AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Mer 12 Sep - 17:10

Évidemment que l'Arlaüd était au courant. Au Panlaüd, tout le monde l'était, sauf les nouvelles recrues. Et un jour, elles finiraient aussi par se rendre compte que quelque chose clochait chez Zelfyne, si ce n'était pas déjà fait. Certains poseraient sûrement des questions, et honnêtement, Éléazar serait très heureux d'y répondre tant qu'elles restaient respectueuses. Sa Laüd était peut-être particulière, mais ces petites particularités la rendaient unique. La créature n'était peut-être pas très endurante ou à son aise dans les cieux, mais elle avait bien d'autres qualités. De plus, son aile était un handicap de naissance. Elle ne savait pas ce que cela faisait de voler '' normalement ''. Sa normalité était celle à laquelle elle était confrontée tous les jours. Quelque part, c'était rassurant. Au moins, Zelfyne ne vivait pas avec le souvenir d'une vie passée où elle aurait pu voler comme tous ses congénères.

Éléazar laissa son supérieur poser sa main sur son épaule. Mais le forgeron n'avait pas besoin d'être rassuré. Il était comme Zelfyne. Il avait toujours été en sa compagnie et trouvait même étrange le fait de voler sur une créature dont les ailes étaient d'une taille identique. Pour lui, la normalité se résumait en Zelfyne. Elle avait ses habitudes de vol, habitudes sûrement très différentes de celles des autres créatures de son espèce, et ses autres capacités s'étaient développées autrement. S'il fallait qu'elle marche, elle marcherait. Son Ar y veillerait personnellement. Et si la créature se sentait capable de voler... Pourquoi ne pas la laisser faire ? Tout dépendrait de son état.

« Zelfyne et moi sommes habitués à ce cas de figure. Tout se passera bien pour nous deux. assura le forgeron, sans se départir de son sourire. Cette mission ne sera pas un problème. Tout se passera dans le calme. »

Alors qu'Ásmundr exposait la situation à Dementör, Éléazar entreprit de faire de même avec sa Laüd. Cette dernière l'écouta attentivement, ne réagissant réellement qu'au moment où son Ar lui expliqua qu'ils risquaient de rester au sol la plupart du temps. Mais le forgeron rassura rapidement la créature, expliquant qu'il fallait bien que quelqu'un reste auprès de l'escorte, au cas où. Cette explication sembla suffire à la Laüd. Du moins, s'en contenta-t-elle après avoir entendu que cette situation ne durerait peut-être pas jusqu'à la fin du trajet et qu'elle aurait l'occasion de voler de temps en temps.


Encore cette histoire de camp... Farban allait en entendre parler pendant un long moment ! Non, il n'avait pas choisis un camp. Ils étaient tous dans le même, jusqu'à preuve du contraire. Enfin bref, mieux valait ne pas reparler de tout cela. Les choses s'étaient arrangées et c'était le principal. Et évidemment qu'Ebao comptait à ses yeux. Ils avaient vécu tant de choses tous les deux que l'autre chevalier était presque comme un frère de sang, pour lui. Et Ebao le savait très bien.

« Allons bon, je ne répondrai même pas à cette question. Tu en connais très bien la réponse ! » répliqua Farban, non sans un sourire, au sujet de leur amitié.

Montant à son tour en selle, Farban remarqua bien le regard qu'Ebao avait lancé à l'Ar. Ar qui ne semblait pas l'avoir remarqué, au demeurant. En effet, Éléazar était déjà juché sur le dos de Zelfyne, attendant avec elle que l'escorte prenne un peu d'avance. Cette histoire ne finirait donc jamais ? Les deux jeunes gens s'ignoreraient-ils encore longtemps ou finiraient-ils par accepter de mettre les choses au clair ? Chassant ses pensées de son esprit, Farban talonna sa monture, rejoignant à son tour la tête de l'escorte. Il était grand temps de poursuivre cette mission, et surtout, de la mener à bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 50
Force Force : 45
Agilité Agilité : 35
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Mer 12 Sep - 17:37



Ebao, Eléazar et Asmundr


L'Escorte



Souriant, Eléazar ne prit pas mal mes paroles, bien au contaire. Il était tout aussi conscient que lui et Zelfyne étaient des cas un peu particuliers au Panlaüd mais ils savaient également tout deux que cette particularité n'était pas dramatique. En fait, à part pour les nouveaux, la différence de la Laüd n'était pas tellement prit en compte finalement. C'était devenu normal pour nous autre à l'exception du fait qu'il fallait la prendre en compte lorsque c'était nécessaire. J'hochais la tête et répondit à son sourire légèrement. Je n'étais pas non plus dépourvu d'expression ! On les voyait rarement, je vous l'accordais, mais je savais que parfois, un bon sourire sincère valait mille mots.

Oui, tout se passerait bien. Pour eux, pour nous, pour tout le monde. Je ne pouvais que m'en convaincre également. Je ne pouvais que l'espérer. Je laissais alors mon compère aller faire le briefing à sa créature tandis que j'en fis autant de la mienne. Mais je pouvais entendre à mes côtés l'Ar se démener pour faire comprendre à Zelfyne qu'elle avait son utilité sur le plancher des vaches également. Il était vrai que j'avais cru déceler un élan de frustration chez elle au départ, mais ça s'était vite dissipé. Dementör l'avait vu aussi, ayant jeter un bref regard vers elle. Lui non plus ne faisait plus attention au handicap de la femelle depuis bien longtemps. A vrai dire, nos deux Laüds se connaissaient bien mieux que moi et Eléazar. Ce qui était normal vu qu'ils partageaient plus d'espace entre eux et les autres Laüds. Sûrement pour ça que malgré son caractère parfois rustre, Dementör était capable de se montrer attentionné envers elle. Il l'était envers tous les Laüds d'une certaine manière. Pour lui, ils étaient tous sa famille.

Mon attention se dirigea vers les chevaliers. Ils étaient en train de mettre tout le monde debout pour reprendre la route. Sir Kuza le confirma en sautant en selle avant de nous informer du départ. J'opinais du chef avant de faire volte-face vers Dementör qui s'était couché pour me laisser l'escalade de son plumage avec plus de facilité. Faut dire qu'il ne fallait pas être rouillé des articulations quand on tentait de monter sur le dos d'un Laüd. Dementör n'était pas mécontent de pouvoir enfin bouger un peu. Il étira ses impressionnantes ailes en attendant le départ, tandis que j'observais le détachement d'hommes qui s'était mis en route -avec un peu de difficulté pour certains- Mais rafraîchis et revigorés, leur cadence de marche était néanmoins bien meilleure qu'à leur arrivée.

J'attendis que tout ce petit monde -parce qu'ils avaient tellement l'air petit de mon point vue désormais- défilait devant moi avant de signaler à Dementör que nous pouvions prendre la voie des airs histoire de bien commencer le voyage. La créature se mit alors à faire deux pas de trot avant d'en faire encore trois quatre de course pour prendre son élan -non sans faire trembler la terre à chaque pas- et finalement, la seconde suivante, il planait déjà dans les airs où chaque battement d'aile lui fit gagner en altitude. Nous montions, encore et encore dans le ciel jusqu'à un certain niveau où la vue de la vallée était optimale. A ce moment là, le Laüd plana vraiment, ne lâchant un battement d'aile que de temps en temps pour garder l'allure et l'altitude adéquate.


codage par LaxBilly


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Mer 12 Sep - 18:32

Pouvait-on faire plus crâneur qu'Asmundr Krönos ? Aux yeux d'Ebao, la réponse était bien évidemment non. Pour le chevalier, le gardien était exaspérant en tous points, dédaigneux, snob, pensait tout savoir mieux que tout le monde, avait tenté de lui voler son commandement, proche d'Eléazar (du moins plus qu'Ebao) et insupportablement "parfait". Oh pas réellement parfait, parce que personnes n'est jamais vraiment parfait, mais disons qu'il était dans le moule de l'homme parfait, qu'il s'en donnait allègrement les airs et Ebao était à peu près sûr que sa propre mère aurait voulu l'avoir comme fils plutôt que son blondinet au sang chaud.

Tandis qu'ils contournaient l'étang, le gardien jugea bon de se donner en spectacle et de faire courir son oiseau sur une distance ridiculement longue pour finalement s'envoler... Soldats et prisonniers derrière lui eurent des exclamations d'admiration... Ebao levait les yeux au ciel en grommelant pour lui même, conscient que seul son cheval l'entendait.

Le point positif de tout cet étalage était que l'Arlaud était maintenant haut, très haut dans le ciel et qu'il n'était plus qu'un tout petits points de la taille d'une mouche (et aussi agaçante) pour Ebao.

- Bon débarras, murmura-t-il

La route allait être longue, et pas spécialement palpitante. Ebao et Farban devaient rester sur le qui vive tandis qu'ils avançaient en tête de la troupe, ils faisaient attention à la route qu'ils empruntaient, mais cela n'excluait pas un peu de conversation, surtout maintenant qu'ils s'était charriés et que tout avait été pardonné.

- Je cherche encore des idées pour votre cadeau de mariage mais je me disais... Pourquoi pas une chèvre. Tout le monde a besoin d'une chèvre ! Ça donne du lait et ça fait autant de bruit qu'un chien dès qu'elle voit quelqu'un..! Dans les Kyls on avait l'habitude d'en offrir aux mariés.

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Mer 12 Sep - 19:24

Pendant quelques instants, Éléazar et Zelfyne observèrent l'autre duo s'éloigner. Une fois qu'Ásmundr et Dementör eurent rejoint les cieux, l'autre Laüd rejoignit l'escorte, fermant la marche. Comme l'Ar lui avait proposé, la créature se tint à une distance respectable du reste du groupe. Ainsi, elle ne gênait personne bien qu'il lui était possible d'intervenir le cas échéant. De plus, cela évitait les accidents. Bien que plus petite et plus fine que la plupart de ses congénères, Zelfyne restait une Laüd. Aussi, mieux valait être prudent quand il s'agissait d'accompagner d'autres humains. Surtout quand lesdits humains n'avaient pas l'habitude de voir ou de marcher aussi proches d'une telle créature.

Quand Dementör avait prit son envol, Éléazar devait avouer que les réactions de certains gardes ou prisonniers l'avait quelque peu amusé. Réactions qui restaient bien présentes, bien que plus discrètes avec Zelfyne à proximité. Certains gardes n'avaient sûrement jamais vu un Laüd d'aussi près. Aussi, certaines personnes jetaient parfois quelques regards curieux dans la direction de la créature. Mais la Laüd n'y faisait pas réellement attention. Son regard noisette passait du paysage qui les entourait aux prisonniers, avant de se perdre à nouveau dans le paysage environnant, s'assurant ainsi que rien ne sortait de l'ordinaire. Quant au jeune homme juché sur le dos de la créature, il participait à cette surveillance comme cela lui était possible, sachant bien qu'il ne pourrait jamais surpasser la vision de sa camarade.

En tout cas, tout semblait calme. Machinalement, Éléazar posa quelques instants sa main droite sur la garde l'épée qui pendait contre son flanc gauche. Sa convalescence étant terminée, le forgeron était bien content d'avoir pu récupérer la lame qui lui avait été prise alors qu'il était blessé. Quand il n'avait qu'une de ses épées, le jeune homme avait l'impression d'être plus vulnérable. Mais à présent, tout allait mieux. Il serait parfaitement capable de se défendre, et de défendre d'autres personnes, si les choses dégénéraient, bien que l'Ar ne souhaitait pas qu'un pareil événement ne se produise.


Une chèvre ? Parfois, les coutumes des Kyls étonnaient grandement Farban, qui écarquilla les yeux. Qu'allaient-ils faire d'un tel cadeau ? Le chevalier voyait mal sa chère et tendre s'occuper d'un tel animal en son absence ! Ismelle avait bien d'autres choses à faire. La jeune femme travaillait, il ne fallait pas l'oublier. Et elle n'avait rien d'une bergère ! Et réflexion faite, Farban était persuadé que si l'animal se montrait récalcitrant, la jeune femme le ramènerait à Ebao sans hésiter un seul instant ! Si cette pensée manqua de lui tirer un petit rire, mieux valait éviter d'en arriver-là.

« … Ebao, où veux-tu que nous logeons une chèvre, Ismelle et moi ? Nous n'avons même pas de cour ! fit remarquer le chevalier à son ami. Et tu penses vraiment que ma femme acceptera de jouer les bergères ? »

Cette dernière phrase fit rire quelques instants le chevalier. Quelle scène ridicule ! Et pour son bien, mieux valait éviter qu'Ismelle se retrouve dans une telle situation ! Farban serait le premier à rire mais aussi le premier à avoir droit aux remarques piquantes de sa future épouse. A moins qu'elle ne trouve Ebao avant ! Dans ce cas, le chevalier ne donnait pas cher des oreilles de son camarade ! Pour ce qui était de la cour, c'était un fait avéré. Leur foyer ne comportait ni cour ni jardin. Mais ils n'étaient pas les seuls dans cette situation. Rares étaient les demeures à pouvoir s'offrir un tel luxe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 50
Force Force : 45
Agilité Agilité : 35
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Jeu 13 Sep - 8:28



Ebao, Eléazar et Asmundr


L'Escorte



Voilà de longs moment que j'avais pour vue l'impressionnant relief des vallées du royaume, cerné vers l'horizon par les vastes plaines qui disparaissaient sous la courbe du monde. Dementör volait le plus lentement possible, flottant sans effort dans les airs en suivant les courants ascendants. Néanmoins, c'était toujours qu'il dépassait malgré lui les hommes qui marchaient à terre à un rythme pourtant bien cadencé. Et depuis mon poste, on avait toujours l'impression de faire du sur place, mais tout n'était qu'illusion en fonction des perspective. Eux, d'en-bas, devaient voir le Laüd planer à une certaine vitesse. C'est que lorsque vous vous trouvez ainsi libre dans le vent, vous avez toujours la sensation de l'arrêt du temps, que c'est simplement le monde sous vous qui ne tournait pas assez vite. C'était étrange, mais atrocement normal lorsque l'on faisait ça depuis presque toujours.

J'avais probablement libéré le chevalier d'un lourd fardeau en m'éloignant de lui et des siens. J'avais encore du mal à comprendre ce mépris qu'il avait envers moi. Il agissait comme si je l'avais insulté de tous mots possible et qu'il se retenait juste pour des questions protocolaires. Au départ, je m'étais dit qu'il n'appréciait tout simplement pas les Gardiens. Mais j'avais toutefois remarqué à quel point son aura changeait à la faveur d'Eléazar. L'autorité que je représentais lui posait peut-être problème. Quoi qu'en tant que chevalier, on était pourtant constamment sous une autorité. Plusieurs même. Outre la famille royal, il y avait toute la hiérarchie adjacente militaire. Je ne cherchais pas à me prendre la tête avec cette histoire. Ce n'était pas comme si c'était d'une grande importance pour moi. Juste que je savais que cette situation m'échappait. J'étais persuadé que Sir Kuza était un homme bien, d'honneur et de dignité. Mais il avait montré jusque là un comportement qui, j'en suis sûr, était loin de correspondre.

Dementör dévia sur le côté quand je lui en fis la remarque. Nous allons faire un petit tour d'avance vers les alentours pour ouvrir la voie et garder un oeil sur la région entière. Son vol décrivit un grand arc de cercle par delà les collines avant de revenir pour refaire la même chose tranquillement de l'autre côté. Le désert était droit devant et la vallée ne posait pour le moment pas de problème de relief risquait de poser problème à l'avancement de la troupe. Je me demandais si un jour, le chevalier comprendra que mes mots n'étaient nullement des remarques se voulant désobligeantes, car c'était à partir de là que tout avait commencé. Etait-ce la seule raison ? Etait-il le genre d'homme à ne s'en tenir qu'aux apparences et aux premières paroles d'autrui ? Son compère paraissait déjà âme plus raisonnable, bien que nous n'ayons pas encore eut l'occasion d'échanger avec lui. Une aura de bonne envergure se dégageait de lui.

Combien de temps nous avions volé ? Plusieurs heures à en juger par le déplacement du soleil dans les cieux. Autant dire que le lointain qui se dévoilait devant nous annonçait un reste de trajet sans aucune encombre. J'annonçais alors au Laüd que nous pouvions rejoindre la terre ferme. Peut-être qu'Eléazar et Zelfyne avait enfin de profiter un peu de la sérénité d'un vol tranquille. Dementör baissa d'altitude. Ses pattes griffues se posèrent doucement sur le sol herbeux d'une montée de colline sur lequel le détachement progressait. Il replia ses ailes en observant de ses yeux d'or chaque humain qui passaient devant lui, sans jamais prendre en compte leur émerveillement déjà mille fois. Au pas, il rejoignit Zelfyne en quelques enjambées à peine et marchait à ses côtés dans sa même cadence.

*Tout se passe bien ?* demanda t-il à sa congénère.


codage par LaxBilly


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Jeu 13 Sep - 22:26

Le chevalier pencha la tête... Il est vrai que ses amis ne disposaient même pas d'une petite cours intérieur et qu'il serait compliqué pour eux d'y placer une chèvre... Si au moins ils avaient une étable ?! Quelle idée de se contenter de vivre entre quatre murs !
Le jeune homme ne répondit pas à son ami, et passa un long moment en silence à réfléchir à un cadeau de rechange ou à un moyen d'accueillir une chèvre chez Farban et Ismelle... Il avait entendu parlé de carrés de jardins, mis à disposition à l'extérieur de la ville pour y faire un potager et récolter quelques bons légumes... Ce serait parfait pour y placer une chèvre !!!

- Tu as raison, la maison n'est pas pratique pour une chèvre. Finit-il enfin par répondre dans un clin d'oeil.

Ebao préféra garder sa géniale idée pour lui. Il achèterait un jardin et une chèvre pour ses amis... S'il s'agissait de son propre mariage, il aurait été comblé face à de tels cadeaux. Aux Kyls, les terres et les chèvres étaient des choses précieuses.
Le trajet dura quelques heures. Ebao et Farban discutaient et se charriaient entre deux tours de surveillance de l'escorte. Tandis que l'un d'eux restait en tête du groupe, l'autre faisait le tours pour vérifier que tout allait bien pour tout le monde.

Evidemment, tout allait bien pour tout le monde.

A chaque fois qu'Ebao avait fait le tours, il n'avait pu s'empêcher de jeter un coup d’œil vers Eleazar qui marchait à l'arrière, un peu en retrait. Il n'osait pas vraiment l'interpeller et entamer la conversation, même s'il en mourrait d'envie. Il avait vraiment envie de discuter avec le gardien, mais le mauvais souvenir laissé par leur rencontre plusieurs années plus tôt refroidissait la moindre trace de courage chez Ebao. Il n'avait pas envie de retomber dans le même schéma et de se retrouver le moral en vrac encore une fois....
Ebao revenait donc silencieux de chacun de ses tours, et pas plus avancé qu'avant dans sa relation avec El. Il passait ensuite l'heure suivante à s'encourager mentalement pour repartir faire un tour et tenter à nouveau de parler à El...  Mais sans réussite. Aussi revenait-il au point de départ et s'encourageait-il personnellement de nouveau.

Cette fois c'était la bonne ! Il parlerait enfin à El !!!... Mais est-ce que c'était vraiment une bonne idée ?! BIEN SUR que c'était une bonne idée !!... Mais il ne fallait pas oublier la dernière fois... C'était du passé ! Et Ebao ne retomberait pas aussi facilement amoureux !! C'est ça...

Il s'approchait du bout de l'escorte et laissa ses yeux voler vers le gardien. Il croisait le regard de ce dernier et sentit un regain de confiance, il ouvrit la bouche, et cette fois parvint enfin à parler.

- TOUT VA BIEN... ?demanda-t-il assez fort pour que l'Ar l'entende. DE TON...

Une bourrasque gifla le visage d'Ebao qui détournait la tête tandis qu'As venait se poser à coter de son collègue... Le chevalier soupira...

-... coté ?

Et il tira les rênes de son destrier pour l’entraîner à l'écart et reprendre son tours. Sa petite voix intérieur continuait de lui murmurer qu'il devrait être reconnaissant envers Asmundr pour une fois, il l'avait empêché de faire une bêtise, mais c'était sans compter sur son cerveau qui semblait trop occupé à grogner incompréhensiblement pour l'écouter.
Il était encore dans ses pensées quand son cheval se cabra, et que le chevalier alors distrait tomba lourdement au sol. Il lâcha un "ouch" et sentit son souffle se couper pendant quelques instants tandis que son cheval hennissait et gigotait. Un homme en tenue de soldat d'Hetenlaud venait de sortir d'un buisson.

Retrouvant contenance, titubant légèrement et reprenant sa respiration, Ebao se redressait et gardait sa main sur son arme.

- Veu.. Veuillez décliner votre identité !

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Ven 14 Sep - 16:16

Ce clin d’œil n'inspirait rien de bon à Farban. Ebao ne comptait pas persister dans cette voie... Si ? L'autre chevalier ne donnait pas cher de la peau de la pauvre bête, si son ami n'avait pas changé d'avis. Le jeune homme espérait sincèrement qu'Ebao avait trouvé une meilleure idée. Pour leur propre bien, celui de l'animal, et celui de son mariage ! Une chèvre pour motif de séparation. Une première à Hantonael, pour sûr !

En parlant de cadeau... Farban n'avait encore rien pour Ismelle. Il allait vraiment falloir qu'il y réfléchisse sérieusement. Les noces approchaient petit à petit, et mieux valait éviter de s'y prendre à la dernière minute pour trouver le présent idéal. Mais que pouvait-il bien offrir à sa moitié ? Le jeune homme savait que sa compagne souffrait de l'absence de sa famille. Pouvait-il arranger les choses le temps du mariage ? C'était une idée à creuser. Si le chevalier savait que le père de sa compagne avait refusé venir, les choses étaient différentes pour sa mère. Avec un peu de chance, s'il allait la voir en personne, peut-être que la femme accepterait l'invitation pour faire une surprise digne de ce nom à Ismelle. Il devait tenter le coup. Et au pire des cas, s'il essuyait un refus, sa compagne n'en saurait rien. Il trouverait autre chose, dans ce cas.


Zelfyne avait bien remarqué l'étrange comportement d'un des chevaliers. Si Farban adressait toujours un petit signe à son Ar en passant, l'autre se contentait de le regarder, comme si quelque chose le dérangeait. Du moins, jusqu'au dernier tour. Si à cause de l'arrivée de Dementör, Éléazar n'avait sûrement pas entendu ce que le chevalier aux cheveux blonds avait dit, pour sa part, Zelfyne l'avait très bien compris. Cependant, la Laüd ne fit pas de commentaire, jugeant que si le chevalier voulait parler à son Ar, il pourrait le faire plus tard. Si ce n'était pas aujourd'hui, ça serait pour une autre fois. Éléazar lui avait dit qu'il repasserait souvent à la capitale, pour montrer l'avancement de l'épée à sa sœur. Peut-être croiserait-il le chevalier à l'une de ses occasions.

« Tout va très bien. Les prisonniers se sont tenus tranquilles et le chemin s'est déroulé sans encombre. assura Zelfyne. Et de votre côté, le vol s'est bien passé ? » s'enquit la Laüd.


Le nouveau-venu ne s'attendait pas à une telle réaction de la part du chevalier. Cependant, il s'abstint de faire des commentaires sur la chute de ce dernier et jeta un regard sur le reste du groupe. Il arrivait à point nommé. Mais.. Que faisaient ces Gardiens ici ? Une nouvelle fois, le soldat ne fit pas de commentaire. Après tout, leur présence n'était pas gênante. Au contraire. Des alliés supplémentaires n'étaient pas de refus. Toujours est-il que leurs prisonniers attendaient déjà que l'échange puisse être fait. Mieux valait en informer l'escorte afin qu'elle presse le pas. D'un autre côté, le groupe n'était plus très loin de l'objectif imposé.

« Alman Yorn, soldat d'Hetenlaüd. répondit l'homme, machinalement. J'ai été envoyé à votre rencontre afin de vous guider jusqu'au lieu de rendez-vous. Les émissaires de la Tribu de Fälcor sont déjà présents avec nos prisonniers. Nous n'attendons plus que vous, à présent. Veuillez me suivre. »

A ces mots, le soldat se mit en marche, guidant l'escorte jusqu'au lieu de rendez-vous. Il fallut encore marcher un petit moment, avant d'arriver à destination. Une fois que cela fut fait,   Alman rejoignit son bataillon, avant d'y disparaître. Plus loin, postés non loin de leur côté de la frontière, se trouvaient les émissaires de la Tribu ennemie. Émissaires qui semblèrent surpris par la présence des Laüds, au moins autant que l'armée également présente. Mais bientôt, les regards se détournèrent des deux créatures. A  présent, seul l'échange comptait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 50
Force Force : 45
Agilité Agilité : 35
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Ven 14 Sep - 20:00



Ebao, Eléazar et Asmundr


L'Escorte



Depuis les hauteurs, nous avions pu apercevoir notre avancée vers la frontière du désert. Mais cela se voyait tout aussi bien sur le plancher des vaches alors que malgré l'approche de l'automne, l'air restait sec et chaud et la terre dénuée d'humidité. Nous étions pas loin de ces frontières arides du sud et lentement mais sûrement, ce biome de l'autre côté prenait place en dégradé sur le notre petit à petit. Par chance, le voyage fut long et le soleil avait eu le temps de se déplacer jusqu'à ce que sa lumière ne soit plus aussi aveuglante et ses rayons plus aussi ardents. Se couchant paisiblement vers l'Ouest, nous l'avions dans notre ligne de mire. Un bien beau spectacle. Ce cercle de lumière qui trônait au dessus des lointaines dunes désertiques...

Avant cela toutefois, il y avait encore bien de la verdure. Une herbe sèche mais présente et des arbres plus adaptés à cet environnement. Plus nous nous rapprochions de la frontière, plus nous nous éloignions de notre vallée fertile et bientôt, le sol ne serait plus qu'un plateau de brousse précédant la zone semi-aride qui marquait la séparation des deux pays. A un moment donné durant le vol, Dementör s'était agité et avait poussé un léger cri pour m'avertir. Il avait vu quelque chose. Son regard perçant ne laissait jamais rien lui échapper, mais ce qu'il avait vu ne lui paraissait pas menaçant néanmoins. Sinon, il aurait réagit autrement.

J'avais donc décidé de retourner auprès des autres. J'avais...L'étrange impression d'avoir interrompit quelque chose entre Sir Kuza et Eléazar. S'ils étaient en pleine conversation, ce n'était pas très respectueux de partir sauvagement sous prétexte que j'étais là. Cet homme me haïssait-il à ce point...? Dementör se posa à côté de sa congénère tandis que le chevalier reprit les devants de sa troupe sur sa monture.

*Rien à signaler* répondit le Laüd bleu à la femelle, *à part un humain en approche. Il porte l'uniforme du royaume. De plus, à la frontière proche, j'ai pu discerner des mouvements de troupe. Sûrement les renforts qui ont été prévu. En tout cas, nous sommes presque arrivé.*

Soudain, le cheval du chevalier prit peur et fit tomber son cavalier au sol. D'un autre côté, ce n'était pas très malin de la part de l'inconnu de surgit subitement devant un groupe de soldats. Surtout qu'il en était un aussi. Quelle idée de jouer pareille farce à ses camardes. Tout ceci avait visiblement fait perdre son assurance à Kuza. Mais l'homme se présenta rapidement, signalant qu'il était là pour conduire tout le monde au lieu du rendez-vous. J'avais salué le dit soldat d'un signe de tête lorsque son regard se posa sur moi, bien que je voyais clairement qu'il ne s'était pas attendu à notre présence.

Tout le monde se remit en marche derrière l'homme. Nous parcourions ainsi les dernières distances qui nous séparaient d'un autre groupe de soldat sur le plateau sec qui précédait les premières plaines arides. Là, la présence des Gardiens affola un temps le groupe d'hommes au teint basané qui étaient venus et qui soutenaient les chaînes qui liaient les prisonniers plus pâles de nos contrées entre eux. Je les voyais faibles, épuisés et sans doute accablés depuis trop longtemps par la chaleur des jours et le froid des nuits désertiques. Autant dire que ce moment crépusculaire leur donnait un peu plus de vigueur.

Quoi qu'il en soit, les Fälcorors se firent une idée sur notre présence, et se concentrèrent d'avantage sur leurs hommes eux-même enchaînés dans les rangs de Kuza. Les échanges de regards entre eux en disait long. Tout n'avait envie que d'une chose : rentrer chez soi. Dementör se montrait toutefois grandement méfiant. Je pouvais sentir sous moi le frémissement de son échine alors que sa tête s'était légèrement abaissée, caractérisant une légère nervosité. Pour ma part, je doute qu'il y ai du soucis à se faire. L'échange était bien encerclé et il ne serait que folie de vouloir le briser, surtout maintenant qu'ils voyaient que deux Gardiens étaient de la partie. L'un des nomades, celui qui tenait la chaîne reliant tous les prisonniers entre eux, fit le premier pas en direction de l'autre troupe, tirant sur la chaîne et forçant les Hetenlaüdors à faire un dernier effort dans leur condition de captifs bien que les coups métalliques des menottes qui s'entrechoquaient sur leurs poignets n'étaient guère agréables.


codage par LaxBilly


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Ven 14 Sep - 23:25

Un soldat des troupes du sud. Surement un éclaireur, la raison pour laquelle il semblait sortir d'un bosquet.
Ebao soupira et tapota l'échine de son cheval et saisit les rênes, de ce dernier, parvenant à le calmer rapidement. Il remontait en selle et se tournait vers le garde.

- Bien, passez devant.

Le soldat ne se fit pas prier et prit la tête de la troupe non loin de Farban. Il fallut une trentaine de minutes au groupe pour arriver à destination. Les soldats du sud étaient déjà là, et les deux chevaliers se dirigèrent vers leurs deux compères.
Ils faisaient face à des émissaires de la tribus qui semblaient inquiet par la présence des gros oiseaux.

- Steemart, Valor. Dit Ebao en serrant les bras de ses camarades.

- Vous arrivez à temps. On va enfin pourvoir lancer les négociations, soupira Steemart. Un grand type roux de presque deux mètres. Il intimidait surtout par ses muscles et son gabarit, mais il fallait surtout se méfier de son caractère. Sous ses airs de bloc de pierre se cachait le pire filou des chevaliers d'Hetenlaud.

- Faut pas croire qu'ils sont seuls, nos éclaireurs ont repérés d'autres troupes pas loin de leur frontière, murmura Valor pour prévenir les deux nouveaux arrivants. C'était un homme bien en chair et bruns. Son visage était constellé de tâche de rousseur et il était connu pour rarement dire quoique ce soit de stupide.

Il fallait s'en doutait. Les deux camps cherchaient à intimider. Il n'y avait cependant aucune raison que cela ne dégénère. Leur arrivée avait déclenché un mouvement dans le camps ennemi. Les pions s'avançaient, présentant les prisonniers Hetelaudor.

- Qui se porte volontaire pour négocier ? demanda Ebao

- Hé bien... Hiérarchiquement, étant donné que vous avez emmené des gardiens avec vous, c'est à eux de mener les négociations... murmura à nouveau Valor...

Le visage d'Ebao se crispa dans une expression indéchiffrable. Il était agacé, pour sûr, mais également frustré de ne pas pouvoir mener sa mission jusqu'au bout. Il avait bien compté à ce que Farban ou lui même négocient, ils savaient le faire et s'étaient préparé pendant le voyage entier pour ça...

- Je vois.


C'est tout ce qu'il réussit à dire avant de se retourner et d'aller vers les deux gardiens postés un peu plus loin. Ce qu'il allait dire le mettait dans une colère noire, mais il ne pouvait pas se permettre de faire autrement.

Il arriva donc devant As et inclina poliment la tête.

- Vous allez devoir mener les négociations, les règles immuables de la hiérarchie vous désignent comme plus qualifiés que chacun d'entre nous.

Quoi ?! Ce n'était qu'une petite boutade qui passait presque innaperçue. Puis de toute façon il n'avait pas à faire semblant d'apprécier Asmundr parce que l'Arlaud avait bien comprit que le chevalier ne le portait de toute façon pas dans son cœur.

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy


Dernière édition par Ebao Kuza le Sam 15 Sep - 13:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Sam 15 Sep - 12:13

Comme l'avait annoncé Dementör, un homme en uniforme aux couleurs du Royaume ne tarda pas à faire son apparition, ce qui sembla causer une certaine surprise au chevalier blond et surtout à la monture de ce dernier. L'équidé de cabra, ce qui provoqua la chute de l'humain présent sur son dos. Humain qui sembla se remettre assez rapidement de sa chute, car à peine debout, il discutait déjà avec le nouveau-venu. Après avoir échangé quelques mots, le groupe se remit en marche, mené par l'homme qui venait d'arriver.

La fin du voyage dura peu de temps. Bientôt, la frontière fut en vue, de même que les autres troupes du Royaume, ainsi que la tribu ennemie. Zelfyne devait avouer que l'affolement qui sembla animer pendant quelques instants les représentants de cette dernière lui causa une certaine satisfaction. La créature n'avait rien oublié de la bataille, contrairement à Éléazar. Si leur présence pouvait décourager une nouvelle attaque, la Laüd n'en serait que plus satisfaite encore. En effet, bien que Zelfyne sache que tous étaient venus ici en paix, rien ne garantissait que l'échange se déroule dans le calme pour autant. Mieux valait rester prudents.


Éléazar sentit son cœur se serrer en voyant leurs propres prisonniers de l'autre côté de la frontière. L'espace de quelques instants, le regard de l'Ar scruta les hommes enchaînés, à la recherche de quelques visages connus. Il lui sembla reconnaître certaines personnes, bien que le forgeron n'était sûr de rien. Les prisonniers étaient dans un sale état, ce qui rendait l'identification bien plus difficile encore. Il leur faudrait sûrement un certain temps, et de nombreux soins, avant qu'ils ne soient totalement remis de leur captivité.

Le Fälcoror tenant la chaîne reliant les prisonniers finit par s'avancer. Mais quelque chose semblait clocher, étant donné que les prisonniers présents dans le propre escorte n'avançaient pas pour conclure l'échange. Éléazar fronça les sourcils. Voilà qui était étrange. Et lui qui était certain que les choses se passeraient rapidement et sans encombres... Il semblerait qu'il s'était bien trompé. Si quelque chose gênait l'échange, il fallait le régler le problème au plus vite.


Saluant à son tour ses confrères, Farban ne put s'empêcher de soupirer à son tour en entendant ce qu'ils avaient à dire. Les nouvelles n'étaient pas très bonnes. Ça et la présence d'éclaireurs adverses... Cela n'inspirait rien de bon au chevalier. D'un autre côté, la présence des Gardiens jouerait peut-être en leur faveur. La tribu reverrait peut-être ses objectifs à la baisse, en leur présence. Du moins, ils pouvaient toujours l'espérer. Dans le cas contraire, les négociations risquaient de se révéler plus âpres encore que ce qu'ils avaient prévu.

« … Il fallait s'en douter... marmonna le chevalier, en entendant que les Gardiens devraient mener les négociations à leur place.

Cette nouvelle déplaisait quelque peu à Farban. Certes, la hiérarchie était ce qu'elle était, mais n'était-il pas possible de faire les choses autrement ? Évidemment que non. Ils devraient rester en retrait. Si cette nouvelle lui déplaisait, elle semblait déplaire d'avantage à Ebao. Quand ce dernier se rendit auprès des Gardiens, Farban n'hésita pas à l'accompagner, par prudence. Ils devaient discuter de cette situation ensemble. Les choses pouvaient peut-être encore être modifiées, d'une manière ou d'une autre.


Voyant les deux chevaliers se rapprocher d'eux, Éléazar quitta le dos de Zelfyne, se réceptionnant souplement sur le sol. Chassant les quelques plis présents sur ses vêtements, le jeune  homme salua Ebao et son beau-frère d'un mouvement de tête. Sans dire un mot, l'Ar écouta Ebao parler. Plus qualifié ?! Lui ?! En forge, sûrement ! Mais pour les négociations, la situation était toute autre ! Bien évidemment, le jeune homme avait reçu quelques cours à ce propos, et sans être le plus mauvais, il n'était pas le meilleur pour autant. Leur mission n'était que d'accompagner l'escorte, pas de négocier et de mener l'échange ! Ils ne s'étaient pas préparés à ce cas de figure !

« Mais nous ne sommes là qu'en renfort. fit remarquer Éléazar, le visage grave. A aucun moment il n'a été question de parler à votre place.
- Nous le savons très bien, mais les règles de la hiérarchie sont ce qu'elles sont. Vous êtes les plus haut-gradés ici, c'est à vous de rencontrer l'ennemi. Il semblerait que la mission s'arrête ici pour nous. commenta Farban. Nous devons rester en retrait et nous n'agirons que si cela est nécessaire. A vous de ramener les prisonniers de notre côté de la frontière. »

La mine toujours aussi grave, l'Ar ne pouvait s'empêcher de penser qu'il existait une autre solution. Encore fallait-il entendre l'avis d'Ásmundr sur la question. Il était son supérieur hiérarchique. De tous, c'était lui en réalité le plus haut-gradé, ici ! S'il acceptait de négocier à la place des chevaliers présents, Éléazar serait bien obligé de le suivre. Le forgeron ne savait même pas si d'autres négociations avaient déjà été faites en amont ! Était-ce une si bonne idée que cela d'envoyer des personnes qui n'étaient au courant de rien, ou presque, juste parce qu'elles étaient les plus haut-gradées au moment de procéder à l'échange ? Éléazar ne savait pas vraiment quoi penser de cette situation... Il s'était attendu à beaucoup de choses, pendant cette mission. Mais en aucun cas à devoir mener des négociations...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 50
Force Force : 45
Agilité Agilité : 35
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Sam 15 Sep - 20:04



Ebao, Eléazar et Asmundr


L'Escorte



L'échange ne fut pas aussi rapide que nous le pensions. Les chevaliers discutèrent un moment entre eux et je me doutais bien qu'il y avait un grain de sable dans l'engrenage. J'échangeais un regard avec Eléazar qui avait sûrement remarquer à son tour que quelque chose n'allait pas. Allons bon, que se passait-il encore ? Tout avait l'air pourtant d'être bien mis en place pour pouvoir procéder à l'échange. Eléazar et moi-même comptions rester en retrait jusqu'à la fin de cette histoire et pourtant, les deux chevaliers revenaient vers nous. Est-ce qu'il y avait un soucis ? Dans le doute, je sautais à terre, imitant mon compère, du dos de Dementör, avant de me poser au côté de l'Ar.

C'est alors que, contre tout attente, Sir Kuza annonça que c'était à nous, même plutôt à moi visiblement, que revenait la direction des opérations. Autant dire que Eléazar perdit aussitôt ses moyens à mes côtés, répliquant, mal à l'aise, que nous étions là uniquement pour assister et non pas pour prendre les devants. Je ne répondis rien, jugeant qu'il avait parfaitement raison. Mais le chevalier à côté de Kuza insista, disant que c'était là les règles. Encore une chose qui semblait déplaire aux deux chevaliers. Et à Eléazar aussi d'ailleurs. Timide, à ce qu'il paraît.

J'observais tout le monde à tour de rôle avant de reporter mon regard sur le dernier qui avait parlé, à savoir le chevalier Arkam. Contrairement à Kuza, dont l'amertume de cette nouvelle était évidente, je n'arrivais pas à voir s'il en était de même pour celui qui se tenait à ses côtés. S'il éprouvait tout autant de déception à l'idée que la mission revienne à quelqu'un d'autre. Mais tous semblaient oublié que nous étions là en observateur, ou du moins, en renfort en cas de besoin et que nous connaissions aucun détail de cette mission royale. L'ordre de mission, c'était Kuza qui l'avait après tout.

- Les Gardiens d'Hetenlaüd ne sont nullement soumis aux règles du royaume, fis-je alors tranquillement, c'est à vous que le Roi a fait appel pour la bonne réussite de cette mission, et à personne d'autre. Il n'en tient qu'à vous de la mener à bien.

Les hommes du désert étaient déjà pas très rassuré de la présence des Gardiens, ce n'était pas vraiment le moment d'en coller un devant leur nez. Mais la mission des chevaliers n'était pas la nôtre. Nous n'étions pas là pour ça mais bel et bien pour assurer la sécurité de l'échange. Leur protocole était bien gentil, mais il ne fallait pas inverser les rôles non plus.

- Est-ce qu'il y a un problème ?! lâcha alors le Fälcoror qui tenait les prisonniers, se rendant bien compte que quelque chose n'allait pas et craignait visiblement que le tout soit annuler pour une raison qui lui échappait.


codage par LaxBilly


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Sam 15 Sep - 23:49

Ebao n'entendit pas le Falcoror, il était trop loin de la frontière pour ça, mais Valor se chargea de temporiser la situation. Il s'approcha de commissaire et s'inclina poliment.

- Tout va bien, ce sera aux gardiens de mener la négociation. Laissez leur le temps d'approcher.


De toute façon, qui serait assez fou pour contrarier un gardien ?

Hormis Ebao ?

Le chevalier vit, non sans une certaine satisfaction, les gardiens se débiner. Pour donner des ordres sur comment les chevaliers faire leur travail ils étaient là, mais quand il s'agissait de faire leur travail à leur place, bizarrement il n'y avait plus personnes.
Eleazar fut le premier à faire remarquer qu'ils n'étaient là qu'en renfort et Farban jugea bon de lui signaler que renfort ou pas, cela n'effaçait pas son rang ni le protocole.

Puis vint le tours du grand Asmundr de tirer sa révérence. Ebao jugea bon de prendre un air sévère et de ne pas quitter l'homme des yeux.

- Sauf que ce n'est pas aussi simple que ça... fit remarquer Ebao. Nous sommes les hommes du roi, oui, mais nous sommes avant tout les hommes d'Hetenlaüd. Quand nous devons représenter Hetenlaüd comme ici même, il est normal que ce soit le plus haut gradé qui s'en charge. Il s'agit, en plus de ça, d'une preuve de respect envers nos ennemis. On irait pas demander à l'écuyer de représenter le roi quand le chevalier est là.

Oooh qu'il prenait plaisir à cette petite leçon de moral. Il était temps de se venger, subtilement, mais surement. Ebao dégainait son arme secrète... Vous pouvez tout simplement appeler ça "œil pour œil, dent pour dent".

- A vrai dire... Il serait même "malhabile" que vous nous envoyiez à votre place, étant donné qu'ils vous voient parfaitement bien, et qu'ils savent que vous êtes présent.

Retourner le mot qui avait tant blessé Ebao sur son professionnalisme à son expéditeur lui fit particulièrement plaisir. Qui était l'incapable maintenant ?
Mais bon, tout ça allait plus loin qu'une histoire de vengeance et Ebao, se sentant enfin mieux, pu se concentrer sur la situation qui demandait bien plus d'attention.

- De plus, si vous nous envoyez à votre place, et que nous échouons, vous serez celui qui devra rendre compte devant la cours car vous êtes le plus haut gradé ici. Vous allez donc devoir y aller, je ne le crains.

Ebao se tournait légèrement et jetait un coup d’œil aux hommes ennemis, restant alignés le long d'une ligne invisible à une centaine de mètres d'eux : la frontière.

- C'est simple. Le gros de l'échange se passera bien, ils vous donneront nos prisonniers et vous leur rendrez les leur. Vous allez cependant devoir faire attention à la manière dont ils vont négocier, ils vont surement demander réparation pour chaque prisonniers morts dans nos cellules après la fin de la guerre. De l'argent, de la nourriture, je ne sais pas ce qu'ils seraient capables de demander mais il y a de fortes chance qu'ils le demandent. Vous n'aurez qu'à refuser, beaucoup de nos hommes sont également morts dans leurs cellules.


_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Dim 16 Sep - 21:41

Éléazar ne pouvait pas être plus en accord avec Ásmundr qu'à cet instant précis. Au moment où ils avaient quitté le Panlaüd, leur seule mission était de s'assurer que Valkëol se remettait de la dernière bataille. A aucun moment les deux Gardiens ne s'attendaient à devoir négocier quoique ce soit ! Encore moins le retour de leurs prisonniers chez eux ! Bien sûr, il n'était pas non plus prévu qu'ils se retrouvent à accompagner une escorte jusqu'à la frontière, mais cela ne changeait en rien la situation !

Ils ne devaient pas se mêler de cette histoire. C'était un fait. Si la sûreté et la sécurité du Royaume préoccupait tous les Gardiens, il ne fallait pas oublier qu'il y avait un Roi, ou plutôt un Prince, à la tête de ces terres. Leur but n'était que de veiller à ce que lesdites terres ne soient pas en danger, que cela soit à cause d'un adversaire ou d'un mal qui viendrait de l'intérieur même du Royaume.


Farban avait bien remarqué le petit jeu orchestré par son ami. Cependant, il s'abstint de faire le moindre commentaire. La frontière était toute proche. Les oreilles des ennemis également. Il ne fallait pas montrer que leur propre camp souffrait de quelques désaccords. Cela ne ferait que remettre en cause leur position et ne fallait pas offrir un tel présent à leurs adversaires. Pas alors qu'ils comptaient probablement obtenir d'avantage de réparations que ce qui avait été prévu ! Il fallait faire preuve de cohésion !

D'un autre côté, le jeu auquel se prêtait Ebao ne changeait en rien la situation. Les Gardiens étaient les plus haut-gradés et seraient sûrement plus en mesure qu'eux d'imposer certaines choses. Au mieux, les chevaliers pouvaient les accompagner, en renfort, mais devraient rester en retrait le temps de l'échange et ne pourraient agir que si les choses dégénéraient. C'était ce que voulait le protocole.

« Nous pouvons vous accompagner jusqu'aux abords de la frontière. Pour le reste, vous devrez agir seuls, je le crains. Nous ne pourrons intervenir que sur l'un de vos ordres et si réellement les choses venaient à mal se passer. Nous ne serons que spectateurs de l'échange. » commenta Farban, sur un ton des plus calmes, bien que le chevalier restait encore quelque peu déçu par la tournure des événements.


L'Ar ne prit même pas la peine de relever la discrète remarque lancée à l'encontre de son supérieur. Ebao ne comprendrait-il donc jamais qu'ils n'avaient fait que s'inquiéter d'une situation qui aurait pu se révéler dangereuse ? Éléazar posa machinalement la paume de sa main gauche sur la garde de l'épée présente de ce même côté. Le chevalier les mettait devant le fait accompli. A présent, ils n'avaient plus le choix. S'ils ne se présentaient pas devant le Fälcoror, sa tribu risquait d'en prendre ombrage et de trouver là un parfait prétexte pour demander de nouvelles garanties pendant les négociations, autres que celles prévues à l'origine. Aussi, l'Ar écouta attentivement les explications d'Ebao, se contenta juste de hocher la tête par moment. Une fois que le chevalier eu finit de parler, le forgeron se permit de prendre la parole.

« … Permettez que nous discutions quelques instants de cette situation entre nous. finit par dire le forgeron. Comme vous l'avez compris, nous ne nous attendions pas à une pareille situation. Il nous faut au moins en discuter quelques instants. L'Ar se tut, se tournant vers son supérieur, inclinant légèrement la tête à son attention. Si cela ne vous dérange pas, bien sûr. Nous devons mettre aussi Dementör et Zelfyne au courant, bien évidemment. »

Suite à cette demande, Éléazar se tut, s'écartant des deux chevaliers afin de rejoindre Dementör et Zelfyne. Il espérait qu'Ásmundr ne prendrait pas mal son initiative. Mais il fallait qu'ils en discutent, et loin des oreilles des chevaliers de préférence. Bien sûr, le forgeron avait une grande confiance en Farban et connaissait quelque peu Ebao. Mais ce n'était pas pour autant que les deux hommes devaient connaître l'entièreté de leur discussion ou de leurs ressentis. Rien de tout cela n'était prévu, c'était un fait. Aussi, une discussion s'imposait. Une rapide discussion. Si le Fälcoror se rendait compte que rien de tout cela n'était prévu, rien ne disait qu'il ne tenterait pas de s'en servir d'une manière ou d'une autre dans les futures négociations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 50
Force Force : 45
Agilité Agilité : 35
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Lun 17 Sep - 18:26



Ebao, Eléazar et Asmundr


L'Escorte



Mon regard se posa sur Eléazar à côté de moi. Visiblement, ça ne servait à rien de discuter d'avantage avec des individu dans le genre de Kuza. Borné, aigri et rancunier. Inutile de perdre d'avantage de temps alors que les hommes du désert semblaient s'impatienter à quelques mètres plus loin. Décidément, je comprenais mieux pourquoi les Gardiens avaient, à leur fondation, décidé de ne pas tellement s'enquiquiner de l'armée du royaume. Nous n'avions de toute évidence pas la même façon de procéder et...pas la même façon de penser. Je pensais que ce n'était réservé qu'à Kuza, une telle immaturité, mais l'homme à ses côtés disait la même chose donc bon. Non pas que je doutais de la véracité de leur propos, mais pensez-vous vraiment que je n'ai pas remarqué le ton de la voix du chevalier qui semblait prendre un malin plaisir à me renvoyer la pareille. M'enfin, peut-être qu'il finira par se lasser un jour, ce dont je doutais.

"Je devais". Mais non, je ne devais rien. Ni à eux, ni aux autres. Et ça avait un peu de mal à entrer dans leur tête. Je n'avais aucun engagement envers eux et j'avais tout les droits de monter immédiatement sur Dementör pour les laisser faire si l'envie me prenait. Mais outre l'envie qui ne me prenait point, ce n'était surtout pas mon genre d'agir ainsi. Par Vaïud, heureusement pour tout le monde que les Gardiens n'étaient pas d'âme rebelle. Enfin, pour les plus affranchis en tout cas. Parfois, des élèves entrant dans leur période d'adolescence avait un peu de mal avec certaines choses. Mais ils finissaient toujours pas grandir et mûrir, et comprendre. Et réussir.

Bref, je ne répondis absolument rien à l'homme. Du moins, pas à ses sous entendus. Qu'il parle donc, si ça pouvait le soulager d'un quelconque fardeau. La suite de ses mots étaient déjà plus adaptée à la situation quand il se décida de faire un petit bref de cet échange. J'écoutais, mais à mes côtés, Elézar le sentait de plus en plus mal cette histoire. Et le fait que je ne contredise pas d'avantage le chevalier devait le rendre encore plus nerveux. Me voilà légèrement surpris quand ce dernier demanda un moment de discussion avec moi avant toute chose. J'observais l'homme, mais je n'avais aucune raison de refuser sa requête, quoi que nous manquions de temps je le crains. Quoi qu'il en soit, lui et moi nous éloignons alors du reste du groupe pour retourner du côté des deux Laüds qui étaient resté en retrait. Une fois éloigné de toutes oreilles indiscrète comme le désirait l'Ar, je tentais de le prendre d'avance en lui assurant :

- Eléazar, si cette situation vous incommode, vous pouvez fort bien rester ici.


codage par LaxBilly


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Lun 17 Sep - 20:51

Le masque d'indolence derrière lequel se cachait Asmundr sembla le temps d'un quart de seconde se fissurer. C'était léger, un simple changement dans ce regard impassible appliqué au visage impassible d'un homme tout à fait impassible. Cependant ça n'échappa pas au chevalier. Était-il en train de maudire intérieurement Ebao ? De l'insulter de tous les noms ? De se retrouver au pied du mur et à n'avoir que l'animosité en ultime recours ?
Il y avait des chances.
Et rien n'était plus agréable aux yeux d'Ebao.
Enfin les rôles s'inversaient ! L'Arlaüd se rendait peut-être enfin compte qu'il est malhabile de juger de la capacité et des choix d'autrui sans quelconque forme de préambule.

Il devait tellement fulminer. Peut-être hésitait-il à claquer la porte comme une diva, après tout, Ebao avait également hésité plus tôt dans la journée (Ebao pouvait comprendre, il avait aussi son côté star de théâtre). Mais il était retenu par le devoir, comme le chevalier plus tôt... Sa seule déception est qu'il fût possible que le gardien ne saisisse pas qu'il avait fait exactement la même chose quelques heures plus tôt, il y avait une possibilité qu'il se prenne pour la victime de tout ce simagrée, alors qu'il avait commencé les hostilités en se montrant inconvenant.

Tentant de ne pas jubiler trop ouvertement (même s'il arrivait à garder un visage sérieux, il était moins apte à cacher le moindre de ses ressentis) il se contenta d'acquiescer quand Farban leur proposa de les accompagner... Chaperonner les gardiens ! La journée avait vraiment mal commencé mais elle devenait particulièrement amusante dans toutes les possibilités de petites revanches qu'elle offrait. Tout est bon à prendre quand le protocole vous empêche de remettre les idées d'imposer un peu plus de respect de la part de votre supérieur.

Fourbe ? Pas du tout, il se battait seulement avec le peu d'armes dont il disposait pour venger son honneur.

Ses jubilations furent interrompus par la voix d'Eléazar. Il se tournait vers lui et oublia rapidement sa satisfaction, il n'en voulait pas à El. Seulement à Asmundr !! Mais bon, maintenant sa vengeance achevée, il allait finir de jubiler devant  les réactions de l'Arlaud et considérer qu'ils pouvaient repartir du bon pied.

- D'accord... Mais n'oubliez pas qu'ils nous attendent.

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Lun 17 Sep - 22:30

Non, Éléazar ne comptait pas tirer sa révérence. Il n'en était pas question. S'il y avait bien quelque chose que le jeune homme avait apprit, c'était à être tenace en combat et à ne pas se dérober sauf s'il était réellement en difficulté. Chose qui ne lui arrivait pas très souvent, certes, mais le forgeron savait quand un adversaire était bien trop fort pour lui. Toujours est-il que l'Ar n'avait pas l'impression d'être en danger actuellement. De plus, il n'était pas seul. Il ne se déroberait pas. Pas devant un adversaire qu'il avait affronté auparavant, qui plus est.

« Non, ce n'est pas une bonne idée. commenta le jeune homme. Je viendrai, même si cette situation me déplaît, comme vous avez du le remarquer. Je suis forgeron, pas diplomate. Je ne suis pas réellement familier des négociations, même si nos professeurs ont fait en sorte de m'inculquer certaines choses. Mais vous pouvez compter sur ma présence et ma voix. Je connais certains de ces hommes. Ma présence pourrait les rassurer. »

De plus, même si l'Ar ne voulait pas l'avouer, il savait que sa taille et sa musculature  pouvaient être un atout pour avoir l'ascendant sur quelqu'un. Les négociations ne se faisaient pas qu'avec la parole. Les gestes, la position, tout comptait dans ce type de situation. Absolument tout. Même s'il ne parlait pas à chaque fois, sa simple présence aurait un rôle certain, Éléazar le savait. Après tout, le Fälcoror n'avait pas besoin de savoir qu'en réalité, il était plus proche d'un gentil géant qu'un ogre monstrueux.

« N'ayez crainte, je pèserai chacun de mes mots pendant les négociations. Le retour de ces hommes dépend de nous, et je ne commettrai pas d'imprudences. Le forgeron marqua une pause, avant de reprendre. Nous devons y arriver. Nous savons à quoi nous en tenir, après tout. Mieux vaut y retourner, avant que la Tribu ne pense que l'échange est annulé... »

Le visage grave, Éléazar semblait déterminé à respecter cet engagement. Il ne voulait pas mettre la vie de ces hommes en danger, pas après tout ce qu'ils avaient déjà vécu. Il fallait que tous reviennent sains et saufs auprès de leurs familles. D'après Ebao, leur seule mission serait de refuser les demandes ennemies. Dans l'idée, la chose semblait fort simple. Encore fallait-il la mettre en pratique le moment venu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 50
Force Force : 45
Agilité Agilité : 35
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Mer 19 Sep - 9:29



Ebao, Eléazar et Asmundr


L'Escorte



Je n'avais pas l'intention de m'attarder, ni avant l'échange, ni pendant d'ailleurs. Généralement, les Gardiens ne s'occupaient pas des négociations. Ils étaient là pour se battre et prêter main forte au royaume. Le reste de la diplomatie passait par les hommes importants du pays. C'étaient à eux de gérer leurs affaires après tout. Cependant, en tant qu'Arlaüd, il m'était déjà arrivé de négocier, mais en compagnie du Conseil des Arlaüds, et ça commençait à remonter à loin. En revanche, Eléazar n'avait jamais fait cela et je comprenais parfaitement qu'il n'ai pas envie de s'y mêler. C'était encore moins dans sa fonction que dans la mienne. Mais l'homme répondit qu'il ne comptait pas y couper malgré tout, tout en avouant également que la situation ne lui plaisait guère.

J'hochais la tête. Oui, j'avais grandement remarqué son mal être en apprenant qu'il allait devoir jouer les ambassadeurs. Comment ne pas le voir ? Si j'étais quelqu'un plutôt doué pour analyser mon entourage, j'étais persuadé que le malaise de mon comparse était visible par les moins observateurs. L'homme, d'ordinaire jovial, optimiste et volontaire, avait aussitôt changer quand on lui avait annoncé qu'il devra se mettre sur le devant de la scène. Mais il n'avait pas tort sur un point. Etant originaire de Valkëol, les prisonniers seraient sûrement soulagé de le voir si près et présent pour participer à leur récupération.

- Soit, fis-je alors avec un léger sourire comme pour lui insuffler plus d'assurance face à l'épreuve qui attendait l'Ar, alors finissons-en rapidement.

Inutile de dire qu'en ce moment même, Eléazar devait préféré être sur un champ de bataille plutôt que devant une troupe d'ennemis sur lesquels il ne pouvait même pas taper. Mais j'avais confiance en lui. Je savais que sous ses airs de colosse se cachait une délicatesse qui nous portera à notre avantage face aux négociations. Pour ce genre de chose, nul besoin de rouler les mécaniques, il fallait être calme, confiant, sûr et persuasif. Je me tournais alors vers Dementör avant de lui annoncer que je prenais les rênes et qu'il devra rester ici et se tenir sur ses gardes. Après quoi, je m'approchais des prisonniers de Laïos, leur faisant signe de m'accompagner auprès des leurs qui attendaient l'échange, eux-même avec les prisonniers de notre royaume. Les Fälcorors enchaînés suivirent docilement. Enfin ça commençait ! Et je pouvais voir sur le visage de celui qui tenait les nôtres enfin la satisfaction de ce départ, et ce, malgré notre présence. De toute manière, il avait bien vu de loin nos conversations avec les chevaliers et c'était bien douter qu'il allait devoir faire face à ses plus redoutables adversaires.

- Salutations à vous, émissaires de la tribu Fälcor,des Nations Laïos, fis-je finalement une fois face aux hommes du désert, nous sommes Àsmundr Krönos et Eléazar Wilrem, Gardiens d'Hetenlaüd, et chargés d'assurer le bon déroulement de l'accord entre nos deux nations.

codage par LaxBilly


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Mer 19 Sep - 21:09

Les bras croisé, Ebao suivit du regard les deux gardiens sembler se mettre d'accord et s'éloigner vers la frontière sans même adresser un regard aux chevaliers.

- On dirait qu'ils déclinent ta proposition d'aide, dit-il à Farban avant de s'avancer également.

Il restait en retrait, à bonne distance de l'échange. Il fit un signe de tête à ses deux collègues et tous gardaient les yeux rivés sur la discussion qui se tenait non loin. Sur le qui vive, ils étaient prêt à réagir au moindre problème.

Ils deux à négocier du côté des Falcöror. Leurs vêtements amples et colorés recouvraient leur corps, pas de doute que des protections se cachaient en dessous et qu'ils étaient tout à fait capable d'entrer en combat à tout instant.
Le plus grand des deux, un homme noir aux yeux noisettes eut un sourire polis et s'inclina devant les gardiens... Tout le monde avait déjà entendu parler des Laüd, et si comme lui vous aviez déjà affronté Hetenlaud et ses richesses sans partages, vous en auriez déjà vu...

- Je suis Andreì Kess, un des général de l'armée du chef de la tribus des Falcör. Il m'a demandé de venir m'assurer qu'Hetenlaud était capable d'honorer sa parole...

Il fit signe à l'homme qui l'accompagnait. Ce dernier d'un pas précipité alla faire le tours des prisonniers Falcörors. Il prenait le droit de faire vérifier que tous ses hommes étaient en vie. Il ne comptait pas demander l'autorisation et avait décidé de mener cet échange.

Arborant toujours son sourire de façade il vit rapidement son associé s'approcher et lui chuchoter quelque chose. Andreì acquiesça et planta ses yeux noisettes dans le regard ébène de son interlocuteur... La réputation des gardiens les précédaient toujours. Les légendes les décrivaient comme noble et courageux, tandis que les histoires des anciens comme des guerriers cruels et sanguinaires. La vérité devait se trouver quelque part entre les deux, et le négociateur pouvait parfaitement se contenter de l'entre deux.

- Au moment des négociations il était question de quarante prisonniers... Hors ils viennent d'être compté, ils sont trente. Ajoutez à cela qu'il manque Ernst Kess, le général qui a mené l'assaut de Valkeöl. L'avez vous exécuté sans nous en tenir informé ?

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy


Dernière édition par Ebao Kuza le Jeu 20 Sep - 20:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Jeu 20 Sep - 20:06

Farban suivit les Gardiens du regard alors qu'ils s'éloignaient en direction de l'émissaire adverse. Les choses sérieuses commençaient. Le chevalier pria mentalement quelques instants pour que tout se passe pour le mieux et le plus rapidement possible. Un échec n'était pas envisageable.

« Il semblerait... » se contenta de dire le jeune homme, avant de s'avancer de quelques pas à son tour.

De là où il se tenait désormais, le chevalier tendit l'oreille. Les Gardiens n'avaient pas connaissance de tout ce qui avait été décidé en amont. Les négociations risquaient d'être plus complexes que prévues. La tribu ne lâcherait pas l'affaire. S'il y avait bien eu un perdant pendant la bataille, c'était bien elle. Ces négociations étaient le dernier recours possible pour obtenir d'avantage de réparations. Il ne fallait pas que les Gardiens cèdent d'une manière ou d'une autre. Le tout, sans froisser la tribu adverse... Le moindre affront serait utilisé par la suite pour légitimer une future attaque...


Quand Ásmundr le présenta, Éléazar se contenta d'incliner poliment la tête, sans prendre la parole. Les bras croisés, le jeune homme jeta discrètement un regard dans la direction de leurs prisonniers. Ainsi, il ne s'était pas trompé, il y avait bien quelques visages connus parmi eux. Du moins, connus du forgeron. Bien sûr, cela ne concernait qu'un très petit nombre de personnes, peut-être quatre ou cinq, mais pas plus. Parmi ces quelques personnes, il y a avait également un adolescent, qui ne devait pas avoir plus de dix-sept ou dix-huit ans. Le jeune homme l'avait rencontré peu de temps avant le premier assaut. Ils avaient même échangé quelques passes d'armes. Un combat amical, rien de plus. Mais quelque chose clochait...

Le forgeron était certain que le jeune homme se battait avec sa main gauche. Cela l'avait même étonné. Il était assez rare de croiser des guerriers utilisant cette main pour manier l'épée. Toujours est-il que l'Ar avait croisé le soldat plusieurs fois avant de sombrer de son côté. Et à chaque fois, il avait toujours sa main gauche. Ce qui ne semblait plus être le cas actuellement. Du moins, vu le bandage qu'il portait et qui remontait jusqu'au milieu de son avant-bras. S'il avait toujours sa main, elle était très certainement dans un sale état... Surtout au vu de la couleur du bandage...

Poursuivant son observation, Éléazar remarqua que certains de leurs prisonniers avaient quelques plaies, mais des plaies déjà en cours de cicatrisation. Cela expliquait certainement l'absence de bandages. La blessure du plus jeune n'en était que plus étrange... Une main endommagée pouvait causer de nombreux désagréments, le forgeron était bien placé pour le savoir, bien que sa blessure se situait légèrement plus haut. Si la plaie n'était pas soignée rapidement, la personne pouvait ne pas en réchapper. Et la frontière était assez éloignée du champ de bataille. Un ennemi en déroute n'aurait pas pu s'occuper d'une telle blessure. Et avec le climat du désert, même si ça avait été le cas, l'Ar doutait que le jeune homme ait tout de même survécu à la captivité. La plaie était bien plus récente, à ses yeux. Il suffisait de voir le soldat pour s'en rendre compte. La tête à moitié appuyée contre son voisin, il semblait prit de fièvre. Et une plaie bien soignée ne donnait pas lieu à de tels désagréments...

Il fallait mettre l'Arlaüd au courant de la situation. Non seulement il semblait aussi manquer quelques prisonniers de leur camp, Éléazar avait prit le temps de les compter et il lui semblait que les chaînes pouvaient retenir plus de personnes, mais en plus certains avaient reçu quelques blessures récemment. Et dans un cas, cela signifierait très certainement la perte d'un des leurs. Si l'ennemi pensait pouvoir les duper... Il manquait des prisonniers des deux côtés !

« … Nous avons deux problèmes... murmura Éléazar, après s'être baissé pour que seul son supérieur puisse l’entendre. Il manque aussi certains de nos prisonniers. Des pans de la chaîne sont entièrement vides. Il y avait plus de monde auparavant. A quoi bon prendre des chaînes aussi longues, sinon ? Et... Certains d'entre eux ont été blessé il y a très peu de temps. Regardez le jeune homme, au deuxième rang. Celui qui s'appuie contre son voisin. Je le connais. Et il avait ses deux mains pendant la bataille, j'en suis certain... Aujourd'hui... J'ai comme un doute, vu le bandage qu'il a à sa main gauche. Sa main d'épée, en plus... Avec une blessure à cet endroit, il n'aurait pas pu survivre aussi longtemps, pas dans les conditions que nous imaginons. Au contraire, il y a fort à parier que la Tribu ne se serait pas encombrée d'un tel otage... »

Pourquoi leur adversaire se serait-il emparé d'un homme déjà blessé ? Un otage n'avait de valeur que vivant, et Éléazar était bien placé pour connaître les effets d'une telle blessure. Il avait faillit y rester alors qu'on avait prit soin de lui ! De plus, il était resté alité plusieurs jours dans le brouillard ! Un otage dans un tel état n'aurait été d'aucune utilité, au contraire. Il n'aurait été qu'un poids, un poids inutile ne pouvant pas être échangé contre un autre prisonnier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 50
Force Force : 45
Agilité Agilité : 35
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Ven 21 Sep - 9:34



Ebao, Eléazar et Asmundr


L'Escorte



J'hochais la tête aux paroles de l'homme du désert. Eléazar resta parfaitement silencieux, aussi bien aux présentations qu'au reste. Lorsqu'un des hommes présents se détacha de son groupe pour aller voir de plus près ses camarades prisonniers, je gardais tout autant le silence, le laissant faire à sa guise. Ce n'était pas comme si nous risquions quelque chose. Si eux avaient des troupes plus loin, nous, nous avions une garnison bien fournie juste à côté en plus des deux Laüds. Il faudrait tout bonnement être fou pour tenter quelque chose et à mon avis, bien que les Laïosors étaient des gens téméraires, ils étaient, à ma connaissance, loin d'être fous.

C'est alors que Eléazar, qui avait observé également les prisonniers de notre côté, me fit part de ce qu'il voyait dans des murmures discrets. J'écoutais attentivement ses paroles tout en constatant les faits par moi-même. Très vite, le Fälcoror revint auprès de sa troupe pour laisser son rapport à son supérieur qui s'empressa de nous en faire part. J'observais l'homme sans ciller, sûr et confiant. Il ne fallait jamais se laisser distancer lors de négociations et savoir néanmoins rester patient et toujours à l'écoute.

- La peine de mort est nullement appliquée aux prisonniers de guerre à Hetenlaüd, répondis-je tranquillement, vos hommes manquant n'ont malheureusement pas survécu à leurs blessures de leur dernier bataille.

Pour le moment, je décidais de garder les propos d'Eléazar de côté sans les perdre de vue. Ils pourront toujours être utile par la suite si jamais les négociations prenaient plus d'ampleur que d'ordinaire. Nous ne pouvons nullement demander réparation pour le moment et notre but principal était de récupérer ces gens sains et saufs. Autant laisser penser aux hommes du désert que nous nous laissions sagement berner, si ça pouvait permettre les choses d'aller plus vite. De toute manière, ceux qui étaient morts entre temps, on ne pouvait plus faire grand chose pour les récupérer. Il y avait des pertes des deux côtés. Telles étaient les conséquences d'une bataille. Et les Fälcorors devaient l'accepter tout autant que nous. A l'avenir, ils réfléchiront à deux fois avant de s'attaquer à notre royaume.

codage par LaxBilly


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Sam 22 Sep - 14:40

Comme si la peine de mort était le cadet des soucis d'Andreì. Il savait bien que les nobles et fiers Hentenlaudors se jugeaient plus civilisés que le reste du monde et considéraient la peine de mort comme un acte barbare, mais les Falcörors pensaient que certains crimes ne méritaient pas moins que la mort ou la torture. Certaines choses étaient impardonnables et devaient être jugés par les dieux seulement. Il fallait donc les tuer, pour qu'ils atteignent le tribunal et dieux et aient des peines pires que la mort.

- Les négociations ont eu lieu il y a de cela une semaine. Ils auraient donc eu le temps de succomber de leurs blessures en si peu de temps, alors que la bataille date de plusieurs semaines ?

Il prêchait le faux pour obtenir ce qu'il voulait. Et de toute évidence, le gardien en face de lui ne s'en rendrait pas compte. Les Falcörors étaient des arnaqueurs, et il n'avait jamais été question de quarante hommes.

- Quand au cas de Ernst Kess, vous comprendrez que je suis contrarié, il s'agit de mon neveu. C'est également un proche de notre chef, et un membre important de la communauté. Parfois, le mauvais traitement et des cachots insalubres tuent aussi bien qu'un bourreau. A n'en pas douter.


Il comptait récupérer autant de compensation que possible. Si l'attaque n'avait été qu'une éraflure pour leur grand voisin du nord, les gens de la tribus ne l'avaient pas aussi bien vaincu, et ne pourraient pas aussi facilement compenser leurs pertes.

Ebao observait la scène de loin, conscient que le gardien était sur le point de se faire arnaquer. Il répugnait à aller l'aider, et était sûr qu'il ne récolterait qu'un "votre intervention tardive était plus que malhabile" ou quelque chose comme ça.

- Bon sang c'était trop dur d'accepter une main tendue ? soupira-t-il pour que seul Farban l'entende et il s'avança vers les deux gardiens qui n'avaient pas demandé son aide.

Comme parler à Asmundr directement aurait été malvenue de sa part en pleines négociations il se pencha vers Eleazar en évitant de croiser son regard pour lui marmonner "La négociation était à hauteur de trente hommes, il essaie de vous arnaquer..." puis il ne pu pas s'empêcher de rajouter "Si Farban avait proposé son aide c'était pour ce genre de détail.. Sans compter que les Falcörors étaient déjà au courant de la mort de Kess et qu'aucune compensation n'a été prévu pour le décès de ce général de guerre.". Il comprenait que Kronos ait refusé son aide à lui, de toute évidence les deux hommes ne s'appréciaient pas, mais il ne comprenait pas pourquoi il n'avait pas accepté le soutient de Farban. Son acolyte était aussi à l'aise que lui sur le sujet, et aurait pu le conseiller discrètement... Mais non, encore une preuve de la fierté démesurée de Sir Kronos. Les chevaliers faisaient mal leur travail et n'étaient vraiment d'aucune aide.
Ceci dit, il reprit une posture bien droite et resta à côté d'Eleazar sans oser regarder ailleurs que loin devant. Il ne devait pas attirer plus l'attention que ça, son rôle à lui n'était pas de négocier, mais seulement de lancer les soldats au moindre problème. Le négociateur Falcoror devait donc seulement s'intéresser à Asmundr.

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Dim 23 Sep - 20:49

Dans toute sa courte vie, Éléazar n'avait pas encore eu l'occasion d'apprendre qu'une mise à mort avait eu lieu. Ou alors, la nouvelle n'était pas parvenue jusqu'à lui. En effet, la chose était rarissime, pour ce que le jeune homme en savait. Il fallait vraiment que le crime commit soit extrêmement grave pour qu'une telle décision soit prise. De plus, à quoi bon en arriver à un tel niveau avec des prisonniers de guerre ? Ces personnes étaient bien plus précieuses vivantes que mortes ! Bien sûr, rien n'avait été épargné aux prisonniers pendant leur captivité, l'Ar en était bien conscient. La situation avait été identique de l'autre côté de la frontière.

Éléazar se retint bien de répliquer à la remarque de l'émissaire adverse. Il avait faillit y rester, pendant ces quelques semaines. Et pourtant, la bataille était bel et bien achevée ! Personne n'était à l'abri des maladies ou des infections. Il pouvait s'agir d'un mal insidieux, qui se rependait dans les veines des vivants comme le pire des poisons. Personne n'en mourait immédiatement. Personne. Les plus résistants pouvaient combattre ce mal pendant plusieurs jours, parfois des semaines. Et même avec des soins adéquats, rien ne disait que la personne survivrait pour autant ou ne sortirait indemne de l'épreuve...

Qu'une personne soit roi, noble, croyante, incroyante, homme, femme ou enfant, la Mort n'y prêtait guère un regard. Une bataille laissait forcément derrière elle son lot de victimes. Et la plupart ne mouraient même pas de l'assaut en lui-même mais de ses suites. C'était là l'aspect vicieux de la chose. On pouvait tout à fait survivre à une bataille mais succomber plusieurs jours plus tard d'un mal provoqué par une blessure ou d'une maladie contractée sur le front. Les deux camps avaient tous perdu des êtres chers, des personnes parfois très importantes. Mais que pouvaient-ils y faire ? Éléazar ne savait pas. Ils ne pouvaient pas payer pour les morts. Sinon, cette dette serait sûrement éternelle, et ce n'était pas le Peuple de cet émissaire qui serait leur plus grand créancier...

C'est alors qu'Ebao s'approcha. Bien que surpris, le forgeron fit en sorte de ne pas le montrer, et écouta attentivement ce que le chevalier avait à lui dire. Trente hommes... Le compte y était, alors. Et rien n'avait été prévu pour dans le cas Ernst Kess. C'était bien ce qu'Éléazar pensait. Tout avait été négocié bien avant l'échange, et si quelque chose avait changé entre-temps, l'adversaire en aurait très certainement été informé d'une manière ou d'une autre et de nouvelles négociations auraient eu lieu. Et ils ne seraient pas là aujourd'hui, c'était une certitude.

« … Je vois... commença Éléazar à voix basse. Je vais transmettre ces informations à Ásmundr. assura le jeune homme, toujours sur le même ton. Pour ce qui est de Farban, j'irai lui parler, sois-en assuré. Et... »

Le jeune homme n'eut pas le temps de finir sa phrase, que déjà Ebao s'écartait légèrement de lui. Le forgeron retint un soupir. Il s'excuserait aussi auprès du chevalier quand cela lui serait possible. L'Ar tenait à rester en bons termes avec les deux hommes, après leur mission. En règle générale, Éléazar n'appréciait pas d'être en conflit ouvert avec une autre personne. Aussi, savait-il reconnaître ses torts quand c'était nécessaire. Chassant ces pensées de son esprit, l'Ar se pencha à nouveau vers son supérieur. Mieux valait qu'il apprenne ce qu'Ebao lui avait dit le plus tôt possible.

« … Nous n'avons que trente prisonniers à leur rendre. Il n'y a jamais été question de plus d'hommes. Pour ce qui est d'Ernst Kess, son cas a déjà été discuté. La Tribu est au courant de sa disparition et n'aura rien en compensation de sa mort. » murmura l'Ar, de manière à ce que seul son supérieur puisse l'entendre.

Les informations transmises, Éléazar se redressa, laissant à nouveau son regard se porter sur leurs propres prisonniers. Quelles étaient les compensations espérées par la Tribu ? Des vivres, de l'eau ? De l'or, peut-être... Mais l'Ar savait que leur Royaume ne lui offrirait rien de tout cela. La Tribu avait voulu piller leurs terres, elle devait en payer les conséquences. Eux ne devaient rien leur offrir, encore moins des choses qui n'étaient même pas prévues dans les négociations de base. Il ne s'agissait que d'un échange d'hommes, rien de plus. Si la Tribu tenait à ses prisonniers, comme eux tenaient aux leurs, l'échange se ferait rapidement. Du moins, Éléazar l'espérait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 50
Force Force : 45
Agilité Agilité : 35
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Lun 24 Sep - 15:48



Ebao, Eléazar et Asmundr


L'Escorte



Je ne doutais pas un seul instant que les hommes du désert tenterait de tirer profit de cet échange. Les chevaliers l'avaient bien signalé après tout. Ce n'était donc pas une surprise. Le fait étant que les chevaliers étaient mieux renseigner que moi pour mener à bien ces négociations. Voilà pourquoi ils auraient mieux fait d'y aller à notre place, au lieu de chipoter sur le protocole. J'écoutais alors sans faillir, les propos du dénommé Andreì. Au final, qu'importait ce qu'il pouvait bien dire, bien raconter, que ce soit vrai ou faux. Car il était assuré que je maintiendrais en avant la principale règle souligné par les chevaliers lors de cet échange : ne céder en rien.

Et il était, en effet, hors de question de leur fournir quelconque compensation. Certes, ils avaient des otages, mais nous aussi et nous étions le pays vainqueur dans cette histoire. Risqueraient-ils la guerre à ce point ? On pouvait comprendre qu'ils manquaient de ressource dans leur pays, mais le pillage était loin d'être toléré dans le nôtre. Par décret du roi, les histoires des autres pays -du moins qui n'étaient pas nos alliés- ne nous concernaient pas. Aussi désespérés pouvaient-ils être. Cela n'allait pas tellement avec nos principes de Gardien cela dit. S'il y avait bien une chose qu'on apprenait au Panlaüd, c'était de ne pas laisser les autres dans la détresse. Cependant, nous n'étions pas plus autorisé à passer les frontières car les Gardiens ne se réservaient qu'à Hetenlaüd de par le Premier Pacte. Si les Laïosors voulaient avoir une chance, voulaient obtenir les faveurs du Roi, alors sans doute leur seule issue serait de demander une alliance à ce dernier. Mais je doutais fortement qu'ils le fassent. Ce n'était jamais arrivé dans l'histoire du pays. Le peuple de la Terre de Feu était bien trop fier.

Soudain, Eléazar me fit part d'informations pour le moins importantes. Ce qui prouvait la fourberie des hommes du désert. J'hochais légèrement la tête à ses mots avant de me reconcentrer sur l'homme face à moi. Le traiter tout bonnement de menteur ne servirait à rien. Autant rester délicat mais néanmoins clair sur les choses. Il fallait qu'il comprenne qu'il n'aura rien. Rien à part ses hommes. Tout comme nous, nous n'aurons rien d'eux, à part les nôtres.

- J'en doute nullement, répondis-je, tels sont les affres de la bataille que vous nous avez livré. Nous avons tous perdus quelque chose durant ce temps. Nos hommes que vous tenez là ont tout autant souffert que les vôtres d'une telle captivité et j'en devine qui plus est l'absence de certains également du côté des chaînes que vous traînez. Mais cela ne change nullement les négociations qui ont eu lieu. Elles restent les mêmes et les revoici : l'échange des otages.


codage par LaxBilly


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Lun 24 Sep - 23:19

Andreì observait l'homme en face de lui. Un étrange ballet s'était joué, un chevalier s'était approché et avait discuté avec le bras droit de son interlocuteur. Alors, le bras droit avait également semblé informer son interlocuteurs de quelques... Détails...
Il avait espéré pouvoir les entourlouper mais de toute évidence, si le gardien n'était pas au point sur les arrangements des négociations, son entourage veillait au grain et il ne servirait à rien d'essayer de l'entourlouper.

Dans un soupire le Falcorör fit un geste de la main, et ses soldats se chargèrent de faire avancer leurs prisonniers vers le camps Hetenlaudor. Réagissant au quart de tour, Ebao se tournait vers ses camarades et pu voir Valor entraîner les prisonniers Falcorör vers leurs pays.

L'échange eut lieu dans le calme, et bientôt, les prisonniers Hetenlaudors furent entourés des leurs et libérés des chaînes ennemies, il en fut de même pour les hommes de Falcör.
Andreì se contentait d'incliner la tête en signe de respect et retourner vers les siens, l'échange était terminé.

La pression retombée, Ebao s'éloigna des deux gardiens pour retourner auprès de Farban.

-Bien, nous n'avons plus qu'à rentrer on dirait. Tout s'est passé sans accro, comme prévu.

Il allait falloir leur trouver un endroit où se reposer un peu. Leurs prisonniers étaient en plus mauvais états que ceux qu'ils avaient traîné jusqu'ici.

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Hier à 20:18

Sans qu'Éléazar ne puisse s'y attendre, l'émissaire adverse finit par faire une signe de main aux personnes en charge des prisonniers. Ainsi, l'échange était en train de se produire ? L'Ar retint de justesse un soupir de soulagement. Enfin ! Il pensait que cela n'arriverait jamais ou que l'ennemi trouverait une bonne excuse pour repousser la mise en place de ce qui avait été prévu pendant les négociations ! Mais l'adversaire s'était montré lucide, il semblerait. L'échange se fit rapidement, et bientôt, leurs prisonniers quittèrent leurs chaînes, aidés par certains de leurs camarades.

A présent, les choses étaient claires. La bataille n'était plus qu'un mauvais et lointain souvenir. Décroisant les bras, Éléazar frôla sans même s'en rendre compte l'endroit où se trouvait son ancienne blessure. De l'histoire ancienne, oui. Le jeune homme retrouva le sourire à cette pensée. La paix était de retour, de même que leurs prisonniers. A présent, il ne restait plus qu'à espérer que leurs hommes se remettent rapidement de leur captivité et de leurs blessures. Le forgeron se promit de prendre des nouvelles des soldats originaires de Valkëol, d'ici quelques temps. Il voulait être certain que tout irait bien pour eux, maintenant.

C'est alors qu'Ebao s'éloigna d'eux, rejoignant Farban. Sur le moment, Éléazar se demanda s'ils allaient les raccompagner sur le chemin du retour ou s'ils allaient plutôt rentrer au Panlaüd. L'escorte comprenait sûrement quelques médecins, bien que le forgeron n'en avait pas vu quand il se trouvait au sol. Peut-être seraient-ils encore utiles ? C'était possible, mais l'Ar ne souhaitait pas s'imposer si cela n'était pas nécessaire. Les prisonniers étaient sains et saufs de leur côté de la frontière, leur mission était donc achevée. Mais si on pensait que leur présence pouvait être d'un quelconque secours, il était tout à fait envisageable de rester encore un peu en compagnie de l'escorte, même si le voyage s'était déroulé sous les meilleurs auspices.

« … Il semblerait que cette mission soit un succès. commenta le jeune homme, à l'intention de son supérieur. J'espère que ces hommes retrouveront bientôt leurs familles. Elles doivent les attendre avec impatience. »


Farban laissa son regard se poser sur les soldats fraîchement libérés. Si certains avaient plus soufferts que d'autres de leur emprisonnement, tous semblaient rassurés de se savoir sur leurs terres. Plus rien ne pouvait leur arriver, à présent. Ils allaient prendre soin d'eux et tout rentrerait dans l'ordre, même si le chemin du retour risquait d'être un peu plus long que celui qu'ils avaient déjà effectué. Ils devaient s'occuper des blessés, et l'épuisement général du groupe risquait de rendre le trajet plus laborieux. Mais le chevalier s'y attendait. Personne ne ressortait indemne d'un tel emprisonnement.

« Qu'il est bon de tous les voir de notre côté de la frontière ! commenta le chevalier. Mais nous nous féliciterons quand ils seront tous rentrés chez eux en un seul morceau. Nous devons parer au plus pressé. fit remarquer Farban à son ami. Certains de ces hommes risquent de finir le trajet en litière, vu leur état. Nous nous étions attendus à beaucoup de choses, mais je ne pensais pas que certains de ces hommes seraient aussi affaiblis. »

C'était un fait. Si tous étaient affamés et assoiffés, comme ils s'en doutaient, d'autres étaient également porteurs de quelques blessures. Parmi ces dernières, il y en avait qui avaient déjà commencé à cicatrisé, mais pour d'autres... A cela, il ne fallait pas oublier d'ajouter que certains hommes étaient sûrement malades. Si le voyage du retour ne serait pas forcément des plus simples, sa suite ne serait pas plus agréable pour les anciens prisonniers...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Rang C ou B, Atsu Island, escorte ou enquête [Atsu Island, Rang C-B, Tout type, Enquête ou Combat]
» Escorte d'un climatologue
» Escorte en plaine trouble [PV Ys/Yaelle][abandonné]
» Demande d'escorte : Elwë Sáralondë
» [mission de rang C] Escorte d'un haut dignitaire de Tsuchi no Kuni [Pv Yamanaka Iji]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Gardiens d'Hetenlaüd ::  ::  :: Valkëol-
Sauter vers: