AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Jeu 6 Sep - 0:21

La permission avait été de courte durée, surtout pour Ebao qui était resté assommé pendant une demi-journée. Il s'était évidemment remis, mais un magnifique œil au beurre noir venait lui rappeler en permanence à quel point cette permission avait été pathétique pour lui.

Il évitait de croiser le regard de Farban, sûr et certain que son frère d'arme ne pourrait pas se retenir de rire en le voyant... Et il fallait garder son calme, la mission était sérieuse.

Etant les deux seuls chevaliers disponibles à la capitale, le roi leur avait fait parvenir l'ordre de raccompagner les prisonniers du clan Fälcor à la frontière...
Près d'un mois auparavant, Hentenlaud avait subit une attaque de cette tribu au niveau de Valkeol.. Des prisonniers avaient été fait et ramenés à la capitale, afin de les interroger et de les placer sous bonne garde... Le jeu politicien étant ce qu'il est, des pactes avaient du être passés depuis et il fallait maintenant rendre ces hommes à leur pays. Ils étaient une trentaine, et évidement deux chevaliers ne suffisaient pas, on avait donc assigné une dizaine de soldats sous les ordres de Farban et Ebao...

Vous comprenez donc que, dans ce contexte, rire d'un oeil au beurre noir n'était pas l'idée du siècle. Ils devaient faire preuve d'autorité face aux prisonniers mais également face aux soldats.

Seul Ebao et son frère d'arme se trouvaient à cheval, aussi le trajet avait-il prit jusqu'ici une bonne journée, et s'annonçait encore long. Ils étaient presque arrivés à Valkëol, la dernière étape avant la frontière et la ville où ils comptaient faire une halte.

Un homme arriva en courant à leur rencontre. C'était un des éclaireurs qu'Ebao avait lancé un peu plus tôt dans la journée.

- Valkëol est après la colline, dit-il essouflé.

Un léger sourire se dessina sur le visage du chevalier tandis qu'il pensait avec affection à la maison de campagne de son beau-père. Evidemment qu'il irait y faire un tour... Ou du moins, il essaierait. Peut-être pendant le trajet retour ? Il se tournait vers son frère d'arme.

- On dirait qu'on est presque arrivé.

Ebao tira sur les rênes de son cheval, un destrier à la robe pie qu'il avait reçu pour son quinzième anniversaire. C'était un cadeau de son beau-père dans une ultime tentative de s'acheter l'affection de son fils adoptif... Hélas, il était bien vite avéré qu'Ebao préférait son cheval à son beau père. En effet, ayant eu l'animal alors qu'il n'était qu'un poulain, Ebao lui avait fait toute son éducation et y était très attaché.

Le destrier huma l'air et Ebao fit un signe à la quarantaine de personnes devant lui, prisonniers comme gardes.

- Nous serons bientôt à notre étape. Vous pourrez vous reposer et nous vous fournirons de l'eau et des vivres.

Il tirait une nouvelle fois sur les rênes et se retrouvait face à Farban. Ah oui, l'oeil au beurre noir.

- Ne ris pas !

Il donnait un coup de talon et se remettait en marche suivit de la troupe de prisonniers. Ce ne serait que l'affaire d'une heure, et Ebao pensait déjà au repas qu'il dévorerait dans la taverne quand il vit une ombre passer dans le ciel...
Oh non... Pas ces oiseaux de malheur...
Il n'était pas d'humeur à voir un Laud et encore moins un gardien... Du moins, un gardien en particulier...  Eléazar. Farban avait suivit son regard et également vu l'ombre de l'énorme créature...

- Avec la chance que j'ai, il sera là...

A quoi bon cacher ses états d'âme à Farban ? Il savait mieux que quiconque de toute façon.

C'est donc avec une appréhension plutôt bien dissimulée pour l'un d'eux, que les chevaliers et leurs prisonniers allèrent vers la ville de Valkeöl où ils purent rapidement apercevoir, à l'entrée, deux Laud à terre.

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Jeu 6 Sep - 16:41

En voyant la mine de son ami, Farban s'était retenu de rire, il est vrai. Ainsi, l'homme le plus fort du monde avait eu raison de lui et gardait son titre ! Farban ne savait même pas comment l'autre chevalier avait fait pour se faire avoir aussi facilement. Le colosse avait du l'avoir par surprise, voilà tout. Toujours est-il que si le chevalier avait fait preuve d'une grande retenue, Ismelle avait été bien moins clémente à l'égard d'Ebao, le gratifiant d'un '' Je t'avais dit de faire attention ! '' des plus moqueurs. Et si les deux jeunes hommes n'étaient pas partis pour rejoindre la Zone Militaire à la fin de leur permission, il y avait de fortes chances que la jeune femme ait continué sur sa lancée !

Les moqueries d'Ismelle remontait à un moment, à présent, et leur escorte s'était mise en route il y a de cela une journée. Leur but était de rejoindre Valkëol, pour le moment. La frontière attendrait encore un peu. Il fallait bien nourrir les personnes présentes et leur permettre de se reposer un peu. Il en allait de même pour les chevaux. Mieux valait leur permettre de prendre un peu de repos pour que le voyage se continue aussi vite qu'il avait commencé.

Quand l'éclaireur revint et fit part du fait que la ville était toute proche, Farban ne put retenir un soupir de soulagement. Il était temps. Ce voyage commençait à être long, et si le chevalier aimait beaucoup son métier, le fait d'être resté aussi peu de temps auprès d'Ismelle le dérangeait. La jeune femme allait devoir s'occuper d'une grande partie des préparatifs pour leur mariage seule, ou presque. Bien sûr, il savait que sa future épouse s'en sortirait. C'était juste qu'il aurait préféré organiser la cérémonie avec elle, afin de la décharger de certaines choses. Le chevalier chassa ces pensées de son esprit. Ils avaient une mission à accomplir.

Après avoir expliqué la situation au reste du groupe, Ebao se retourna. Si Farban esquissa un sourire en voyant à nouveau le bleu qu'il avait sur le visage, il ne fit ni rire, ni commentaire. Mieux valait rester calme, pour le bien de leur autorité sur le reste de leur groupe. Après avoir jeté un dernier coup d’œil aux personnes se trouvant derrière eux, Farban talonna doucement l'étalon gris pommelé sur lequel il se trouvait, et ne tarda pas à se remettre à la hauteur de son ami.

C'est alors qu'une ombre passa dans le ciel. Il ne s'agissait pas de n'importe quelle ombre. Celle d'un Laüd. Il n'y avait rien d'étonnant au fait de voir une telle créature non loin de Valkëol. Les Gardiens devaient s'intéresser de près à la reconstruction de la ville. Peut-être même y contribuaient-ils d'une manière ou d'une autre. Pour autant, Farban n'était pas sûr que son futur beau-frère soit dans les environs. S'il connaissait assez bien la ville, sa convalescence l'avait peut-être empêché de faire le voyage.

« Allons, rien ne dit qu'il est ici. Ce Laüd n'est pas forcément Zelfyne. lui fit remarquer Farban. Évitons les conclusions hâtives. »

En se rapprochant de la ville, le groupe eut tout le loisir de pouvoir remarquer les deux Laüds se trouvant non loin de l'entrée. Après plusieurs minutes et alors que leur escorte marchait toujours, Farban finit par se rendre compte qu'il était possible que l'une des deux créatures soit Zelfyne. Avec son pelage prune, il était possible qu'il s'agisse de la Laüd accompagnant son beau-frère. Mais pour en avoir la certitude, il leur fallait arriver à Valkëol. Après tout, Zelfyne n'était sûrement pas la seule avec un tel plumage.


Sautant du dos de sa Laüd, Éléazar se réceptionna lestement sur le sol. Ils étaient arrivés. Valkëol, la ville de son enfance. Bien que sachant qu'il risquait de croiser certains membres de sa famille en ces lieux, le jeune homme ne pouvait s'empêcher d'être heureux de revoir la ville qui l'avait vu naître. Bien sûr, ils n'étaient pas ici pour une visite de courtoisie. Au contraire. Le but du voyage était de s'assurer que l'avancement des reconstructions. Après l'attaque, les habitants avaient bien besoin de se sentir à nouveau en sécurité, c'était un fait.

« Merci pour le voyage, Zelfyne ! » lança Éléazar, avec un sourire.

La Laüd se contenta d'émettre une note flûtée, comme pour indiquer que cela ne lui avait posé aucun souci. Bien sûr, la créature était toujours inquiète pour son Ar, mais fort était de constater qu'il semblait s'être remit, à présent. Dans le cas contraire, il ne serait pas en mission à l'heure actuelle. Repliant convenablement son aile trop longue, la Laüd entreprit d'observer ce qu'il se passait autour d'eux. La ville semblait fourmiller d'activité mais ce n'était pas ce qui intriguait le plus la créature. Un groupe assez important se dirigeait également vers la ville. A croire qu'ils n'étaient pas les seuls en mission à Valkeöl. Zelfyne était certaine d'avoir survolé le groupe, tout à l'heure. Mais elle ne pensait pas qu'il allait au même endroit qu'eux.

« Un problème ? » s'enquit le jeune homme, à l'intention de sa Laüd.

L'intéressée se contenta de pointer le groupe de son bec. Il ne fallut pas très longtemps à Éléazar pour reconnaître les bannières de la capitale. Une escorte, sans doute. D'un autre côté, le groupe semblait être assez important. Il ne s'agissait pas d'une simple escorte. Que se passait-il, alors ? La réponse ne tarderait pas, c'était certain. Le groupe serait bientôt à leur hauteur.

« Il semblerait que nous ne soyons pas seuls. » remarqua Éléazar, aussi bien pour lui-même que pour l'Arlaüd l'accompagnant.

La présence d'un groupe provenant de la capitale n'avait rien d'étonnant, certes. Avec la ville en reconstruction, il pouvait tout à fait s'agir de personnes venant en renfort de celles déjà présentes à Valkëol. Mais quelque chose clochait. Il ne semblait pas n'y avoir que des soldats de la capitale, au sein de ce groupe. Des étrangers ? C'était une possibilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 50
Force Force : 45
Agilité Agilité : 35
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Jeu 6 Sep - 21:29



Ebao, Eléazar et Asmundr


L'Escorte



Les réparations de la ville de Valkëol avaient si bien progressées depuis la dernière que je pouvais affirmer qu’il restait bien peu de temps avant que la ville ne soit comme neuve. Peut-être encore une bonne semaine, histoire de remettre le moulin dans un état fonctionnel près de la rivière. L’étang avait été nettoyé et il faudra compter encore un peu de temps pour que la végétation du bosquet ne reprenne ses droits avant l’arrivée de l’hiver. Quoi qu’il en soit, on distinguait quasiment plus de traces des dégâts causés par l’attaque d’il y a deux mois.

Je n'étais pas venu seul faire ce genre de constatation. Eléazar avait accepté de m'accompagner. Mais ni l'un, ni l'autre n'avait été dans l'obligation de venir. Les Gardiens n'avaient pas vraiment à se mêler de ce genre de choses. Cependant, je trouvais ça important que les gens se sentent entourés, qu'ils ne voient pas notre caste comme un ultime recours face aux invasions. Que nous ne soyons pas que des fantômes à leurs yeux. La présence de deux Gardiens impressionnait les habitants mais je savais que ça les rassurait également. La dernière attaque les avait bien marqué. Ils ne s'y étaient pas du tout attendu. On avait tendance à souvent accuser le nord d'une potentielle invasions, mais ça nous aveuglait sur d'autres menaces comme celle du sud.

J'observais un groupe d'hommes monter les poutres du futur nouveau moulin, non loin de l'entrée du village par là où passait la rivière. Pendant ce temps là, Dementör qui se tenait un peu à l'écart avec sa congénère eut la même révélation qu'elle à l'approche d'une troupe lointaine. Le Laüd bleu se dressa de toute sa hauteur sur ses pattes griffues. Avec sa grande taille et ses yeux perçants, il distinguait sans problème ce que les humains pouvaient à peine percevoir. Zelfyne avait déjà attiré l'attention de son Ar sur le sujet et ce dernier avait sans doute vue la troupe lointaine. Lorsqu'il m'en fit part, je fis volte-face vers la lande. J'observais le mouvement au loin, n'ayant pas la vue aussi perfectionner que les Laüds. De là, je ne pouvais pas en supposer grand chose.

- Ils sont nombreux, remarquais-je.

C'était la seule chose que je pouvais remarquer. C'est alors que je vis Dementör se braquer. Mon regard se leva vers lui et je voyais ses plumes se hérisser. Il avait l'air nerveux. Un léger grondement se fit entendre depuis sa gorge alors qu'il observait toujours le lointain.

*Des soldats et des étrangers au peuple* souffla t-il dans son langage, ayant remarqué les peaux basanées qui étaient cernées de cavalerie.

Autant dire que cette constatation ne lui plaisait pas du tout. A la vue des habits typiques et de la couleur de peau de ceux du groupe qui n'étaient pas armés, il devina rapidement des habitants du désert. Comment osaient-ils revenir en ces lieux ! Songeait la créature.

codage par LaxBilly


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Jeu 6 Sep - 21:51

Plus ils s'approchait. Plus Ebao détestait ce qu'il voyait.

Il était à peu près sûr et certain que Farban, à côté de lui, avait depuis longtemps reconnu l'oiseau d'El et qu'il avait évidemment fait le lien avec son beau-frère. Le blondinet quand à lui n'avait que de vagues souvenirs et n'était pas très physionomiste en matière d'Ornithologie... Aussi, lui avait-il fallut plus de temps.

A chaque mètres que leurs chevaux parcouraient on pouvait l'entendre murmurer un "Oh non..." "Non..." "C'est pas possible" indicateur de son état d'esprit... Pourtant le constat était là. Deux hommes se tenaient à côté des créatures. L'un avait de longs cheveux noirs et l'air sérieux tandis que l'autre le dépassait d'une bonne tête et souriait.

Le chevalier tirait sur les rênes de son cheval une fois qu'il arriva à hauteur des deux gardiens. Il tournait la tête vers son comparse et décida de descendre de cheval pour saluer les deux hommes dans un soucis de hiérarchie. Une fois à terre, Ebao fit deux pas pour se trouver face aux deux gardiens et enleva son casque, inclinant la tête en signe de respect.

- Je suis Sir Kuza et voici Sir Arkam. Nous sommes les deux chevaliers mandatés par le roi d'Hetenlaud afin de raccompagner les prisonniers de la bataille de Valkeöl à la frontière.

Il avait regardé Asmundr droit dans les yeux pendant sa présentation. Il était hors de question de se laisser distraire par une pair d'yeux verts pendant qu'il parlait ! La dernière fois qu'il avait eu le malheur de céder, il s'était prit un coup de point en plein visage et avait fini assommé jusqu'au lendemain... Un oeil au beurre noir pour rappel.

- Les prisonniers sont au nombre de trente et nous avons l'ordre de les surveiller et de les protéger, aussi nous ne faisons qu'une simple halte en ville afin de leur octroyer un peu de repos.

Ils devaient être ici pour vérifier l'avancée des travaux... Pour le coup, Ebao préférait sa mission à lui. Mais le protocole voulait qu'il soit maintenant moins gradé que les gardiens... Si le désiraient, les deux hommes pourraient prendre la commande de leur escorte et les renvoyer, Farban et lui, à la capitale. Ce serait tout de même... malvenu...

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Jeu 6 Sep - 23:29

Farban était réellement désolé pour Ebao. Maintenant qu'ils étaient assez proches des deux créatures, il n'y avait plus de doute possible pour le chevalier. L'un d'entre eux était bien Zelfyne. Et si Zelfyne était là, Éléazar aussi. Sa convalescence devait être terminée, à présent. Ebao allait devoir faire avec la présence de l'Ar, bien que Farban se doutait que les choses ne seraient pas simples...


Dementör n'avait pas tort. Le groupe était composé d'un bon nombre de personnes, et maintenant qu'il s'était rapproché, la présence d'étrangers était de plus en plus visible. Cela n'inspirait rien de bon à Zelfyne. La population de la ville était encore traumatisée par la bataille, il ne fallait pas être clairvoyant pour le comprendre. S'il s'agissait bien de ressortissants de la Tribu de Fälcor... La Laüd se demandait quelle serait la réaction des habitants. Même si les individus restaient à l'extérieur de la ville, rien ne disait que les choses se passeraient bien pour autant. Et ce même si des hommes d'Hetenlaüd étaient là pour s'assurer du maintient de l'ordre...

« … La ville ne l'acceptera pas... Pas maintenant, en tout cas. Pas après ce qu'il s'est passé. » ajouta la Laüd, aux propos de son congénère.

Les deux hommes à cheval finirent par descendre du dos de leur monture. L'un d'eux se rapprocha, et ôta son casque pour saluer son camarade et celui de Dementör. Ses traits disaient quelque chose à Zelfyne. Mais la Laüd décida de ne pas réagir. Éléazar nommerait sûrement l'homme, et la créature saurait à quoi s'en tenir. Bientôt, le second cavalier ôta son casque. Cavalier que Zelfyne reconnu immédiatement. Il s'agissait du compagnon de la sœur de son Ar. Presque un membre de sa famille.


Voyant Farban se rapprocher de lui, l'Ar esquissa un franc sourire et le gratifia d'une bonne poignée de main. Cela lui faisait toujours plaisir de voir des visages familiers. En parlant de visages familiers... Ebao semblait encore le battre froid. Mais Éléazar comprenait. Ce qu'il ne comprenait pas, en revanche, c'est la manière dont l'autre chevalier s'était retrouvé avec une telle marque sur le visage. Pourtant, il était certain que tout allait bien pour Ebao quand il l'avait quitté, la dernière fois. Leur poignée de main échangée, Farban retourna auprès de son camarade. Ce dernier était en train d'expliquer la présente situation à l'Arlaüd.  

« J'espère que votre voyage s'est déroulé sans contretemps. » commenta le forgeron.

Ainsi, les deux jeunes hommes étaient à la tête de cette escorte. Éléazar ne s'attendait pas à les recroiser de sitôt, et encore moins en ces lieux. Mais une mission était une mission. Si les chevaliers devaient faire une halte ici, soit. Ils veilleraient avec eux à ce que tout se passe bien. Avec les récents événements, mieux valait éviter de mêler la population à tout cela. Cela leur éviterait bien des problèmes, qu'ils soit locaux ou d'une plus grande importance. Après une telle bataille, autant éviter d'attiser la colère de la tribu de Fälcor en rendant certains des otages avec de nouvelles blessures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 50
Force Force : 45
Agilité Agilité : 35
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Ven 7 Sep - 9:07



Ebao, Eléazar et Asmundr


L'Escorte



Je finissais par comprendre l'irritation de Dementör en découvrant à mon tour ceux qui étaient clairement identifiables au centre de cette troupe de soldats. C'était des habitants du désert. Lorsqu'ils s'arrêtèrent aux abords de la ville, Dementör les scrutait d'un sombre regard de toute sa hauteur. Les Fälcorors lui jetèrent un oeil inquiet, ayant l'impression que cette créature serait bien capable de les écraser d'un seul coup de patte. Mais malgré son mépris, Dementör n'était pas assez fou pour passer à l'acte. Il se doutait bien que leur présence n'était pas là par hasard. Il tourna la tête vers sa congénère qui venait d'émettre une remarque.

*Ca se comprend* lui répondit-il *moi-même, ils me dérangent.*

Mon attention se tourna sur l'un des deux hommes qui mit pied à terre. Visiblement le commandant de cette marche. Il se présenta avec son camarade avant de nous expliquer la raison de leur venue à tous en ces lieux. Des prisonniers de la dernière bataille ? Oui, c'est vrai qu'il y en avait eu. Bon était le roi de les rendre à leur pays. A moins que ceci n'était la décision du Prince ? La maladie du seigneur de la Terre de Lumière avait fait le tour du royaume et tout le monde ou presque savait désormais que pour le moment, c'était son fils qui tirait les rênes. Quelle importance finalement ? La décision restait noble quoi qu'il en soit.

- Je suis Àsmundr Krönos, répondis-je, fils de Vläd, le Grand Maître d'Arme d'Hàntonael. Je suis Gardien au rang d'Arlaüd avec Dementör, fils de Fàndhor, celui qui partage mon destin. Nous sommes ici pour quérir des nouvelles de la restauration de la cité de Valkëol.

Je jetais un oeil à Elézar. J'avais l'intime conviction qu'ils se connaissaient. Cela se voyait dans leur comportement et regard. Mais sans certitude, je décidais de ne pas m'attarder d'avantage sur la question. Au lieu de ça, j'écoutais l'Ar leur adresser quelques mots avant d'ajouter moi-même après une brève observation du groupe :

- Une dizaine de guerriers pour le triple de captifs, voilà qui me semble étrangement important comme écart.

Toutefois, les nomades du désert avaient l'air prêt à se tenir tranquille, sûrement envieux avant tout de retrouver leur terre. Mais les Laïosors étaient un peuple fier qui avait sans doute également un coeur vengeur après une telle défaite.

- De plus, poursuivais-je, avoir choisir cette cité pour offrir l'hospitalité à ses agresseurs me paraît être une idée malhabile.

codage par LaxBilly


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Ven 7 Sep - 22:42

Maître d'arme d'Hàntonael ? Ça paraissait être un poste vraiment important, pas celui que l'on confirait à n'importe qui. C'est cette déférence qui poussa Ebao à s'incliner une seconde fois après les présentations du gardien. Il avait conscience d'être devant quelqu'un de plutôt important, et même s'il se fichait pas mal de qui était son oiseau, il décidait de respecter l'homme.

En se redressant il entendit Eléazar et dans un soupir qu'il cherchait à masquer se tournait vers lui. De toute façon il ne pourrait pas y réchapper pas vrai ? Alors autant se montrer professionnel et répondre aux questions de politesse avec politesse.

- Notre voyage s'est bien déroulé, je te remercie.

Ce n'était pas si compliqué finalement. Si Ebao pensait très fort le mot "PROFESIONNEL" en boucle, il était tout à fait capable de communiquer avec Eléazar sans se sentir mal à l'aise.
Les politesses échangées, il se tournait vers Asmundr qui ne semblait pas avare en critique. Cela piquait quelque peu la fierté d'Ebao, comme si ses propres décisions étaient remises en jeux. Hé bien, rang ou pas, respect ou pas, Ebao était parfaitement capable de répondre.

- Vous connaissez le dicton : un homme armé en vaut trois. Et croyez moi quand je vous dis qu'ils veulent tous rentrer chez eux, ils sont particulièrement coopératifs. Le danger pourrait venir des citoyens de Valkeol, mais c'est une demande du roi que de passer dans la ville. Les gens doivent savoir que les prisonniers sont ramenés à la frontière afin d'effectuer un échange contre nos propres prisonniers. Ils retrouveront les membres de leurs familles prochainement.

Le royaume était peut-être dirigés par le prince, mais il le faisait au nom du roi. Face à des prisonniers étrangers, il ne faisait pas bon de souligner les faiblesses d'un royaume. Bon évidemment, les prisonniers risquaient de se prendre quelques crachats, des fruits pourris ou d'autres matières puantes... Mais Ebao avait le soucis de les garder en bonne santé et en sécurité, pas de s'assurer de leurs propreté.

- Ceci dit, si vous pensez vraiment que nous sommes en sous effectif, vous pouvez faire le choix de nous accompagner.

C'était dit sur un ton de défis, parce qu'Ebao était décidément trop fier pour admettre qu'ils étaient peut-être trop peu nombreux. Il s'attendait à ce qu'Asmundr et Eléazar refusent. Personnes de sensé ne répondrait à de telles piques.

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Ven 7 Sep - 23:59

Zelfyne se contenta de hocher la tête aux propos de Dementör. La présence de ses étrangers ne la réjouissait guère, pour plusieurs raisons. Parmi elles, on trouvait aussi bien le fait que ces personnes aient troublé la quiétude de leurs terres que la blessure qu'Éléazar avait reçu au cours de l'affrontement. A cause de cette tribu, elle avait failli perdre son Ar. Et ça, la créature ne le supportait pas. Bien sûr, la convalescence de son camarade était aussi due à des soins malhabiles, mais sans blessure de base, rien tout cela ne serait arrivé.

« Et moi donc... Plus ces hommes seront loin d'ici et mieux je me porterai. marmonna Zelfyne. Mais pour le moment, il semblerait que nous n'ayons pas d'autre choix que de supporter leur présence... Autant nous y faire... »

La Laüd adressa un dernier regard aux étrangers présents dans l'escorte, avant de porter son regard sur un autre endroit, préférant oublier leur présence ne serais-ce que quelques instants.  Son camp avait gagné la bataille, de toute façon. Ces personnes regagneraient leurs territoires, et avec un peu de chance, c'était la dernière fois qu'elle croiserait leur chemin. Avec un peu de chance...


Il était vrai que l'écart était assez important. Il aurait fallut d'avantages d'hommes pour que l'opération soit viable et sécurisée, selon Éléazar. Mais le jeune homme ne fit pas part de sa conclusion, l'Arlaüd l'ayant fait pour lui. Et il y avait fort à parier que Valkëol n'accepterait pas facilement la venue d'anciens envahisseurs, même sous fers et tout en sachant que leur souverain en avait donné l'autorisation. Et quand bien même les prisonniers se tenaient tranquilles. Pour le bien de tous, mieux valait que ces personnes restent à l'extérieur de la ville. Cela éviterait des mouvements de foule.

Certaines personnes retrouveraient leurs familles, certes. Mais d'autres avaient tout perdu. Comment réagiraient-elless en voyant ces guerriers qui leur avaient arraché leurs fils, leurs époux, leurs frères ? Mal, à n'en pas douter. Mais le forgeron se garda bien d'exprimer ses doutes. Pour le moment, du moins. Les accompagner ? Pourquoi pas. Si cela pouvait éviter quelques problèmes, c'était envisageable. Mais le jeune homme doutait que cela plairait à Ebao, vu le ton qu'il avait employé. Mais si c'était nécessaire pour le bien d'Hetenlaüd, il devrait l'accepter.

« Le mieux serait que ces personnes restent à l'extérieur de la ville. Leur présence ne ferait qu'attiser des braises encore vives, et personne n'a besoin de nouveaux affrontements. remarqua Éléazar. Croyez-moi, le bruit de votre présence se répandra vite. Je mettrai ma main au feu que c'est même déjà le cas. Pour le bien de tous, entrer dans la ville n'est pas une bonne idée, si vous voulez mon avis. »

Si le forgeron avait décidé de se taire, il ne fallait pas oublier qu'il connaissait très bien la ville et ses habitants. Même en tant qu'Apprenti, puis Ar, il y était revenu assez souvent, au point que les lieux n'avaient plus aucun secret pour lui. Zelfyne était d'ailleurs assez connue dans les environs. Aussi, prendre la défense des personnes vivants à Valkëol était naturel pour lui. Le forgeron ne faisait que protéger des familles qu'il connaissait parfois personnellement. Était-ce en désaccord avec sa fonction d'Ar ? Le jeune homme ne le pensait pas. Il savait qu'il agirait de la sorte avec les autres habitants du Royaume, même s'ils n'avaient pas le même passif que les personnes originaires de Valkëol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 50
Force Force : 45
Agilité Agilité : 35
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Sam 8 Sep - 13:14



Ebao, Eléazar et Asmundr


L'Escorte



C'étaient aux humains de gérer ce qu'il convenait le mieux, se disait Dementör. Il les voyait parler entre eux sans parvenir à les comprendre mais il faisait confiance à son Arlaüd. Lui saura prendre la meilleure décision. Le Laüd savait que sa congénère avait plus de raisons que quiconque d'en vouloir à ces humains du désert. Pourtant, elle semblait mieux accepter leur présence en ces lieux. Elle préféra même tout bonnement les ignorer, chose dont Dementör s'en sentirait incapable. Il était bien disposé à les surveiller de près.

Quand à Sir Kuza, il jugea bon de justifier le sous nombre de ses troupes par un dicton. Les dictons, c'étaient bien jolis mais ça ne remplaceraient jamais les faits. Même si ses hommes étaient armés, si les captifs décidaient pour une raison ou pour une autre de se rebeller, ils le feraient sûrement avant tout en constatant la différence de nombre. Même s'il y avait peu de chances qu'ils gagnent contre des soldats, il ne fallait pas oublier qu'ils en étaient aussi, désarmés, peut-être, mais avec autant d'expérience de la guerre. S'ils pouvaient causés des morts dans leur tentative, ils en seraient toujours satisfaits. Tandis qu'un nombre plus grands qu'eux les aurait tout de suite dissuadé.

Cela dit, l'homme n'avait pas tort sur le fait que les Valkëolors pouvaient également poser problème. D'où le fait que j'avais souligné que passer par cette ville n'était pas l'idéal. A part réveiller de mauvaises rancoeurs, ça ne fera rien de bon. La ville était presque restaurer et ses habitants encore souffrant de leur perte n'y verront qu'un désir de vengeance sur des troupes ennemies non armées. En soi, il serait préférable d'éviter un tel carnage. Valkëol était l'une des plus grandes villes du royaume et si tous s'y mettaient, même la dizaine de soldats présents en viendrait difficilement à bout.

Je n'appréciais nullement le temps employer par le dirigeant du groupe. Il semblait mal prendre mes conseils et pourtant il serait préférable pour lui de les appliquer s'il ne voulait pas échouer sa mission. Eléazar était naturellement de mon avis. Nous avions tout deux nos expériences de la situation et nous étions là pour maintenir ce royaume en paix, quitte à devoir s'opposer à d'autres pour que faire se peut. Je jetais un regard à mon camarade avant de reposer les yeux sur l'homme face à moi.

- Combien de temps songez-vous rester à Valkëol ?

codage par LaxBilly


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Sam 8 Sep - 15:37

Ce qui était agaçant avec les gardiens c'est qu'ils étaient totalement déconnectés de la société. A vivre entre eux et à se prendre pour les grands défenseurs du royaume, ils en oubliaient presque qu'ils ne savaient pas tout et que leurs paroles n'étaient pas forcément règles à suivre. Cela agaçait Ebao. Il ne comprenait pas en quoi les prisonniers pouvaient représenter un danger. Ils étaient mal nourris, fatigués,  enchaînés les uns aux autres, les mains et jambes liés et entourés par des soldats. Dix soldats viendraient facilement à bout de ces hommes mal entretenu (et souvent mal soignés) pendant plus d'un long mois. Les cachots d'Hantonoel n'avaient rien d'une auberge, mais ça, c'est quelque chose que les gardiens avaient tendance à ignorer (ou à délibérément éviter)... On ne voit pas la noirceur quand on se complaît à vivre au dessus de tout.

Donc oui, il n'y avait qu'une dizaine de gardes et deux chevaliers, mais pour traîner un groupe de pionniers à la frontière c'était plus que suffisant. Hantonoel avait assez de problèmes pour s'amuser à gâcher ses unités dans des missions d'escortes de ce genre.

Mais bon, visiblement, comme les prisonniers ne semblaient plus être un danger immédiat (comme s'ils l'avaient jamais été) il s'agissait maintenant de Valkéöl et de ses habitants revanchards. Là aussi, la seule chose à craindre serait des jets de fruits pourries... Sauf que d'après les deux gardiens il était évident que le boulanger sortirait avec son pain brûlant pour tuer chaque prisonnier à coup de miche. Autre soucis quand on vit au sommet, on a tendance à penser que les simples humains sont dictés par des instincts et des émotions très sommaires sans jamais penser que la nuance est la mère de toute société. Ainsi, si Ebao criait "Quiconque s'en prend à ces prisonniers s'en prend au roi et sera jugé devant la cours", il était à peu près certains que ça en refroidirait une partie des villageois les plus violents, mais là aussi, il avait surement tord. Vu qu'il n'était pas gardien.

Ben oui voyons, Ebao n'était qu'un chevalier qui ne savait forcément pas faire son travail, qui manquait forcément d'expérience et qui devait se voir expliquer le B.A.BA d'une mission d'escorte par le club des donneurs de leçon. Il était évident qu'un entrainement sectaire et le lien qu'ils avaient avec leurs oiseaux leur donnait plus de savoir qu'un simple humain formé à ce genre de missions par d'autre chevaliers ?...

Ebao, même s'il respectait Asmundr pour son rang, ne supportait pas qu'on remette en question ses capacités et n'allait clairement pas laisser le gardien remettre en questions ses choix.

- Nous ne restons qu'une heure. Le temps de prodiguer de l'eau à tout le monde et de les laisser se reposer avant la dernière ligne droite. Vous savez, les villageois seront prévenus que toute attaque des prisonniers sera sévèrement punis, il ne faut pas les prendre pour des sauvageons revanchards. Ils lanceront peut-être quelques fruits, mais ça n'a jamais tué personnes.

Son agacement était contenu mais audible, ce malgré qu'il tentait de garder un ton professionnel. Il était à peu près sûr que les gardiens n'auraient pas apprécié qu'Ebao remette en cause les tenant de leur propre mission... Chose qu'il ne se serait pas permis de toute façon. Parce qu'Ebao obéissait...

Et c'est ce qu'il devait faire, maintenant...même si très clairement ça l'énervait au plus haut point de se voir remit en question dans ses actes et son jugement... S'il n'était pas dans un cadre professionnel il aurait depuis longtemps lâché un "Vu que vous savez mieux que tout le monde on vous laisse les prisonniers, allez les gars, on rentre à la maison." et fait demi tours avec ses troupes. Mais ce n'était pas le cas, les gardiens étaient hélas ses supérieurs parce qu'un type avait un jour cru sentir quelque chose d'important chez eux alors qu'il n'avaient que dix ans et n'étaient même pas capable de tenir une arme. C'était comme ça.

Aussi, il lâcha un soupir et reprit un ton neutre.

- Bien. Nous allons nous arrêter en dehors mais nous devons trouver un point d'eau.  

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Sam 8 Sep - 17:04

L'espace de quelques instants, Farban se demanda s'il ne devait pas faire en sorte de retenir son ami. D'un autre côté, cela ne serait pas bon pour leur image envers le reste de leur troupe. Le chevalier comprenait les remarques des Gardiens, mais le fait était qu'ils n'avaient pas réellement choisit le nombre d'hommes qui devaient venir avec eux. On leur avait alloué ce nombre d'office et ils n'auraient rien pu faire pour obtenir d'avantage de personnes. Avec les récents événements, des contingents avaient été envoyés aux parties de la frontière qu'il fallait surveiller. A cela, il fallait ajouter les pertes de la dernière bataille, ce qui faisait que les forces du Royaume semblaient être en constante mutation. Et il faudrait un certain temps avant que tout ne retourne à la normale.

D'un autre côté, si le chevalier comprenait la rancœur que pouvait ressentir son ami, il n'appréciait pas réellement le ton qu'il avait employé envers les Gardiens. L'un d'eux était son beau-frère, et il savait que lui et son supérieur ne faisaient que s'inquiéter de la sûreté du Royaume. Ils partageaient une même mission ! Ce n'était pas le moment de se disputer ! Surtout pas devant des prisonniers ! Aussi, Farban adressa un regard lourd de sens à son ami, lui intimant de se calmer. Ils étaient en mission. Il ne devait pas l'oublier. Qu'il garde ses rancœurs pour plus tard. Ils en reparlerait à tête reposée, quand leur mission serait achevée.


Depuis le début de la conversation, Éléazar avait perdu son sourire, affichant une mine des plus graves. Cela n'arrivait que rarement. Zelfyne le remarqua immédiatement, ce qui lui causa un certain étonnement, mêlé à de l'incompréhension. Cette mine ne lui inspirait rien de bon. La Laüd se demandait bien à quoi pouvait penser son Ar en ce moment. Mais pour qu'il perde son sourire, cela devait vraiment être déplaisant. Plus encore que ce qu'elle ressentait à l'égard des prisonniers se trouvant toujours non loin d'eux...


Éléazar ne savait pas quoi penser de cette situation. Ils n'avaient rien ordonné à Ebao. Ils s’étaient contentés de se renseigner sur leur escorte, tout en leur donnant quelques conseils. Il n'était même pas question de prendre sa place, et celle de Farban, à la tête de leur escorte ! Le forgeron finit par se demander s'il n'y avait pas un autre problème. Et si... Non, c'était impossible ! Ebao ne pouvait pas se comporter ainsi à cause de sa simple présence ! Cela dépassait l'entendement de l'Ar ! Le forgeron espérait de tout cœur qu'il était en train de se tromper et que le comportement du chevalier n'était du qu'à la remise en question de la venue de son escorte en ces lieux...

« … Il y a un point d'eau non loin. finit par dire Éléazar. En suivant le cours de la rivière, vous y parviendrez rapidement. »

L'Ar parlait en connaissance de cause. Plus jeune, il se rendait souvent à l'étang se trouvant non loin. Ismelle l'accompagnait souvent. Ils allaient y chasser les libellules ou observer les grenouilles et les crapauds s'y trouvant, curieux comme ils l'étaient à l'époque. Plus âgés, alors qu'il était déjà Apprenti, il y était retourné plusieurs fois avec son aînée. C'était à l'époque où tout allait encore bien chez les siens. Cela lui semblait si lointain, à présent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 50
Force Force : 45
Agilité Agilité : 35
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Sam 8 Sep - 18:02



Ebao, Eléazar et Asmundr


L'Escorte



Bien que l'homme tâchait de faire bonne mesure, on sentait clairement dans sa voix qu'il ne nous portait pas dans son coeur. Libre à chacun de penser ce qu'il voulait des Gardiens, mais cela ne devrait pas affecter son jugement. Il donnait l'impression d'être celui qui essayait de se hisser à une place qui lui était dû, comme si nos paroles étaient prises uniquement pour critiques. J'étais loin de voir les habitants comme des monstres vengeurs, mais qui sait ce qui pouvait parfois se passer dans l'esprit d'un homme blessé et accablé par le chagrin ?

Enfin, de toute manière, il disait ne pas s'attarder en ces lieux et ce n'était pas plus mal. Dementör ne comprenait peut-être pas ce qu'il disait, mais le ton de l'homme parlait pour lui-même. Le Laüd mieux que moi encore parvenait à sentir la frustration dans le coeur du chevalier. Mais il n'en fit rien. Il nous laissait gérer la situation. Il avait bien plus à s'accabler de la présence des prisonniers. Une trentaine, ce n'était pas rien. Cette bataille avait vraiment été fulgurante. Je n'imaginais pas que tant avaient été capturé.

Après avoir jeté un oeil à Eléazar, je ne pouvais m'empêcher de penser que quelque chose n'allait pas avec lui. Mais je savais aussi qu'il cachait moins ses émotions que moi et qu'il en était davantage susceptible, même s'il ne l'exprimait pas. J'en venais à me dire que c'était la façon dont se comportait le chevalier qui le mettait dans un tel état. Pour la première fois, je remarquais en mon camarade un air qui ne lui seyait guère. Mais j'avais aussi perçu le fait que des deux hommes semblaient se connaître. Serait-ce face à un conflit personnel ?

L'Ar dirigea la troupe vers l'étang de la ville qui ne se trouvait pas loin. La rivière qui passait justement au moulin que les habitants s'efforçaient encore de reconstruire provenait de là-bas et elle était une guide tout à fait acceptable. J'avais en effet repérer les hommes du désert la lorgner avec désir. Il y avait si peu d'eau, si peu de verdure dans leur pays que j'étais bien curieux de savoir ce qu'ils pensaient du nôtre. L'enviaient-ils réellement ? Ou bien était-il trop étrange aux yeux de ceux qui étaient nés sur la Terre de Feu ? J'attendis que les troupes de Sir Kuza prennent congés pour se diriger vers le dit étang, avant de me tourner vers l'Ar à mes côtés.

- Son amertume est bien palpable, lui dis-je alors, il en a sûrement des raisons. Mais la votre, d'où provient-elle ?

codage par LaxBilly


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Sam 8 Sep - 20:50

Ebao gardait un air sévère et remettait son casque avant de se diriger vers son destrier. Accompagnait de Faban il ragagnait  ses troupes postées un peu plus loin et leur fit signe de le suivre. Il se dirigeait vers l'étang sans un regard pour les deux gardiens. C'était plus anecdotique que vraiment important, ils étaient déjà trop loin pour le remarquer mais cela faisait un bien incroyable au chevalier.

Il gardait le silence pendant le court trajet, ruminant intérieurement, et s'arrêta au niveau de l'étang où les prisonniers purent enfin s'asseoir et boire.

Ebao les regardait de loin... Oui d'assez loin pour qu'ils n'entendent rien et bientôt Ebao ne pu plus se contenir. Pauvre Farban...

- "Quel écart important " "Olala votre idée est malhabile"... Ce type a du mal avec le concept de respect on dirait. La critique était facile mais alors les solutions hein, on les attends encore ses troupes supplémentaires vu qu'il en a "surement" sous le coude ! Et El qui le soutient ! Il le sait pourtant que les habitants d'ici ne sont pas des enragés !

Ebao fouillait dans sa manche et sortit charbon et petit rouleau de parchemin. Il se mit alors à dessiner des lettres, de manière appuyée, preuve qu'il était particulièrement agacé. Plus contre As que Eléazar pour le coup, c'était As qui avait été le plus acerbe en critique et c'était le supérieur. Puis Ebao n'avait jamais été amoureux d'As ça jouait aussi mais ne lui répétez pas.

- Mince quoi ! On sait gérer des populations ! Nos supérieurs avaient demandé à ce que l'on passe dans la ville ! D'ailleurs tout ça c'était du fait de nos supérieurs ! Nos effectifs compris ! Et là il vient essayer de nous apprendre notre métier ! Ça se voyait qu'il pensait que l'on avait pas assez d'expérience et que notre escorte est "malhabile" ! Bon sang mais je viens pas lui apprendre à voler sur son Laud moi ! Qu'il essaie pas de me faire des leçons sur l'encadrement d'un groupe d'affamé enchaîné !

Son mot finit, il descendait de l'étalon à la robe pie. C'était dit, et Farban allait peut être rouspéter de son manque de politesse envers le maître d'arme, mais son ami devait aussi se rendre compte qu'Ebao s'était particulièrement contenu et qu'il relevait du miracle qu'il ne se soit pas montré d'avantage impoli.

- Mais bon c'est la hiérarchie, hein. Valait mieux couper court et faire leur fichue détours au lieu qu'ils se décident à nous l'ordonner. ...  Tu imagines le cas contraire ? Je suis sûr que le poissonnier aurait essayé d'assassiner nos prisonnier en les assommant avec ses truites...Il eut un rictus à sa propre blague et décida de reprendre son sérieux. Il levait la tête pour croiser le regard de son camarade et lui dire sur un ton qui n'avait plus rien à voir avec la plainte. J'ai un corbeau à envoyer. Il fallait prévenir les supérieurs du détour, et que visiblement ils ne savaient pas gérer une escorte.

Il allait pour s'approcher de l'étang où se trouvait le soldat responsable des deux corbeaux de la troupes. Les volatiles volaient autour de lui et venaient régulièrement se poser sur ses épaules.... Bref, il allait pour transmettre son message quand il surprit un mouvement sur le côté... Et mince... Les gardiens... Ils étaient assez proches pour avoir entendu, mais en même temps assez loin pour peut-être avoir tout manqué ?

Il retournait son visage vers l'étang d'un mouvement vif, tentant de garder son calme et se dirigeant vers son soldat.
Il espérait qu'à son retour à côté de Farban, les gardiens n'aient rien à lui reprocher (encore)... Il n'en revenait pas qu'on lui reproche ses conversations d'ordre privé !!... Mais en même temps... Aaarf...

Ebao confiait son message au soldat qui l'accrocha à la patte du corbeau. Celui ci s'envola vers le nord et le chevalier fit demi tours pour retourner auprès de Farban.

Il y avait une petite chance qu'ils n'aient rien entendu... Ou seulement des brides ? Les brides positives... Il y avait des brides positives au moins ?

De toute façon, il serait bientôt fixé.

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Sam 8 Sep - 22:10

D'un bon pas, Éléazar mena l'escorte jusqu'au point d'eau. Comme il l'avait escompté, le trajet ne dura pas très longtemps et les différents membres de l'escorte, aussi bien gardes que prisonniers, purent profiter de la fraîcheur de l'eau. Quant à l'Ar, il s'éloigna, jugeant sa petite mission achevée. Il rejoignit Ásmundr, et les deux Gardiens se tirent en retrait, en silence. Du moins, pendant quelques instants.

C'est alors que l'Arlaüd posa une question qui surprit quelque peu Éléazar. Le jeune homme ne s'attendait pas à une question de ce genre. Que pouvait-il bien répondre ? Qu'il aimait les hommes ? Ce n'était même pas la vérité. Du moins, pas totalement. Le forgeron ne s'était jamais réellement posé la question. A croire qu'il était attiré aussi bien par les femmes que par les représentants de son propre sexe... Était-ce possible ? Peut-être... Le jeune homme n'avait jamais entendu parler d'un tel cas de figure. Toujours est-il que ce n'était ni l'endroit ni le moment de parler d'une chose pareille...

« … C'est une longue histoire. avoua Éléazar, songeur. Une très longue histoire, même. Nous avons eu un sacré différent, pendant la bataille de Nemën, sans jamais avoir l'occasion d'en reparler par la suite pour tirer cette histoire au clair... Il devait repartir avec l'armée du Royaume, et moi... J'étais Apprenti. Je suis rentré au Panlaüd une fois la bataille achevée et par la suite, nous ne nous sommes plus recroisés. Et pourtant, c'est un grand ami de ma sœur, et surtout, de Farban. L'homme qui l'accompagne, c'est lui. Mon futur beau-frère, voyez-vous. »

En disant cela, le jeune homme avait indiqué l'autre chevalier. Avec sa peau légèrement brunie, ses yeux et ses cheveux sombres, il était aisé de comprendre que tous ses ancêtres n'étaient pas originaires d'Hetenlaüd. Et pourtant, Farban n'avait jamais vu l'Archipel de l'Ouest qui avait pourtant vu naître une partie de ses ancêtres. S'il lui restait très certainement quelques cousins là-bas, il ne les connaissait pas et eux n'avaient même pas conscience de son existence. Il n'en restait pas moins que sa famille sur le continent était pour le moins étendue, son arrière-grand-père ayant eu de nombreux enfants qui avaient également eu une descendance à leur tour. Descendants qu'Éléazar avait l'occasion de rencontrer, pour certains. Si leur physique était un peu atypique, ils étaient tous très bien intégrés à la terre adoptive de leur ancêtre.

De là où ils étaient, les propos d'Ebao n'étaient pas totalement audibles. Mais le peu qu'Éléazar pu en saisir eu le don de lui faire froncer les sourcils. Eh bien, le chevalier semblait être bien remonté. Le forgeron ne pensait pas que leurs propos avaient eu un tel effet sur lui. Mais le jeune homme était rassuré, d'une certaine façon. L'Incident ne semblait pas être la cause de sa rancœur. Du moins, Éléazar espérait que ce soit vraiment le cas. De toute façon, il n'en aurait jamais la certitude...


Pendant toute la tirade d'Ebao, Farban se contenta de garder le silence, l'écoutant tout de même attentivement. S'il comprenait le point de vue de son ami, le partageant même en partie, le jeune homme ne se voyait pas prendre parti. Pas cette fois. Et qu'Éléazar soit du côté de son supérieur n'avait rien d'étonnant. Les Gardiens étaient là pour protéger le Royaume, comme eux. Si un mouvement de foule pouvait être évité, cela leur serait bénéfique à tous.

« Tout va bien, Ebao... marmonna Farban, avec un soupir. Ils s'inquiètent juste pour le Royaume, c'est tout. Nous ferions de même, si nous étions à leur place et que nous trouvions une situation potentiellement dangereuse. Leurs paroles sont déplaisantes pour certaines, certes. Mais nous avons une mission à mener à bien. C'est le principal. »

Quand Ebao annonça qu'il avait un message à envoyer, son ami se contenta de hocher la tête et de porter son regard sur les prisonniers et les gardes les encadrant. Ce n'était qu'une escale, rien de plus. Ils seraient vite repartis, et cette mission ne serait bientôt plus qu'un souvenir. Un lointain souvenir, même. Ils retourneraient à la capitale avec leurs hommes et chacun retournerait à ses occupations habituelles. Jusqu'à la prochaine mission. Qu'elle soit la plus lointaine possible. Ismelle risquait de venir le chercher elle-même, sinon. A cette pensée, le chevalier esquissa un sourire. Elle en serait capable, c'était certain ! S'il arrivait en retard à leurs noces, il y avait fort à parier qu'elle viendrait l'emmener elle-même jusqu'à l'autel, en dépit de toutes les traditions !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 50
Force Force : 45
Agilité Agilité : 35
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Sam 8 Sep - 22:57



Ebao, Eléazar et Asmundr


L'Escorte



Eléazar me raconta de quelle manière il avait connu ce chevalier susceptible. Ah, la bataille de Nemën, c'était quelque chose. L'armée de Kartendark n'avait pas cracher sur les moyens pour arriver à ses fins et les pertes à cette époque avaient été énorme, pour tout le monde. Quelques apprentis avaient effectivement mérités de participer à cette sanglante bataille mais si nous avions su à quoi nous attendre, on aurait sans doute refuser car beaucoup d'entre eux avaient succombé durant l'assaut. Sans parler des Laüds...

Quand l'homme me désigna l'autre chevalier, j'y tournais un regard et j'hochais la tête. Je n'avais jamais vu outre mesure l'entourage de l'Ar quand bien même il m'avait déjà parlé de sa soeur et de son future mariage. Voici donc l'homme qui aura droit à une épée lors des festivités ? Il semblait de bien meilleur caractère que son comparse. Du moins, pour le peu que je pouvais en juger car il ne parlait pas beaucoup finalement. En posant mon regard sur cet homme, je m'étais inconsciemment emparé des quelques paroles qui avaient été émises par Sir Kuza à nos égards. Ils ne nous appréciaient clairement pas mais son comportement ressemblait d'avantage à un caprice d'enfant qu'à un sang froid digne d'un chevalier. Pour ma part, il n'était pas question que j'entre d'avantage dans le jeu, au même titre qu'Eléazar qui prenait bien mal de tels propos.

Mon regard se croisa avec celui du chevalier. Je l'observais et je sentais en lui ce mépris. A croire qu'Eléazar n'était pas réellement la véritable source de son attitude actuelle. C'était clairement à moi qu'il en voulait. Mais je n'avais pas tellement envie de me prendre la tête à gérer l'état émotionnel des autres. Il devra faire avec. Et peut-être pour plus longtemps qu'il ne le pensait car, suite au récit de mon compagnon, je me tournais à nouveau vers lui pour lui répondre.

- Si cela peut vous rassurer, vous ne semblez guère être le responsable de cette frustration.

J'espérais que cela ne pose pas de problème pour la suite. Mon regard s'attarda par ailleurs sur le reste de la ville qui se dressait devant nous avant que mon attention ne se reporte sur l'Ar.

- Je serais d'avis de garder un oeil sur ce déplacement. On ne sait jamais ce qui peut se produire, surtout aux abords des frontières.

Et si cette histoire n'était qu'un piège ? Si l'échange se passait mal et que la troupe se retrouvait attaqué par toute la tribu ? On ne savait jamais à quoi s'attendre avec les ennemis du royaume et il fallait constamment se montrer prudent.

codage par LaxBilly


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Dim 9 Sep - 1:35

Ebao revenait tout juste quand il entendit la remarque Farban. Parce qu'en plus il était d'accord avec eux ? On remettait en doute ses capacités professionnelles et Farban était d'accord ?!

- Je n'ai pas envie de m'énerver avec toi, mais tu ne devrais pas cautionner un manque de respect aussi flagrant de ce gardien ! Il a remis en cause nos capacités professionnelles et tu dis qu'on aurait fait pareil ? Soit réaliste Farban, nous n'aurions jamais fait ça !

Mais à quoi bon ?

S'il restait ici à partir dans la défense de son opinion, il allait encore s'énerver et il sentait comme un couteau dans le dos le fait de ne pas être soutenu par son frère d'arme. Il tourna le dos à son cheval et préféra revenir sur ses pas, retournant au niveau du plan d'eau.

A peine arrivé, il retirait son casque et plongeait sa tête dans l'étang...

Il espérait que l'eau lui rafraîchissent, qu'il puisse se calmer... Est-ce que tout ça était si grave que ça ? Etre pris pour un crétin incompétent ? Etre remis en question sur des choix ne relevant pas de sa fonction ? Oui, très clairement. C'était frustrant... Et ça relevait de l'ingérence et de la méprisance aux yeux d'Ebao. Il digérait mal le "malhabile" qui n'était que le pendant poli de "stupide".

Il releva la tête hors de l'eau. Le visage dégoulinant. L'avantage était que pour une fois il ne semblait pas plus attardé que le commun des mortels vu que certains prisonniers et soldats avaient fait la même chose. Ne pas passer pour l'idiot de service, ça n'était pas courant, dernièrement.  

Mais clairement ça ne suffisait pas. Il était encore en colère. Si cela avait été n'importe qui, Ebao aurait répondu et aurait su faire respecter son opinion. Il n'aurait laissé personnes dire que ce qu'il faisait était malhabile, et aurait riposté sans la moindre gène... Mais c'était la hiérarchie, allez dire ce que vous pensez à vos supérieurs quand ceux ci ont une idée bien précise en tête...

Il plongeait le visage une seconde fois...

Et Farban... Quel faux frère... Il aurait au moins pu le soutenir, lui dire un "tu as raison", parce qu'Ebao avait raison. Arriver, se présenter et s'entendre dire que ce que vous faisiez était complètement stupide n'a rien de respectueux... Il y avait matière à s'agacer, à ne pas sourire quand on vous prend pour le premier des crétins, à se plaindre à ce qui est sensé être votre ami !

Mais ce n'était pas grave n'est-ce pas ? Il avait été traité comme un idiot mais ce n'était rien... On ne l'avait pas écouté malgré son agacement et son opposition mais là aussi, ce n'était rien. Ce n'est pas comme s'il était sensé avoir un avis face aux grands et si importants protecteurs du royaumes. Après tout, il ne jouait absolument aucun rôle dans la protection du royaume, il était là pour décorer et faire ressortir l'intelligence des gardiens (parce qu'ils avaient forcément toujours raison et qu'il avait forcément toujours tord. C'était la règle tacite et implicite de l'univers, celle contre laquelle on ne peut rien)...

C'était exaspérant mais comme ça. Ebao devait se calmer et laisser couler en se répétant que même s'ils pensaient avoir raison, ça ne voulait pas forcément dire que c'était le cas. Laisser couler et les regarder se tromper en cachant sa jubilation et en évitant les "Oh... Et donc vous n'avez servi à rien jusqu'à la frontière... ? Votre absence n'aurait rien changé au dénouement ? Merci pour la promenade" (même si ça deviennait particulièrement tentant).

Il maquait d'air.

Ebao releva la tête hors de l'eau, le visage ruisselant et observa son reflets quelques longues minutes.

Il allait se taire et garder son agacement pour lui vu que de toute façon : personnes ne comptait l'écouter ou reconnaître la part de vérité dans ce qu'il disait.  Il allait supporter ce supérieur irrespectueux et aurait la seule satisfaction qu'il n'irait pas s'excuser pour l'avoir critiqué devant Farban. L'Ar pouvait toujours se brosser s'il espérait le contraire.

Apparemment un peu plus calme, Ebao remit son casque sur la tête et se redressa, faisant un tour du camps. Les prisonniers étaient tous assis proches de l'eau, ils conversaient entre eux et semblaient être soulagé que la pause soit enfin là. Les soldats aussi était plus détendus, ils avaient bu et tournaient autour des prisonniers en s'échangeant quelques mots.
Tout se passait bien.

Ebao retournait à son cheval en préférant éviter le regard du faux frère et prit les rênes de son cheval qui le suivit au pas. Il allait vers les Gardiens et se posta devant eux.

- Comptez vous rester à terre ou nous suivre depuis les airs ?

Comme s'il était assez idiot (malgré ce qu'As semblait penser) pour penser que ce "monsieur je suis tellement indispensable à l'univers parce que j'ai toujours raison sur tout" n'allait pas s’immiscer dans leur escorte.


_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Dim 9 Sep - 16:08

Farban suivit du regard son camarade, avant de soupirer à nouveau. Il essayerait d'en reparler plus tard, quand Ebao serait calmé et qu'ils seraient loin des oreilles indiscrètes. Il y avait bien trop de monde, dans les parages. Les membres de leur escorte, les prisonniers, les Gardiens... Une discussion privée n'était pas envisageable. Il pourrait peut-être nuancer ses propos et son avis, les rendant ainsi plus proches de ses pensées. Du moins, si on lui en laissait le temps. Ebao ne lui en voudrait pas longtemps... Si ? Le jeune homme ne savait pas quoi en penser. Ils se connaissaient depuis de nombreuses années... Les choses ne pouvaient pas finir sur un tel malentendu...


Éléazar ne savait pas s'il devait être réellement rassuré par les propos de l'Arlaüd. Si n'était pas sa faute, cela signifiait qu'ils étaient tous deux à l'origine de tout cela. Avaient-ils étaient trop dur avec le chevalier ? Le forgeron ne savait pas quoi penser de cette situation. Si cela lui était possible, il demanderait quelques informations à Farban. Son futur beau-frère pourrait peut-être l'éclairer sur la composition de leur escorte. Il y avait fort à parier que les choses n'étaient pas aussi simples qu'elles n'en avaient l'air.

Les accompagner ? Il était vrai que la situation entre Ebao et lui n'étaient pas des plus simples... Bien que décidé à faire son devoir, l'Ar se demandait si c'était là une bonne idée de côtoyer le chevalier aussi longtemps. D'un autre côté, Ásmundr et  Farban seraient aussi présents. De même que Dementör et Zelfyne. Les choses ne devraient pas mal se passer. Et il savait Ebao professionnel. Ils entretiendraient des rapports aussi cordiaux que possibles, voilà tout. Si leur aide pouvait être nécessaire, soit. Autant accompagner l'escorte. De plus, leur mission à Valkëol était terminée. Les reconstructions suivaient leur cours et leur présence n'était pas nécessaire. Autant se rendre utiles ailleurs.

« Je suis de votre avis. avoua le forgeron à l'intention de son supérieur. Autant nous assurer que cette mission se passe de la meilleure des façons. »

C'est alors qu'Ebao se dirigea vers eux. Il semblait s'être calmé. Aussi, l'Ar se détendit également, se permettant un discret sourire, le premier depuis l'arrivée de l'escorte sans doute. Ainsi, le chevalier semblait avoir accepté leur présence. Soit, cela simplifiait les choses. A la question d'Ebao, le forgeron adressa un regard à sa Laüd. Il savait que le voyage n'avait pas épuisé de trop sa camarade. Elle pourrait encore voler un moment, mais finirait sûrement par se poser pour marcher un peu, le temps de reposer ses ailes. D'un autre côté, la présence de Dementör changeait quelque peu la donne. Zelfyne ne se laisserait pas aller à ce type de faiblesse en présence d'un de ses congénères, l'Ar le savait. Il allait devoir faire preuve de patience pour que la Laüd accepte de prendre un peu de repos. Mais chaque chose en son temps. Pour le moment, rien ne pressait.

« Tout dépendra de l'endroit où nous serons le plus utiles. Il y a de grandes chances que vous nous voyez aussi bien sur terre que dans les airs. » se contenta de dire le forgeron, sans perdre son sourire récemment retrouvé.

Même s'il y avait fort à parier qu'ils seraient plus souvent dans les airs que sur terre. Il était plus aisé de remarquer des choses suspectes d'en haut. Mais il était tout à fait possible que l'Arlaüd et l'Ar se mettent d'accord pour qu'un Laüd reste tout de même au sol, afin d'assurer la surveillance de l'escorte de plus près. C'était une stratégie comme une autre. Il fallait juste voir s'il était possible de la mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 50
Force Force : 45
Agilité Agilité : 35
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Dim 9 Sep - 21:29



Ebao, Eléazar et Asmundr


L'Escorte



Eléazar approuva le fait qu'il serait plus sage d'accompagner le groupe. Déjà qu'on était sur place après tout, pourquoi ne pas en profiter ? Ca n'allait sans doute pas être très joyeux avec ce chevalier qui prenait tout en critique mais bon. Si vraiment il ne voulait pas de nous, il lui suffira tout bonnement de le dire. En revanche, si ça posait problème à Eléazar parce qu'il devait côtoyer quelqu'un de sa connaissance, j'espérais qu'il ne se forçait pas à être d'accord avec moi sur ce point. Loin de moi l'envie de voir apparaître d'avantage de conflit que maintenant. Je voyais bien que l'Ar n'était pas très à l'aise sur le sujet et je décidais de ne pas l'embêter plus que ça.

Je songeais à aller en parler aux hommes concernant avant de me rendre compte que l'un d'entre eux se dirigeait déjà vers nous. Bon, il semblait déjà avoir comprit ce que nous comptions faire -à moins qu'il ai tout bonnement tendu l'oreille- Eléazar répondit le premier, suggérant que nous ferions sans doute le trajet tantôt dans les airs, et tantôt à terre. C'était tout à fait la réponse que je pensais donner également. Nous pourrons sans problème aller à patte qu'en volant mais cette dernière option serait avant tout celle utiliser pour faire du repérage en amont. Voilà qui nous permettra en plus d'escorter que s'assurer que tout se passe bien dans cette partie du royaume que nous nous apprêtions à traverser.

Je venais de me rendre compte que mon compère avait récupéré ce sourire qui lui correspondait bien mieux. Voilà qui était une bonne chose. J'osais espéré qu'il s'était faite une raison à tout ça. Ou alors comptait-il profiter de ces futurs moments pour remettre les choses au clair avec sa vieille connaissance. J'hochais la tête à ses dires avant de confirmer oralement :

- Nous aviserons en chemin.

Il ne fallait pas s'attendre de ma part que je me mettes à mal me comporter envers le chevalier. Outre la rancune qui ne me seyait guère, je n'étais pas vraiment du genre à m'attarder sur ce genre de chose, à m'énerver pour si peu. Si l'un prenait mes paroles pour des vices au lieu de simples constatations, que pouvais-je bien y faire ? Cela ne me dissuadera pas d'aider si c'était nécessaire. Est-ce que ça l'était ? Pas vraiment. Mais j'étais persuadé que deux Gardiens ne seraient pas de trop dans cette expédition. Avec un peu de chance, se sera un voyage des plus paisibles, espérons-le.

codage par LaxBilly


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Lun 10 Sep - 0:17

Si ça ne tenait qu'à Ebao, il leur demandait de rester le plus loin possible de sa troupe et de ne pas quitter les airs. Comme ça il aurait la paix et ils seraient finalement utiles. Le chevalier n'aurait pas à envoyer un de ses hommes en éclaireur comme il le faisait jusqu'ici. Utiles à remplacer de simples soldats.

Mais il semblait qu'ils voulaient voir en fonction des situations. Comme s'il y allait avoir beaucoup de situations différentes dans cette longue promenade forcée... Mais Ebao se retint de le leur faire remarquer parce que de toute façon son avis importait peu.

- Il faudra surtout surveiller la zone. A la base nous comptions envoyer un éclaireur surveiller notre route, mais vous pourrez vous en charger.

Il s'attendait à ce qu'Asmundr juge cette idée "malavisée" ou "malhabile" ou "inepte"... Après tout, c'était gâcher leur présence non ? Imaginez si les prisonniers venaient à se rebeller en chemin et vouloir fuir dans les collines ! Les deux gardiens ne seraient pas là et les dix pauvres gardes ne pourraient rien contre ces prisonniers enchaînés et usés ! Non non non, c'était simplement idiot de les utiliser comme éclaireur à la place des éclaireurs !

Ah oui. Le chevalier était sensé être calme....

De toute évidence la vue du maître d'arme n'était pas vraiment ce qui le détendait le plus, il préféra donc planter son regard sur le visage éternellement souriant d'Eléazar.

Mince, il était beau ce gardien...

- A partir d'ici le terrain sera vallonné. Il pourrait y avoir à la rigueur des risques d'embuscades mais ça parait tout de même peu probable. Nous sommes pour le moment trop proche de la ville et la zone est très surveillée depuis la bataille. Il se peut d'ailleurs que nous rencontrions certains de nos soldats en patrouille. Si c'est le cas, il pourront rapidement nous informer sur une éventuelle suspicions d'intrusion ennemie.

Comme toutes les bonnes choses ont une fin, Ebao du reporter son regard sur le chef des deux gardiens... Question de hiérarchie... Il du donc détacher son attention des yeux d'Eléazar pour la porter sur le visage terne et inexpressif d'Asmundr.

- Il n'y aura donc aucun risque jusqu'aux environs de la zone d'échange. Il n'est pas exclus qu'ils essaient de nous berner et qu'ils tentent de récupérer leurs prisonniers sans nous rendre les notre, c'est pourquoi les troupes du sud ont été prévenu de notre arrivé, certains sont surement déjà sur place à nous attendre à l'heure qu'il est.

Et l'Ar allait toujours juger leur présence primordiale après ce tableau ? Ebao était prêt à parier son cheval que oui. Quand on est imbu de sa personnes, il n'est pas rare de se juger indispensable.

- Il paraîtrait tout de même surprenant qu'ils essaient de nous duper.


_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy


Dernière édition par Ebao Kuza le Lun 10 Sep - 20:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Lun 10 Sep - 19:16

Ásmundr semblait être de son avis. C'était rassurant. Éléazar n'aurait pas voulu passer pour un idiot devant un supérieur. Pour en revenir à leur mission, leur présence dépendrait de l'endroit où leur aide serait la plus utile. Mais l'Ar n'en démordrait pas. Si Zelfyne en avait besoin et que sa présence n'était pas obligatoire dans les airs, il demanderait à ce qu'elle reste au sol. Sa Laüd s'était inquiétée pour lui pendant toute la durée sa convalescence, à lui de veiller à sa santé à présent. S'il y avait bien quelqu'un que Zelfyne écoutait, c'était lui. Et en invoquant leur présente mission, le forgeron était certain que sa camarade ne verrait aucun inconvénient au fait de se poser un peu. Et cela ne lui donnerait pas une impression de faiblesse. Il n'y avait aucune raison que la Laüd refuse une pareille proposition de sa part. Du moins, Éléazar l'espérait, même s'il aurait préféré ne pas en arriver là pour forcer sa Laüd à prendre un peu de repos...

Tiens, Ebao lui accordait un peu d'attention ? Voilà qui était pour le moins étrange... Et dire que le chevalier avait fait en sorte de l'éviter la dernière fois qu'ils s'étaient vus... Éléazar devait avouer qu'il ne comprenait pas grand chose à cette situation. Certes, entre lui et Ásmundr, c'était lui que le jeune homme connaissait le mieux. C'était peut-être la raison du regard qu'il lui avait lancé. Le forgeron n'eut pas le temps de se poser d'avantage de questions. Ebao avait fini par reporter son attention sur l'Arlaüd, continuant d'expliquer ce qui était prévu pour la suite du voyage. Et le forgeron ne savait pas s'il devait être déçu ou pas d'être oublié de la sorte...

En silence, l'Ar écouta les différentes informations données par le chevalier. Avec tout cela, le voyage devrait se passer pour le mieux. Il restait à espérer que l'échange se passe aussi paisiblement que possible et ne finisse pas une escarmouche, avec ou sans la présence d'un bataillon. La dernière bataille avait déjà fait bien assez de victimes. Il ne fallait pas en rajouter d'avantage alors que le but était justement de calmer les tensions entre deux adversaires d'hier. Convenir d'un échange de prisonniers restait un gage de bonne foi, d'une certaine façon. Il y avait fort à parier que certains prisonniers avaient une famille qui les attendait avec impatience, comme c'était le cas pour les soldats capturés par la tribu de Fälcor.

« Avec une telle organisation, il ne reste plus qu'à espérer que les choses se passent dans le calme une fois arrivés à la frontière. » commenta Éléazar.

Le regard de l'Ar se porta sur les prisonniers, toujours sous la surveillance de Farban et des autres soldats. Tenteraient-ils de les duper quand même ? Le forgeron ne savait pas quoi en penser. Ils semblaient être dans un sale état, mais rien ne disait qu'ils ne retrouveraient pas un peu d'énergie une fois auprès des autres guerriers de leur tribu. Éléazar ne pensait pas que cet échange soit en réalité une mascarade pour mettre en place une quelconque vengeance. Mais ce n'était pas une hypothèse à écarter pour autant. Tant que l'échange n'était pas fait et que les otages n'étaient pas revenus chez eux en un seul morceau, mieux valait s'attendre à tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 50
Force Force : 45
Agilité Agilité : 35
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Lun 10 Sep - 21:13



Ebao, Eléazar et Asmundr


L'Escorte




J'écoutais l'homme en silence. Autant voir un peu ce qu'il avait prévu pour se détachement. En aucun cas je ne l'interrompis. Depuis les airs, on pourra effectivement joué un rôle d'éclaireur à une distance qui n'était pas négligeable. La vue perçante des Laüds et leur instinct face au danger nous avertiront dès que la moindre chose suspecte pouvait menacer le convoi. Dementör et moi avions l'habitude de planer sur de longues distances et je savais que ce n'était pas le cas de Zelfyne que son aile pouvait déranger pour l'endurance. Autant que ce soit elle et son Ar qui reste le plus souvent à terre.

C'est alors que le chevalier annonça qu'une seconde troupe était prévue juste pour le moment de l'échange. Voilà de quoi renforcer tout ça et comme le disait si bien l'homme, ça aidera à dissuader les Fälcorors d'essayer de doubler les soldats. Avec d'avantage d'hommes et la présences de deux Gardiens, il devrait y avoir assez pour les impressionner. Il y aura tout à y gagner. Après leur cuisante défaite, j'espérais bien qu'ils n'aient pas dans l'idée saugrenue de tenter un assaut, que ce soit pas fierté ou par vengeance. Ces gens là étaient loin d'être idiots.

Nous ne leur rendions pas des prisonniers très en forme, c'était certains. Mais j'espérais tout de même que ceux qu'ils nous rendront ne seront nullement au bort de la mort. Trimbaler dans les conditions arides du désert, je n'osais même pas imaginer ce qu'ils avaient vécu dans la tribu ennemie. Il était temps, grand temps que les habitants de ce royaume retrouvent leur foyer et notre climat bien de chez nous. Pour eux, pour les familles qui attendaient à Valkëol, il fallait que tout se passe bien. Eléazar admira l'organisation annoncée en espérant tout comme moi que les choses se déroulent pour le mieux.

- En effet, répondis-je, c'est tout ce qui est souhaitable après tout.

Je jetais ensuite un oeil aux autres soldats et aux prisonniers qui soulageaient leurs jambes de cette longue marche, sachant pertinemment qu'il y avait encore un bon bout de chemin à parcourir. La vue de la cité les avait soulagé dans le sens où ils savaient désormais un peu près à quelle distance se trouvait la frontière.

- Fort bien, ajoutais-je, nous partirons lorsque vous en jugerez nécessaire.

Je n'avais nullement l'intention de prendre le commandement de sa troupe -j'étais Gardien, pas chevalier que je sache- même si l'homme devant moi donnait toujours l'impression de croire le contraire. A lui donc de décider quand est-ce qu'il sera temps de se remettre en marche. Dès lors que la troupe reprendra la route, j'entamerais déjà un premier vol en avant pour guetter les vallées. A mon avis, je resterais plus en hauteur que sur terre, sauf si Eléazar avait envie de prendre ma place à un moment donné mais je ne voulais pas qu'il se force non plus. Enfin, je pensais surtout à sa Laüd.


codage par LaxBilly


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Lun 10 Sep - 23:33

Bon.
Finalement, les remarques irrespectueuses d'Ebao étaient peut-être arrivés jusqu'aux oreilles de l'Arlaud. Et il s'était peut-être rendu compte de son ingérence. Evidemment, même s'il était évident que le gardien avait tord, Ebao pouvait surement se brosser pour avoir des excuses.
Ils étaient au moins du même avis là dessus.

Dans tous les cas il ne chercha pas à imposer sa présence et garda ses remarques déplacées pour lui. Ainsi il allait faire l'éclaireur. Parfait, il serait loin devant et plus il était loin mieux le chevalier se porterait. Il pourrait presque faire semblant qu'aucun gardien n'avait tenté de s'imposer dans sa mission. Presque parce que ses propres éclaireurs allaient rester avec les autres soldats, et cela modifiait légèrement son effectif.

- Nous allons attendre encore un peu. Ils ont bien mérité leur pause
.

Le chevalier s'inclina, plus par protocole ou respect du rang que par conviction et tapota l'encolure de son destrier le tirant par les rênes pour l’entraîner jusqu'au point d'eau. L'animal le suivait sans rébellion. Ebao voulait également lui offrir un peu de repos. Aussi, n'osant toujours pas croiser le regard du faux frère, il se contenta de lui faire un signe de la main, comme pour lui demander s'il comptait faire pareil dans l'immédiat ou pas ?

Le cheval attaché au bord de l'étang, Ebao lui caressa l'encolure tandis que l'animal se penchait pour boire à grande gorgée. Il allait ensuite vers ses éclaireurs pour leur expliquer qu'ils allaient devoir marcher avec le reste de la troupe parce que les gardiens allaient faire leur travail à leur place. Il en profitait pour réorganiser le groupe et prévoir la place des deux hommes dans l'escorte. Les soldats acceptèrent sans broncher, surement parce qu'ils étaient trop occupés à récupérer de l'eau pour le moment ou simplement parce que la nouvelle répartition n'était pas trop mauvaise ?

Les soldats prévenus, Ebao décida de retourner vers son acolyte pour discuter avec lui de ce qui avait été dit.

- Ils viennent avec nous. Mais Farban avait déjà du deviner. Ils vont faire les éclaireurs du coup j'ai réagencé le groupe.

Il se retint d'ajouter. "Au moins, ils seront loin" sachant que son faux frère ne comptait pas le soutenir outre mesure.
- On ne va pas tarder à partir. Ils finissent de remplir les gourdes et on y va.

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Mar 11 Sep - 16:12

Ebao finit par rejoindre le reste de l'escorte, non sans s'être incliné. Éléazar le suivit du regard quelques instants. Les choses se précisaient dans son esprit. Cette escorte n'était pas le bon moment pour discuter de tout. Ils étaient en compagnie de d'autres personnes, des personnes qui n'avaient pas à savoir ce qu'ils avaient se dire. Pour être totalement franc avec lui-même, le forgeron ne savait même pas quoi dire exactement... Même si on lui donnait l'occasion dès à présent de mettre les choses au clair, pas un mot ne pourrait sortir de sa bouche... En six ans, il s'était passé énormément de choses, et cet événement faisait partie du passé. Mais l'Incident, et ses conséquences, avaient empoisonné le peu de relation normale que les deux jeunes hommes auraient pu entretenir par la suite... Le forgeron chassa ses pensées de son esprit, reportant son attention sur l'Arlaüd. Pour le moment, seule leur mission comptait. Il parlerait à Ebao le moment venu, quand ses idées seraient plus claires et qu'il saurait quoi lui dire.

« Il faudrait faire part de cette situation à Dementör et Zelfyne, qu'ils sachent à quoi s'attendre. » remarqua Éléazar.

Le jeune homme marqua une pause, se demandant s'il devait faire part de ses inquiétudes au sujet de sa Laüd à son supérieur. D'un autre côté, Ásmundr avait sûrement déjà comprit. L'endurance de Zelfyne était moins importante que celle des autres Laüds, bien que sa camarade ne l'avouerait sûrement jamais. La présence de d'autres de ses congénères la forçait même à faire d'avantage d'efforts. Si son Ar pouvait lui éviter d'en arriver-là, il n'hésiterait pas. Il ne fallait pas qu'elle soit en mauvaise posture en cas d'attaque à cause de la fatigue.

« …Comme vous devez vous en douter, je pense qu'il serait plus judicieux que Zelfyne reste au sol à certains moments. avoua, à voix basse, l'Ar. Cette situation lui conviendrait d'avantage, je pense. Bien évidemment, cela ne nous empêchera pas de vous prêter main forte dans les airs ou d'échanger nos places si c'est nécessaire, bien sûr.


Bien évidemment que Farban s'en doutait. Il n'était pas encore sourd, et quelques bribes de la conversation lui étaient parvenues. Au moins, avec les Gardiens en éclaireurs, ils ne seraient pas obligés d'envoyer leurs propres hommes en repérage. Cela leur ferait sûrement gagner un peu de temps. C'était toujours ça de prit. Leur mission ne serait que plus vite achevée.

« …Tu es sûr de ne pas vouloir les imiter et plonger une dernière fois ta tête dans l'eau avant que nous partions ? Cela te débouchera peut-être ce qui te sert d'oreilles. se contenta de répondre l'autre chevalier, sur un ton dans lequel on sentait très bien une pointe d'ironie. Tu ne m'as même pas laissé le temps de finir de m'expliquer, tout à l'heure. »

Le chevalier préférait être franc. C'était sûrement la meilleure chose à faire. Ils étaient amis depuis tant d'années, Ebao ne pouvait pas lui en vouloir indéfiniment. Du moins, Farban l'espérait. Il fallait que l'autre chevalier l'écoute, afin de dissiper tout malentendu. Ainsi, ils repartiraient sur de bonnes bases. Le chemin était encore très long. Autant que sa fin se passe aussi bien que son commencement et non pas avec une amitié en miettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ásmundr Krönos
L'Arlaüd Ténébreux

L'Arlaüd Ténébreux
avatar

 Argent Argent : 50
Force Force : 45
Agilité Agilité : 35
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Arlaüd

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Dementör
Sexe : Masculin
Description:

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Mar 11 Sep - 22:14



Ebao, Eléazar et Asmundr


L'Escorte



Le chevalier décida d'attendre un peu. Soit. Je jetais un coup d'oeil dans le ciel et au soleil histoire d'évaluer combien de temps il restait avant la fin du jour puis Elézar vint à ma rencontre. Bien évidemment que nos Laüds seront informés de toute cette histoire. C'était bien naturel. Quoi que je les soupçonnais déjà de s'être fait une idée sur la situation. Ils n'étaient pas nés de la dernière pluie. Dementör n'avait pas détaché son regard ambré du groupe de soldat et de prisonnier, toujours aux côtés de la Laüd d'Eléazar. J'hochais donc la tête aux propos de ce dernier avant de poser mon regard sur l'imposante créature bleue.

Mon attention se tourna à nouveau vers l'Ar lorsque ce dernier me fit part de ses inquiètudes concernant sa Laüd. Mais j'étais déjà bien renseigné sur le sujet. Cette Laüd était bien connue dans le temple à cause de son handicap et ce, depuis qu'elle était toute petite. Elle avait souvent inquiété les Ars qui se demandaient si elle serait capable de voler de la sorte. Mais finalement, elle a su se montrer à la hauteur et être une compagne plus que parfaite pour le jeune Ar. Tout le monde avait été bienheureux de voir que ce dernier n'était pas avec elle par dépit.

- N'ayez crainte, assurais-je en me tournant vers l'Ar et en posant une main confiante sur son épaule, je suis naturellement au courant du cas de Zelfyne et je ne tiendrais rigueur ni à vous, ni à elle, de choisir la terre ferme durant ce voyage.

Retirant ma main, je me mis à réfléchir un moment avant d'ajouter :

- Et puis d'ailleurs, il a des chances pour que cette mission se déroule sans le moindre encombre.

Je me rendis ensuite auprès de Dementör qui, ayant remarquer ma venue, avait posé son regard d'or sur ma personne. En Langue des Anciens, je lui fis un bref topo de la situation, du fait que nous allions quitter la ville pour suivre la troupe jusqu'à la frontière du désert, sécuriser les alentours et en profiter également pour avoir un oeil sur cette partie du royaume dans laquelle nous n'avions pas encore patrouiller. La créature s'ébroua doucement. Il était à l'aise avec l'idée. C'était sûrement mieux que de rester ici à ne rien faire pour lui sans doute. Dementör n'était jamais contre les longs trajets, il avait de l'endurance.


codage par LaxBilly


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   Mar 11 Sep - 23:58

Ebao levait les yeux au ciel en écoutant la remarque de son collègue. Allait tremper la tête dans l'eau, une nouvelle fois ? Il se moquait décidément bien de lui.

- Oh pas à moi, y a rien à expliquer, tu devais choisir entre ton futur beau frère et moi et tu l'as choisi lui.

En même temps. Avec des yeux pareilles. Evidemment, Ebao aussi aurait choisi Eléazar... Mais lui c'était normal, il n'avait jamais vraiment réussi à faire le deuils de certains sentiments persistant... Tandis que Farban ! C'était juste son beau frère ! Un tas d'homme très bien vivait en ayant leur beau frère à dos !

- Je pensais que je comptais plus que ça à tes yeux.

Il prit un air pincé, mais c'était plus sa manière à lui de dilapider le malaise instauré par l'arrivée des gardiens. C'était sa manière à lui de dire qu'il pardonnait presque à Farban. Qu'il passait presque l'éponge pour cette trahison de haut vol.

Le chevalier reprit les renes de son cheval avant de monter en selle. L'animal eut quelques piétinements et Ebao et l’entraîna vers les prisonniers au trot :

- Le repos est fini ! Levez vous !


Les soldats s'activèrent à la remarque du chevalier. Obligeant certains récalcitrants à se hisser sur leurs deux jambes et en se plaçant autour d'eux. C'est alors que la troupe commença à avancer et à contourner l'étang.
Ebao se tournait vers Farban lui faisant un signe de tête puis jeta un coup d'oeil aux gardiens :

- Nous y allons.

Son regard resta un quart de secondes trop longtemps sur Eléazar et il donna un coup de talon à son destrier qui fila rejoindre la tête du cortège. Les gardiens n'avaient qu'à filer dans les airs. Ils n'avaient qu'à s'organiser entre eux. Qu'ils laissent juste Ebao faire son travail sans juger que leur avis prévalait forcément.

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'escorte [Asmundr, Eléazar et Ebao]
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Rang C ou B, Atsu Island, escorte ou enquête [Atsu Island, Rang C-B, Tout type, Enquête ou Combat]
» Escorte d'un climatologue
» Escorte en plaine trouble [PV Ys/Yaelle][abandonné]
» Demande d'escorte : Elwë Sáralondë
» [mission de rang C] Escorte d'un haut dignitaire de Tsuchi no Kuni [Pv Yamanaka Iji]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Gardiens d'Hetenlaüd ::  ::  :: Valkëol-
Sauter vers: