AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Terminé] Le Déni. [ PV Ebao Kuza. ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: [Terminé] Le Déni. [ PV Ebao Kuza. ]   Lun 3 Sep - 0:45

Farban était épuisé. Tout bonnement épuisé. Il l'attendait depuis longtemps, cette permission, et ses supérieurs n'avaient rien trouvé de mieux que de lui donner plus de travail. Il avait l'impression que sa dernière journée avec Ismelle remontait à une éternité ! En fait, leurs dernières retrouvailles avaient été marquées par sa demande en mariage. A son grand soulagement, sa compagne avait accepté, et ce, malgré ses nombreuses absences. Le jeune homme poussa un petit soupir rêveur. Il l'aimait, son petit bout de femme. Et il avait bien de la chance qu'elle accepte aussi facilement les inconvénients de sa profession... La laisser seule lui déplaisait. Si cela lui était possible, Farban resterait à ses côtés bien plus souvent. Mais il n'avait pas le choix. Il était chevalier et son devoir devait passer avant tout.

« … Merci de me raccompagner. finit par dire Farban à l'intention d'Ebao. Ismelle sera contente de te voir. Elle me demande souvent de tes nouvelles, quand je suis en permission. Tu croiseras peut-être Ermaëlle, aussi. continua le chevalier, pensif. Pour le moment, elle vit encore avec nous. »

Pour le moment, c'était le juste terme. La jeune étrangère continuait activement ses recherches d'un lieu de vie qui lui serait approprié. Au début, le jeune homme devait avouer qu'il s'était montré méfiant envers cette personne dont il ne connaissait rien. Mais Ismelle avait fini par le convaincre, et il devait avouer qu'Ermaëlle ne lui semblait pas être une mauvaise personne. Surtout pas après qu'elle ait aidé à la capture d'un criminel. Ebao n'avait pas manqué de lui faire le récit de cet événement dès qu'il en avait eu l'occasion. Ismelle ne se trompait jamais sur personne. Elle savait toujours voir le bon chez autrui. Farban ne savait pas comment sa future épouse pouvait faire cela. A croire que c'était naturel, pour elle.


L'après-midi avait été animé, au sein du foyer d'Ismelle. Éléazar, plus ou moins remit de la blessure qu'il avait reçu pendant les récents affrontements, s'était décidé à rendre visite à sa sœur, comme il l'avait promit dans l'une de ses lettres. Zelfyne, ayant conscience que la visite risquait de prendre un certain temps, avait préféré rejoindre le Jardin Suspendu, où elle pouvait se reposer sans craindre de gêner les habitants de la ville. Pendant ce temps, le frère et la sœur avaient discuté du bon vieux temps, de leur enfance commune, avant de passer aux choses sérieuses. C'était là que la discussion s'était montrée bien plus animée. Animée par des rires et des plaisanteries uniquement.

En effet, le jeune homme avait ramené toutes ses esquisses, afin que sa sœur puisse choisir l'épée qui lui plaisait le plus pour le cadeau qu'elle comptait offrir à son futur mari pour leurs noces. Après plusieurs heures de débat et de discussions, le choix de la jeune femme s'était arrêté sur un modèle particulier. Modèle qui faisait partie des plus aboutis aux yeux de son frère. Mais il leur restait encore à discuter de quelques détails, afin que le jeune forgeron ait toutes les cartes en main pour mener à bien sa mission.

« … Tu penses que cela te sera possible ? s'enquit Ismelle, visiblement songeuse.
- Ce n'est pas bien compliqué. Si c'est cette garde que tu veux, tu l'auras. affirma l'Ar, son éternel sourire aux lèvres. Elle conviendra parfaitement à Farban, tu verras. Je te ramènerai une épée d'argile, afin que tu ais une idée du résultat final. Tout ira bien.
- Tu es sûr que son épée sera prête à temps ? Tu es blessé... commenta la jeune femme, sur un ton assez grave.
- Ne t'en fais pas. Je suis solide comme un roc ! Ton cadeau sera prêt dans les temps, tu as ma parole ! » termina l'Ar, déterminé.

Ismelle ne chercha pas à insister. Elle savait que cela n'avait pas beaucoup d'utilité. Son frère était au moins aussi têtu qu'elle ! Et la jeune femme ne tenait pas à se disputer avec son petit frère. Il lui avait montré sa blessure, et en effet, cette dernière avait presque totalement cicatrisé. Bien sûr, cela n'empêchait pas la jeune femme de s'inquiéter pour Éléazar. Il était son cadet. Elle devait veiller sur lui, même si son rang faisait qu'elle n'était pas censée ressentir ce type de sentiment. La jeune femme ne pouvait que lui faire quelques recommandations. C'était bien la seule chose qu'elle pouvait faire...

« Farban ne va pas tarder. Nous ferions mieux de ranger tout cela. commenta Ismelle, en indiquant les nombreuses esquisses.
- Tu as raison ! Il ne manquerait plus que notre petit projet s'ébruite ! » compléta son cadet.

Ismelle quitta sa chaise, se rapprochant de la fenêtre afin de guetter l'arrivée de son compagnon. Éléazar l'observa quelques instants, avant de rassembler ses esquisses et de les glisser dans son sac. Son aînée aimait Farban, pas de doute. Et l'Ar était persuadé que ce sentiment était réciproque. Ils avaient beaucoup de chance. L'amour que se portait Ismelle et Farban était totalement différent de la profonde affection qu'il portait à sa Laüd. Éléazar se demandait ce que cela faisait, d'attendre ou d'être attendu par quelqu'un. Mais sa condition ne rendait pas envisageable le fait de fonder  une famille ou même d'être en compagnie d'une autre personne. A quoi bon ? Il était Ar et devait prendre ses responsabilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: [Terminé] Le Déni. [ PV Ebao Kuza. ]   Lun 3 Sep - 14:17

Farban et Ebao rentraient d'une longue affectation. Plusieurs semaines à la frontière à s’entraîner et surveiller. La fatigue était surtout morale. Rester dans une zone à risque à se demander en permanence si un conflit allait éclater était dur pour les nerfs... Aussi, Ebao comprenait la joie de son compagnon de rentrer chez lui et de revoir sa fiancé.
Farban et lui avaient été écuyer pour le même chevalier pendant leur jeunesse, ils étaient devenus amis et de vrais frères d'armes. Ils étaient également parti en vacances ensemble, à quelques reprises, et il fallait admettre que Farban avait tout de suite été intéressé par Ismelle, l'amie de longue date d'Ebao, et la voisine de la maison secondaire des Kuza. Sans surprise, ils s'étaient installés ensemble quand elle était venue à la capitale, et il l'avait demandé en mariage.

Ebao était plutôt ravis de tout ça, de voir ses deux amis s'aimer ainsi, et cela faisait longtemps qu'il n'avait pas vu Ismelle.

- Ne me remercie pas ça me fait plaisir.

Il était également heureux de revoir Ermaëlle. Elle l'avait aidé à attraper un voleur et était de presque bons conseils en matière d'amour. Ils la croisèrent d'ailleurs en chemin et Ebao lui serra la main lui demandant comment se passait son travail d'enlumineuse.
Ils discutaient toujours tous les deux quand ils arrivèrent chez Farban.

Arrêtant de discuter avec son amie, il allait pour saluer Ismelle et la féliciter de ses fiançailles quand il croisa un regard vert.

Et mince...

Il se sentit déglutir et du éviter de réagir un peu trop visiblement. Il savait parfaitement à qui étaient ces yeux émeraudes et devait garder les idées en place.

Eleazar...

Le petit frère d'Ismelle.

Le premier amour d'Ebao.

L'année où la mère d'Ebao avait tiré son fils hors des Kyls pour épouser un marchant d'Hetenlaud, son beau père avait voulu faire plaisir à sa nouvelle famille en les emmenant dans leur maison de campagne. Farouche et à moitié sauvage, le jeune Ebao, alors âgé de onze ans filait dans la nature toute la journée, dormait à la belle étoile et ne revenait que pour les repas... Comme un chat.
Difficile à approcher, il aimait cependant espionner les autres gamins du voisinage caché dans les hautes herbes. Ses voisins, la famille Wilrem l'intéressait beaucoup, ils étaient trois et devaient avoir son âge. Cependant il n'avait jamais vraiment osé les approcher, ou leur parler.
Ce fut environ deux semaines après son arrivé que le contact fut établis. Tandis qu'Ebao était les deux pieds dans un ruisseau à tenter d'attraper des poissons. Il venait d'ailleurs de réussir, un petit gardon qu'il avait fièrement attrapé mais qui avait bien vite glissé de ses mains pour retourner dans l'eau. Il fut surprit à ce moment là par des rires et croisa pour la première fois le regard émeraude d'Eleazar.

"Tu te moques ?!" avait alors rétorqué Ebao avec un air farouche au grand gamin. Le chevalier ne se souvenait plus vraiment de ce qu'avait répondu El, il savait seulement que quelques minutes après ils étaient tous les deux les pieds dans l'eau à tenter de pêcher les poissons et à s'éclabousser plus que de raison... Après ça ils avaient partagés quelques myrtilles trouvées en chemin et El était retourné chez lui, laissant Ebao à sa nuit dans les bois.
Le lendemain, le futur chevalier avait bien espéré revoir le jeune garçon. Il était alors persuadé qu'El devait avoir son âge, ou qu'il devait être plus âgé (comprenez le, Eb était petit et El beaucoup trop grand). Il avait donc couru au ruisseau après avoir subtilisé une miche de pain dans la cuisine des Kuza.
Il n'avait pas entendu longtemps vu qu'une paire d'yeux à la couleur des feuilles étaient venu le rejoindre.

Cet été là, Ebao ne jurait que par son ami Eleazar. Il voulait tout faire avec lui et surtout l'impressionner le plus possible. Le gamin parlait avec un lourd accent des Kyls mais hors de question de passer pour un attardé éleveur de chèvre (même si élever des chèvres était tout à fait honorable selon Ebao). Il était chanceux dans le fait qu'El ne le rejetait pas, et qu'ils avaient tous les deux le goût de l'aventure et de la découverte.
Un soir, alors qu'il venait subtiliser son dîner, sa mère lui fit savoir qu'ils partiraient le lendemain, et qu'il avait intérêt d'être là où elle irait le chercher elle même dans les bois. Dans un grognement, Eb comprit qu'il ne reverrait pas son ami avant l'année suivante même si ami n'était clairement pas le mot et qu'il en avait parfaitement conscience. Son coeur battait trop vite quand El souriait ou qu'il l'entendait dire son prénom. Il rougissait trop fort quand son camarade lui faisait un compliment ou qu'il l'attrapait lorsqu'ils jouaient à chat dans les bois. Il était aussi trop jaloux quand les filles du village voisin venaient lui apporter des petits gâteaux ou que la gamine qui vivait de l'autre côté de la colline apportait son petit chat pour le montrer à El. Ebao était amoureux, et il comptait bien le dire à son ami.
Aussi, le jour où il devait partir il l'attendit au ruisseau et vit El arriver avec son éternel air ravis. Prenant son courage à deux mains Ebao lui avait alors dit au revoir et à l'année prochaine, avant de l'embrasser comme tout bon amoureux savait le faire à onze ans ! Après ça les souvenirs étaient flous parce qu'il se souvenait surtout de sa mère lui criant au loin de revenir ou elle s'occuperait de l'expédier dans un internat au milieu de la mer.

Ne sachant pas écrire à l'époque, il ne pu pas garder de contact avec Eleazar, mais l'année suivante, à peine la porte de la calèche ouverte, Ebao fonçait en courant dans les bois (comme un chat qu'on aurait trop longtemps gardé enfermé). Sauf qu'El n'était pas là. Il y avait seulement Ismelle qui finit par lui expliquer que son frère était devenu un apprentis... Rien que ça ?

Tous les étés suivants, Ebao revint dans cette même maison d'été mais ne revit jamais El, à son grand désarroi. Il devint cependant un bon ami d'Ismelle, ce qui arrangerait Farban quelques années plus tard...

En fait, si l'histoire c'était arrêté ici, Ebao n'aurait pas été aussi mal à l'aise en croisant le regard émeraude d'El...

Devenu écuyer, puis chevalier, il fut envoyer sur le front quand il eut environ vingt ans. Et il croisa à nouveau El... Et...

Ebao secoua le tête, il était à peu près sûr que Farban savait, et que Farban savait qu'il savait qu'il savait.

Oh non ? Il rougissait ? Non... Pas encore... Tant mieux, il devait se contrôler. Il se tournait donc vers la soeur d'Eléazar, espérant que son bug était passé inaperçu.

- Ismelle, félicitations pour tes fiançailles, je ne t'avais pas eu l'occasion de te les souhaiter.

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy


Dernière édition par Ebao Kuza le Mar 4 Sep - 11:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 150
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: [Terminé] Le Déni. [ PV Ebao Kuza. ]   Lun 3 Sep - 20:59

Farban se contenta d'esquisser un sourire. Il se doutait que cela ne dérangeait pas son ami de le raccompagner, mais le chevalier se disait qu'Ebao aurait peut-être voulu rentrer chez lui le plus rapidement possible, afin de se reposer. Ils l'avaient tout les deux bien mérité, après tout ! D'un autre côté, à la connaissance du chevalier, son camarade vivait seul. C'était sûrement pour cette raison qu'il avait accepté de le raccompagner. Après tout, personne ne l'attendait. Farban n'avait jamais ressentit cela. Ismelle et lui avaient toujours été ensemble. Leur foyer n'avait jamais été vide et le jeune homme espérait que cela ne serait jamais le cas... Même si Ismelle risquait de lui donner des enfants aussi têtus qu'elle ! A cette pensée, le chevalier retint un petit rire. Ils seraient plus Wilrem qu'Arkam, pas de doute. Il suffisait de voir la fratrie de son épouse pour s'en rendre compte. Le calme était vraiment une denrée rare, que ce soit pour elle ou pour son frère cadet. Seul Sarm, le dernier-né, avait acquis un tempérament différent. D'un autre côté, il ne vivait pas avec ses aînés. Cela devait sûrement expliquer cette différence de caractère.


Tout en marchant, Ermaëlle raya un nouveau nom d'un trait de fusain. Sur la demi-douzaine qui se trouvaient sur son feuillet, tous avaient été rayés. Décidément, la chance ne lui souriait pas... Pas plus que d'habitude... La jeune femme poussa un soupir. Encore une impasse. Ermaëlle avait l'habitude, à force. Ce n'était pas le premier refus qu'elle essuyait, au contraire. A chaque fois, l'endroit qu'elle convoitait était offert à un autre. Et dire qu'avec son emploi, la jeune femme pensait que les choses seraient simplifiées... Qu'elle avait pu être bête... L'ancienne esclave avait bien remarqué le regards méprisants qu'on lui avait lancé. Son accent la trahissait toujours... Qui voudrait savoir son bien entre les mains d'une ancienne ennemie ? Ermaëlle comprenait cette vision des choses. Mais il fallait qu'elle trouve un endroit où vivre. Elle ne supportait plus d'être un poids pour Ismelle et Farban, bien que le couple lui disait toujours de prendre tout son temps avant de les quitter. La jeune femme poussa un soupir. A la vitesse où allaient les choses, l'enlumineuse ne trouverait pas un logement avant l'hiver, comme elle l'espérait...

Rangeant son feuillet dans sa sacoche, Ermaëlle accéléra son pas. Elle ne devait plus y penser, pour le moment du moins. Si ses recherches d'un toit n'étaient pas des plus réjouissantes, celles que la jeune femme effectuait pour Naïa donnaient quelques fruits. Il était grand temps d'en informer l'enfant. Malheureusement, l'ancienne esclave n'avait pas encore eu l'occasion de rencontrer le praticien que l'enfant et elle avaient découvert lors de leurs premières recherches. Pourtant, ce n'était pas faute de l'avoir attendu des heures durant. Messire Yllahorn  était un homme des plus occupés, et la jeune femme désespérait de pouvoir le rencontrer un jour. Pour compenser, Ermaëlle consultait tous les ouvrages de médecin à sa disposition. A présent, il était grand temps d'en faire un compte-rendu à l'enfant. En espérant que tout cela lui soit utile.

Au détour d'une rue, la jeune femme remarqua aisément Farban. Après tout, l'homme ne passait jamais inaperçu, au sein de la foule. Bien que le chevalier soit originaire d'Hetenlaüd, de même que ses parents, certains de ses ancêtres paternels, étaient originaires de l'Archipel de l'Ouest. Si la jeune femme ne faisait pas erreur, le dernier Akarm a avoir vu l'Archipel devait être l'arrière-grand-père du jeune homme. Il n'empêche, le jeune homme avait gardé quelques caractéristiques de cet ancêtre, comme un teint quelque peu basané ou des yeux d'un brun assez sombre, presque noirs. Bien sûr la coloration de sa peau était peu importante, le sang des Hetenlaüdors ayant comme dilué le teint sombre des ancêtres du jeune homme, mais cela suffisait pour que son apparence détonne quelque peu par rapport au reste de la population de la capitale et pour que le chevalier soit facilement reconnaissable.

C'est alors que la jeune femme remarqua la présence d'Ebao, ce qui parvint à lui arracher un sourire. Avec ses entraînements quotidiens, ses recherches d'un toit et son travail, cela faisait un moment qu'elle n'avait pas croisé le chevalier. Il ne fallut que quelques instants à l'ancienne esclaves pour rejoindre le duo. Les deux chevaliers la saluèrent poliment, et ayant apprit qu'ils se rendaient chez Ismelle, Ermaëlle trouva judicieux de les accompagner. En chemin, les trois jeunes gens discutèrent quelque peu, Farban se joignant à la conversation de temps à autre. L'ancienne esclave fut étonnée quand Ebao lui demanda comment se portaient ses activités d'enlumineuse. Les choses suivaient leur cours, concernant ce domaine, même si la jeune femme doutait en réalité de pouvoir gérer correctement ses entraînements, son travail d'écrivain public et ses enluminures. Mais l'ancienne esclave ne jugea pas bon d'en parler à son ami. Elle devait assumer ses choix. En retour, Ermaëlle s'enquit de l'état des deux jeunes hommes. Ainsi, ils avaient été restés en poste à la frontière. La jeune femme ne comprenait que trop bien leur fatigue et espérait qu'ils auraient le temps de récupérer et de profiter de leur permission avant d'être renvoyés en mission.

Les trois jeunes gens finirent par arriver à destination. Tandis qu'Ebao saluait Ismelle, l'ancienne esclave en profita pour échanger quelques mots avec Éléazar. C'était la troisième fois qu'elle voyait l'Ar. L'ancienne esclave devait avouer que sa compagnie n'était pas désagréable. D'un autre côté, Ermaëlle s'était habituée au caractère d'Ismelle, ce qui expliquait sans doute qu'elle se soit aussi rapidement fait à celui du frère de l'autre jeune femme.

« Bien le bonjour, Éléazar. Comment vas-tu ? » s'enquit Ermaëlle.

Ermaëlle savait que les derniers combats n'avaient épargné personne. Même s'ils commençaient à dater, et que certains s'en étaient sortis presque indemne comme c'était le cas pour  Ásmundr, pour d'autres... La situation était tout autre. Aussi, la jeune femme avait apprit que le frère de son ami avait été blessé. Mais fort est de constater qu'il semblait être en pleine forme, à présent. Cependant, cela ne coûtait rien de s'en assurer.

L'espace de quelques instants, Ermaëlle songea à demander des nouvelles d'Ásmundr à Éléazar. L'ancienne esclave chassa cette idée de son esprit. Rien ne disait que le jeune homme connaissait personnellement l'Arlaüd. Il pouvait tout aussi bien ne le connaître que de vue. Aussi, Ermaëlle préféra ne rien ajouter. Son regard ne tarda pas à se porter sur Ebao. Ce dernier discutait toujours avec Ismelle, la félicitant pour son futur mariage. Ermaëlle esquissa un petit sourire. Son amie avait beaucoup de chance. De nombreuses jeunes femmes rêveraient d'être à sa place. Un mariage d'amour, avec un chevalier... Voilà des choses qui faisaient rêver bon nombre de petites filles. Bien sûr, le métier de Farban faisait qu'il était souvent absent, mais Ermaëlle avait l'intime conviction que cela ne suffirait pas à séparer les deux tourtereaux. Il en faudrait bien plus pour qu'Ismelle abandonne l'homme qu'elle avait choisi et pour que Farban fasse de même.

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: [Terminé] Le Déni. [ PV Ebao Kuza. ]   Lun 3 Sep - 21:00

Ainsi, Ismelle avait mit son amie au courant, au sujet de sa blessure. L'espace de quelques instants, le regard du jeune homme se posa sur son bras, toujours bandé. Le pansement était moins épais qu'auparavant. D'un autre côté, sa plaie avait presque totalement cicatrisé. S'il gardait un bandage, c'était surtout pour éviter une nouvelle infection. Pour la convalescence, il avait déjà donné !

« Ermaëlle ! Je suis en pleine forme, comme tu peux le constater ! commenta le jeune homme, son éternel sourire aux lèvres. Il ne faut pas s'inquiéter pour moi. Les blessures font partie du métier et j'ai été très bien soigné ! » assura-t-il.

Du moins, la seconde fois. Mais mieux valait tard que jamais. Il était en pleine forme à présent, c'était le principal ! Il n'avait plus qu'une envie, reprendre ses activités de forgeron et ses entraînements ! Mais Alyanne lui avait fait promettre d'attendre son aval avant de se remettre au travail. Et Éléazar comptait suivre les recommandations de son amie à la lettre. Si cela pouvait apaiser les angoisses de sa sœur, ainsi que celles de ses amis... L'Ar s'en accommoderait avec plaisir, comme il l'avait fait jusque-là.

« Allons, Ebao... Souhaites-moi bon courage, plutôt ! Tu as vu à quel homme je m'enchaîne ?! » s'exclama Ismelle, en riant.

Farban se contenta de lever les yeux au plafond, feignant d'ignorer la remarque de sa compagne, ce qui fit d'avantage rire cette dernière. De précédentes pensées lui revinrent à l'esprit. Plus Wilrem qu'Akarm... Avait-il encore le temps de renoncer aux noces ? Pour sa survie, cela serait peut-être nécessaire ! En voyant la mine quelque peu déconfite de son compagnon, Ismelle se rapprocha de lui et déposa un rapide baiser sur l'une de ses joues. Farban ne tarda pas à retrouver le sourire. Glissant l'un de ses bras autour de la taille de sa future épouse afin de la rapprocher d'avantage de lui, la jeune femme ne tarda pas à lui murmurer quelque chose, chose qui eu le don d'amuser et de faire rire le chevalier.

Intrigué par les rires, Éléazar finit par porter son attention sur Ismelle et son compagnon. D'un mouvement de menton, son futur beau-frère lui indiqua Ebao. Bien évidemment que le forgeron avait remarqué la présence du camarade de Farban. L'autre chevalier lui semblait plus petit que dans ses souvenirs. D'un autre côté, cela faisait longtemps que les deux jeunes hommes ne s'étaient pas croisés. Si l'Ar ne se trompait pas, leur dernière rencontre remontait à... A l' ''Incident '', comme Éléazar l'appelait toujours.

C'était une longue histoire... Une très longue histoire... La bataille de Nemën avait été sa première bataille. Il avait dix-huit ans, à l'époque et avait été choisis avec d'autres Apprentis de son âge pour accompagner les Ar confirmés et les Arlaüds. Toujours est-il que mis à part ses camarades du Panlaüd, l'Apprenti qu'il était alors ne pensait pas croiser d'autres connaissances. Il s'était lourdement trompé. Ebao avait été aussi envoyé au combat, en tant que chevalier. Les deux jeunes gens s'étaient retrouvés par hasard, alors qu'Éléazar quittait le bâtiment où avaient été installé une partie des forgerons liés à l'armée. De part son apprentissage, c'était l'endroit où il était le plus utile quand les combats ne battaient pas leur plein.

Leur surprise passée, les deux jeunes gens avaient longuement discuté. Après tout, même si Ismelle parlait de temps à autre d'Ebao dans certaines de ses lettres, la dernière fois que l'Apprenti avait vu le chevalier remontait à presque dix ans. Et il s'en était passé des choses, en dix ans. Éléazar avait parlé de sa nouvelle vie à Ebao, et lui avait même présenté Zelfyne. La Laüd s'était montrée curieuse à l'égard de cet humain qu'elle n'avait encore jamais vu. Ensuite, les deux jeunes hommes avaient laissé la créature se reposer. A cause de son aile trop longue, les combats s'étaient révélés éreintants pour la Laüd. Aussi, le chevalier et l'Apprenti n'étaient pas restés longtemps en sa compagnie.

Puis, la nuit était tombée. Les deux jeunes gens ne s'en étaient pas rendu compte immédiatement, trop occupés qu'ils étaient à rattraper le temps perdu. A regret, il avait bien fallut se séparer. Ebao l'avait raccompagné jusqu'aux bâtiments des forgerons. Du moins, c'était ce qui était convenu avant l'Incident. L'Incident... Éléazar sentit un frisson lui parcourir le dos à cette pensée. Farban cherchait son camarade, s'inquiétant de ne pas le voir revenir. Et... Et il les avait surpris alors qu'ils étaient en train d'échanger un baiser. Son cri de surprise les avait séparé, et même si celui qui allait devenir son beau-frère avait juré de ne rien dire, Éléazar était parti sans demander son reste, prétextant qu'il devait s'assurer que Zelfyne allait toujours bien. La Laüd, alors éveillée, n'avait pas tardé à remarquer son trouble. En apprenant ce qu'il s'était passé, la créature avait semblé courroucée et l'Apprenti avait eu grand mal à la calmer. Par la suite, jusqu'à la fin des hostilités, le jeune homme avait évité Ebao. A ses yeux, c'était la meilleure chose à faire... Et ce... Même s'il avait donné ce baiser de bon cœur.

Chassant ses souvenirs de son esprit, l'Ar tâcha de garder son calme. Il était adulte, à présent. Il ne devait pas laisser d'anciens souvenirs altérer son jugement. Souriant, le jeune homme se rapprocha d'Ebao avant de lui offrir une franche poignée de main, afin de le saluer. L'Incident remontait à plusieurs années, maintenant. Il fallait aller de l'avant.

« Heureux de te voir, Ebao ! Comment te portes-tu ? Je ne pensais pas te voir ici ! » commenta l'Ar, son éternel sourire aux lèvres.

Mieux valait rester naturel et ne pas évoquer le passé. Il y avait bien assez à dire sur le présent pour ne pas en parler. De plus, l'Ar ne comptait pas s'attarder de trop, à moins qu'on ne lui en fasse la demande. Il fallait bien penser à rentrer au Panlaüd. Alyanne s'inquiéterait s'il ne rentrait pas avant la nuit. Si son amie avait accepté qu'il se rende à la capitale, le jeune homme savait qu'il aurait droit à une auscultation à son retour. Mais si c'était le prix à payer pour pouvoir quitter le Panlaüd quelques temps avant la réelle fin de sa convalescence, Éléazar l'acceptait sans mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: [Terminé] Le Déni. [ PV Ebao Kuza. ]   Lun 3 Sep - 22:29

Ismelle semblait vraiment ravis de son futur mariage, et Ebao ne pouvait s'empêcher de sourire devant l'image réunie de ses deux amis de longue date. Ils allaient être heureux ensemble, il n'y avait vraiment pas de quoi en douter. Il ne pu cependant retenir son regard de dévier sur le profil d'Eléazar, occupé à discuter avec Ermaëlle.

Tiens...

Ils étaient proche ?

C'était idiot cette pointe d'agacement qu'il ressentait... Après tout, El avait plutôt été clair six ans auparavant... Ebao avait tout fait pour lui plaire, ils avaient échangé ce nouveau baisé qui n'avait plus rien à voir avec le baisé enfantin qu'ils avaient eu auparavant et. Et El n'avait même pas daigné lui parler à la suite de ça.
C'était un rejet.
Ça avait pourtant été clair.

Ses amis se mirent à rire et El se retournait. Il posait ses yeux sur sa soeur et son futur beau-frère avant d'avoir un moment d'hésitation et de se tourner vers Ebao avec un large sourire et le saluer.

Comme s'il ne s'était jamais rien passé...

De l'eau était passé sous les ponts depuis six ans. Et c'était totalement idiot de ressentir de l'agacement face au ton dégagé d'Eléazar... C'était idiot mais Ebao n'y pouvait rien. On est jamais naturel devant son premier amour, celui pour lequel on a appris à lire et à écrire afin de lui écrire des lettres qui ne seraient jamais envoyés fautes d'adresses. On ne reste pas de marbre devant ce premier amour qui n'avait pas semblé indifférent le temps d'une journée et qui vous a considéré comme un fantôme le reste du temps. Ça faisait resurgir une sensation d'inachevé, même six ans après...

Mais c'était comme si rien ne s'était passé hein ?

Ebao afficha un sourire de façade, le seul qu'il avait en stock et haussa les épaules. Eléazar devrait s'en contenter pour le moment.

- Je vais bien. Je ne pensais pas te croiser non plus...

Il relevait la tête et croisait le regard d'Eléazar... Oh mince, il avait vraiment un faible intemporel pour ce vert flamboyant. Il en oubliait son agacement pour quelques secondes.

- Tu as l'air en forme... ?


C'est alors qu'il vit le bandage. Il préféra ne pas faire de remarque... Il était chevalier, il savait que n'importe quel combattant détestait qu'on souligne ses faiblesses physiques et il n'avait pas envie d'agacer Eléazar, pas maintenant qu'il avait la chance de ne plus être ignoré.


_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ermaëlle Fyrnam
La Renarde Érudite

La Renarde Érudite
avatar

 Argent Argent : 150
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30
Lieu de résidence : Hantonael.
Métier / rôle / rang : Enlumineuse / Ecrivain public.

MessageSujet: Re: [Terminé] Le Déni. [ PV Ebao Kuza. ]   Mar 4 Sep - 19:26

Tandis qu'Ebao et Éléazar discutaient, Ermaëlle se faufila à l'étage, non sans grimacer quand elle dut monter les escaliers. Une fois arrivée à la chambre où elle logeait, la jeune femme y récupéra quelques livres, qu'elle glissa dans sa sacoche. Il était temps pour elle de le rendre à Azam. Une fois cela fait, Ermaëlle comptait rester encore un peu à la bibliothèque, afin de rédiger la lettre qu'elle comptait envoyer à Naïa. De plus, son absence permettrait aux autres jeunes gens de discuter ensemble, sans que sa présence ne puisse être gênante d'une manière ou d'une autre. La jeune femme savait qu'ils se connaissaient tous depuis longtemps. Ils devaient avoir beaucoup de choses à se dire. Ses affaires récupérées, Ermaëlle retourna au rez-de-chaussée. Alors que l'enlumineuse récupérait son bâton de marche qui était resté posé contre un mur, la voix d'Ismelle retentit à son attention.

« Où vas-tu, Ermaëlle ? s'enquit Ismelle.
- Rendre quelques livres. Je n'en aurai pas pour longtemps, je serais vite de retour. affirma la jeune femme. Veux-tu que je te ramène quelque chose ?
- Hum... Merci de proposer ton aide mais je pense avoir tout ce qu'il me faut. » répondit l'autre jeune femme, après quelques instants de réflexion.

Ermaëlle se contenta d'opiner du chef, avant de se tourner vers Ebao et Éléazar. La jeune femme ne savait pas quand elle aurait l'occasion de revoir le chevalier et l'Ar. S'il y avait des chances que l'ancienne esclave recroise Ebao de temps en temps de part son métier, pour le frère de son amie, les choses seraient sûrement différentes. Aussi, l'ancienne esclave s'avança vers les deux jeunes hommes, afin de les saluer.

« Ebao, Éléazar, j'espère vous revoir bientôt. commença la jeune femme, avec un sourire. En attendant, portez-vous bien. »

Après avoir salué les deux jeunes hommes, Ermaëlle se rapprocha de la porte. Adressant un un dernier signe de main aux personnes présentes, l'ancienne esclave quitta le foyer de son amie. Se mettant en marche à l'aide de son bâton, la jeune femme ne pu s'empêcher de grimacer quelque peu.  Avec les courbatures qu'elle avait récolté à l'entraînement, certains efforts lui étaient particulièrement douloureux. A cela, il fallait ajouter quelques ecchymoses, que la jeune femme gardait dissimulées sous ses manches. Ecchymoses particulièrement douloureuses au niveau de ses jambes, ces dernières étant déjà  dans un sale état. L'ancienne esclave retint un petit soupir. Elle s'y ferait. Il le fallait.

_________________
Merci à notre chère fonda pour cette magnifique image et pour cet avatar. ^^



Dernière édition par Ermaëlle Fyrnam le Mer 5 Sep - 20:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: [Terminé] Le Déni. [ PV Ebao Kuza. ]   Mar 4 Sep - 19:32

Quand Ermaëlle quitta les lieux et les salua d'un signe de main, l'Ar lui adressa un  signe identique en retour. Ensuite, son attention se reporta sur Ebao. Le chevalier lui en voulait-il encore, pour l'Incident et pour ce qu'il s'était passé ensuite ? Sûrement. Du moins, si c'était le cas, Éléazar pouvait le comprendre, même si l’événement remontait à six ans maintenant. Mais comment aurait-il du réagir ? Accepter les choses comme elles étaient venues ? L'Ar avait du mal à considérer cette possibilité. De toute façon, le mal était fait. Et quand bien même il lui était possible de revenir en arrière, le jeune homme n'était pas persuadé que les choses seraient différentes... Ebao avait été blessé, il ne le concevait que trop bien. Mais que pouvait-il y faire, après six ans ?

« Que veux-tu, il faut bien que je passe de temps en temps, ne serais-ce que pour m'assurer que ma très chère sœur n'a pas encore eu raison de notre pauvre Farban ! ironisa Éléazar.
- Eh ! » s'exclama l'intéressée, faussement outrée.

L'Ar se contenta de rire à la réaction de son aînée. Cette dernière se contenta de croiser les bras, réfléchissant déjà à ce qu'elle ferait subir en retour à l'effronté qui lui servait de petit-frère. C'est alors que Farban lui déposa un baiser sur la tempe droite. La jeune femme leva les yeux vers son compagnon, oubliant quelques instants ses idées de vengeance à l'égard de son insolent cadet. Ismelle avait conscience d'avoir un caractère parfois taquin. Mais Farban savait à quoi s'attendre. Dans le cas contraire, il ne lui aurait pas demandé sa main !

« Comme tu peux le constater, je porte comme un charme ! Et il semblerait que ça soit ton cas aussi. Je me trompe ? »

Le regard d'Ebao ayant dévié quelques instants sur son bandage, l'Ar le regarda à son tour, nullement gêné de sa présence. Son bras était presque rétablit à présent. De sa blessure, il ne resterait bientôt plus qu'une cicatrice, un souvenir d'une bataille à laquelle il avait participé et survécu. Une bataille qui avait été gagné par son camp. C'était tout ce qui lui importait. La paix était revenue, et l'Ar espérait que le royaume resterait paisible aussi longtemps que possible. S'il aimait les combats, ce n'était pas pour autant que la perspective d'une guerre le ravissait. Au contraire. Ces situations étaient beaucoup trop meurtrières pour être appréciables, même pour le plus guerrier des hommes.

« Un souvenir de la bataille de Valkëol. commenta Éléazar, en indiquant son bandage. Mon armure était déjà abîmée par un autre assaut et n'a pas tenu le choc. J'ai reçu un sacré coup, mais que veux-tu. Ce sont les risques du métier ! »

A force, tous les guerriers finissaient par avoir quelques cicatrices. Pour certains, elles donnaient même lieu à une certaine fierté. Surtout quand elles avaient été reçues pendant des batailles d'importances ou à cause d'un adversaire prestigieux. L'Ar faisait partie de cette catégorie. Une cicatrice n'était pas honteuse à ses yeux. C'était même tout le contraire. Que ce soit pour une guerrier ou un civil, elles étaient un signe de plus d'une vie riche, voilà tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: [Terminé] Le Déni. [ PV Ebao Kuza. ]   Mar 4 Sep - 21:02

Ermaëlle partait et eut le droit à plus de considération de la part d'Eléazar qu'Ebao en six ans. Le chevalier ne put donc que sortir un demi-sourire à son amie et se promit (trop tard) qu'il se rattraperait dans un courrier. Il lui dirait qu'il s'était prit un autre râteau et qu'il l'avait en tête au moment des adieux, ce qui paraîtrait tout à fait plausible aux yeux de l'ancienne esclave. Dans tous les cas, il était vraiment idiot et se fit la remarque à lui même. Si Ermaëlle et Eléazard s'entendaient plus que bien ce n'était pas son problème, et il devait être heureux pour Ermaëlle.

Il détournait enfin son regard de la porte par laquelle venait de sortir l'enlumineuse pour les ramener sur le gardien. Au lieu d'avoir des réactions puériles, Ebao devait profiter d'avoir enfin l’opportunité de lui reparler... N'allait pas croire qu'Ebao espérait encore avoir ses chances (il n'était pas maso), mais il comptait profiter un peu plus longtemps de son droit à plonger son regard dans ces yeux émeraudes.

Eléazar arrivait à discuter comme s'il ne s'était jamais rien passé entre eux, et Ebao devait faire de même... Tout simplement parce qu'il ne s'était jamais rien passé ? D'accord il l'avait embrassé une ou deux fois, mais Ebao avait embrassé un tas de gente demoiselles et ne réagissait pas de la sorte dès qu'il en recroisait une ! Loin de là ! Eléazar n'avait pas à être différent, c'était juste un grand type aux yeux verts qu'Ebao avait embrassé une ou deux fois rien de plus, il ne méritait pas tant d'attention !

- J'ai entendu dire que c'était une bataille magnifique. J'aurais adoré pouvoir me tenir parmis nos troupes...


Mais...

Il était posté au nord....

En même temps, c'était logique non ? Si le sud était attaqué, il fallait surveiller le nord, au cas où l'ennemi ancestral en profiterait pour les prendre à revers... Cela avait allègrement frustré Ebao qui était avide de bataille. Il avait tendu l'oreille à chaque nouvelles du front espérant intérieurement que le nord essaie vraiment de les prendre à revers histoire d'avoir sa part du gâteau...
Mais il ne s'était absolument rien passé en plusieurs longues et harassantes semaines.

- Mais j'étais assigné au nord... Il n'arrivait pas à cacher son amertume.

Il devait prendre sur lui. Il avait là deux belles occasions, profiter des beaux yeux d'Eléazar et revivre la bataille à travers un autre.

- Tu as pu en désarmer plusieurs avant d'être blessé ?

Désarmer était le terme polis pour sous entendre tuer. La guerre est ce qu'elle est, mais devant des dames comme Ismelle, mieux vaut ne pas trop l'évoquer dans son aspect le plus cru.... Woaw... Ebao s'impressionnait lui même, le sauvageon des Kyls était presque devenu un gentleman.

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: [Terminé] Le Déni. [ PV Ebao Kuza. ]   Mer 5 Sep - 15:14

Éléazar ne comprenait que trop bien l'amertume ressentie par Ebao. Lui-même aurait eu du mal à rester en place en sachant qu'une bataille se déroulait ailleurs. Mais la garde de la frontière nord était également une mission d'importance, même si les deux camps ne faisaient que s'observer avec une profonde méfiance... Du moins, pour le moment. Il est vrai que les troupes de l'Empire auraient pu profiter de l'attaque de la tribu de Fälcor pour lancer un assaut à leur tour. Fort heureusement, rien ne s'était produit, et les hommes de l'Empire s'étaient tenus tranquilles. Il ne restait plus qu'à espérer que les choses continueraient ainsi encore longtemps.

« Ta mission était tout aussi importante que la mienne. commenta l'Ar, sur un ton rassurant. Crois-moi, tu auras d'autres occasions de récolter des cicatrices ! » termina-t-il, amusé.

La vie d'un guerrier n'était jamais de tout repos. Ebao verrait très certainement d'autres batailles et prendrait part à d'autres combats. Et même si ce n'était pas le cas, l'Ar était persuadé qu'il s'illustrerait d'une autre manière. Il y avait plus d'une manière de briller dans le domaine militaire. Il suffisait juste qu'une occasion se présente. Et quand ça sera le cas, Éléazar était certain qu'Ebao saurait tenter sa chance.

« Un certain nombre, sans aucun doute. affirma le jeune homme. Mais pour être totalement franc avec toi, je ne saurais te donner un nombre précis. Tu sais ce que c'est. Dans l'action, tu ne prends pas gare à tout ce qu'il se passe autour de toi ! »

Dans le feu de l'action, le jeune homme n'avait pas eu l'occasion de comptabiliser le nombre d'ennemis qu'il avait neutralisé. Car oui, neutraliser était le juste terme. Leurs adversaires n'en voulaient pas réellement à Hetenlaüd. Ils avaient juste faim, et leurs conditions de vie pouvaient expliquer en partie leur comportement belliqueux.  Et quand bien même leurs intentions militaires n'étaient pas motivées par un tel motif, l'Ar se répugnait à tuer. Bien évidemment, cela n'excusait pas leurs exactions pour autant. Mais mieux valait éviter de faire des victimes dans la mesure du possible. Défendre, mais pas tuer. Voilà qui pourrait être une bonne devise. Bien sûr, une guerre était un événement violent, et beaucoup n'en réchappaient pas. Mais si certains pouvaient éviter un si funeste sort, c'était toujours ça de pris.

Pour en revenir aux personnes qu'il avait vaincu, il y avait fort à parier que leur nombre se soit perdu dans les méandres de son esprit fiévreux... De la bataille, Éléazar n'avait encore connaissance que du début, et du moment précédant sa blessure. Le reste était totalement flou, déformé. Et même si certains de ses camarades avaient accepté de lui parler de ce qu'il s'était produit alors qu'il était inconscient, cela ne remplaçait en rien les souvenirs que le forgeron avait perdu pendant sa convalescence...

« Dans tous les cas, il faut s'estimer heureux que la paix soit revenue et espérer que les habitants se remettent rapidement de tout cela. Ils n'ont pas mérité tout cela, c'est certain. » finit par dire le jeune homme.

Éléazar se promit de retourner à Valkëol dès que cela lui serait possible... Et dès qu'on le lui permettrait. Malgré les discordes présentes au sein de sa famille, l'Ar voulait s'assurer que tout allait bien pour les siens. Et pas seulement. L'aide d'un Ar serait peut-être utile à la ville, qui sait ? Le jeune homme se promit d'y réfléchir d'avantage un peu plus tard. Sans oublier de parler de son idée à Zelfyne. Sans elle et son accord, il lui serait compliqué de rejoindre Valkëol rapidement. Mais le forgeron ne s'inquiétait pas. Il savait qu'une fois totalement rétablit, sa Laüd n'aurait aucune raison de s'opposer au fait de voyager avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: [Terminé] Le Déni. [ PV Ebao Kuza. ]   Mer 5 Sep - 18:08

C'était maladroit, mais Eléazard tentait de réconforter Ebao... Du moins, c'est l'impression qu'il donnait ? A vrai dire, le chevalier se fichait pas mal des cicatrices (il avait déjà son lot et n'en voulait pas spécialement de nouvelles) ni que sa mission était plus ou moins importante... C'était la déception de ne pas avoir pu se battre qui le prenait... Et puis... Eb n'avait plus vraiment besoin de faire ses preuves, il était un chevalier aguerri auquel on confiait régulièrement des troupes et qu'on envoyait aux quatre coins du pays... Mais ça... El ne devait pas le savoir... Ils évoluaient dans deux mondes totalement différents et de toute évidence, Ebao était le seul qui tendait l'oreille quand le prénom de l'autre était prononcé au détours d'une conversation...

L'amour à sens unique était vraiment quelque chose de compliqué...

Oh pas qu'Ebao soit amoureux d'Eléazard, mais il l'avait été, et ça laisse toujours des traces bien moins visibles que les cicatrices de guerre mais rappelant à l'ordre de temps en temps.
Et actuellement, un léger mal de ventre lui rappelait bien qu'il n'y avait absolument rien à espérer... Alors à quoi bon se faire encore plus de mal ? De toute façon, dans le meilleurs des cas, Ebao parviendrait encore à faire son craque devant le gardien, il lui volerait un troisième baiser et ne le verrait plus pendant des années... Jamais deux sans trois pas vrai ? Et est-ce qu'Ebao voulait de ça ?
Pas vraiment...

- Oui, ça aurait été dommage de fêter votre mariage en temps de guerre.


Ebao détournait le regard pour le poser sur Ismelle et Farban. A partir de maintenant et jusqu'à ce qu'il sorte de cette maison, il valait mieux éviter de se laisser distraire par Eléazar.

- Vous avez déjà trouvé un lieu ?


Il savait qu'il ferait parti des invités. Farban et lui avaient passé toute leur adolescence ensemble, et il était celui qui avait présenté les deux tourtereaux. Ils ne pouvaient fêter ça sans inviter le chevalier.

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: [Terminé] Le Déni. [ PV Ebao Kuza. ]   Mer 5 Sep - 20:18

Quand Ebao se détourna de lui, Éléazar ne comprit pas immédiatement pourquoi. Sa présence lui était donc si douloureuse, si insupportable ? Le jeune homme ne pensait pas que l'Incident l'avait marqué à ce point... Mais que pouvait-il y faire, à présent ? S'excuser ? Après tant d'années, cela n'aurait plus beaucoup de sens, hélas... Que faire alors ? Si même discuter était impossible, l'Ar ne savait plus quoi faire... Il n'allait tout de même pas forcer Ebao à lui dire ce qu'il avait sur le cœur. A quoi bon ? Cela n'arrangerait en rien la situation...

« Connaissant Farban, il n'y aurait pas eu de mariage. ironisa Ismelle. Je suis certaine que vous auriez trouvé un moyen de participer à la prochaine bataille ! Et moi, j'aurai eu le droit de me faire du mauvais sang toute seule dans mon coin ! s'exclama-t-elle, toujours sur le même ton.
- Toi, te faire du mauvais sang ? Je suis certain que tu serais venue me chercher sur le champ de bataille, si cela t'étais permis ! commenta son compagnon, avec un rire.
- Hum... J'y penserai... » répliqua la jeune femme, faussement pensive.

Farban adressa un regard faussement désespéré à l'intention d'Ebao. Si Ismelle le remarqua, elle ne fit aucune remarque, réfléchissant déjà à la réponse qu'elle devait donner à l'autre chevalier. Le fait était que rien n'était encore prêt, la jeune femme ayant préféré attendre le retour de son futur mari avant de se lancer dans les préparatifs. Elle ne pouvait pas faire cela seule... Et dire qu'Ismelle pensait que sa mère serait là pour l'aider... Ce qu'elle avait pu être idiote... Elle leur avait préféré un parfait inconnu...

« Rien n'est encore prêt, pour dire vrai... commença Ismelle, songeuse. Farban n'était pas là. Je n'allais pas prendre des décisions sans lui. Mais j'espère que tu seras des nôtres. »

Oubliant Ebao quelques instants, Éléazar remarqua sans difficulté le mal-être de sa sœur. Si la jeune femme se réjouissait de son mariage, l'Ar savait qu'une ombre entacherait à jamais cet événement. Il serait le seul, avec les amis de sa sœur, à s'asseoir dans la partie de la chapelle réservée normalement aux Wilrem. Leur père ne viendrait pas, de même que leur mère. Pour Sarm, le petit dernier de leur fratrie, tout dépendrait. Pour ce que le jeune homme en savait, il n'avait pas encore donné de réponse. Mais sachant qu'il n'avait invité aucun membre de sa fratrie à son propre mariage, une année plus tôt... Sa réponse était déjà toute trouvée...

« Je serais là aussi, ne t'en fais pas, grand sœur. Je ne manquerai cela pour rien au monde ! affirma l'Ar. Et je suis persuadé que Zelfyne sera contente d'être là aussi. Elle vous apprécie beaucoup, vous savez. » termina-t-il, en esquissant un sourire qu'il voulait rassurant.

Sur le moment, Éléazar se demanda même s'il était judicieux d'aller voir sa famille quand il serait à Valkëol. Mieux valait éviter... Il se rendrait à la ville en tant qu'Ar souhaitant offrir son aide, et non pas en tant que Wilrem. Ignorerait-il son frère et son père s'il les croisait ? Non, il ne pourrait pas. Mais il ne s'agirait que d'une entrevue. Rien de plus. Et dire que Sarm avait un fils, maintenant... Un bébé de quelques mois nommé Téam, d'après ce que le jeune homme avait appris par un ami de la famille. Un petit que ni Ismelle, ni lui, ne connaîtraient... Tout ça pour une histoire que des soi-disant adultes n'avaient pas su régler entre eux, il y a de cela tant d'années...


Dernière édition par Éléazar Wilrem le Mer 5 Sep - 22:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: [Terminé] Le Déni. [ PV Ebao Kuza. ]   Mer 5 Sep - 21:04

Ils étaient vraiment adorables. Les deux tourtereaux donnaient l'impression d'être dans une petite bulle, rien qu'à eux, et d'éclabousser tout ceux qui les entourait d'un bonheur sans borne. Ebao se surprit à sourire à Farban et son air faussement désespéré. Ismelle serait capable d'aller chercher son fiancer dans une prison ennemie si elle le voulait. Rien ne pouvait l'arrêter.

- Je comptais bien être là pour fêter ça, évidemm...

Il fut coupé par la voix d'Eléazar qui annonçait qu'il serait également présent.

Et mince...

Comment Ebao n'avait-il pas pu réaliser plus tôt ? Evidemment que le gardien serait là. C'était le dernier membre de la famille Wilrem avec qui communiquait Ismelle, Ebao le savait bien pourtant ! Cela voulait dire que dans un futur très proche il reverrait de nouveau le beau géant ?
Il ne su pas exactement si c'était une bonne ou une mauvaise nouvelle... Une partie de lui était très heureux de l'apprendre tandis que l'autre hurlait à la catastrophe et au désespoirs... Mais cela ne faisait que confirmer ce qu'Ebao avait déjà eu en tête : Mieux valait vraiment éviter de le séduire et de l'embrasser à nouveau ou Eléazar passerait le mariage entier à ignorer le chevalier... Une perspective qui rendrait cette fête fort désagréable.

- Envoyez moi un pigeon dès que vous aurez fixé la date, je me ferais beau rien que pour séduire toutes tes amies Ismelle.

Ooh Ebao.. C'est du déni ça... Ce n'est pas les amies d'Ismelle qui t'intéresse, mais plutôt son petit frère...

Mais le chevalier pensait déjà à l'aspect technique de ses disponibilités, et décidait de faire en sorte d'être assigné aux mêmes missions que Farban, peu de risque qu'il rate le mariage de son ami comme ça. Ça semblait être un bon plan.

En attendant, la conversation semblait enfin toucher à sa fin, cela ne paraîtrait pas bizarre si le jeune homme partait maintenant, surtout s'il avait une excuse (ce qu'il avait trouvé par hasard en chemin un peu plus tôt)

- En tout cas, je suis vraiment content de t'avoir revu Ismelle.


Et mince... Les politesse. Il détournait un regard hésitant vers Eléazar.

- Et toi aussi...

C'est bon ! Il avait croisé son regard ! Il avait été poli ! Il pouvait maintenant se tourner vers Farban avec un large sourire et serrer son frère d'arme dans ses bras en lui chuchotant "Profite bien de ton chez toi". Avant de s'écarter et de sourire au couple... Ils étaient tellement parfaits l'un avec l'autre.

- Je vais vous laisser. J'ai repéré repéré des forains un peu plus loin qui proposaient de défier l'homme le plus fort du monde, vous me connaissez, il faut que je tente, quitte à me ruiner face à un tricheur.


Il fit un clin d'oeil à Farban, persuadé que son ami se serait bien joint à lui et serra la main d'Ismelle avant de... Faire un geste rapide de la tête dans la direction du gardien et prendre la direction de la porte.

Sau-vé

Il se fichait pas mal des forains, il voulait juste sortir d'ici !

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Éléazar Wilrem

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 20
Agilité Agilité : 20
Lieu de résidence : Panlaüd
Métier / rôle / rang : Gardien ( Forgeron à ses heures perdues. )

Fiche Laüd (Gardien uniquement)
Nom: Zelfyne
Sexe : Femelle
Description:

MessageSujet: Re: [Terminé] Le Déni. [ PV Ebao Kuza. ]   Mer 5 Sep - 22:38

Ismelle savait qu'elle n'était pas seule. La jeune femme se savait bien entourée. Même les parents de Farban, ainsi que ses frères et sœurs, étaient adorables avec elle. Mais ces personnes, aussi gentilles soient-elles, ne faisaient pas partie de sa famille... Et malgré toute la rancœur qu'elle pouvait nourrir pour ses parents, la jeune femme avait espéré de tout son cœur que son père, sa mère, et son autre petit-frère, auraient au moins fait le déplacement. Et si sa mère n'avait même pas prit la peine de répondre... La réponse de son père avait été tout autre... S'il s'agissait d'un refus, la lettre était également un tissu de préjugés à l'égard de Farban. Ismelle avait brûlé la lettre à peine sa lecture terminée. Son compagnon ne méritait pas cela... Il me méritait pas les mots que l'homme qui disait être le père de sa future épouse avait à son égard...

« Tu seras mis au courant dès que nous aurons une date. assura Farban.
- Et je suis sûre que mes amies ne seront pas indifférentes à ton charme ! » ironisa sa compagne, en tentant de cacher son trouble.

Du moins, si c'était vraiment ce que le chevalier voulait. Ismelle n'en était pas tout à fait sûre. Il ne fallait pas la croire aussi peu renseignée ou aveugle à ce propos, elle avait connaissance de certaines choses. De ce fait, la jeune femme doutait réellement que la gente féminine soit au goût de son ami, même si ses amies étaient charmantes. Mais là n'était pas la question. La jeune femme retint un petit soupir. Mieux valait ne pas partir sur ce terrain. Ebao et son petit-frère ne risquaient pas d'apprécier cela...

« Le plaisir est partagé. affirma Ismelle, avec un sourire. Tu seras toujours le bienvenu ici. »

C'était la vérité. La porte du couple était toujours ouverte à leurs amis, qu'ils soient dans le besoin ou juste de passage. Ce n'était pas une idée d'Ismelle, mais de Farban. Le jeune homme avait toujours vécu ainsi. Les parents du chevalier étaient très accueillants, plus encore envers leur famille ou leurs amis. Et avec le temps, Ismelle avait fini par se faire à ce mode de vie. Faire les choses autrement lui semblerait très étrange, à présent. Bien évidemment, il fallait rester prudent, mais Ismelle ne regrettait jamais ses choix, et jusqu'à présent, elle n'avait eu aucun souci avec les personnes que Farban et elle avaient hébergé.

« A une prochaine fois, peut-être ! » répondit Éléazar, tout sourire, au salut d'Ebao.

Le chevalier semblait troublé... Les choses n'allaient pas en s'arrangeant... Que se passerait-ils quand ils se recroiseraient ? Éléazar ne savait pas quand il reviendrait à la capitale. D'un autre côté, il devait revenir pour régler avec sa sœur les derniers détails au sujet du cadeau de mariage de Farban. Mais l'Ar ne doutait pas que les deux chevaliers seraient très occupés. Aussi, il y avait bien plus de chance qu'il ne revoit Ebao qu'au mariage... Il fallait que ce jour soit le plus beau possible. Pour Ismelle. Tout se passerait bien. Il serait aimable avec Ebao et le couple garderaient de magnifiques souvenirs de leur mariage.

« Compte sur moi. répondit Farban, à la fin de l'étreinte.
- Et ne te blesse pas ! On parle quand même de l'homme le plus fort du monde ! » lança Ismelle, sur un ton ironique.

Farban esquissa un sourire quand son ami lui adressa un clin d’œil. S'il appréciait ce type de divertissement, il n'avait qu'une idée pour le moment. Rester ici, avec Ismelle. Ils avaient tant à se dire. Et beaucoup de choses à préparer. Le chevalier ne savait pas quand sa prochaine permission aurait lieu. Mieux valait avancer les préparatifs le plus possible afin que tout soit prêt dans le cas où ses permissions se faisaient plus rares.

Quand Ebao passa devant lui, Éléazar lui rendit son signe de tête. Le chevalier sortit, l'Ar discuta encore quelques instants avec sa sœur et le compagnon de cette dernière. Puis, il prit congé, rejoignant Zelfyne au Parc Suspendu. Une fois en présence de sa Laüd, le jeune homme du la rassurer sur sa visite. Bien que la créature ne puisse pas parler, le forgeron savait qu'elle avait tendance à s'inquiéter alors que tout allait bien pour lui. Mais Éléazar savait que ce comportement était surtout du à sa blessure. Une fois que cette dernière aurait totalement disparu, le jeune homme espérait que l'inquiétude de Zelfyne s'apaiserait.

La Laüd rassurée, le duo quitta la capitale. Sur le chemin du retour, Éléazar ne put s'empêcher de penser au chevalier. Devait-il dire à Zelfyne qu'ils s'étaient recroisés ? C'était sans doute la meilleure chose à faire. Au moins, la créature ne serait pas mise devant le fait accompli quand ils se rendraient au mariage. L'Ar se promit de lui parler de la situation quand ils seraient au Panlaüd. Du moins, après qu'Alyanne se soit occupée de sa blessure. Une fois cela fait, l'Ar et la créature auraient tout le temps de discuter de l'Incident, de ses conséquences et de ce qu'il s'était produit chez Ismelle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ebao Kuza

avatar

 Argent Argent : 40
Force Force : 30
Agilité Agilité : 30

MessageSujet: Re: [Terminé] Le Déni. [ PV Ebao Kuza. ]   Mer 5 Sep - 23:19

Une fois la porte fermée derrière lui, Ebao lâcha un long soupir... Bon sang... Il n'y avait vraiment pas de quoi se mettre dans cet état ! Il devait être la seule personnes à réagir de la sorte juste en revoyant quelqu'un qu'il avait juste embrassé par le passé... Mais El était particulier, du moins pour Eb.

Il se passait la main dans sa tignasse blonde et jetait un coup d’œil à la porte... Pendant quelques secondes il repensa aux pièces de théâtres qu'il avait eu l'occasion de voir : les amants se suivaient toujours... Cette pensée eut le dont de l'exaspérer et il poussa un grognement avant d'avancer tête basse dans la rue. Il ne devait pas se laisser aller avec des idées aussi STUPIDES ! Qu'est-ce qu'il était ? Une demoiselle ? Il devait réellement se ressaisir.
Au coin de la rue il s'arrêta et poussa un nouveau grognement en secouant la tête... Puis, comme c'était plus fort que lui il se retournait et jetait un coup d’œil derrière lui.

Rien.

Finalement l'idée d'affronter l'homme le plus fort du monde n'était vraiment pas mauvaise ! Ça lui changerait les idées ! Il courut vers le stand des forains qu'il avait aperçu en allant chez Farban et Ismelle. Un type en tenue colorée alpaguait la foule "Venez combattre l'homme le plus fort du monde !! Vous n'avez jamais vu ça !!". Le chevalier s'approchait et distinguait une piste délimitée par des sacs de sable. Au milieu deux hommes se battaient, une montagne de muscle et un homme des plus normal... Tous les coups semblaient être permis et la montagne de muscle ne tarda pas à soulever l'homme et le propulser au sol. Il cria forfait, surement par peur de mourir...

Quel challenge ! Ebao se sentit excité à l'idée de se battre et il leva la main quand un des forains demanda un nouveau volontaire. Il déposa les trois pièces pour l'inscription et se retrouvait maintenant face à l'énorme armoire à glace... Ebao n'était pas en reste, il saurait se défendre.
Il retirait sa tunique afin d'être plus à l'aise et eut un sourire conquérant.

- Allez je t'attends

C'est alors qu'il croisa le regard de l'armoire à glace.

Oh non, encore des yeux verts.

L'image d'Eléazar lui revint pour quelques secondes, quelques secondes qui l'empêchèrent d'esquiver un coup de poing donné à pleine puissance.

Tout se dont se rappela par la suite Ebao, c'était qu'il était tombé sur le sol pour ne se réveiller que le lendemain matin un magnifique oeil au beurre noir en guise de décoration sur son visage.

_________________

Insérez ici une bonne dose de patriotisme

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Terminé] Le Déni. [ PV Ebao Kuza. ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé] Le Déni. [ PV Ebao Kuza. ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Gardiens d'Hetenlaüd ::  ::  :: Les Rues Suspendues-
Sauter vers: