien entendu, une fois que Dagmar connaît la personne, elle devient sans gêne, riant et parlant fort, écoutant et discutant de ragots en bonne commère, elle pourrait roter comme si de rien n’était et continuer son récit sur Madame d’Ousrill, la voisine, comme si rien ne s’était passé. Dans ces moments là, lorsqu’il s’agit de quelque chose qui l’intéresse, Dagmar est très attentive, elle pourrait écouter et argumenter avec deux plateaux à servir, ne faisant tomber aucune goûte des boissons et aucune miette des plats grâce à son adresse forgée depuis plusieurs années.
Elle ne se plaint pas de son travail et de la taverne, elle adore ça même et donne le meilleur d’elle même afin de monter la taverne en réputation, enfin, le meilleur sauf un sourire et une hospitalité, il ne faut pas trop abuser.
Elle possède des cailloux et des plantes dans sa chambre, aidant les animaux lorsqu’elle le peut. Cela lui rappelle les après-midi dans les anciens champs de son père dans son village natal. Lorsqu’elle faisait l’école buissonnière et le voyage jusqu’à la capitale. Lorsque Dagmar faisait l’école buissonnière, elle était indépendante et se débrouillait seule. Il en est de même pour aujourd’hui, si Dagmar aide ses parents c’est par choix, elle pourrait se lancer dans un apprentissage ou autre mais elle préfère rester avec ses parents. Elle se débrouillerait très bien sans. Cependant, Dagmar est assez capricieuse, lorsqu’elle veut quelque chose en particulier, elle le fera savoir, son père l’ayant toujours chouchouté, la jeune femme étant la prunelle de ses yeux, elle est habituée à avoir tout ce qu’elle voulait même si elle devait attendre. Pour finir, Dagmar est assez superstitieuse, étant élevée dans un cadre où sa mère allait tous les mois voir son amie la prêtresse et où la réussite de la taverne est dû à une prédiction de cette dernière, Dagmar a tendance à interpréter beaucoup de signe et surtout ceux de malchances comme les chats noirs.  

   


   Description Historique


  Les Belströd étaient des agriculteurs assez modestes dans l’est d’Hetenlaüd. Ils vivaient dans un petit   village où tous se connaissaient. Pour dire, au mariage de Pöhvin Belströd à Delmhass Casterllnak, tout le village était invité.
Pourtant, le couple avait eu une histoire assez banale. Depuis petits, ils jouaient et allaient à l’école ensemble. Ils étaient voisins et avaient seulement 3mois d’écarts. Pöhvin était fils unique tandis que Delmhass était née dans une famille très religieuse avec deux petits frères qu’elle adorait.
Chacun tombèrent amoureux de l’autre tour à tour, quand Pöhvin aimait Delmhass, Delmhass le voyait seulement en ami, et inversement. Ils n’avouèrent jamais leur amour durant leur enfance et leur adolescence, ils restèrent seulement amis, ils allaient chez l’un et l’autre pour parler, s’amuser et aider dans les études et la vie. Mais les deux concernés grandirent et Pöhvin commença à aider ses parents dans les champs de céréales.  Il partait tôt le matin pour revenir tard et s’endormir ; tant qu’a Delmhass, elle restait chez elle à s’occuper de ses petits frères tandis que ses parents travaillaient. Les deux jeunes adultes ne se voyaient presque plus.

Ce fut Delmhass qui prit les devant, elle ne pouvait plus l’observer de loin et garder son amour secret. Il arriva ce à quoi tout le monde s’attendait dans le village : Delmhass fit un gâteau aux carottes.

Le gâteau aux carottes de Delmhass était connu, enfin, celui de sa famille, les Casterllnak. Elle le faisait uniquement pour les grandes occasions : la naissance de ses frères, la fin de ses études, la mort de son chat… On ne pouvait savoir si c’était une bonne ou mauvaise nouvelle.
Elle comptait l’offrir à Pöhvin en lui déclarant son amour. Mais ! En tant que bonne religieuse, Delmhass partit en ville, voir une prêtresse au temple païen. Elle lui demanda conseil sur son destin, car s’il y avait bien un Dieu que sa famille louait, c’était le Dieu du Destin. Lorsque Delmhass se faisait mal ou réussissait, ses parents avaient tendance à lui dire « C’est ton destin ! » au lieu de la consoler ou la féliciter. Elle enfourcha donc son cheval et traversa les routes entre les champs et forêt jusqu’à arriver à la ville la plus proche et demander à une jeune prêtresse si son destin était heureux.

« Votre destin est en bonne voie, le sort vous est favorable » lui avait elle dit.

Le soir même, alors que Delmhass était épuisée par son voyage, elle était en face de la petite maison de Pöhvin au bord du village, elle attendit sur les marches. Son gâteau en main, elle avait observé la clôture blanche s’effriter avec le vent et les oiseaux gazouiller sur le grand chêne à côté de la maison. Quand Pöhvin arriva avec ses parents, ces dernières saluèrent Delmhass et les laissèrent seul à seul. La magie du gâteau aux carottes opéra, la déclaration de Delmhass fut acceptée. Cette dernière en remercia les Dieux.

Depuis, le couple vécurent heureux dans le village, la vieillesse rattrapa leur parents, les frères de Delmhass reprirent le commerce de sa mère et son père et Pöhvin reprit les champs de ses parents avec sa fiancée. Ils s’étaient installés au centre du village, connus et aimés de tous, ils vivaient un rêve. Delmhass continuait à aller au temple tous les mois pour les prévisions de la prêtresse, devenue son amie.

« Tant que je suis ses conseils, disait elle à son mari ; nos vies seront à l’abri de n’importe quel imprévu »

En 2533, Delmhass accoucha de leur unique fille, la prunelle de leurs yeux, la plus belle, gracieuse, pleine de vie : Dagmar, ce qui voulait dire « brillante comme le jour ». Pour ce prénom, Delmhass et Pöhvin étaient allés voir la même prêtresse au temple. Cette dernière leur avait dit :

« Brillante sera votre fille ! Brillante comme la lueur du soleil. Elle saura désaltérer les gens de savoir et  vivre sa vie comme bon le souhaite ».

Le choix du prénom de leur fille leur paraissait donc évident ! Dagmar était promis à un grand avenir, ils en étaient persuadés, peut-être qu’elle serait écrivain, scientifique ou médecin !
Delmhass prépara donc son fameux gâteau aux carottes et alla présenter sa fille à toute sa famille. A la vue de l’enfant et du gâteau, tous lui lâchaient leurs plus belles louanges. Delmhass déclarait donc fièrement :

« Un jour ! Ma fille désaltérera les gens de savoir ! »

Dagmar grandit dans le village, elle parlait peu, restait à l’écart des autres enfants, n’aimait pas travailler chez elle et faisait la plupart du temps l’école buissonnière pour vagabonder aux allentours du village. Lorsqu’elle allait à l’école, elle ne comprenait rien, ne suivait pas et avait de basses notes. Et lorsque les autres enfants venaient essayer de sympathiser avec elle, elle restait de marbre, ne les aimant pas. Elle les envoyait balader et s’énervait quand ils étaient trop insistant. Dagmar n’était agréable qu’avec sa famille.  Elle était tout sauf brillante comme la lueur du soleil et n’était sûrement pas promis à un grand avenir. En réalité, elle désirait juste être tranquille et faire sa vie, préférant observer et écouter qu’agir, elle avait peur de tout ce qui lui est inconnu, et c’est sûrement encore le cas.
Certains se moquèrent d’elle, de son apparence et de son comportement. Lorsque Dagmar n’était pas répulsive envers les autres, c’était les autres qui l’étaient, elle rentrait alors énervée et boudeuse chez elle et se plaignait à son père.  Pöhvin partait donc réprimander les enfants, personne ne parlait mal de sa fille chérie.

Delmhass emmenait sa fille au temple avec elle, tous les mois, la prêtresse annonçait quelque chose de leur avenir et à chaque bonne nouvelle, Delmhass faisait un gâteau aux carottes avec sa fille qui n’était pas si bonne cuisinière. Les gâteaux fait par Dagmar étaient bien souvent des désastres. La petite aimait beaucoup plus vagabonder dans les champs de ses parents et observer les animaux qui s’y aventuraient que rester chez elle à aider ses parents.

Aux sept ans de Dagmar, en 2540, Delmhass avait eu un nouveau conseil de la prêtresse. Cette fois ci, elle y avait été allé seule, sa fille étant à l’école et son mari travaillant comme toujours.

« Vendez vos terres mon amie ! Vendez ! Le Dieu du Destin m’a confié que votre destinée est tout autre : tavernière à la capitale ! Partez ! Ne réfléchissez pas, nous nous reverrons peut-être un jour ma chère... »

Delmhass avait promit de revenir et de garder contact avec sa meilleure amie la prêtresse. au village, elle était arrivée avec vitesse à dos de son fidèle cheval. Elle était allée chercher son mari dans les champs et lui avait supplié de la croire et de vendre leurs terres. Pövinh était sceptique, il n’était pas aussi croyant qu’elle, et leurs terres étaient toutes leurs richesses avec leur maison.  Mais il finit par accepter, il cédait tout à sa fille et sa femme, même les plus grandes folie dû à la meilleure amie de cette dernière qui avait parfois été fausses comme avec leur fille dite pleine de savoir mais qui avait du mal à comprendre les cours et préférait jouer à l’aventurière.
Il vendu ses terres et sa maison assez vite à un jeune homme plein d’espoir qui voulait emménager dans le village, et du jour au lendemain, Dagmar et ses parents partirent vers Hantonaël dans une petite charrette tiré par deux vieux ânes. Ils mirent un peu plus de deux semaines à arriver, s’arrêtant dans des villages pour dormir et se réapprovisionner.
Dagmar se prit d’amour pour le paysage de son pays, les plaines agricoles et boisées, les rivières et les lacs, elle adorait se balader et courir après les animaux. Elle se prit aussi d’amour à goûter les plats régionaux et les traditions. Elle apprit bien plus en voyageant qu’en restant sur une chaise à écouter un vieil homme parler. Une chose était sûre, Dagmar aimait le voyage. Elle fut presque déçue quand elle et ses parents arrivèrent en ville pour devenir taverniers.

Pövinh acheta une maison non loin du centre ville avec l’argent de la vente de ses terrains, de son ancienne maison et leurs économies. En quelques jours, ils installèrent la taverne, la nommant « Le gâteau aux Carottes », ce dernier étant le seul plat servit dans la taverne.
Une semaine après, la grande Sécheresse commença et peu à peu, les clients se ruèrent à la taverne.
Plus la sécheresse durait, plus les ventes et les bénéfices étaient grands. Bien vite, il eut tellement de monde que Pövinh fut obligé de refuser certains clients et installa des tables occasionnelles à l’extérieur. Les clients restaient longtemps et mangeaient parfois à la taverne, le gâteau aux carottes commença donc à se faire une minuscule réputation mais Delmhass en était fière. Dagmar, elle, aidait ses parents en salle et grognait quand un client impatient se présentait.
« J’ai des petites jambes ! »
Voilà ce qu’était son excuse quand ils se plaignaient du temps d’attente. Le plateau était bien trop grand pour elle et on aurait même dit parfois qu’elle manquait de le faire tomber, mais c’est ainsi que Dagmar forgea une certaine adresse.
Un corbeau arriva chez les nouveaux taverniers pour prévenir que les récoltes au village étaient très mauvaises à cause de cette sécheresse. Delmhass envoya alors deux corbeaux, un à sa famille pour les aider financièrement, et l’autre à sa meilleur amie, la remerciant de son conseil.
La taverne fut très vite rentable et à la fin de la sécheresse, les habitués venaient souvent discuter des ragots avec la famille.

Dagmar grandit en serveuse, ce qui était sûr, c’était que ce n’était pas son amabilité légendaire qui attirait les client au « Gâteau aux Carottes » ! En effet, Dagmar avait tendance à répondre aux clients malpolis et insupportable, elle se mettait assez vite en colère et détestait les clients occasionnels, Dagmar détestait toujours autant l’inconnu, enfin, elle en avait peur mais avait tendance à le montrer par un ton exécrable et des grognements.
Vers ses 15ans, elle commença à sympathiser avec une table d’habitués, venant souvent et lui adressant quelques paroles, les inconnus d’autrefois étaient devenus des amis de famille pour Dagmar et elle fut un peu plus aimable, mais n’oublions pas de qui nous parlons.
Ils lui parlaient des autres pays, des tensions, de l’histoire et de ce qu’il y avait à voir au-delà de la capitale. Petit à petit, Dagmar écoutait de plus en plus ses clients, même les occasionnels, mais ce n’était pas une raison suffisante d’être aimable avec eux. Elle écoutait leurs récits, leurs voyages et aventures, parfois, on lui expliquait comment était Kartendark durant le court moment où les frontières étaient détendues, les légendes comme celle de la Source Miraculeuse ; d’autre fois, on lui contait des ragots, comment Galbrürg Gagjig avait réussi à avoir autant de cochons en 1 journée et etc.
Aujourd’hui, Dagmar a 17ans, elle a un peu plus mûri et rejette de moins en moins l’inconnu, mais ce n’est pas pour autant que son côté peureux est partit. Son amabilité s’étend un peu amélioré mais n’étant pas pour autant devenu une qualité. Dagmar s’est juste améliorée sur certains points. Elle avait pourtant maintenant un but, elle désirait reprendre la taverne de ses parents et la hisser dans l’une des plus grandes tavernes de la capitale, peu importe ce qui lui en coûtera, Dagmar défendra « Le Gâteau aux Carottes » !

   
Derrière l'écran...

   Pseudo : Olivia
   Age :16 ans le 27oct
   Comment avez-vous connu le forum ? Ma sœur y est
   Code du règlement :Validé by As !
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 20
Force Force : 45
Agilité Agilité : 35
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd
RPs en cours : - Les Rues Humides : Solveig

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: Re: Dagmar Belströd   Mer 10 Oct - 21:19


Tu es validé !
Bravo et bienvenue parmi nous !


Te voilà enfin ! (huhu 8D) Ravie de faire ta connaissance ! Super écrit dis donc. Faut vraiment que j'arrange ce code de présentation pour ceux qui aiment me pondre des pavés XD Sois gentille avec ta soeur hein ! Sinon elle viendra se plaindre chez moi /SBAFF Bref, je te donne ton argent et 20 points de compétences pour bien démarrer ! J'ai hâte de voir ce que tu nous réserve avec ce personnage Very Happy


Tu peux désormais créer ta fiche de liens et de RPs ICI ainsi même que la Volière de ton personnage ! Je t'invite également à consulter l'Univers d'Hetenlaüd si ce n'est pas déjà fait afin de te familiariser avec ce nouveau monde ! Si tu as la moindre question, n'hésite pas à envoyer un MP à un membre du Staff ou à poser ta requête ICI. Enfin, n'oublies pas que des quêtes sont disponibles si tu n'as pas d'idée de RPs, quêtes réalisables avec les compagnons de RPs de ton choix !


Bon jeu parmi nous !






_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Dagmar Belströd
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dagmar, Sleipnir - Toxics

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Gardiens d'Hetenlaüd :: Administration des Personnages :: REGISTRES ET POSTES VACANTS :: Présentations Validées :: Civilisation-
Sauter vers: